En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
Sursis
Grèce : les législatives ont apaisé provisoirement les marchés mais elles sont loin d'avoir réglé la crise
Publié le 18 juin 2012
Les marchés et les membres de la zone euro sont soulagés, les Grecs ont donné les clefs du pouvoir aux conservateurs de la Nouvelle Démocratie, pro-européens. Paradoxe : ces mêmes hommes politiques ont été à l'origine de la crise, il y a trois ans.
Joëlle Dalègre est maître de conférences à l'INALCO, spécilisée en civilisation de la Grèce. Elle est notamment l'auteur de La Grèce inconnue d'aujourd'hui, de l'autre côté du miroir, l'Harmattan 2011, 252p. En collaboration avec 4 doctorants ou...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joëlle Dalègre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joëlle Dalègre est maître de conférences à l'INALCO, spécilisée en civilisation de la Grèce. Elle est notamment l'auteur de La Grèce inconnue d'aujourd'hui, de l'autre côté du miroir, l'Harmattan 2011, 252p. En collaboration avec 4 doctorants ou...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les marchés et les membres de la zone euro sont soulagés, les Grecs ont donné les clefs du pouvoir aux conservateurs de la Nouvelle Démocratie, pro-européens. Paradoxe : ces mêmes hommes politiques ont été à l'origine de la crise, il y a trois ans.

Les « marchés financiers » et l'UE disent : ouf ! La Grèce a « bien » voté ! Ce qui signifie qu'après une heure de grand suspens, les chiffres ont penché en faveur du favori des marchés :  la droite conservatrice d'Antonis Samaras a obtenu 29,66% des voix et le Syriza, 26,89%. Grâce au bonus des 50 sièges accordés au vainqueur, la droite aura 129 sièges (sur 300) et si elle s'allie comme vraisemblablement aux restes du Parti socialiste (12% des voix, 33 sièges) elle aura la majorité absolue. Le conservateur économiste de Harvard, l'a emporté sur le jeune trublion contestataire et marxisant.

Victoire paradoxale ? Le scrutin ne faisait que réaliser le referendum proposé par Georges Papandréou en octobre dernier et si largement condamné, gagner 9 mois n'aurait-il pas évité 9 mois de crise et de déclin accéléré ?  Victoire paradoxale qui donne le pouvoir aux mêmes politiques qui depuis 2 ans sont hués, injuriés, yaourtés, ceux que le vote du 6 mai dernier avait largement condamnés. Antonis Samaras a été député depuis 1977, plusieurs fois ministre, Evangelos Venizélos député depuis 1933, compte-t-on sur ces vieux routiers de la politique pour supprimer le clientélisme, la corruption et les pots de vin ?

Antonis Samaras formera un gouvernement. Mais que les financiers calment leur optimisme ! L'économie grecque est ruinée, le tissu social explose comme en témoigne la persistance du vote pour les néo-nazis de l'Aube Dorée (7% de voix), et le pays est largement divisé. L'examen des votes à l'échelle régionale montre que la Nouvelle Démocratie (A.Samaras) s'appuie sur les bastions de la droite traditionnelle, le sud du Péloponnèse, les départements riverains de la frontière nord où elle obtient 40 à 42% des voix ; le Syriza, dans la même proportion s'appuie sur des bastions de gauche comme la Crète ou les îles Ioniennes mais surtout sur l'ensemble de l'agglomération athénienne au sens large, sur les  grandes villes, Patras, Salonique, Hérakleion.

Il y a donc deux Grèce en jeu. Le nouveau gouvernement se trouvera face à une virulente opposition parlementaire, les communistes et l'Aube Dorée, opposants de principe, et le Syriza qui a déjà annoncé qu'il ne ferait aucun cadeau, il risque aussi une forte opposition dans les rues de la capitale où se trouvent précisément les troupes de choc du Syriza. Car le court succès de Samaras traduit l'inquiétude, la peur de la catastrophe mais pas le soutien populaire.

Enfin jusqu'où l'UE est-elle prête à « récompenser » Antonis Samaras de sa victoire ? S'il a milité pour le maintien du plan d'austérité, lui qui avait refusé de le soutenir tant que Georges Papandréou était au pouvoir, il a aussi largement annoncé qu'il demanderait des aménagements. Si l'UE veut soutenir sa victoire limitée, si elle veut couper l'herbe sous le pied du puissant Tsipras, il lui faut lâcher du lest, c'est-à-dire de l'argent. Que Samaras applique les règles européennes fidèlement ou non, l'argent ne va pas surgir immédiatement, les caisses de l'État ne pourront plus fin juillet verser retraites et salaires.

Alors, combien les marchés, l'UE et Mme Merkel sont-ils prêts à verser ? Là est la question. Le soulagement risque d'être bref.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 18/06/2012 - 23:47
La crise de 2008 n'a été que le révélateur de la gabegie social-
-démagogique qui a commencé il y a plus de vingt ans avec les coalitions gauchistes (papandreou père et autres sévèrement corrompus)avec le soutien européen des pourvoyeurs de cette social-démagogie au travers des fonds structurels alloués de façon socialistico-irréaliste! Affirmer que la crise à trois ans et qu'elle est à mettre au crédit de la droite libérale est encore une analyse à courte vue, comme nous y ont habitués les théoriciens de cette social-démagogie dont ils repoussent la responsabilité. On s'apercevra malheureusement très vite que les mêmes causes produisent les mêmes effets. Mais je fais plus confiance aux libéraux qu'à une coalition socialo-cocos pour détricoter une social-démagogie vieille de plus de vingt ans!
kim yong zéro
- 18/06/2012 - 20:01
marchés calmés?
si réelire de vieux partis politiques clientèlistes pouvait calmer les marchés,alors la france a bien fait de relancer les socialistes...mais je doute que les marchés soient aussi stupidesle cas grec est un cas sans importance,le coeur du probleme se situe en espagne et en italie
François78
- 18/06/2012 - 19:36
Ultra bref ...
Tellement bref qu'au moment où vous écrivez, c'en est déjà fini (depuis le milieu de la maitinée). En des temps si changeants, il faut se tenir informé.

Les taux Italiens (obligation gouvernementales) dépassent les 6%, les taux Espagnols dépassent le 7%, et les taux Grecs, malgré une très légère détente, flirtent encore avec un cool 26 %.

En fait le cinéma fait sur l'enjeu des élections Grecques est une tragi-comédie montée de toutes pièces (Hollande en tête) pour apeurer toute l'Europe du sud.

Et tous commencent à s'apercevoir qu'à force de hurler au loup pour faire savoir qu'ils étaient, eux, du bon côté, ils ont raté une occasion de remetttre fondalement en cause des politiques mortifères.