En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

03.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

06.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

07.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

06.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

ça vient d'être publié
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 2 heures 46 min
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 4 heures 1 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

il y a 11 heures 32 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Covid-19 : la société française face au confinement

il y a 12 heures 36 min
décryptage > Culture
Il faut que tout change pour que tout change

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

il y a 13 heures 9 min
décryptage > International
Lion-dragon deal

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

il y a 14 heures 9 min
décryptage > Politique
Le bloc-pol de Laurence Sailliet

Ce devoir de pragmatisme qui s’impose au gouvernement Castex

il y a 15 heures 8 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

il y a 16 heures 13 min
décryptage > Société
Retrouver le sens du réel

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

il y a 16 heures 57 min
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 1 jour 5 heures
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 3 heures 14 min
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 4 heures 29 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : la démocratie à l’épreuve du coronavirus

il y a 12 heures 20 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Crise du coronavirus aux Etats-Unis : une mise à l’épreuve des valeurs fondamentales de la société américaine

il y a 12 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Bernard Plessy : "Travaux et jours dans la Grèce antique" (éditions Paradigme), grandeur du "petit peuple"

il y a 13 heures 40 min
décryptage > Economie
Effet boule de neige

Covid, moins d'habits, plus de chômage !

il y a 14 heures 34 min
décryptage > Culture
"Last night a DJ saved my life"

Humeur sombre mais folles envies de dance floor : la pop music n’a jamais été aussi rythmée depuis 10 ans

il y a 15 heures 29 min
décryptage > Société
1001 colères

A chacun ses coupables, à chacun ses victimes : mais qui écoute le plus les Français silencieux ?

il y a 16 heures 27 min
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 1 jour 5 heures
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 1 jour 6 heures
© Reuters
Jean-Luc Mélenchon en a fait un défi personnel, comme s’il avait voulu prendre sa revanche sur la présidentielle.
© Reuters
Jean-Luc Mélenchon en a fait un défi personnel, comme s’il avait voulu prendre sa revanche sur la présidentielle.
Erreur de diagnostic

Jean-Luc Mélenchon a été battu car il n'a pas compris qui sont les classes populaires aujourd'hui

Publié le 23 juin 2012
Devancé par Marine Le Pen et le socialiste Philippe Kemel, Jean-Luc Mélenchon ne sera pas au second tour des législatives à Hénin-Beaumont. Retour sur un combat personnel qui s'achève sur un échec.
Laurent Bouvet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Bouvet est professeur de science politique à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Il a publié Le sens du peuple : La gauche, la démocratie, le populisme (2012, Gallimard) et L'insécurité culturelle (2015, Fayard).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Devancé par Marine Le Pen et le socialiste Philippe Kemel, Jean-Luc Mélenchon ne sera pas au second tour des législatives à Hénin-Beaumont. Retour sur un combat personnel qui s'achève sur un échec.

A lire sur ce même thème : Duel des fronts : “Jean-Luc Mélenchon paie les conséquences de trente ans de rupture culturelle entre la gauche et le peuple” 

Atlantico: Comme à l'élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon (21,48%) arrive derrière le socialiste Philippe Kemel (23,5%) et Marine Le Pen (42,36%) dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais. Une nouvelle fois, il a perdu son pari de faire revenir l'électorat populaire vers la gauche. Comment expliquez-vous cette défaite et l'importance de l'écart entre les candidats du Front de gauche et du FN ?

Laurent Bouvet : Jean-Luc Mélenchon en a fait un défi personnel, comme s’il avait voulu prendre sa revanche sur la présidentielle. Cela n’était pas une bonne idée compte tenu du fait qu’il n’a pas analysé correctement le résultat du 6 mai. Il a voulu refaire à Hénin-Beaumont ce qu’il avait fait pour la présidentielle à l’échelle nationale à la fois en personnalisant beaucoup le combat et en positionnant sa campagne comme une campagne qui renvoie à une évocation irréaliste, imaginaire du peuple, à l’image de ce qu’il était en 1936. On avait l’impression qu’il avait envie de faire revivre une histoire qui n’existe plus. Il se trompe sur le peuple auquel il entend s’adresser. Sa démarche  est honorable sur le fond, mais il fait une mauvaise analyse de ce que sont les catégories populaires et encore plus de celles qui sont basées à Hénin-Beaumont.

Vous pensez que Jean-Luc Mélenchon s’adresse plus aux "bobos" qu’aux classes populaires ?

Je n’aime pas que l’on parle de bobos car cette expression est très floue en termes sociologiques. Dans les faits,  son discours ne s’adresse pas à l'électorat populaire, mais à une frange beaucoup plus étroite de l’électorat : techniciens supérieurs, cadres moyens, salariés ou ouvriers supérieurs. L'électeur de Mélenchon appartient à la classe moyenne souvent venue du secteur public.  Les électeurs de Mélenchon ne vivent pas les effets de la mondialisation de la même manière que les catégories populaires qui se tournent elles beaucoup plus volontiers vers le Front National.

