En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

04.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

05.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

06.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

07.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand on fait mieux que le superlatif et quand on s’illumine comme une éclipse : c'est l’actualité des montres en veille de Brumaire
il y a 21 min 12 sec
pépites > France
Casse-tête budgétaire
L'Assemblée nationale valide la suppression de la taxe d'habitation
il y a 1 heure 6 min
pépites > France
TER
Un mouvement social "inopiné" à la SNCF perturbe la circulation
il y a 1 heure 31 min
décryptage > Société
Bonne gouvernance

Pour sortir (enfin) de la crise des services publics

il y a 3 heures 58 min
rendez-vous > France
Géopolitico-scanner
Destin méditerranéen, immigration, communautarisme, délinquance : Marseille sans fatalisme mais sans langue de bois, entretien avec un homme politique qui monte, Bruno Gilles
il y a 4 heures 33 min
décryptage > Economie
Règle commune

Taxation des multinationales : l’OCDE fait un petit pas sur un très grand chemin

il y a 5 heures 2 min
décryptage > Religion
Persécutions ?

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

il y a 5 heures 48 min
décryptage > Europe
UE

Brexit : petites leçons pour l’Europe (et pour la stabilité des démocraties occidentales) après 3 ans de chaos politique britannique

il y a 6 heures 21 min
pépite vidéo > Faits divers
En vert et contre tous
Des activistes d'Extinction Rebellion violemment dégagés du toit d'un métro à Londres
il y a 22 heures 38 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 1 jour 5 min
pépites > Terrorisme
Lutte antiterroriste
Un projet d'attentat "inspiré du 11 septembre" a été déjoué en France
il y a 36 min 55 sec
décryptage > Société
Laïcité

Sur le voile, Jean-Michel Blanquer a dix longueurs d’avance sur Emmanuel Macron

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 2 heures 30 min
décryptage > France
Effets

Loi alimentation : le gouvernement persiste malgré les effets pervers

il y a 4 heures 22 min
décryptage > Europe
Brexit

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

il y a 4 heures 44 min
décryptage > Consommation
Non on ne vous parle pas d’Apple

Cosmic Crisp, la nouvelle pomme américaine qui part à l’assaut du monde

il y a 5 heures 32 min
décryptage > International
Merci Barack

Comment Poutine a réussi à subtiliser le Moyen-Orient au nez et à la barbe des Etats-Unis

il y a 6 heures 4 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 21 heures 54 min
pépites > Justice
Recours
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 23 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 1 jour 36 min
Ruse

Quand l'Espagne crée de la monnaie de façon détournée pour sauver ses banques

Publié le 29 mai 2012
L'Espagne se préparerait à émettre de la dette souveraine pour recapitaliser Bankia ainsi que les autres banques qui en auraient besoin. Un choix qui évite au gouvernement de Mariano Rajoy de faire appel aux liquidités de la BCE... et qui n'est pas prévu par les institutions européennes.
Pascal de Lima est un économiste de l'innovation, knowledge manager et enseignant à Sciences-po proche des milieux de cabinets de conseil en management. Essayiste et conférencier français  (conférences données à Rio, Los Angeles, Milan, Madrid,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal de Lima
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal de Lima est un économiste de l'innovation, knowledge manager et enseignant à Sciences-po proche des milieux de cabinets de conseil en management. Essayiste et conférencier français  (conférences données à Rio, Los Angeles, Milan, Madrid,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Espagne se préparerait à émettre de la dette souveraine pour recapitaliser Bankia ainsi que les autres banques qui en auraient besoin. Un choix qui évite au gouvernement de Mariano Rajoy de faire appel aux liquidités de la BCE... et qui n'est pas prévu par les institutions européennes.

C’est certainement l’émergence dans l’actualité de la question de la dette privée, la face cachée de l’iceberg (la face visible étant la dette publique) qui pousse les économistes à s’interroger sur la santé du secteur bancaire européen. Ici, toutes les économies orientées « demande » et stimulation de la consommation par le crédit n’y échappent pas (en général les pays du sud, situation d’autant plus accentuée que le pays du sud en question ne détient que très peu d’épargne).

Ces économies orientées « demande » et qui en plus de cela sont mono-sectorielles côté « offre », ont été alimentées fictivement par l’endettement privé, et bien évidemment c’est le cas de l’Espagne avec le secteur de l’immobilier. Mais aujourd’hui 60% des créances immobilières du secteur bancaire espagnol sont douteuses. Il faut donc non seulement provisionner davantage mais aussi augmenter les fonds propres pour couvrir le cas échéant les pertes. Du coup, dans un contexte de défiance sur les marchés et de baisses sensibles des marges d’intérêt des banques espagnoles, la recapitalisation naturelle par les marchés est plus difficile et de nombreuses banques dont Bankia se sont retrouvées en quasi faillite.

