En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

05.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

06.

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

07.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

01.

Alain Bauer : le mensonge ne paie pas

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 8 min 58 sec
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 55 min 4 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les dividendes 2020 seront aussi confinés : les dirigeants politiques veillent au grain, par démagogie ou par nécessité

il y a 1 heure 41 min
décryptage > International
Résolution ?

Fin de crise en Israël

il y a 13 heures 34 min
pépites > International
Israel
Coronavirus: Benjamin Netanyahu placé en quarantaine
il y a 19 heures 21 min
décryptage > International
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

Les Virus, l’économie, les politiques et la mort. Premières leçons de la gestion de la pandémie

il y a 20 heures 12 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Contes de la rue Broca

il y a 20 heures 55 min
pépites > France
Un transfert pas comme les autres
Coronavirus: le transfert de patients s'accélère, l'épidémie aussi
il y a 21 heures 24 min
pépite vidéo > Insolite
"Pour Corona"
Les hymnes du confinement
il y a 22 heures 16 min
décryptage > France
En finir avec les pythies de mauvaises aventures

Étatisation et protectionnisme : les deux maux qui nous menacent probablement plus qu’une répétition de 1929

il y a 22 heures 49 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 26 min 11 sec
décryptage > Politique
Certitudes

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

il y a 1 heure 19 min
décryptage > Santé
Gestion de crise

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

il y a 1 heure 53 min
pépites > France
Un boost pas comme les autres
Le confinement dynamise les révisions du Code de la route
il y a 18 heures 37 min
Les marques sont elles aussi solidaires
Coca-Cola et d'autres marques créent des logos de «distance sociale»
il y a 19 heures 33 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Le cauchemar

il y a 20 heures 49 min
pépites > Santé
Une nouvelle pénurie à cause du Covid-19
Vers une pénurie mondiale de préservatifs ?
il y a 21 heures 7 min
light > Insolite
Une perte musicale
Alan Merrill, auteur-compositeur " I Love Rock 'N' Roll '', décède du coronavirus à 69 ans
il y a 21 heures 55 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Les applications qui peuvent vous aider à supporter le confinement
il y a 22 heures 45 min
décryptage > France
Coronavirus

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

il y a 23 heures 2 min
Jubilé

L'autorité, cette valeur que "La Reine" incarne à la perfection quand tant d'autres gouvernants élus en manquent

Publié le 04 juin 2012
Comment expliquer, à l'heure de la démocratie, l'engouement dont jouit la souveraine Elizabeth II, devenue une véritable icône ?
Jacques Charles-Gaffiot est l'auteur de Trônes en majesté, l’Autorité et son symbole (Édition du Cerf), et commissaire de l'exposition Trésors du Saint-Sépulcre. Présents des cours royales européennes qui fut présentée au château de Versailles...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Charles-Gaffiot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Charles-Gaffiot est l'auteur de Trônes en majesté, l’Autorité et son symbole (Édition du Cerf), et commissaire de l'exposition Trésors du Saint-Sépulcre. Présents des cours royales européennes qui fut présentée au château de Versailles...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comment expliquer, à l'heure de la démocratie, l'engouement dont jouit la souveraine Elizabeth II, devenue une véritable icône ?

En quelques jours, combien de centaines de millions de personnes seront-elles restées rivées devant un écran de télévision, d’ordinateur ou de smartphone pour partager, avec la foule des grands jours accourue à Londres, un instant du formidable événement qui s’y déroule et dont les médias de toute espèce, depuis de longs mois, annoncent la préparation ? Les chroniques journalistiques ne seront pas closes au terme des festivités du moment. Le jubilé de diamant d’Elisabeth II offrira pour quelque temps encore mille sujets de commentaires, d’articles, d’ouvrages ou de documentaires.

Soixante années de règne ! Le phénomène n’est pas si habituel dans nos sociétés modernes tellement fébriles. L’exploit est donc méritoire. Mais cette exceptionnelle longévité n’explique que très partiellement l’ovation qui sourd d’un peu partout et qui se meut en une jubilation quasi générale, assez inexplicable, dépassant largement les horizons de l’ancien empire britannique.

 La France de François Hollande y va, elle aussi,  de son écot, cette même France dont un peu plus de 11% de la population applaudissait à tout rompre voici encore quelques semaines Jean-Luc Mélenchon revendiquant, Place de la Bastille, l’héritage de « l’incorruptible » Robespierre et du « vertueux » Saint-Just, l’Archange de notre Grande Révolution !

