En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
ça vient d'être publié
light > Sport
Vive émotion
Coronavirus : mort de Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, à l'âge de 68 ans
il y a 1 heure 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Terra Incognita : une histoire de l’ignorance" de Alain Corbin : récit des incroyables erreurs sur les secrets de notre planète bleue, stimulant !

il y a 4 heures 52 min
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 6 heures 21 min
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 8 heures 37 sec
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 9 heures 18 min
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 10 heures 58 min
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 12 heures 14 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 14 heures 19 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 14 heures 47 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 15 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un long moment de silence" de Paul Colize : les destins croisés d’un homme d’aujourd’hui qui enquête sur la mort mystérieuse de son père, lors de l’attentat du Caire en 1954

il y a 4 heures 30 min
light > Insolite
Pouvoir de l'amitié
Aventoft : l'amitié ne connaît pas de frontières pour Inga Rasmussen et Karsten Tüchsen Hansen, malgré le confinement
il y a 5 heures 23 min
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 7 heures 27 min
pépites > Economie
ISF ?
Gérald Darmanin lance "un appel à la solidarité nationale" pour aider les entreprises
il y a 8 heures 23 min
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 10 heures 25 min
décryptage > Santé
Résultats prometteurs

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

il y a 11 heures 57 min
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 13 heures 50 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 14 heures 32 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 15 heures 2 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 15 heures 49 min
© Reuters
" L’aggravation de la crise a plutôt profité à l’Allemagne via la baisse de ses taux"
© Reuters
" L’aggravation de la crise a plutôt profité à l’Allemagne via la baisse de ses taux"
Sold out !

Des taux d’intérêt sur la dette française étonnamment bas alors que la crise s’aggrave : explication d’un paradoxe

Publié le 25 mai 2012
Tandis que l'Allemagne emprunte à taux zéro, la France voit ses taux d'intérêt descendre à des niveaux historiques. La zone euro elle continue de courir à sa perte, et la BCE de calmer les esprits. Les politiques de taux n'ont plus aucune logique. Mais à la fin, la Grèce pourrait ne pas être la dernière victime.
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tandis que l'Allemagne emprunte à taux zéro, la France voit ses taux d'intérêt descendre à des niveaux historiques. La zone euro elle continue de courir à sa perte, et la BCE de calmer les esprits. Les politiques de taux n'ont plus aucune logique. Mais à la fin, la Grèce pourrait ne pas être la dernière victime.

La BCE psalmodie et joue de la lyre comme Néron pendant qu’un incendie historique s’étend sur les marchés en zone euro. "Nous ne devons pas mettre le taux directeur à 0% et le maintenir longtemps à ce niveau", dit-elle depuis trois ans, car cela pourrait occasionner des bulles : comme si la CAC 40 était à 6 000 points… comme si l’immobilier espagnol ou irlandais progressait de 15% par an… "Nous ne devons pas faire de Quantitative Easing comme la Fed", dit-elle depuis trois ans, car cela pourrait être inflationniste : mais où est l’inflation américaine depuis 4 ans, sinon en dessous de sa tendance historique de 3% ?

Et Milton Friedman et Irving Fisher ne préconisaient-ils pas, en bonne orthodoxie, ce type de mesure quantitative en cas de crise grave ? Et les titres achetés ne donnent-ils pas lieu au paiement d’intérêts, ce qui devrait suffire à démonter les critiques du genre "la planche à billets tourne à plein régime" ? "Nous devons nous féliciter d’un euro cher et activer les réformes structurelles", dit-elle depuis des lustres : mais peut-on me citer un seul pays sur cette planète où des réformes structurelles ambitieuses et réussies n’ont pas été précédées ou accompagnées d’une dévaluation massive ? Aurait-on oublié le redressement productif Français après 1959 (Charles de Gaulle et Jacques Rueff) ou l’exemple suédois de 1994 ? Le résultat de toute cette grève de la faim monétaire orchestrée en zone euro depuis 2007 après des années de laxisme pro-bulle immobilière, nous le voyons : les spreads (différence entre taux d'intérêt) de taux intra-zone euro ressemblent à ceux qui prévalaient avant l’euro, autrement dit si nous n’avions pas de banque centrale aujourd’hui en zone euro, ce serait pareil et même mieux.

