En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
Ruse

Quand l'Espagne crée de la monnaie de façon détournée pour sauver ses banques

Publié le 29 mai 2012
L'Espagne se préparerait à émettre de la dette souveraine pour recapitaliser Bankia ainsi que les autres banques qui en auraient besoin. Un choix qui évite au gouvernement de Mariano Rajoy de faire appel aux liquidités de la BCE... et qui n'est pas prévu par les institutions européennes.
Pascal de Lima est un économiste de l'innovation, knowledge manager et enseignant à Sciences-po proche des milieux de cabinets de conseil en management. Essayiste et conférencier français  (conférences données à Rio, Los Angeles, Milan, Madrid,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal de Lima
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal de Lima est un économiste de l'innovation, knowledge manager et enseignant à Sciences-po proche des milieux de cabinets de conseil en management. Essayiste et conférencier français  (conférences données à Rio, Los Angeles, Milan, Madrid,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Espagne se préparerait à émettre de la dette souveraine pour recapitaliser Bankia ainsi que les autres banques qui en auraient besoin. Un choix qui évite au gouvernement de Mariano Rajoy de faire appel aux liquidités de la BCE... et qui n'est pas prévu par les institutions européennes.

C’est certainement l’émergence dans l’actualité de la question de la dette privée, la face cachée de l’iceberg (la face visible étant la dette publique) qui pousse les économistes à s’interroger sur la santé du secteur bancaire européen. Ici, toutes les économies orientées « demande » et stimulation de la consommation par le crédit n’y échappent pas (en général les pays du sud, situation d’autant plus accentuée que le pays du sud en question ne détient que très peu d’épargne).

Ces économies orientées « demande » et qui en plus de cela sont mono-sectorielles côté « offre », ont été alimentées fictivement par l’endettement privé, et bien évidemment c’est le cas de l’Espagne avec le secteur de l’immobilier. Mais aujourd’hui 60% des créances immobilières du secteur bancaire espagnol sont douteuses. Il faut donc non seulement provisionner davantage mais aussi augmenter les fonds propres pour couvrir le cas échéant les pertes. Du coup, dans un contexte de défiance sur les marchés et de baisses sensibles des marges d’intérêt des banques espagnoles, la recapitalisation naturelle par les marchés est plus difficile et de nombreuses banques dont Bankia se sont retrouvées en quasi faillite.

Pour l’exemple de Bankia, les principales banques qui composent ce groupe sont des Caisses d’épargne très exposées à l’immobilier. La recapitalisation naturelle par les marchés financiers dans ce contexte est quasi impossible puisque personne ne croit vraiment en son redressement. Dans un contexte récessif, la situation se complique encore davantage.

Reste une voie, celle de l’utilisation des fonds de la BCE. Dans la mesure où la dépense publique n’est plus vraiment possible aujourd’hui compte tenu des engagements de l’Espagne en matière de déficit public, reste l’utilisation des liquidités de la BCE à des fins de recapitalisation et de conformité règlementaire. Mais du coup, ces liquidités n’ont que peu d’impact sur l’économie réelle et c’est un vrai problème car Bankia, considérée comme un fleuron de l’économie espagnole, a été nationalisée justement parce que l’on estimait que sa survie était plus qu’essentielle au redressement économique de l’Espagne. Or ici, les injections de liquidité de la BCE s’arrêtent dans les bilans des banques espagnoles et du coup ne sont pas redistribuées dans l’économie réelle.

Il existe maintenant une autre astuce inventée par le gouvernement Rajoy : l’idée consiste à émettre de la dette publique. Mais l’Espagne comme tout autre pays de la zone euro ne peut battre monnaie ni faire aucune politique monétaire restrictive. La solution consiste donc à émettre de la dette publique sur les marchés financiers internationaux et utiliser cet argent pour recapitaliser Bankia et tout le secteur bancaire espagnol à côté de la BCE. Il y aurait donc une manière contournée de battre monnaie sans faire appel à la BCE. Disons le tout de suite, il s’agit bien ici de monétisation à des fins de sauvetage du secteur bancaire (et non demonétisation de la dette).

Cette somme serait de 19 milliards d’euros. Son principal avantage d’après le gouvernement serait qu’il n’y aurait aucun impact négatif sur la dette publique. Le gouvernement prétend que cette injection de 19 milliards d’euros de reconnaissance de dette n'aurait pas d’impact sur la dette publique, puisque cet argent serait récupéré plus tard, Bankia qui aurait retrouvé sa santé pourrait rembourser très vite. L’impact sur la dette publique espagnole pourrait être nul. De même, il ne s’agit pas d’une dépense publique mais d’une émission de dette,  les objectifs de déficit public seraient donc les mêmes pour l’année 2012.

Tout repose donc maintenant sur la stratégie bancaire et la capacité de Bankia déjà bien exposée aux créances immobilières à s’adapter à un environnement économique terne, à un marché de l’immobilier en plein marasme, à un « too big to fail » déjà opéré puisque Bankia est déjà la fusion de 7 Caisses d’épargne espagnoles, et à l’obligation de joindre à ses indicateurs de performance, la question des fonds propres et du provisionnement pour rassurer les marchés.

Notre avis est que l’Espagne cherche à cacher quelque chose : le fait que la dette privée pourrait contribuer à faire augmenter la dette publique dans les prochains mois et selon un lien contraire à celui qu’on entend d’habitude avec la Grèce, à savoir que c’est bien la dette privée qui grèvera progressivement les finances publiques espagnoles.

L’Espagne cherche à masquer sa dette privée et la santé de son secteur bancaire. Elle cherche à colmater un peu en attendant un retour de la croissance… Elle cherche à gagner du temps pour éviter d’être le prochain sur la liste. Espérons que ce ne soit pas le cas. En tout cas l’Espagne cherche à tout prix à éviter un sauvetage européen coûte que coûte pour essayer de contenir la défiance des marchés financiers sur le taux à dix ans, au dessus de celui de l’Italie maintenant. Ceci permet à court terme de circonscrire la contagion à la Grèce uniquement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

02.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

03.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

04.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

05.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

06.

Quand Nelson Mandela rejoignait Johnny Clegg sur scène

07.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

01.

Des tares pas si mauvaises pour l'économie

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
cube
- 30/05/2012 - 10:35
et voilà... c'est bien ce qu'il me semblait...
http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0202087372641-la-bce-rejetterait-le-plan-d-aide-de-madrid-pour-bankia-328350.php
Equilibre
- 29/05/2012 - 15:57
Le delamarche du jour
http://www.youtube.com/watch?v=MwyipsI6n5s&feature=player_embedded
Sur l'Espagne, mais bon, sur le neuro, sur ce qui va nous arriver dessus...
Seb Per
- 29/05/2012 - 13:09
tout est gere par des humains
donc.tout se passe dans la tête de personnes privées, qu'elles soient employées dans le public ou dans le privé. La différence entre l'argent public et l'argent privé est que l'argent public appartient à tous donc à personne en particulier. À cet égard il devrait être interdit d'autoriser la moindre prise de risque aux gestionnaires publics , quitte à rater de bonnes affaires.
Quant aux gestionnaires privés s'ils crament leur argent dans des spéculations hasardeuses, c'est leur problème. S'ils crament l'argent des autres par triche Ou abus de confiance c'est le problème de la loi. En Espagne ou ailleurs.