En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

04.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

ça vient d'être publié
light > Insolite
L'habit ne fait pas le moine
Elle simule un voyage à Bali depuis Ikea
il y a 8 heures 38 min
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 9 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 11 heures 50 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 15 heures 18 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 16 heures 2 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 16 heures 26 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 17 heures 2 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 18 heures 48 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 10 heures
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 9 heures 1 min
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 9 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 12 heures 18 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 14 heures 46 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 15 heures 34 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

il y a 16 heures 2 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 16 heures 41 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 18 heures 20 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 9 heures
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 10 heures
Faux pas

Ségolène Royal sera plus victime des bugs de sa stratégie que du Tweetweilergate

Publié le 15 juin 2012
Ségolène Royal, investie dans la 1ère circonscription de La Rochelle par le Parti socialiste, affrontera au second tour le socialiste dissident Oliver Falorni. Donnée largement battue par les sondages, l'ex candidate à la présidentielle pourrait perdre une belle occasion d’accéder, comme elle le souhaitait, au perchoir de l'Assemblée Nationale.
Marie-Claude Aristégui est Grand reporter pour le quotidien Sud-Ouest.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maire-Claude Aristégui
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marie-Claude Aristégui est Grand reporter pour le quotidien Sud-Ouest.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ségolène Royal, investie dans la 1ère circonscription de La Rochelle par le Parti socialiste, affrontera au second tour le socialiste dissident Oliver Falorni. Donnée largement battue par les sondages, l'ex candidate à la présidentielle pourrait perdre une belle occasion d’accéder, comme elle le souhaitait, au perchoir de l'Assemblée Nationale.

Atlantico : Selon une étude Ifop/Fiducial, réalisée avant et après le tweet de soutien à Olivier Falorni posté par Valérie Trierweiler, Ségolène Royal serait largement battue ce dimanche par le dissident socialiste dans la 1ère circonscription de La Rochelle. Comment expliquez-vous cette situation ?

Marie-Claude Aristégui : Les premières divergences sont apparues au moment des régionales en 2010. Ségolène Royal comptait imposer une autre tête de liste qu’Olivier Falorni à l’échelon départementale.

Je ne suis pas sûre que Ségolène Royal ait imaginé que cela se passerait comme ça se passe aujourd’hui. Maxime Bono, l’actuel député de la première circonscription de Charente-Maritime, a décidé de ne pas se représenter. D’après ce qu’il dit, il a alors personnellement sollicité Ségolène Royal. A l’époque, Ségolène Royal avait d’autres soucis, elle était à ce moment-là candidate à la primaire socialiste. Après le camouflé qu’elle a reçu lors de la primaire, elle a déclaré qu’elle serait volontiers candidate. Tout cela était très compliqué. Olivier Falorni avait déjà décidé de se présenter. Il a voulu qu’il y ait des primaires, selon la règle du Parti socialiste, mais cela lui a été refusé. Ségolène Royal a alors été désignée d’office par Solferino. Martine Aubry a d’ailleurs admis qu’elle avait prise elle-même la décision pour éviter la polémique et le fait que Ségolène Royal soit « salie ».

Lé décision a provoqué un tollé dans la région. Que reproche-t-on à Ségolène Royal ?

Une partie des militants rochelais et de l’ile de Ré, puisque c’est la même circonscription, ont très mal pris cette décision.

D’abord, c’est la non-concertation qui a posé un vrai problème. On a privé les militants de vote. Ils se sont dits « humiliés ». La France a eu le privilège de choisir son candidat socialiste, pas eux. Les rochelais sont des gens libres, indépendants, et n’ont pas envie que des appareils parisiens leur dictent leur conduite.

Ensuite, même si les gens le disent moins ouvertement, ils considèrent Ségolène Royal comme une parachutée même si elle reste présidente de la Région. Pour beaucoup, elle se sert de La Rochelle pour accéder au perchoir. Elle se moque en quelque sorte de la ville.

Olivier Falorni a beaucoup joué de ce qu’il appelle le « parachutage de la honte ». De plus, la droite n’a jamais soutenu la candidature UMP. Ils soutiennent aujourd’hui ouvertement la candidature d’Olivier Falorni, mais je peux vous dire que cela a toujours plus ou moins été le cas, mais moins ouvertement… Dominique Bussereau tweetait déjà des choses qui ne trompaient personne à l’époque.

Ségolène Royal n’est pas une personne qui laisse indifférent. Sa personnalité suscite toujours autant d’idolâtries de la part de certains que de rejets de la part d’autres.

