En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Sport
Machisme
Clémentine Sarlat dénonce le harcèlement moral et les remarques sexistes qu'elle a subies à "Stade 2"
il y a 7 heures 8 min
décryptage > Politique
La voix de son maître

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

il y a 8 heures 42 min
light > Culture
Industrie à l'arrêt
Disney repousse une douzaine de films Marvel à cause de l'épidémie
il y a 9 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire populaire du football" : Populaire et subversif : vive le foot !

il y a 11 heures 28 min
pépites > France
Drame
Drôme : deux morts et sept blessés dans une attaque au couteau perpétrée par un demandeur d'asile soudanais
il y a 11 heures 50 min
pépite vidéo > Media
Racisme
"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus
il y a 13 heures 12 min
décryptage > Religion
Besoin de sens

Sauver Pâques : les catholiques se mobilisent pour communier malgré le confinement

il y a 13 heures 50 min
décryptage > Environnement
Rions vert

C comme con, con comme Cochet : il confond le CO2 et le coronavirus !

il y a 14 heures 7 min
décryptage > High-tech
Applis stars du confinement

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

il y a 14 heures 23 min
décryptage > Politique
Dérapages à répétition

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

il y a 14 heures 43 min
pépites > Politique
Défiance
Covid-19 : une majorité de Français jugent que le gouvernement gère mal l'épidémie
il y a 8 heures 4 min
light > Media
Solidarité
Le groupe Canal+ va reverser ses recettes publicitaires de 20h à la Fondation de France
il y a 9 heures 26 min
pépite vidéo > International
Le monde d'avant
Coronavirus : en Suède, sans confinement, la vie continue comme si de rien n'était
il y a 9 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Maus", Tomes 1 et 2 : Un roman graphique hors norme

il y a 11 heures 32 min
pépites > Défense
Touchés
Coronavirus : 600 militaires français atteints
il y a 12 heures 7 min
décryptage > International
Vital

Pour éviter les famines, ne pas interrompre le commerce mondial de céréales

il y a 13 heures 42 min
décryptage > Santé
Aller de l'avant

Covid-19: Il faut accélérer, ce n’est jamais trop tard

il y a 13 heures 58 min
décryptage > Education
Imaginaire

Si le coronavirus fait irruption dans les jeux de vos enfants, ne vous faites pas de soucis

il y a 14 heures 13 min
décryptage > Société
Pas de retour à la normale rapide

Déconfinement graduel : attention danger dans l’opinion

il y a 14 heures 30 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Jeanne d'Arc, une dissidente au temps du Moyen Age

il y a 14 heures 52 min
Président du web

Vague "d'antihollandisme” sur le web : moins visible mais plus organisé que l’antisarkozysme

Publié le 17 juin 2012
Sur la toile, quelques campagnes virales ont commencé à dresser un portrait caricatural de François Hollande. L'émergence d'un "antihollandisme" pourrait-elle reproduire la vague "antisarkozyste" qui a marqué le quinquennat puis la campagne de l'ancien président ?
Alexandre Villeneueve est associé de JIN, une agence de conseil en communication d'influence, spécialisée dans le digital. Il exerce en tant que Directeur Conseil et Qualité.Il est co-auteur avec Edouard Fillias du blog E-Reputation et du livre E...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Villeneuve
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Villeneueve est associé de JIN, une agence de conseil en communication d'influence, spécialisée dans le digital. Il exerce en tant que Directeur Conseil et Qualité.Il est co-auteur avec Edouard Fillias du blog E-Reputation et du livre E...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sur la toile, quelques campagnes virales ont commencé à dresser un portrait caricatural de François Hollande. L'émergence d'un "antihollandisme" pourrait-elle reproduire la vague "antisarkozyste" qui a marqué le quinquennat puis la campagne de l'ancien président ?

Atlantico : Quelles premières conclusions peut-on tirer des premières campagnes anti Hollande sur le web ?

Alexandre Villeneuve : L'une des composante de cette tendance est entretenue par des mouvances d'extrême droite. Assez organisées, leurs démarches circulent car elles sont relayées par la presse. Dans tous les cas, ils comptent sur les images et sur le net pour faire connaître leurs initiatives. On est là dans le modèle de l'apéro saucisson-pinard qui avait beaucoup fait parler il y a quelques mois.

L'UMP, de son côté, a toujours été très active sur le net, même sous Nicolas Sarkozy. Des actions ont régulièrement été menées contre le Parti socialiste. On se souvient par exemple de l'achat des AdWord achetés pour dénigrer le PS, une démarche qui a été interdite par la justice.

Les militants de droite peinent à trouver les détails auxquels se raccrocher pour nourrir le buzz contre François Hollande. L'un de ceux qui a relativement fonctionné, c'est l'image des drapeaux étrangers sur la place de la Bastille. Ces photos ont été largement reprises par une partie de la droite, mais surtout par le Front national et le Bloc identitaire.

Dans l'ensemble, les campagnes virales mises en place sont relativement classiques. On prend une information et on cherche à la faire circuler via les réseaux sociaux et les blogs afin de capter l'attention de sites plus généralistes. Là encore, l'extrême droite a créé ses propres outils pour diffuser une information orientée : Metamédia, qui est un wikipédia version extrême droite ou encore des sites comme Novopress ou Fdesouche qui font office de médias attitrés à ces mouvances. Autant de relais qui doivent permettre de donner du souffle aux messages anti François Hollande. D'autant plus qu'ils n'ont pas toujours facilement accès à la presse.

