En direct
Best of
Best of du 23 au 29 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

07.

Une américaine découvre que son mari la trompe... en lisant une critique culinaire dans le Washington Post

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

04.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

ça vient d'être publié
décryptage > Europe
Une page se tourne ?

La fin de règne d’Angela Merkel se dessine dans le congrès du SPD

il y a 13 min 16 sec
décryptage > France
Dichotomie

Gilets jaunes, black blocks et délinquants : une répression à géométrie variable

il y a 1 heure 2 min
décryptage > France
Vieillesse

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

il y a 1 heure 34 min
pépite vidéo > Politique
5 décembre
Jean-Luc Mélenchon salue le "grand progrès" et "l’humanisme" de Marine Le Pen pour sa position sur la grève
il y a 13 heures 9 min
pépites > International
Chambre des représentants
Procédure de destitution contre Donald Trump : Nancy Pelosi demande que soit rédigé l'acte d'accusation
il y a 15 heures 24 min
light > Sport
Répercussions
Le joueur légendaire Marco Van Basten a été retiré du jeu FIFA 20 "jusqu'à nouvel ordre" après son dérapage nazi
il y a 17 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Prince Igor"d'Alexandre Borodine : Le Prince Igor rentre au répertoire de l'Opéra National de Paris

il y a 19 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Léonard de Vinci" au Louvre : ode à Léonard

il y a 19 heures 25 min
décryptage > Politique
Ça va faire des vagues...

La tempête sociale du 5 décembre : Macron nous invite "à prendre la mer"

il y a 20 heures 58 min
décryptage > Economie
Campagne mouvementée ?

Pourquoi la présidentielle complique la guerre commerciale sino-américaine (et ça n’est pas une bonne nouvelle pour l’Europe)

il y a 22 heures 35 min
décryptage > Politique
Insatisfaction croissante

Retraites : le gouvernement face au piège du paradoxe de Tocqueville

il y a 26 min 23 sec
décryptage > Politique
Futurs scrutins

Ce nouvel espace politique qu’ouvrent Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen (mais pas pour eux…)

il y a 1 heure 15 min
pépites > Justice
Jugement
Agression des policiers à Viry-Châtillon : 10 à 20 ans de réclusion pour 8 accusés, 5 personnes acquittées
il y a 12 heures 6 min
pépites > Justice
Fichée S
Ultra-gauche : une militante a été écrouée pour avoir espionné des policiers
il y a 15 heures 6 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 4 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 2 min
pépites > Justice
Riposte judiciaire
Alexandre Benalla a décidé de porter plainte contre X dans l'affaire de l'enregistrement clandestin diffusé par Mediapart
il y a 17 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le délicieux malheur français" de Denis Olivennes : la mélodie du malheur, notre berceuse préférée

il y a 19 heures 15 min
pépite vidéo > Défense
Futures missions à mener
Opération Barkhane : Emmanuel Macron va réunir le G5 Sahel à Pau
il y a 20 heures 38 min
pépites > Social
"Le mur du 5 décembre"
806.000 manifestants pour la première journée de mobilisation à travers le pays contre la réforme des retraites
il y a 21 heures 33 min
décryptage > Santé
Alimentation

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

il y a 22 heures 52 min
© Reuters
Il faut tout d’abord bien distinguer l’Alliance atlantique et l’OTAN. L’alliance est une organisation politique qui réunit des Etats autour d'objectifs politiques. L’OTAN est une organisation intégrée qui est utilisée pour mettre en œuvre ces politiques.
© Reuters
Il faut tout d’abord bien distinguer l’Alliance atlantique et l’OTAN. L’alliance est une organisation politique qui réunit des Etats autour d'objectifs politiques. L’OTAN est une organisation intégrée qui est utilisée pour mettre en œuvre ces politiques.
La communauté de l'Anneau

L’OTAN a-t-elle encore une raison d'être ?

Publié le 21 mai 2012
Le 25e sommet de l'OTAN s'est ouvert ce dimanche à Chicago. Tous les chefs des Etats membres y sont attendus. Dans un contexte où d’autres organisations remplissent, comme les Nations unies, des rôles similaires, l'OTAN est-elle toujours aussi efficace que cela ?
Olivier Kempf est chercheur associé à l'IRIS et directeur de la lettre stratégique La Vigie (www.lettrevigie.com). Il a publié "L'OTAN au XXIe siècle" (Le Rocher, 2014, 2ème édition). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Kempf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Kempf est chercheur associé à l'IRIS et directeur de la lettre stratégique La Vigie (www.lettrevigie.com). Il a publié "L'OTAN au XXIe siècle" (Le Rocher, 2014, 2ème édition). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 25e sommet de l'OTAN s'est ouvert ce dimanche à Chicago. Tous les chefs des Etats membres y sont attendus. Dans un contexte où d’autres organisations remplissent, comme les Nations unies, des rôles similaires, l'OTAN est-elle toujours aussi efficace que cela ?