L’encensement ainsi prodigué par la grande majorité des adulateurs de la souveraine britannique, qui suivent un peu trop niaisement – pour tout Jacobin de bon aloi – ces impressionnantes cérémonies sur les rives de la Tamise, semble relever effectivement de comportements bien contradictoires tant les foules sont versatiles et parfois plus encore ignorantes, adoptant sans discernement tantôt les slogans, tantôt les idées toutes faites puis leur contraire avec une précipitation identique.

Jouissant des fastes d’une royauté qui ne lui octroie plus aucun pouvoir ou presque, Elisabeth II ne s’est-elle donnée finalement que la peine de naître, comme le dénonçait, à deux siècles et demi de distance, le piquant Beaumarchais ?

Les héritiers de la Montagne jugeront alors indécentes les sommes dépensées pour permettre le débordement de la liesse populaire. Ils maugréeront dans leur for intérieur sur la dilapidation de ces fonds mieux employés s’ils servaient au soulagement des misères des plus démunis qui ne font pas défaut en pleine période de crise. Mais, si elles étaient interrogées à leur tour, ces « masses silencieuses et laborieuses » ne seraient sans doute pas du même avis.

En effet, en cette matière, le prisme par lequel s’opère l’observation jacobine conduit à une regrettable erreur de jugement : Elisabeth II d’Angleterre n’est pas devenue pour quelques jours et pour des centaines de millions de spectateurs un personnage fascinant en raison d’un pouvoir que les institutions de son royaume lui refusent comme, depuis longtemps, à tous ses prédécesseurs.

Ce qui place Sa Gracieuse Majesté au faîte des considérations actuelles est le fruit d’une distinction toute particulière, héritée de la pensée hellénistique, qu’elle partage du reste avec beaucoup d’autres de ses semblables qui la plupart du temps n’en n’ont cure, battue en brèche depuis 1968, pour se limiter à l’histoire contemporaine : l’autorité.

Qu’on ne s’effraie pas ! Il n’y a derrière une telle référence aucune pointe d’autoritarisme ou d’autocratie, comme les Jacobins le prétendent, bien au contraire. Cette faculté singulière, qui rallie les suffrages, ne s’encombre d’aucun moyen coercitif pour être reconnue et adoptée : elle s’impose à chacun, tout simplement.

Les temps modernes n’ont voulu retenir, dans l’exercice de la souveraineté, que la seule facette du pouvoir et de la puissance. L’étude de la mise en œuvre du changement opéré dans la contrainte, contraire à la doctrine platonicienne subordonnant le pouvoir à l’autorité, montre combien avec un faux zèle, ce concept fut adopté pour mieux se limiter aux apparences par ceux qui, les plus dissimulés, cherchaient à gravir toutes les marches de leur élévation. S’affranchissant de l’antique opinion, nos théoriciens ont alors estimé que l’exercice du pouvoir était susceptible d’être harmonieusement tempéré au sein de la société par l’adoption du système démocratique.

Force est de constater que cette nouvelle formule connaît bien des imperfections et qu’elle aboutit trop souvent à la montée des totalitarismes.

Évacuée une nouvelle fois des schémas de la pensée depuis Mai 68, l’autorité offre pourtant bien des garanties. Les trois premières méritent un rappel : l’autorité est tout d’abord une distinction toujours reçue par son détenteur qui ne saurait s’en approprier le privilège d’une manière ou d’une autre. En second lieu, le prix de sa valeur est généralement reçu sans trop de contestation par les sujets auxquels l’autorité s’impose. Enfin, conscient de sa sujétion envers elle, son dépositaire mesure que la faveur dont il bénéficie est réversible, si, en sa personne, venaient à disparaître les qualités ayant justifié son élévation.

 La délégation de ce principe est décerné de trois façons différentes : par la volonté de pairs reconnaissant l’aptitude d’un candidat ; par la voie de suffrages électifs ; enfin par l’expression de la volonté divine.

