En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

03.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

04.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

07.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

01.

Dangereuses stations-service

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 44 min 8 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 1 heure 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 1 heure 48 min
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 4 heures 26 sec
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 5 heures 12 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 5 heures 41 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 7 heures 40 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 9 heures 29 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 10 heures 39 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 11 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 53 min 33 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 1 heure 35 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 2 heures 14 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 4 heures 48 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 5 heures 30 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 6 heures 43 sec
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 8 heures 48 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 10 heures 4 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 11 heures 5 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 11 heures 19 min
Quatre saisons

Le souffle des printemps arabes s’est-il éteint ?

Publié le 20 juin 2012
Coup d’état feutré en Égypte, manifestation et couvre-feu en Tunisie, lutte interminable contre Al-Qaïda au Yémen... Les pays qui composent le monde arabe ont du mal à trouver un second souffle aux mouvements de contestation. Un an et demi après le début de la mouvance libertaire qui a frappé la Tunisie, une contre-révolution serait en train de naître sur les cendres encore brûlantes du Printemps arabe.
Yves Gonzalez-Quijano
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Yves Gonzalez-Quijano est Chercheur l'Institut français du Proche-Orient. Il  tient un carnet de recherche en ligne, Culture et politique arabes. Son prochain ouvrage, Arabités numériques. Le printemps du Web arabe est annoncé aux éditions Sindbad...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Coup d’état feutré en Égypte, manifestation et couvre-feu en Tunisie, lutte interminable contre Al-Qaïda au Yémen... Les pays qui composent le monde arabe ont du mal à trouver un second souffle aux mouvements de contestation. Un an et demi après le début de la mouvance libertaire qui a frappé la Tunisie, une contre-révolution serait en train de naître sur les cendres encore brûlantes du Printemps arabe.

Les nouvelles qui nous arrivent du monde arabe semblent toutes indiquer la fin du « printemps » avant même qu'il ait pu donner ses fruits... Quel que soit le résultat des élections, les militaires égyptiens sont en passe de réussir leur coup d'état feutré ; en Libye on séquestre les membres de la Cour pénale internationale ; les autorités tunisiennes ont dû imposer il y a un peu moins d'une semaine un couvre-feu qu'elles viennent tout juste de lever ; au Yémen, l'armée n'en finit pas de lutter contre Al-Qaïda ; au Bahreïn,  la libération d'un enfant de 11 ans est considéré comme un signe encourageant ; les observateurs de l'ONU suspendent leur mission en Syrie... On pourrait facilement allonger la liste, avec le sultanat d'Oman par exemple où une trentaine d'activistes, écrivains, avocats, blogueurs..., viennent d'être arrêtés... Après avoir fait naître bien des espoirs, dans le monde arabe et au-delà, les soulèvements de l'année 2011 suscitent surtout désormais la crainte d'un long hiver politique.

Comme souvent, ce sont pourtant les évidences les plus criantes qui échappent au regard et l'observation des événements – incontestablement assez déprimants – qui se succèdent au jour le jour fait oublier la lumière qui éclaire toute la scène. Précisément, c'est une scène nouvelle qui est dressée, ou plus exactement qui resurgit, celle du monde arabe, en tant que chambre d'écho commune à des protestations qui parcourent des sociétés en apparence très différentes. Car tout le monde s'accorde pour qualifier ce printemps d'« arabe ». D'ailleurs, dès la fuite de Ben Ali  au 14 janvier 2011 et donc plus de dix jours avant la fameuse « journée de la Révolte » sur la place Tahrir au Caire, on a commencé à s'interroger sur les prochaine étapes de la « contagion » (au prix d'ailleurs d'une détestable expression qui assimilait la soif de justice et de liberté des peuples à une épidémie dévastant la région). De fait, la révolte grondait déjà en Algérie, au Liban, en Oman, en Arabie saoudite, autant de pays où les autorités sont parvenues à désamorcer des protestations qui n'en ont pas moins éclaté ailleurs.

En dépit de l'abîme qui s'étend entre des pays géographiquement très proches, à l'image du Yémen dont le revenu par habitant est dix fois inférieur à celui de l'Arabie saoudite voisine, et malgré les quelque 6 500 km qui séparent Mascate, la capitale omanaise, de Casablanca sur les bords de l'Atlantique, les soulèvements du « printemps » ont démontré à l'envi qu'ils étaient bien – c'est une des rares certitudes –  arabes. En d'autres termes pas « islamiques » et encore moins « islamistes », mais davantage liés à la perception d'un espace politique particulier qu'on appelle communément « le monde arabe ». D'ailleurs, dans la république islamique d'Iran, dont la frontière maritime occidentale n'est qu'à quelque cent kilomètres du royaume de Bahreïn, un des principaux foyers de la contestation actuelle, on n'a pas vu se réveiller la « révolution verte » de l'été 2009, elle aussi pourtant nourrie des nouvelles technologies d'internet, Twitter en l'occurrence...