Atlantico : Le rôle de l’OTAN, aujourd’hui, a-t-il encore quelque chose à voir avec la mission originelle qui lui avait été confiée ?

Olivier Kempf : Il faut tout d’abord bien distinguer l’Alliance atlantique et l’OTAN. L’alliance est une organisation politique qui réunit des Etats autour d'objectifs politiques. L’OTAN est une organisation intégrée qui est utilisée pour mettre en œuvre ces politiques. Elle est spécialisée dans les affaires militaires. En France, on a souvent tendance à confondre les deux.

L’OTAN a beaucoup évolué depuis la Guerre froide. Sa structure s’est largement transformée. Sa structure de force a quasiment disparu : il n’y a plus de troupes placées en permanence sous le contrôle de l’OTAN. La structure de commandement elle-même s’est réduite, passant de plus de 60 Etats-majors à 13 aujourd’hui, avec plus de 30 000 hommes à l’origine pour seulement 9000 aujourd’hui. Tous ces services étaient par le passé spécialisés selon des secteurs géographiques particuliers. Aujourd’hui, ils répondent à des spécialisations fonctionnelles : l'un pour les opérations, l'autre pour la transformation.

Autre grande évolution, une succession d’élargissements a fait passer l’Alliance de 16 pays membres en 1989 à 28 aujourd’hui. En s’élargissant, elle a contribué à la réunification de l’Europe. Elle a également facilité la gestion des confins de l’Europe, notamment avec la Russie, en sécurisant le territoire européen.

Enfin, l’Alliance a montré sa capacité à gérer un conflit dans le cas de la crise des Balkans. Après des débuts difficiles, elle a fini par gérer les conflits qui ont frappé la Bosnie-Herzégovine et le Kosovo.

Dans la phase entamée depuis 2001, une nouvelle question s’est posée à l’Alliance : la lutte contre le terrorisme. L’Alliance est mal à l’aise avec ce type de problématiques, aussi bien sur le plan politique que sécuritaire. Une organisation militaire peine à gérer le terrorisme.

L’Alliance a été formée dans un monde bipolaire très centré sur un couplage Américain / Européen contre un univers russe. Aujourd’hui, c’est une institution qui a permis de sécuriser l’Europe, d’éloigner toute menace directe et d’exporter de la sécurité. Du statut d’Alliance de dissuasion, et donc de non emploi, elle est passée au statut de force expéditionnaire, et donc d’emploi.

L’OTAN est-elle encore la solution pertinente pour répondre aux menaces qui peuvent viser l’Europe dans le monde actuel ?

Je suis gêné par le terme menace car il ne me semble en réalité pas tellement adapté à la situation contemporaine. Ce que l’on peut dire, en revanche, c’est que l’OTAN reste une boîte à outils qui peut être utilisée dans des circonstances qui n’avaient pas été initialement prévues. Chaque fois, lors de ses interventions, elle a toujours su s’adapter aux situations nouvelles et remplir les missions qui lui étaient confiées.

Cette boîte à outil reste disponible. Elle a été efficace dans un certain nombre de crises depuis vingt ans. Il est fort probable que les Alliés l'a conservent. Qu’est ce qui arrivera demain ? Personne ne peut le savoir. C’est aussi pour cela qu’il est difficile de dire comment transformer l’OTAN pour anticiper ces risques. Mais il est fort probable qu’elle sera, quoi qu’il arrive, l’un des éléments de réponse à cet imprévu de demain.

L’OTAN ne devient-elle pas obsolète dans un contexte où d’autres organisations remplissent, comme les Nations unies par exemple, des rôles similaires ?

Est-ce que l’on inventerait l’OTAN aujourd’hui ? Je ne pense pas. Cela étant, maintenant que nous l’avons et qu’elle continue de fonctionner, je vois mal les gouvernements, quels qu’ils soient, se passer de quelque chose qui est déjà là. C’est pour cela qu’on l’entretient et qu’on l’adapte, même si on rabote et ajoute divers éléments en permanence.