Dans ce dernier cas, auquel la souveraineté d’Elisabeth II se rattache, le détenteur de l’autorité se présente comme un lieutenant des forces célestes. Comme aimait à le souligner Louis XIV lui-même à son fils dans ses Mémoires pour l’instruction du dauphin, pareille subordination est un puissant rempart à l’orgueil et à la suffisance des récipiendaires. « Les armées, les conseils, toute l’industrie humaine, précisait le Grand Roi, seraient de faibles moyens pour nous maintenir sur le trône, si chacun y croyait avoir même droit que nous et ne révérait pas une puissance supérieure, dont la nôtre est une partie. Les respects publics que nous rendons à cette puissance invisible pourraient enfin être nommés justement la première et la plus importante partie de notre politique, s’ils ne devaient avoir un motif plus noble et plus désintéressé. Gardez-vous bien, mon fils, je vous en conjure, de n’avoir de la religion que cette vue d’intérêt, très mauvaise quand elle est seule, mais qui d’ailleurs ne vous réussirait pas, parce que l’artifice se dément toujours et ne produit pas longtemps les mêmes effets que la vérité. »

Chef d’Etat sacré, Elisabeth II ne peut donc se présenter en face du monde et de ses sujets qu’étant profondément elle-même, sans « artifice », parée de l’apanage de toutes ses fonctions et expressément celle de chef de l’Eglise d’Angleterre.

C’est ainsi qu’elle fascine et intrigue à la fois : elle fascine par le côté hiératique qu’on lui reconnaît souvent, attitude merveilleusement en accord avec le sens des onctions reçues à Westminster faisant d’elle un être à part, placé en dehors du commun des mortels, sur lequel la main de l’homme ne saurait se porter sans faire outrage à la majesté du personnage, sacrilège qui, pour ces mêmes raisons, poussa, par exemple, Louis XVI, au pied de l’échafaud, à signifier au bourreau Sanson de ne pas lui lier les mains.

 La souveraine intrigue également le profane qui cherche à comprendre comment, par quelle volonté ou par quel ressort, depuis 60 ans, cette femme parvient imperturbablement à perpétuer, par une magistrature que les républicains ne jugent pas tous désuète, le rayonnement d’une nation qui veut rester fidèle aux principes puisés dans le règne d’Edouard le Confesseur.

Les lois organiques du Royaume-Uni, en enlevant tout pouvoir au souverain du royaume, n’a pas privé le monarque de l’essence même de sa fonction, bien au contraire. Diminués dans l’usage du pouvoir qui ne trouve la moindre parcelle de légitimité que dans une subordination à leur autorité, les rois d’Angleterre ont vu leur figure prendre au fil des temps une dimension à laquelle chacun de leurs prédécesseurs n’était pas encore parvenu. Le Saint-Siège, dans son histoire récente, connut une semblable évolution. Ayant perdu tout pouvoir temporel, les pontifes, dégagés de la conduites des affaires, purent privilégier l’exercice de leurs devoirs vis-à-vis de la puissance supérieure les ayant institués et acquirent ainsi un ascendant faisant entrer les derniers d’entre eux parmi les autorités de leur temps les plus considérées.

Véritable arbitre de son royaume, établie au-dessus des passions, des intrigues et de la corruption, Elisabeth II apparaît à l’occasion de son jubilé de diamant comme une « icône » -le mot est à la mode- à la dimension de la planète. Pour régner, elle n’a pas eu à attendre non plus l’apparition de la notion tautologique de « gouvernance » introduite dans le nouveau vocabulaire politique.

 Personnage unique, conscient des hauteurs de sa charge, Elisabeth II est ainsi, sous toutes les latitudes, la Reine et ce terme suffit pour signifier plus que le dire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

05.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

06.

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

07.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

01.

Alain Bauer : le mensonge ne paie pas

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jerem
- 05/06/2012 - 16:10
Hommage au monarque
Elle reste une image respectée car elle a tenu tout au long de ces années son rang de monarque avec ses droits ET ses devoirs .
jerem
- 05/06/2012 - 16:09
Quelle autorité au temps des belles filles
c'est vrai qu'on a gardé un immense souvenir d'autorité sur la tenue des épouses de Charles et Andrew. C'etait la grande époque des tabloid hebdomadaire sur les dernieres blagues des deux belles-filles....
Guff
- 05/06/2012 - 09:05
Une bonne actrice.
Théâtre de l'autorité, ce pouvoir laisse les décisions se prendre à la city (Hollande ne s'y est pas trompé). Une des "femmes les plus riches du monde", principale propriétaire de terre agricole en France (où elle devrait bientôt bénéficier de l'impôt sécheresse, ou de l'impôt pluie), elle joue le rôle d'un Beckham permanent (sa famille s'est même vu condamnée à jouer les frasques sexuelles quand David (ou autre vedette) était en panne).