Comparée aux campagnes « antisarko », cette vague « antihollande » a-t-elle le même impact ? La démarche est-elle la même ?

Au départ, les réactions contre François Hollande ne sont pas très spontanées. Le tout semble plutôt oganisé. Nicolas Sarkozy, lui, a rapidement fait des erreurs qui ont mobilisé contre lui des vagues de contestations directement issues de la communauté web.

L'affaire du tweet de Valérie Trierweiler pourrait donner de la matière à des remarques plus spontanées. C'est à la fois gênant, d'un point de vue politique, et drôle, d'un point de vue Internet. Ce type d'incidents est d'autant plus enclins à donner lieu à des campagnes web que les internautes aussi bien de gauche que de droite peuvent être agacés.

Nicolas Sarkozy, déjà en tant que ministre, s'était mis beaucoup de monde à dos. Les rancoeurs tournées vers lui étaient plus fortes que les oppositions qui existent pour l'instant contre François Hollande. L'ancien président est d'ailleurs le seul, à ma connaissance, à avoir fait l'objet d'un Google bombing : suites à des recherches massives associant son nom à « Iznogoud » puis à « trou du cul du web », on tombait sur des pages de Nicolas Sarkozy. Hors pour qu'une telle action fonctionne, il faut qu'elle soit relayée par des personnes influentes et par un nombre massif d'utilisateurs.

Il faut aussi prendre en compte le fait que François Hollande ne s'est pas encore fâché avec la communauté du web. Nicolas Sarkozy, au contraire, en mettant en place toutes les politiques liées à Hadopi, a participé à son statut de paria du net. Dans la foulée, une succession d'erreurs ont contribué à aggraver le phénomène. Le Libdup réalisé par les jeunes de l'UMP, par exemple, n'a en rien arrangé les choses : d'autant plus qu'ils n'avaient pas les droits sur cette musique !

Cela dit, il ne faut malgré pas tout oublié quelque chose : François Hollande vient tout juste d'être élu, il faudra qu'il tienne tout son quinquennat sans commettre ce genre d'erreurs. Les choses peuvent rapidement et facilement déraper : il suffit d'un tweet. Pour l'instant, il cherche même plutôt à arrondir les angles, en remettant Hadopi en cause par exemple, ce qui pourrait lui assurer une certaine magnanimité de la part des internautes.

Des campagnes comme celles-ci peuvent-elles avoir des conséquences visibles sur l'image de François Hollande dans l'opinion publique ?

Pour que de telles campagnes fonctionnent, il faut qu'elles reposent sur des erreurs réelles et flagrantes. François Hollande a évité de commettre de telles erreurs jusqu'ici. Le tweet de de Valérie Trierweiler pourrait être la base pour une telle démarche. Le vol en avion de Tulles à Paris le soir de l'élection peut-être une autre affaire qui le poursuivra.

Les vidéos que font régulièrement aussi bien la droite que l'extrême-droite ne réussissent pas à prendre car il n'y a pas un problème marquant pour stimuler l'aspect viral de ces éléments. Le yacht de Vincent Bolloré ou la célébration de l'élection de Nicolas Sarkozy au Fouquet's ont joué ce rôle en 2007.

Une campagne qui partirait d'une information fausse pourrait-elle circuler de la même manière ? Aurait-elle un impact ?

C'est déjà arrivé. Si elle paraît crédible et qu'elle est bien étayée, cela peut fonctionner, même si cela reste dans le domaine de la rumeur. Nicolas Sarkozy et ses proches trainent beaucoup de casseroles, qui ont été très visibles et médiatisées. Des éléments ont circulé sur le net sans toujours être vérifié, par exemple dans le cas du dossier Bettencourt.

Dans ces cas-là, le tout est d'être réactif et de vite désamorcer ces rumeurs.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (52)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Hildegarde
- 18/06/2012 - 16:45
Manque de sincérité
Beaucoup de anti-hollandistes primaires n'ont pas compris un élément fondateur de l'anti-sarkozysme primaire. Une majorité de français étaient sincèrement horripilée par Sarkozy, ses méthodes, ses idées, sa politique ... et elle l'exprimait haut et fort.
Les anti-hollandistes actuels s'amusent à singer les anti-sarkozystes mais ne croient pas une seule seconde à ce qu'ils racontent. Il suffit de voir avec quel acharnement ils ont parlé du nouveau Fouquet's et du nouveau Paloma dans les heures qui ont suivi l'élection.
Ils ont échoué. Même si tous les medias ont repris cet élément de langage, le buzz du jet privé n'a pas pris dans l'opinion publique.
Même les anti-hollande n'en parlent plus, et continue de lancer semaine après semaine leur fameux cri de guerre "on a trouvé la première erreur de Hollande". La répétition de ces messages suffit à prouver qu'ils cherchent encore, mais qu'ils se rassurent, ils n'ont jamais été aussi proches de la trouver.
enzo31311
- 18/06/2012 - 15:11
@tuffgong
UN nain peut en cacher un autre, apres le nain Sarkozy comme vous dites voila le nain Hollande (pas plus grand en taille et plus nul comme dirigeant.
Des son election Sarkozy etait l'objet d'attaques tres vives sur le net et dans une certaine presse, donc bien avant qu'il ait fait la moindre erreur.
Pour Hollande ca commence mais ca viendra car il est impossible qu'un dirigeant ne commete pas d'erreur ou ne fasse pas quelque chose qui deplaise a certains
Lepongiste
- 18/06/2012 - 14:11
Bon allez on va dire que GROLAND est le président
de 50 % des Français dont une partie importante sont des franco
quelque chose !!!