On a fini par l'oublier, mais « le monde arabe » est une invention récente. Ce n'est qu'à la toute fin du XIXème siècle que l'expression a fait son apparition sous la plume des premiers théoriciens de l'arabisme. Pour que se développe ce nouvel imaginaire national, il aura fallu le concours d'un ensemble de facteurs à la faveur desquels s'est progressivement élaborée la modernité arabe : l'expansion coloniale européenne et la première mondialisation économique, avec leurs conséquences politiques et sociétales, et notamment la première révolution des communications (celle des chemins de fer et des réseaux télégraphiques) redoublée, dans cette région, par cette inimaginable révolution culturelle que fut l'introduction de l'imprimé dans des sociétés baignant encore dans la culture du manuscrit et de la transmission orale. C'est bien sous l'impulsion des pionniers de l'imprimé, dans les journaux et les revues de l'époque, que l'idée d'une nation arabe a vu le jour, avec le succès que l'on sait.

De nos jours, si le printemps 2011 a imposé son caractère arabe avec une telle évidence, c'est parce qu'il est porté par une autre révolution de l'information, celle des outils numériques qui ont fait déferler sur la région les vagues successives de leurs inventions techniques : les premières transmissions par satellite qui ont permis le lancement de grands quotidiens trans-régionaux dans les années et celui des chaînes satellitaires durant la décennie suivante, puis l'essor spectaculaire d'internet, et en particulier des réseaux sociaux, durant les années qui ont immédiatement précédé les soulèvements actuels. Modelée par les caractéristiques de la communication contemporaine, avec ses industries culturelles de masse mais également ses réseaux collaboratifs capables d'une diffusion instantanée à très faible coût financier, une nouvelle « sphère publique » arabe est apparue. C'est elle qui a vibré à l'unisson des images de la place Tahrir, retransmises par les grandes chaînes d'information régionales, et qui les a commentées, entre « amis Facebook » (43 millions d'utilisateurs arabes désormais).

Sans le moindre doute possible, le « printemps arabe » annonce l'arrivée en politique de cette génération arabe des « natifs du numérique », porteur d'une culture et d'exigences nouvelles. Mais les victoires qu'elle a remportées dans la rue ont été trop rapides. Elles sont venues trop tôt alors qu'elle n'avait pas la maturité qui lui aurait permis de s'organiser et d'avancer ses propres propositions. Aujourd'hui, la contre-révolution l'emporte partout et la jeunesse se fait chaque jour davantage voler une révolte que détournent à leurs profit militaires et opportunistes de tous bords en jouant, une fois de plus, sur le registre bien connu du religieux. Vaille que vaille, l'ordre est rétabli, dans bien des cas au profit d'une redistribution des cartes qui laisse un peu plus de pouvoir aux courants de l'islam politique. Au regard, cependant, de la vitesse à laquelle se sont propagées les demandes de changement portées par les réseaux sociaux d'internet, on imagine mal que ce rafistolage puisse tenir bien longtemps car les nouvelles « arabités numériques » ne remettent pas seulement en cause l'ordre politique ancien et ses injustices. Ouverts à la « conversation globale » sur la Toile universelle, les « moins de 35 ans » qui totalisent à eux seuls près des deux tiers des populations arabes, sont également porteurs d'autres demandes, de liberté et d'autonomie individuelle. Elles ne pourront se satisfaire longtemps d'un retour trop criant à l'ordre ancien et encore moins d'une chape de plomb morale, fût-elle imposée au nom de l'islam.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
le Gône
- 21/06/2012 - 06:36
Il n'a jamais existé!!
le "printemps" Arabe est une pure invention journalistique afin de ne pas dire que les Islamistes prennent le pouvoir en Afrique du Nord...on remplace une dictature par une autre et le monde s'esbaudit !! quelle imbécilité..
Ganesha
- 20/06/2012 - 21:12
Questions Directes...
La question que personne ne pose, et pour laquelle il n'y a donc pas de réponse : il ne semble pas qu'il y ait eu de fraude électorale massive : si les partis islamistes obtiennent des scores élevés, il doit donc y avoir une bonne proportion de femmes qui ont vôté pour eux !
Je pense que qu'il y aurait moyen de réaliser des enquêtes sociologiques....
Notre système économique : chômage et inégalités sociales croissantes et notre système familial : divorce et mères célibataires : finalement cela ne fait pas tellement rêver de l'autre côté de la Méditerranée !
Teo1492
- 20/06/2012 - 20:41
Les chrétiens continuent pourtant à être exterminés...
Printemps arabe ? que de naïveté...
C'est un printemps islamiste qui a eu lieu et rien d'autre !