Sur le plan économique, Jean-Luc Mélenchon tient également un discours très critique sur la mondialisation. En revanche, il a une approche multiculturaliste de la question de l'immigration : droit de vote des étrangers, régularisation de tous les sans-papiers...

Quand Jean-Luc Mélenchon parle de la mondialisation, il y a des éléments qui apparaissent comme intellectuellement attractifs sur la manière de redonner le pouvoir au peuple, mais qui dans les mesures concrètes visent plutôt à renforcer les assurances de ceux qui sont déjà très bien protégés par des acquis sociaux et qui ne vont pas jusqu’à la protection de ce que j’ai appelé « l’insécurité culturelle ».

Le programme de protection du Front de Gauche s’adresse à un électorat déjà protégé sur le plan économico-social et ne propose pas  de protection contre l’immigration. C’est là que tout se joue. Marine Le Pen propose de protéger contre tout ce qu’elle définit comme des «menaces » : la mondialisation, l’Europe, l’immigration, l’Islam, la concurrence au travail et les délocalisations. Elle ferme la frontière à tout.

Pour Jean-Luc Mélenchon, la notion de frontière n’est pas vraiment définie, son idée européenne est encore floue. Par ailleurs, il est pour la régularisation des sans-papiers, pour le droit de vote des étrangers aux élections locales. Il a un discours laïque mais qui accepte les nouvelles conditions culturelles de l’Islam sans dire que le halal par exemple pose problème.

Ainsi on assiste à des positions radicalement opposées : là ou Marine Le Pen s’adresse à des gens  qui ne sont pas protégés et leur propose de les protéger de tout, Jean-Luc Mélenchon s’adresse à des gens qui le sont déjà et leur propose une protection simplement économique car ils ne vivent pas les mêmes insécurités et les mêmes inquiétudes.

Vous évoquiez les termes d'"insécurité culturelle". De quoi s'agit-il exactement ? 

L’insécurité culturelle associe la menace de l’insécurité économique et sociale et l’insécurité physique sur les modes de vies. Cette menace peut être aussi simplement fantasmée. Peu importe que cela soit réel ou non, elle détermine le vote. Il ne suffit pas de considérer les gens comme des « abrutis racistes » parce qu’ils n’ont pas su faire évoluer leur pensée. Il faut comprendre le sens de leurs actes.

Cela explique-t-il le fait que Marine Le Pen arrive en tête au premier tour à Hénin-Beaumont ?

Oui, car ce sont des électeurs qui vivent dans une situation d’insécurité économique et sociale et qui subissent un monde qui bouge et qu’ils ne comprennent plus dans lequel ils voient le 11 septembre, les révolutions arabes, l’immigration d'origine maghrébine. Plus localement, leurs préoccupations peuvent se figer sur une boucherie de viande halal ou un nombre trop important à leur goût de burka dans un quartier. Tous ces facteurs indiquent que ces électeurs vivent dans un monde où ils se sentent menacés par des éléments qu’ils ne maîtrisent pas et sur lesquels les hommes politiques ne veulent pas parler. Ainsi les électeurs de Marine Le Pen l’approuvent en grande partie parce qu’elle dit la réalité telle qu’ils la conçoivent.

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (28)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Carcajou
- 12/06/2012 - 21:25
Imaginaire et vécu encore
J'aime bien qu'on me prenne pour un con. Le Mélenchon est contre la mondialisation, soit, mais alors lorsque le guignol chante: "l'internationale sera le genre humain", il n'y croit pas. Quel faux-cul!

"la réalité telle qu’ils la conçoivent". Le bon peuple voit plus de burkas, il entend parler de prières dans les rues, des horaires de piscines aménagés - après on cherche des explications non-confessionnelles - des repas halals servis dans les cantines, des femmes musulmanes veulent être soignées par du personnel femme. Tours de New-York, gare de Madrid, métro de Londres, militaires et enfants juifs assassinés, autant d'attentats perpétrés par des musulmans.

Sans compter toutes les petites vexations quotidiennes: les insultes, les trottoirs d'où il faut descendre, les menaces directes ou voilées.

Les lois sociales qui avantagent les familles nombreuses et donc les familles maghrébines et africaines.

et l'intello qui écrit: la réalité telle qu'ils la perçoivent. Quels cons! Ils se sont construits un imaginaire comme dit le sociologue de l'autre article.

"Un jour viendra où les traitres paieront, qu'ils freinent donc s'ils l'osent notre ascension grandiose..."
unlecteur
- 12/06/2012 - 18:52
C'est simple...
Les nordistes vivent, eux, les nuisances innombrables et permanentes de tous ces allogènes afro-maghrébins inassimilables... le petit apprenti dictateur a dû penser que ça serait aussi simple qu'au milieu d'un meeting de bobos.
Demos
- 12/06/2012 - 17:54
Les vertueux socialistes et
Les vertueux socialistes et fraternels communistes ne se sont-ils jamais servis du peuple autrement que de tremplin pour accéder au Pouvoir. Flater le peuple, n'était que le moyen de l'asservir.