En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
ça vient d'être publié
light > Sport
Vive émotion
Coronavirus : mort de Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, à l'âge de 68 ans
il y a 1 heure 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Terra Incognita : une histoire de l’ignorance" de Alain Corbin : récit des incroyables erreurs sur les secrets de notre planète bleue, stimulant !

il y a 4 heures 43 min
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 6 heures 12 min
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 7 heures 50 min
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 9 heures 9 min
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 10 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 12 heures 4 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 14 heures 9 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 14 heures 37 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 15 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un long moment de silence" de Paul Colize : les destins croisés d’un homme d’aujourd’hui qui enquête sur la mort mystérieuse de son père, lors de l’attentat du Caire en 1954

il y a 4 heures 20 min
light > Insolite
Pouvoir de l'amitié
Aventoft : l'amitié ne connaît pas de frontières pour Inga Rasmussen et Karsten Tüchsen Hansen, malgré le confinement
il y a 5 heures 13 min
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 7 heures 17 min
pépites > Economie
ISF ?
Gérald Darmanin lance "un appel à la solidarité nationale" pour aider les entreprises
il y a 8 heures 13 min
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 10 heures 15 min
décryptage > Santé
Résultats prometteurs

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

il y a 11 heures 47 min
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 13 heures 40 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 14 heures 22 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 14 heures 53 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 15 heures 39 min
© Reuters
Le Parti radical et le Nouveau Centre constituent deux formations clairement de centre droit...
© Reuters
Le Parti radical et le Nouveau Centre constituent deux formations clairement de centre droit...
Entre deux chaises ?

La stratégie politique des centristes est-elle animée par des pulsions suicidaires ?

Publié le 25 mai 2012
Alors que le Parti radical et le Nouveau Centre constituent deux formations clairement de centre droit ayant cette tradition de l’UDF, le MoDem se positionne en dehors de toute alliance évidente que se soit avec la droite ou la gauche. Le centre, victime de son instabilité historique, pourra-t-il un jour se rassembler en un pôle unique capable de former un gouvernement ?
Alexis Massart  est directeur d'Espol, école européenne de sciences politiques et sociales de l'Université catholique de Lille.   
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexis Massart
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexis Massart  est directeur d'Espol, école européenne de sciences politiques et sociales de l'Université catholique de Lille.   
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le Parti radical et le Nouveau Centre constituent deux formations clairement de centre droit ayant cette tradition de l’UDF, le MoDem se positionne en dehors de toute alliance évidente que se soit avec la droite ou la gauche. Le centre, victime de son instabilité historique, pourra-t-il un jour se rassembler en un pôle unique capable de former un gouvernement ?

Atlantico : Le centre n’arrive pas à former un pôle central unique. Comment expliquer que, dans son histoire, le centre n’ait jamais réussi à s’unir pour former un seul centre ?

Alexis MassartLe système français, caractérisé par une bipolarisation de la vie politique, empêche la formation d’un centre unique et autonome avec d’un côté une droite et une gauche, toutes deux ayant plus ou moins varié selon les époques. Le mode de scrutin actuel, en favorisant systématiquement une confrontation droite-gauche, ne facilite pas l’émergence d’un centre. Un phénomène que viennent conforter les élections législatives puisqu’il existe des triangulaires qui, dans la plupart des cas, s’exercent sans candidats centristes. Il y a donc toujours une bipolarisation de la vie politique depuis 1958.

Parti radical, MoDem et Nouveau Centre sont-ils irréconciliables ? S’agit-il d’un différent idéologique ou de personnalité ?

Le Parti radical et le Nouveau Centre constituent deux formations clairement de centre droit ayant cette tradition de l’UDF, c'est à dire une force centrale qui se rapprochera nécessairement de la droite parlementaire au second tour. La réconciliation entre ces deux partis est donc possible même si elle ne se produira pas forcément avec tous les acteurs notamment du fait de la personnalité d'Hervé Morin. Ce dernier étant considéré comme l’un des grands responsables de l’abandon de Jean-Louis Borloo dans la course à l’élection présidentielle, nombre de radicaux restent dubitatifs quant à une alliance avec son parti. Aussi, beaucoup d’élus de terrain gardent encore en travers de la gorge la candidature d'Hervé Morin à la présidentielle, candidature qui n’a jamais dépassé les 1% dans les intentions de votes. Cependant, on sent bien que des rapprochements sont en cours entre le Parti radical et des élus comme Jean-Christophe Lagarde ou André Santini.

Pour sa part, le MoDem est une formation politique beaucoup plus récente qui a adopté un positionnement véritablement centriste c'est à dire en dehors de toute alliance évidente que se soit avec la droite ou la gauche. Il a permis à François Bayrou un succès en 2007 mais s’est traduit par un échec en 2012. Cependant, il lui a permis d’attirer autour de lui des personnalités ayant une histoire politique différente, hors du centre droit. Si aujourd’hui il n’était entouré que d’hommes et de femmes partageant cette même histoire, un rapprochement avec le Parti radical et le Nouveau Centre pourrait s’opérer. Néanmoins, les principaux  acteurs du MoDem sont des élus de centre-droit mais également des personnalités ayant eu un passé écologiste pour qui toute alliance avec la droite républicaine pose fondamentalement problème, y compris avec le Parti radical ou le Nouveau Centre. Beaucoup de responsables du Mouvement démocrate ont donc suivi Bayrou dans son positionnement personnel en faveur de François Hollande pour le second tour. Ce discours « d’extrême centrisme », tel qu’on l’appelait autrefois, le place dans une situation électorale qui ne lui est pas favorable, et l’abandonner provoquerait probablement la disparition du MoDem.

Le centre est-il victime de son instabilité ?

Le centre peut idéologiquement exister puisqu’il se manifeste chez un certain nombre d’élus et une partie de l’électorat. Fondamentalement, il estime possible de travailler intelligemment avec des hommes et femmes de droite ou de gauche. Mais la principale difficulté est l’impossibilité, dans notre système politique, de transformer cette idée en force politique car il n’existe pas de place pour elle. Elle reste donc un projet théorique qui ne peut se concrétiser sur le plan pratique. Le centre ne peut donc pas former un parti de gouvernement dans notre tradition politique.

En 2007, la campagne de François Bayrou a cristallisé un espoir de nouvelle force politique notamment auprès d’un électorat se positionnant en rupture avec les deux partis traditionnels. Mais en 2012, son électorat a fondu de moitié, les électeurs l’ayant suivi étant des centristes plus traditionnels proche de l’ex-UDF. Il essaie de vivre avec son nouveau label « Le centre pour la France », mais il sera difficile à long terme de survivre.

Propos recueillis par Olivier Harmant

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
NYOR
- 26/05/2012 - 03:13
Diego
Pensée digne d'un manichéen de première. Alors parce qu'on est de droite ou de gauche, on n'est pas mou du genou ? C'est vrai que le dynamisme d'un Fillon est impressionnant.
Diego
- 26/05/2012 - 00:09
Centristes
Les centristes sont des mous du genoux qui ne savent pas de quel bord ils sont, quant aux radicaux je crois que c'est Felix Faure qui disait qu'ils sont comme les radis: rouge à l'extérieur , blancs à l'intérieur mais toujours dans l'assiette au beurre.
bobocleaner
- 25/05/2012 - 21:38
C''est Jobert qui avait le mieux défini le centre
ailleurs ou plutot nulle part

ou alors faudra qu'ils s'allient avec les ripous de la soupe dans leur genre qui veulent revivre la IV éme république.

PLacé ? vous avez dit Jean Vincent Placé ah oui c'est une idée , qu'ils l'appellent vite