En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Coopération

François Hollande et David Cameron jouent l’entente cordiale pour leur première rencontre

Publié le 19 mai 2012
Le nouveau président français et le Premier ministre britannique se sont entretenus juste avant l'ouverture du sommet du G8 à Washington. Au menu de leur discussion : les questions de défense, l'Afghanistan et la crise en Europe.
Sophie Loussouarn est spécialiste de l’histoire politique et économique du Royaume-Uni et proche du monde politique anglo-saxon.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie Loussouarn
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie Loussouarn est spécialiste de l’histoire politique et économique du Royaume-Uni et proche du monde politique anglo-saxon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le nouveau président français et le Premier ministre britannique se sont entretenus juste avant l'ouverture du sommet du G8 à Washington. Au menu de leur discussion : les questions de défense, l'Afghanistan et la crise en Europe.

Trois jours après la passation de pouvoir à l’Elysée, le président François Hollande a rencontré le Premier ministre britannique David Cameron pour la première fois vendredi 18 mai, juste avant le sommet du G8 à Camp David et le sommet de l’OTAN à Chicago. Ce premier tête-à-tête entre le chef de l’Etat français et le chef de gouvernement britannique s’est déroulé dans le contexte de la crise de la zone euro.

Le Premier ministre britannique a reçu le président français dans la soirée à la résidence de l’Ambassadeur de Grande-Bretagne, Sir Peter Westmacott, nommé à Washington en janvier 2012, après avoir été ambassadeur à Paris de 2007 à 2011. Cette rencontre a montré la volonté du Premier Ministre britannique de trouver un terrain d’entente avec François Hollande qu’il avait refusé de rencontrer, lors de sa visite à Londres, le 29 février 2012.

Le président Hollande nouvellement élu n’a aucune rancune à l’égard de David Cameron qui a été un des premiers chefs de gouvernement à le féliciter le soir de sa victoire du 6 mai 2012. Les deux hommes appartiennent à deux familles politiques différentes. L’un est un socialiste pragmatique tandis que l’autre est un conservateur libéral. Le président socialiste français souhaite introduire une tranche d’imposition à 75% pour les revenus supérieurs à 1 million d’euros, tandis que le Premier ministre conservateur a abaissé la tranche supérieure de l’impôt sur le revenu à 45% dans le budget britannique de mars 2012. Le président français souhaite introduire une taxe sur les transactions financières, à laquelle s’oppose le Premier ministre britannique qui défend les intérêts de la City.

Les grands sujets de discussions entre les deux hommes ont été la politique économique et la crise de la zone euro, la coopération franco-britannique en matière de défense, le retrait militaire d’Afghanistan, mais aussi la question syrienne, l’Iran et l’intervention militaire conjointe entre la France et le Royaume-Uni en Libye.

Le président Hollande se veut le partisan de la croissance et lutte contre les politiques d’austérité menées par la chancelière allemande Angela Merkel ou par le gouvernement de coalition britannique. Le nouveau président français est également hostile à toute réduction de la contribution britannique au budget européen.

Le Premier ministre britannique a néanmoins minimisé les divergences avec le président français. David Cameron estime que le pacte de croissance de François Hollande est très proche des mesures introduites par le gouvernement de coalition et « qu’il n’y a aucun conflit entre austérité et croissance. Il faut un programme de réduction des déficits publics afin d’obtenir de la croissance». C’est le signe d’un changement de stratégie du Premier ministre britannique et d’une volonté de relance manifeste dans le budget présenté par le ministre des Finances George Osborne le 21 mars 2012.

Selon David Cameron, le Royaume-Uni est mieux placé que les autres pays de la zone euro parce qu’il dispose de sa monnaie, d’une banque centrale indépendante et d’un gouvernement stable. Le Premier ministre a souligné que François Hollande et lui étaient attachés à la stabilité des marchés et à la croissance.

Par ailleurs, David Cameron a réaffirmé la nécessité de lutter contre le terrorisme et d’assurer l’avenir de l’Afghanistan. Le Premier ministre britannique a questionné le président français sur son engagement de retirer les 3 400 soldats français d’Afghanistan deux ans avant 2014, date prévue par l’OTAN. Les combats devraient cesser en juin 2013, et les États-Unis et l’OTAN seront chargés d’entraîner les troupes afghanes pendant la période d’intérim. Un mois à peine avant les deux tours des élections législatives, le président Hollande se voit contraint de tenir ses promesses électorales afin de remporter une majorité socialiste à l’Assemblée Nationale, les 10 et 17 juin.

Cette rencontre qui aurait pu être difficile s’est achevée par une poignée de main chaleureuse entre le président français et le Premier ministre britannique. L’entente cordiale a encore de beaux jours devant elle.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Et si nous aussi on faisait nos camps décoloniaux ?

07.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
o.icaros
- 20/05/2012 - 11:15
o.icaros
Vous écrivez que Cameron a trouvé "un terrain d’entente avec François Hollande qu’il avait refusé de rencontrer, lors de sa visite à Londres, le 29 février 2012". Mais pourquoi Cameron aurait-il dû, en anticipant sur le choix des Français, recevoir un candidat? En recevant le candidat Hollande, n'aurait-il pas dû recevoir également les autres candidats: Mélanchon, Le Pen, Cheminade, si ceux-ci en avaient également exprimé le désir? Diplomatiquement, cela ne se fait pas. Les chefs d'Etat et de gouvernement étrangers n'ont pas à intervenir dans une élection nationale en donnant la préférence à tel candidat plutôt qu'à un autre. Lorsque le bruit avait couru que Merkel allait s'impliquer dans l'élection française que n'avons entendu de ceux qui ont dénoncé que leur champion était "snobé" par les "grands". Arrêtez de répéter tous les mêmes poncifs...
J'ai remarqué que Hollande, dans une de ses nombreuses prises de parole (quelqu'un peut-il en fixer le nombre?), a envoyé une pique à Cameron pour lui rappeler ce refus. Cela prouve que l'homme, qui a une haute opinon de sa personne, est rancunier. Il faudrait qu'il cesse d'envoyer des piques, ce n'est pas à la hauteur de sa fonction.
diana
- 19/05/2012 - 22:14
hollande a la stature d'un
hollande a la stature d'un président - sarkozy était une vraie marionnette!
ARES
- 19/05/2012 - 20:11
Cameron ..
Vu que Sarkosy lui était rentré dedans !! et avec raison et comme par hazard les states avaient encore réussi a mettre le zouk en se servant des polonais et qui a fait une réaction en chaine !!

Car la France menée par Nicolas Sarkosy c'est autre chose qu avec Flamby !! NS lui est craind et pas Flamby !! voilà ce qui fera le difference !!

Ce qui est franchement désolant c'est de le savoir et de plus d etre dans le mauvais pays a cause de son dirigeant qui n est pas à la hauteur des enjeux et de l'ampleur des taches à faire !!