En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

06.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

01.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Cocasse
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 32 min 48 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 1 heure 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 1 heure 41 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 3 heures 57 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 4 heures 59 min
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 5 heures 25 min
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 6 heures 17 min
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 6 heures 31 min
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 6 heures 44 min
décryptage > Religion
Double impasse

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

il y a 6 heures 55 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 1 heure 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 1 heure 37 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 3 heures 25 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 4 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Patrick Besson : "J’ai toujours pris Salman Rushdie pour un triste con"

il y a 5 heures 7 min
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 5 heures 40 min
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 6 heures 25 min
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 6 heures 33 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Pour Finkielkraut, Zemmour est tombé dans le piège tendu par l’islam radical ; Bayrou essaie encore de faire partir Philippe de Matignon ; 40 salariés chez LREM pour la com digitale, 1 chez LR ; Pour Salvini le fascisme est aussi mort que le communisme
il y a 6 heures 51 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 49 min
Quatre saisons

Le souffle des printemps arabes s’est-il éteint ?

Publié le 20 juin 2012
Coup d’état feutré en Égypte, manifestation et couvre-feu en Tunisie, lutte interminable contre Al-Qaïda au Yémen... Les pays qui composent le monde arabe ont du mal à trouver un second souffle aux mouvements de contestation. Un an et demi après le début de la mouvance libertaire qui a frappé la Tunisie, une contre-révolution serait en train de naître sur les cendres encore brûlantes du Printemps arabe.
 Yves Gonzalez-Quijano est Chercheur l'Institut français du Proche-Orient. Il  tient un carnet de recherche en ligne, Culture et politique arabes. Son prochain ouvrage, Arabités numériques. Le printemps du Web arabe est annoncé aux éditions Sindbad...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Gonzalez-Quijano
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Yves Gonzalez-Quijano est Chercheur l'Institut français du Proche-Orient. Il  tient un carnet de recherche en ligne, Culture et politique arabes. Son prochain ouvrage, Arabités numériques. Le printemps du Web arabe est annoncé aux éditions Sindbad...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Coup d’état feutré en Égypte, manifestation et couvre-feu en Tunisie, lutte interminable contre Al-Qaïda au Yémen... Les pays qui composent le monde arabe ont du mal à trouver un second souffle aux mouvements de contestation. Un an et demi après le début de la mouvance libertaire qui a frappé la Tunisie, une contre-révolution serait en train de naître sur les cendres encore brûlantes du Printemps arabe.

Les nouvelles qui nous arrivent du monde arabe semblent toutes indiquer la fin du « printemps » avant même qu'il ait pu donner ses fruits... Quel que soit le résultat des élections, les militaires égyptiens sont en passe de réussir leur coup d'état feutré ; en Libye on séquestre les membres de la Cour pénale internationale ; les autorités tunisiennes ont dû imposer il y a un peu moins d'une semaine un couvre-feu qu'elles viennent tout juste de lever ; au Yémen, l'armée n'en finit pas de lutter contre Al-Qaïda ; au Bahreïn,  la libération d'un enfant de 11 ans est considéré comme un signe encourageant ; les observateurs de l'ONU suspendent leur mission en Syrie... On pourrait facilement allonger la liste, avec le sultanat d'Oman par exemple où une trentaine d'activistes, écrivains, avocats, blogueurs..., viennent d'être arrêtés... Après avoir fait naître bien des espoirs, dans le monde arabe et au-delà, les soulèvements de l'année 2011 suscitent surtout désormais la crainte d'un long hiver politique.

Comme souvent, ce sont pourtant les évidences les plus criantes qui échappent au regard et l'observation des événements – incontestablement assez déprimants – qui se succèdent au jour le jour fait oublier la lumière qui éclaire toute la scène. Précisément, c'est une scène nouvelle qui est dressée, ou plus exactement qui resurgit, celle du monde arabe, en tant que chambre d'écho commune à des protestations qui parcourent des sociétés en apparence très différentes. Car tout le monde s'accorde pour qualifier ce printemps d'« arabe ». D'ailleurs, dès la fuite de Ben Ali  au 14 janvier 2011 et donc plus de dix jours avant la fameuse « journée de la Révolte » sur la place Tahrir au Caire, on a commencé à s'interroger sur les prochaine étapes de la « contagion » (au prix d'ailleurs d'une détestable expression qui assimilait la soif de justice et de liberté des peuples à une épidémie dévastant la région). De fait, la révolte grondait déjà en Algérie, au Liban, en Oman, en Arabie saoudite, autant de pays où les autorités sont parvenues à désamorcer des protestations qui n'en ont pas moins éclaté ailleurs.

En dépit de l'abîme qui s'étend entre des pays géographiquement très proches, à l'image du Yémen dont le revenu par habitant est dix fois inférieur à celui de l'Arabie saoudite voisine, et malgré les quelque 6 500 km qui séparent Mascate, la capitale omanaise, de Casablanca sur les bords de l'Atlantique, les soulèvements du « printemps » ont démontré à l'envi qu'ils étaient bien – c'est une des rares certitudes –  arabes. En d'autres termes pas « islamiques » et encore moins « islamistes », mais davantage liés à la perception d'un espace politique particulier qu'on appelle communément « le monde arabe ». D'ailleurs, dans la république islamique d'Iran, dont la frontière maritime occidentale n'est qu'à quelque cent kilomètres du royaume de Bahreïn, un des principaux foyers de la contestation actuelle, on n'a pas vu se réveiller la « révolution verte » de l'été 2009, elle aussi pourtant nourrie des nouvelles technologies d'internet, Twitter en l'occurrence...