Comment le tweet de la première dame a-t-il été accueilli à La Rochelle ?

Le tweet en question est tombé au moment où Ségolène Royal, Martine Aubry et Cécile Duflot tenait une conférence de presse. Quelqu’un de l’entourage de Ségolène Royal lui a apporté un petit papier, ce qui a provoqué chez elle une grimace d’embarras le plus total… A la suite de cela, nous lui avons posé la question. Elle pensait manifestement que c’était un faux, une manipulation qui tombait à pic le jour où elle confirmait son engagement et le soutien du parti à La Rochelle.

Quand nous avons dit à Martine Aubry qu’a priori le message émanait du compte Twitter officiel de la première dame, on nous a répondu qu’il devait avoir été piraté. Une demi-heure plus tard, alors que les deux femmes déjeunaient ensemble dans un restaurant du vieux port de La Rochelle, Valérie Trierweiler a confirmé ses propos à l’AFP. Nous lui avons alors redemandé un commentaire. En vain, Ségolène Royal n’a pas voulu faire de déclarations. Elle a seulement indiqué qu’elle était là pour ses électeurs. Martine Aubry a quant à elle précisé que Valérie Trierweiler était « une femme libre ».

Les Rochelais ont bien évidemment commenté l’affaire. Beaucoup ont comparé cela à la série américaine « Dallas ». Je me souviens notamment de l’intervention d’un homme, qui disait être de droite, et qui a juré de voter Falorni. Dans la ville, les railleries ont fusé. Même ceux qui ne savaient pas ce qu’était Twitter ont bien rigolé de cette histoire.

La polémique peut-elle être de nature à redorer le blason de Ségolène Royal dans la région ?

La méthode étant quand même assez odieuse, on se disait que ça pouvait la rendre plus sympathique à l’égard des électeurs. Mais je ne crois pas que cela sera le cas. Un sondage Ifop/Sud-Ouest, publié ce mercredi et réalisé en partie après la polémique, révèle que les intentions de vote sont à 58% pour Olivier Falorni et 42% pour Ségolène Royal.

Olivier Falorni est très méconnu du grand public. Que pouvez-vous nous dire sur celui qui s’oppose si fortement à l’ex candidate à la présidentielle ? Est-il si proche que cela du président ?

Olivier Falorni est un professeur de géographie âgé de 40 ans. Il travaille donc à mi-temps comme enseignant et adjoint au maire de La Rochelle, délégué au budget. Il est également conseiller régional mais son rôle dans l’institution reste minime, Ségolène Royal ne lui ayant confié aucune mission importante.

Olivier Falorni dit qu’il est proche de François Hollande et, même s’il est difficile de le vérifier, je le crois. Il dit que cela fait dix ans qu’il soutient le nouveau président de la République, notamment pendant sa traversée du désert. Cela lui a valu pas mal d’inimitiés locales. Ce n’est pas étonnant en sachant que Maxime Bono s’est prononcé pour Ségolène Royal à la primaire.

Ségolène Royal assimile le vote Falorni à un vote UMP, voire même FN. Que dire de cela ?

D’après le sondage publié ce mercredi, une grosse partie des électeurs de Nicolas Sarkozy (83%) et de Marine Le Pen (55%) devraient voter Olivier Falorni. Comme le dit souvent Olivier Falorni, François Hollande a forcément été élu avec des voix d’électeurs qui, en 2007, avaient voté Nicolas Sarkozy.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

04.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Koïnè
- 20/06/2012 - 16:06
Où voyez vous une Première Dame?
Alors que cette affaire n'est qu'issue de la jalousie de la Deuxième Concubine à l'égard de la Première Concubine?
revizor
- 17/06/2012 - 01:29
La section socialiste de l'île de Ré soutient Falorni
Le chef socialiste de l'île de Ré Rénaldini soutient Falorni et non pas Bécassine.
revizor
- 17/06/2012 - 01:26
Nous avons soutenu la candidate UMP Sally Chadjaa
Sally Chadjaa a fait 19,47 % dans cette circonscription traditionellement de gauche ,sauf dans l'île de Ré où elle a fait 34% .
Mais l'abstention à été trop importante et elle n'avait donc pas 12,5% pour pouvoir se maintenir.
Or nous avions espéré une triangulaire qui nous aurait permis d'emporter vraisemblablement le siège.
Cette situation fait que si nous voulons battre la Bécassine du Poitou-Charentes, nous devons voter Falorni.
Il y a eu bien sûr des manoeuvres de la droite notamment du candidat de Borloo Drageon qui a fait 2 %