En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

04.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

07.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

06.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

ça vient d'être publié
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 3 heures 7 min
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 4 heures 39 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 6 heures 33 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 8 heures 16 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 10 heures 35 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 11 heures 51 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 12 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 1 jour 5 heures
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 1 jour 6 heures
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 4 heures 9 min
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 6 heures 7 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 6 heures 57 min
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage aux personnel soignant
il y a 8 heures 52 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 11 heures 6 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 11 heures 37 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 12 heures 4 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 1 jour 4 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 1 jour 5 heures
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 1 jour 6 heures
Nostradamus

Hénin-Beaumont : comment expliquer la faillite des sondages ?

Publié le 23 juin 2012
Les instituts de sondage se sont encore trompés. Marine Le Pen était créditée de 32% des intentions de vote. Elle a finalement rassemblé 42% des voix. Jean-Luc Mélenchon, annoncé au second tour, a encore fait pschitt... L'échec du candidat du Front de gauche est-il aussi celui des sondeurs ?
Bruno Jeanbart
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Jeanbart est le Directeur Général adjoint de l'institut de sondage Opinionway. Il est l'auteur de "La Présidence anormale – Aux racines de l’élection d’Emmanuel Macron", mars 2018, éditions Cent Mille Milliards / Descartes & Cie.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les instituts de sondage se sont encore trompés. Marine Le Pen était créditée de 32% des intentions de vote. Elle a finalement rassemblé 42% des voix. Jean-Luc Mélenchon, annoncé au second tour, a encore fait pschitt... L'échec du candidat du Front de gauche est-il aussi celui des sondeurs ?

Atlantico : En début de campagne, Marine Le Pen  devait arriver en tête à Hénin-Beaumont avec 37% au 1er tour, devant Jean-Luc Mélenchon (25%) et le socialiste Philippe Kemel (21,5%). Finalement, Jean-Luc Mélenchon (21,48%) arrive derrière le socialiste Philippe Kemel (23,5%) et Marine Le Pen (42,36%). Comme à l’élection présidentielle, Mélenchon a été surestimé et Marine Le Pen sous-estimée. Comment expliquez-vous ce décalage entre les sondages et le résultat ?

Bruno Jeanbart : OpinionWay a publié vendredi une enquête qui donnait Jean-Luc Mélenchon en troisième position. L’enquête à laquelle vous faites référence a été réalisée trois semaines avant le premier tour. La campagne a fait bouger les lignes. Une enquête que nous avons réalisée hier montre que 15% des électeurs se sont décidés au dernier moment. Par ailleurs, le vote Le Pen reste difficile à évaluer car une partie des électeurs du FN n’assument pas leur choix. Les sondages sont donc corrigés à posteriori, mais il arrive cela ne suffise pas pour supprimer les biais.

Vendredi OpinionWay annonçait Marine le Pen en tête avec 32% des suffrages. La présidente du FN a réalisé 42% des voix. Un écart de dix points. Le différentiel est tout de même très important. Pour Steeve Briois, Mélenchon est « le candidat des sondeurs et des journalistes. N’y a-t-il pas eu « un phénomène de mode Jean-Luc Mélenchon » ?  

Je le rappelle, à Hénin-Beaumont, OpinionWay a annoncé Jean-Luc Mélenchon troisième. A la présidentielle, nous l’avons toujours placé derrière Marine Le Pen. Ce n’est donc pas une critique qui nous concerne directement. En revanche, nous avons sous-estimé le résultat de Marine Le Pen. Il y a eu un vote utile à droite. Le score de l’UMP dans la circonscription est très inférieur à celui qu’avait réalisé Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle. Nicolas Sarkozy avait fait 16%  et le candidat du Modem soutenu par l’UMP n’a fait que 7% aux législatives. L’écart est justement proche de 10 point. Beaucoup d’électeurs de la droite classique ont finalement décidé de franchir le pas et de voter Marine Le Pen dans cette circonscription.  

Durant les présidentielles, Jean-Luc Mélenchon était également crédité de 16% jusque dans les derniers jours. Il a terminé à 11%...

L’électorat de Jean-Luc Mélenchon est volatil et donc très compliqué à mesurer. Il y a des passerelles entre gauche classique et gauche radicale, mais aussi entre extrême gauche et extrême droite. Certains sondés qui vote Marine Le Pen déclarent voter Jean-Luc Mélenchon car c’est un vote protestataire considéré comme plus acceptable. Par ailleurs, il y a eu aussi un phénomène de vote utile à gauche. Des électeurs qui avaient voté Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle ont préféré voter PS aux législatives pour assurer une majorité au parlement à François Hollande. Ce vote s’est déclenché dans les derniers jours.

Jean-Luc Mélenchon a-t-il contribué à faire progresser Marine Le Pen ?

Il est possible que le vote FN de l’électorat de la droite classique ait été déclenché par la personnalité très clivante de Jean-Luc Mélenchon. Pour un électeur de droite, Mélenchon est peut-être un candidat trop radical. Face à un candidat de centre-gauche classique, le phénomène de vote utile aurait été moins important.

Au second tour, la victoire de Marine Le Pen est-elle possible ?

La circonscription est plus que jamais gagnable pour Marine Le Pen. Son score du premier tour est très bon et la gauche est divisée. Le FN fait 42% tandis que le candidat de l’UMP fait 8%. On flirte donc avec les 50%.  Ça dépendra de la campagne de second tour  et des différents appels qui vont être faits dans l’entre-deux tour. Il faudra recoller les morceaux entre deux camps qui se sont durement affrontés. Pour l’emporter, la gauche devra susciter un surcroît de mobilisation.

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
le14ecossais
- 13/06/2012 - 08:59
Guignolos de sondeurs
Il faut que les sondeurs gagnent de l'argent , alors le principe est simple : on va dans le vent dominant . ET comme celui-ci souffle vers la gauche , les sondeurs nous font dans la gauche. Si le vent venait à tourner ils prendraient une nouvelle direction .. Ce qui compte le plus pour ces organismes ( souvent composés de bobos parisiens qui s'imaginent que Paris est le centre du Monde) c'est de conserver ou acquérir des contrats et pour cela ils sont prêts à raconter n'importe quoi
Bara
- 13/06/2012 - 06:59
Instituts vendus
Les instituts de sondage servent des intérêts.

Celui de Mme Parisot est de mettre un hidjab quand elle se rend à Riyad, et d'essayer de faire baisser le score du FN.
lenoncalomniateur
- 12/06/2012 - 19:36
Merluchon
est tout simplement mis en place par certains médias même s'il se démène pour insulter tous les journalistes qu'il croise. L'écran de fumée ne prend, comme à la présidentielle, on a essayé le faire "mousser", heureusement cela n'a pas pris, son parti frontiste reste un épouvantail vulgaire anti-fn. Adieu les postillons nauséabonds d'un vil personnage !