Comme il n’y a plus, aux commandes en zone euro, une seule personne dotée de neurones et d’un début de culture monétaire, et que cela commence à se voir, les investisseurs ont la trouille (le flight to quality pour exprimer la chose poliment). Les taux allemands à court terme se traitent désormais à un niveau inférieur aux obligations japonaises équivalentes. Le taux allemand à 2 ans a atteint un point bas de 4 points de base la semaine dernière, avant de terminer la semaine à 6 points. Cela se compare au taux à 2 ans japonais, qui rapporte 10 points de base. Dans les deux cas, des finances publiques dégradées (oui, l’Allemagne est également le pays des structures de défaisance cachées et de la sortie non provisionnée du nucléaire), mais on s’en moque : si les taux d’intérêt avaient un rapport avec les finances publiques, depuis le temps, ça se saurait. Des pays peu vertueux, parait-il, comme les États-Unis et la Grande-Bretagne, se financent à 10 ans à 1,8%. Et depuis peu, sur l’obligataire allemand, les acheteurs ne jouent plus seulement le rendement ni la sécurité ni la demande de collatéral, ils commencent aussi à jouer le FX, autrement dit une appréciation du Mark, c'est-à-dire un éclatement de l’euro. Au même moment, la périphérie qui n’a plus aucune croissance nominale se finance à 6%. Oups !

Cette crise des ciseaux arrive maintenant à un stade d’auto-réalisation et de dérive exponentielle, car bientôt ce sera le bank run sur les dépôts à la périphérie (particuliers vident leurs comptes). Donc, si la BCE ne change pas de logiciel ou n’est pas destituée ou forcée à la capitulation par les gouvernements dans les mois qui viennent, tout est foutu (y compris, à la fin, l’héritage du Traité de Rome, une fois que les rancœurs entre les pays auront été exacerbées). Examinons ce scénario de l’inaction monétaire prolongée. Il est effrayant, car il n’y a pas de solution budgétaire à l’équation de la zone euro, question d’ordre de grandeur (il faut mettre 2 000 milliards d’euros sur la table pour calmer les marchés). La Grèce sortira : car elle a besoin de taux réels plus faibles, qui ne peuvent être obtenus que par de fortes anticipations d’inflation autrement dit par une dévaluation massive. La contagion s’étendra : le Portugal est déjà sous programme FMI comme un vulgaire pays d’Amérique centrale, et ça ne marche pas, l’Espagne est dès à présent assurée de ne pouvoir compter sur aucune croissance dans les années à venir et un investisseur avisé n’y enverrez pas un chien vérolé.

Les politiques agiteront encore des moyens de diversion massifs (FESF, MES, LTRO, PSI, eurobonds…) avec des effets sans cesse décroissants sur le monde réel (monde réel qui attend juste de la création monétaire ou une annulation des dettes). Les banques prendront un nouveau bouillon, tout en continuant à produire des notes de recherche où la politique monétaire de la BCE sera qualifiée d’accommodante. L’Allemagne s’apercevra enfin (mais trop tard) qu’elle perd dans cette séquence beaucoup d’argent prêté et surtout ses principaux clients, ce qui est gênant dans un pays où la démographie est malade, où les banques ont mis beaucoup de sales choses sous le tapis et où la réussite du modèle mercantiliste dépend crucialement du maintien d’une zone euro étendue (pour éviter l’appréciation du Mark). Ce sera un retour de bâton bien mérité : jusqu’ici, l’aggravation de la crise a plutôt profité à l’Allemagne via la baisse de ses taux, au point que l’on se demande si elle ne le fait pas un peu exprès. Tout cela finira très mal alors que la solution existait et nécessitait juste 15 minutes de trading à Francfort.

La situation de la France est plus paradoxale encore dans ce scénario, et l’issue finale déprimante. Jusqu’ici, le pays a été assez préservé car il est essentiellement peuplé de fonctionnaires et de profiteurs de l’immobilier. De plus, les taux ont en partie bénéficié de la crise déflationniste entretenue par Berlin et Francfort (car les investisseurs ne peuvent pas acheter que des taux allemands). Mais quelle que soit l’évolution des taux, l’immobilier français finira bien par achever sa longue séance de lévitation au dessus du vide, parce que les lois de l’économie finissent toujours par refaire surface. Quant à la fonction publique, elle creuse patiemment sa tombe par sa sur-extension même et son arrogance digne de la fin de l’ancien régime.