Pour l’exemple de Bankia, les principales banques qui composent ce groupe sont des Caisses d’épargne très exposées à l’immobilier. La recapitalisation naturelle par les marchés financiers dans ce contexte est quasi impossible puisque personne ne croit vraiment en son redressement. Dans un contexte récessif, la situation se complique encore davantage.

Reste une voie, celle de l’utilisation des fonds de la BCE. Dans la mesure où la dépense publique n’est plus vraiment possible aujourd’hui compte tenu des engagements de l’Espagne en matière de déficit public, reste l’utilisation des liquidités de la BCE à des fins de recapitalisation et de conformité règlementaire. Mais du coup, ces liquidités n’ont que peu d’impact sur l’économie réelle et c’est un vrai problème car Bankia, considérée comme un fleuron de l’économie espagnole, a été nationalisée justement parce que l’on estimait que sa survie était plus qu’essentielle au redressement économique de l’Espagne. Or ici, les injections de liquidité de la BCE s’arrêtent dans les bilans des banques espagnoles et du coup ne sont pas redistribuées dans l’économie réelle.

Il existe maintenant une autre astuce inventée par le gouvernement Rajoy : l’idée consiste à émettre de la dette publique. Mais l’Espagne comme tout autre pays de la zone euro ne peut battre monnaie ni faire aucune politique monétaire restrictive. La solution consiste donc à émettre de la dette publique sur les marchés financiers internationaux et utiliser cet argent pour recapitaliser Bankia et tout le secteur bancaire espagnol à côté de la BCE. Il y aurait donc une manière contournée de battre monnaie sans faire appel à la BCE. Disons le tout de suite, il s’agit bien ici de monétisation à des fins de sauvetage du secteur bancaire (et non demonétisation de la dette).

Cette somme serait de 19 milliards d’euros. Son principal avantage d’après le gouvernement serait qu’il n’y aurait aucun impact négatif sur la dette publique. Le gouvernement prétend que cette injection de 19 milliards d’euros de reconnaissance de dette n'aurait pas d’impact sur la dette publique, puisque cet argent serait récupéré plus tard, Bankia qui aurait retrouvé sa santé pourrait rembourser très vite. L’impact sur la dette publique espagnole pourrait être nul. De même, il ne s’agit pas d’une dépense publique mais d’une émission de dette,  les objectifs de déficit public seraient donc les mêmes pour l’année 2012.

Tout repose donc maintenant sur la stratégie bancaire et la capacité de Bankia déjà bien exposée aux créances immobilières à s’adapter à un environnement économique terne, à un marché de l’immobilier en plein marasme, à un « too big to fail » déjà opéré puisque Bankia est déjà la fusion de 7 Caisses d’épargne espagnoles, et à l’obligation de joindre à ses indicateurs de performance, la question des fonds propres et du provisionnement pour rassurer les marchés.

Notre avis est que l’Espagne cherche à cacher quelque chose : le fait que la dette privée pourrait contribuer à faire augmenter la dette publique dans les prochains mois et selon un lien contraire à celui qu’on entend d’habitude avec la Grèce, à savoir que c’est bien la dette privée qui grèvera progressivement les finances publiques espagnoles.

L’Espagne cherche à masquer sa dette privée et la santé de son secteur bancaire. Elle cherche à colmater un peu en attendant un retour de la croissance… Elle cherche à gagner du temps pour éviter d’être le prochain sur la liste. Espérons que ce ne soit pas le cas. En tout cas l’Espagne cherche à tout prix à éviter un sauvetage européen coûte que coûte pour essayer de contenir la défiance des marchés financiers sur le taux à dix ans, au dessus de celui de l’Italie maintenant. Ceci permet à court terme de circonscrire la contagion à la Grèce uniquement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

04.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

05.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

06.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

07.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
cube
- 30/05/2012 - 10:35
et voilà... c'est bien ce qu'il me semblait...
http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0202087372641-la-bce-rejetterait-le-plan-d-aide-de-madrid-pour-bankia-328350.php
Equilibre
- 29/05/2012 - 15:57
Le delamarche du jour
http://www.youtube.com/watch?v=MwyipsI6n5s&feature=player_embedded
Sur l'Espagne, mais bon, sur le neuro, sur ce qui va nous arriver dessus...
Seb Per
- 29/05/2012 - 13:09
tout est gere par des humains
donc.tout se passe dans la tête de personnes privées, qu'elles soient employées dans le public ou dans le privé. La différence entre l'argent public et l'argent privé est que l'argent public appartient à tous donc à personne en particulier. À cet égard il devrait être interdit d'autoriser la moindre prise de risque aux gestionnaires publics , quitte à rater de bonnes affaires.
Quant aux gestionnaires privés s'ils crament leur argent dans des spéculations hasardeuses, c'est leur problème. S'ils crament l'argent des autres par triche Ou abus de confiance c'est le problème de la loi. En Espagne ou ailleurs.