On a fini par l'oublier, mais « le monde arabe » est une invention récente. Ce n'est qu'à la toute fin du XIXème siècle que l'expression a fait son apparition sous la plume des premiers théoriciens de l'arabisme. Pour que se développe ce nouvel imaginaire national, il aura fallu le concours d'un ensemble de facteurs à la faveur desquels s'est progressivement élaborée la modernité arabe : l'expansion coloniale européenne et la première mondialisation économique, avec leurs conséquences politiques et sociétales, et notamment la première révolution des communications (celle des chemins de fer et des réseaux télégraphiques) redoublée, dans cette région, par cette inimaginable révolution culturelle que fut l'introduction de l'imprimé dans des sociétés baignant encore dans la culture du manuscrit et de la transmission orale. C'est bien sous l'impulsion des pionniers de l'imprimé, dans les journaux et les revues de l'époque, que l'idée d'une nation arabe a vu le jour, avec le succès que l'on sait.

De nos jours, si le printemps 2011 a imposé son caractère arabe avec une telle évidence, c'est parce qu'il est porté par une autre révolution de l'information, celle des outils numériques qui ont fait déferler sur la région les vagues successives de leurs inventions techniques : les premières transmissions par satellite qui ont permis le lancement de grands quotidiens trans-régionaux dans les années et celui des chaînes satellitaires durant la décennie suivante, puis l'essor spectaculaire d'internet, et en particulier des réseaux sociaux, durant les années qui ont immédiatement précédé les soulèvements actuels. Modelée par les caractéristiques de la communication contemporaine, avec ses industries culturelles de masse mais également ses réseaux collaboratifs capables d'une diffusion instantanée à très faible coût financier, une nouvelle « sphère publique » arabe est apparue. C'est elle qui a vibré à l'unisson des images de la place Tahrir, retransmises par les grandes chaînes d'information régionales, et qui les a commentées, entre « amis Facebook » (43 millions d'utilisateurs arabes désormais).

Sans le moindre doute possible, le « printemps arabe » annonce l'arrivée en politique de cette génération arabe des « natifs du numérique », porteur d'une culture et d'exigences nouvelles. Mais les victoires qu'elle a remportées dans la rue ont été trop rapides. Elles sont venues trop tôt alors qu'elle n'avait pas la maturité qui lui aurait permis de s'organiser et d'avancer ses propres propositions. Aujourd'hui, la contre-révolution l'emporte partout et la jeunesse se fait chaque jour davantage voler une révolte que détournent à leurs profit militaires et opportunistes de tous bords en jouant, une fois de plus, sur le registre bien connu du religieux. Vaille que vaille, l'ordre est rétabli, dans bien des cas au profit d'une redistribution des cartes qui laisse un peu plus de pouvoir aux courants de l'islam politique. Au regard, cependant, de la vitesse à laquelle se sont propagées les demandes de changement portées par les réseaux sociaux d'internet, on imagine mal que ce rafistolage puisse tenir bien longtemps car les nouvelles « arabités numériques » ne remettent pas seulement en cause l'ordre politique ancien et ses injustices. Ouverts à la « conversation globale » sur la Toile universelle, les « moins de 35 ans » qui totalisent à eux seuls près des deux tiers des populations arabes, sont également porteurs d'autres demandes, de liberté et d'autonomie individuelle. Elles ne pourront se satisfaire longtemps d'un retour trop criant à l'ordre ancien et encore moins d'une chape de plomb morale, fût-elle imposée au nom de l'islam.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

06.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

01.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
le Gône
- 21/06/2012 - 06:36
Il n'a jamais existé!!
le "printemps" Arabe est une pure invention journalistique afin de ne pas dire que les Islamistes prennent le pouvoir en Afrique du Nord...on remplace une dictature par une autre et le monde s'esbaudit !! quelle imbécilité..
Ganesha
- 20/06/2012 - 21:12
Questions Directes...
La question que personne ne pose, et pour laquelle il n'y a donc pas de réponse : il ne semble pas qu'il y ait eu de fraude électorale massive : si les partis islamistes obtiennent des scores élevés, il doit donc y avoir une bonne proportion de femmes qui ont vôté pour eux !
Je pense que qu'il y aurait moyen de réaliser des enquêtes sociologiques....
Notre système économique : chômage et inégalités sociales croissantes et notre système familial : divorce et mères célibataires : finalement cela ne fait pas tellement rêver de l'autre côté de la Méditerranée !
Teo1492
- 20/06/2012 - 20:41
Les chrétiens continuent pourtant à être exterminés...
Printemps arabe ? que de naïveté...
C'est un printemps islamiste qui a eu lieu et rien d'autre !