La question ne se pose donc pas de manière binaire. Il ne s’agit pas de savoir si elle doit être là ou pas. Il s’agit de savoir ce que l’on en fait. A quoi sert-elle aujourd’hui ? Elle sert principalement à mettre en oeuvre le contrat transatlantique. Les Européens sont les premiers à le réclamer : cela leur assure la protection des Etats-Unis. Pour les Américains, c’est un moyen d’avoir des alliés avec lesquels travailler, en Europe, sans que cela ne leur coûte très cher. C’est aussi pour ces raisons que beaucoup de pays, en Europe, réduisent leurs dépenses militaires. Une externalité positive de l'Alliance, en fait.

La question de la pertinence d’un outil militaire, quel qu’il soit, se pose par contre effectivement depuis une vingtaine d’années. Nous étions jusque-là dans une logique où l’outil militaire emportait la décision. Nous sommes aujourd’hui dans une toute autre logique où cet outil n’est plus qu’une partie de la décision. Les actions sont devenues complexes car il y a de nouveaux facteurs de puissance. C’est ce que l’on voit dans les conflits asymétriques, face à des insurrections, ou encore dans ce que l’on appelle des approches globales, qui intègrent aussi bien une action militaire que diplomatique ou humanitaire.

L’OTAN étant spécialisée dans ce domaine militaire, elle se retrouve en concurrence avec d’autres organisations qui ont une gamme d’outils plus large. C’est le cas des Nations unies, mais c’est aussi le cas de l’Union européenne qui intégre un volet militaire, un volet sécuritaire complet avec ses composantes policière et judiciaire et aussi un volet diplomatique et un volet économique. Reste qu’aujourd’hui, sur la simple composante militaire, l’OTAN reste plus efficace que ces structures polyvalentes.

L’OTAN commence cependant à envisager de systématiser des approches globales en intégrant les dimensions économique, politique, éducative. Il a d’ailleurs été décidé au dernier sommet de l’OTAN de mettre en place une cellule civile de gestion de crise.

Propos recueillis par Romain Mielcarek

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

07.

Une américaine découvre que son mari la trompe... en lisant une critique culinaire dans le Washington Post

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

04.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ggg
- 21/05/2012 - 18:56
M. Kempf, il y a de quoi être inquiet...
Vous êtes maître de conférences à Sciences Po. Nombre des futurs énarques qui prétendront savoir tout sur tout pour justifier leur mainmise sur le pouvoir et une bonne partie de la richesse en France passent donc sur vos bancs. À la lecture de votre analyse plus que superficielle, il y a de quoi être inquiet de ce que les ministres de 2045 apprennent.

La réponse à la menace asymétrique d'aujourd'hui passe par la capacité de projeter la force militaire loin hors de ses frontières. Peu d'États européens le peuvent aujourd'hui. Seule une mise en commun des capacités opérationnelles le permet. Ces capacités, ce ne sont pas seulement les moyens mais aussi la doctrine, la planification, la standardisation des formations militaires et des équipements (ainsi le fameux calibre OTAN 7,62) qui permet d'intégrer rapidement une brigade finlandaise à un corps d'armée britannique sous commandement espagnol. Cela, seule l'OTAN le permet aujourd'hui et rien à court ou moyen terme ne peut le remplacer. L'OTAN est-elle donc encore nécessaire ? Oui, évidemment, nous venons d'en faire la preuve.
AuSecours
- 21/05/2012 - 17:02
A o.icaros Erreur sur le casting
Ne nous méprenons pas: Flamby sourit à l'idée de jouer dans la cour des grands (enfin!), et Merkel se délecte à l'avance d'avoir trouvé un exellent candidat pour leur direr de con. Et ils ont été comblée largement au delà de leurs espérances.
o.icaros
- 21/05/2012 - 11:56
o.icaros
Les journalistes nous avaient excités en disant qu'entre la France et l'Allemagne cela n'allait pas très bien, que le torchon brulait, parce que Merkel ne supportait pas Sarkozy. Ce dernier était,à ses yeux, mal élevé ... ll la touchait!

On peut voir sur cette photo que son remplaçant, le candidat entrant, n'est pas mieux éduqué que "l'autre" comme il se plaisait à désigner le président.

Non seulement il touche Merkel mais, de surcroît, il la retient comme pour marquer une complicité de longue date, soit pour marquer son ascendant sur elle.