Arrivera d’ici peu (si la BCE persiste) le moment de vérité, peut-être bien avant la fin de la présidence Hollande, un moment où les marchés choisiront le destin de la France (puisque les Français n’ont pas vraiment voulu choisir) : soit la mort lente (les taux bas, l’Allemagne, le Japon), soit la mort subite (les taux hauts, l’Espagne, l’Argentine). Pour paraphraser Brassens, mourrons pour notre manque d’idées, d’accord, mais de mort lente. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Mémoris
- 26/05/2012 - 11:32
FEDERALISME ET DESTRUCTION DES NATIONS
Partie 1) Le FORUM POUR LA FRANCE ne peut oublier la raison de ses actions : Indépendance et souveraineté de la France et préparation d'un programme de reconstruction pour la France.
Alors que nous avions réussi à trouver auprès du pouvoir quelques oreilles attentives sur le fait que la solution européenne ne pouvait être que néfaste et qu'enfin quelques propositions ; mise en cause des accords de Schengen, non mutualisation de tout, et même remise en cause de la politique économique, apparaissaient.
Voilà que le résultat des élections présidentielles peut tout remettre cause. Comme souvent en cas de crise, l'émotion a primé sur les intérêts de la nation. Une fois encore, comme avec Monnet, Schuman, VGE, Delors, Mitterrand et d'autres aussi, il semble que le Président élu, veuille que l'UE reprenne du poil de la bête.
Pourtant, la récession profonde des Etats membres du Sud, provoquée par : Un certain laxisme au Sud : pourquoi se décarcasser alors que cela tombe tout cuit, et un énorme égoïsme des Etats membres du Nord qui ont provoqué la mort, non pas de leurs partenaires, mais de leurs clients, tourne au drame.
Mémoris
- 26/05/2012 - 11:31
FEDERALISME ET DESTRUCTION DES NATIONS
Partie 2) Deux actions odieuses ont été menées : prêter énormément pour faire n'importe quoi, mais à la seule condition que cela fasse tourner les usines allemandes et deuxièmement que cela rapporte des milliards aux banques, anglo-saxonnes pour la plupart.
Le FPF avait dénoncé ces crimes odieux : n'importe quel employé de banque n'aurait jamais pu accepter de prêter des milliards d'euros pour construire plus d'un million de logement dans un seul Etat qui surtout n'en avait pas besoin.
En jetant un regard sur la situation, il est pourtant logique de vouloir sortir de ce carcan, et de tenter d'éviter la vague qui ne peut que nous submerger : Machin européen = 12 600 milliards d'euros de PIB - et endettement =beaucoup plus mais aussi =400 milliards d'intérêts, alors qu'il n'existe aucune croissance qui permet de rembourser uniquement ces seuls intérêts?
Ceci se traduit par deux choses : 1) Aucun Etat membre, même pas l'Allemagne, n'est capable de rembourser les intérêts dus sans emprunter, 2) tous les Etats membres sont dans l'obligation d'augmenter leur endettement.
Mémoris
- 26/05/2012 - 11:30
FEDERALISME ET DESTRUCTION DES NATIONS
Parti 3) On peut y ajouter la pire des idioties, la BCE continue contre toute logique à combattre l'inflation qui pourtant serait la seule solution afin d'araser une partie importante de l'endettement.
D'où l'intérêt absolu de mettre un terme à cette aventure et de retrouver, dévaluation, inflation, qui seules permettront de retrouver de la compétitivité.
ALORS? Eh bien si les anciens dirigeants venaient de commencer à comprendre que la situation était catastrophique et qu'il fallait se diriger vers une autre voie, le nouveau locataire de l'Elysée semble vouloir à nouveau nous entraîner sur le chemin du fédéralisme avec une mutualisation générale.
Entre les minorités visibles et les majorités cachées, et tellement occupées à poursuivre leur œuvre de destruction des nations, nous voilà à nouveau au fond.
La situation qui souvent est grave mais non désespérée, où quelques fois désespérée, sans être grave; est aujourd'hui GRAVE et DESESPEREE.