En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

03.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

04.

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

05.

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

07.

Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 6 heures 50 min
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 7 heures 38 min
light > Société
L’Amour aux temps du coronavirus
Les couples binationaux séparés par la pandémie de coronavirus vont pouvoir enfin se retrouver
il y a 8 heures 39 min
pépites > International
Violence de la catastrophe
Les explosions du port de Beyrouth ont formé un cratère de 43 mètres de profondeur
il y a 10 heures 8 min
light > Media
Loi sur la sécurité nationale
Hong Kong : la figure prodémocratique Jimmy Lai a été arrêtée, ses journaux perquisitionnés
il y a 12 heures 43 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

L'État, sauveur du jour, tueur du lendemain. Mr Darmanin est-ce l’image que vous voulez donner de votre mandat ?

il y a 14 heures 40 sec
pépite vidéo > International
Liban
De nouveaux incidents à Beyrouth lors de manifestations, trois ministres ont démissionné
il y a 15 heures 10 min
décryptage > Economie
Baisse des prix

Le Covid-19 est déflationniste

il y a 17 heures 6 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez
il y a 17 heures 49 min
décryptage > High-tech
Fake news

Vidéos trafiquées : les deepfakes deviennent de plus en plus faciles à produire et de plus en plus crédibles

il y a 18 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 7 heures 13 min
pépites > International
Renouveau ?
Explosions à Beyrouth : le Premier ministre libanais, Hassan Diab, annonce la démission de son gouvernement
il y a 8 heures 11 min
light > Insolite
"Photo souvenir"
Allemagne : il fait un doigt d’honneur à un radar, son amende est multipliée par 75
il y a 9 heures 15 min
pépites > Santé
Pouvoir d'achat
Covid-19 : le prix des masques devrait fortement baisser à la rentrée
il y a 10 heures 31 min
pépites > Politique
Bras de fer démocratique
Biélorussie : la candidate d'opposition Svetlana Tikhanovskaïa demande à Alexandre Loukachenko de céder le pouvoir
il y a 13 heures 38 min
pépites > Terrorisme
Investigations
Attaque au Niger : le parquet antiterroriste français ouvre une enquête pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 14 heures 42 min
décryptage > Santé
Anticipation

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

il y a 16 heures 51 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Traité d’antidiplomatie

il y a 17 heures 28 min
décryptage > International
Retour vers le passé

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

il y a 18 heures 10 min
décryptage > France
La ruée vers l'Ouest

Quel impact des canicules sur l’immobilier ?

il y a 18 heures 25 min
© Reuters
Il faut tout d’abord bien distinguer l’Alliance atlantique et l’OTAN. L’alliance est une organisation politique qui réunit des Etats autour d'objectifs politiques. L’OTAN est une organisation intégrée qui est utilisée pour mettre en œuvre ces politiques.
© Reuters
Il faut tout d’abord bien distinguer l’Alliance atlantique et l’OTAN. L’alliance est une organisation politique qui réunit des Etats autour d'objectifs politiques. L’OTAN est une organisation intégrée qui est utilisée pour mettre en œuvre ces politiques.
La communauté de l'Anneau

L’OTAN a-t-elle encore une raison d'être ?

Publié le 21 mai 2012
Le 25e sommet de l'OTAN s'est ouvert ce dimanche à Chicago. Tous les chefs des Etats membres y sont attendus. Dans un contexte où d’autres organisations remplissent, comme les Nations unies, des rôles similaires, l'OTAN est-elle toujours aussi efficace que cela ?
Olivier Kempf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Kempf est chercheur associé à l'IRIS et directeur de la lettre stratégique La Vigie (www.lettrevigie.com). Il a publié "L'OTAN au XXIe siècle" (Le Rocher, 2014, 2ème édition). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 25e sommet de l'OTAN s'est ouvert ce dimanche à Chicago. Tous les chefs des Etats membres y sont attendus. Dans un contexte où d’autres organisations remplissent, comme les Nations unies, des rôles similaires, l'OTAN est-elle toujours aussi efficace que cela ?

Atlantico : Le rôle de l’OTAN, aujourd’hui, a-t-il encore quelque chose à voir avec la mission originelle qui lui avait été confiée ?

Olivier Kempf : Il faut tout d’abord bien distinguer l’Alliance atlantique et l’OTAN. L’alliance est une organisation politique qui réunit des Etats autour d'objectifs politiques. L’OTAN est une organisation intégrée qui est utilisée pour mettre en œuvre ces politiques. Elle est spécialisée dans les affaires militaires. En France, on a souvent tendance à confondre les deux.

L’OTAN a beaucoup évolué depuis la Guerre froide. Sa structure s’est largement transformée. Sa structure de force a quasiment disparu : il n’y a plus de troupes placées en permanence sous le contrôle de l’OTAN. La structure de commandement elle-même s’est réduite, passant de plus de 60 Etats-majors à 13 aujourd’hui, avec plus de 30 000 hommes à l’origine pour seulement 9000 aujourd’hui. Tous ces services étaient par le passé spécialisés selon des secteurs géographiques particuliers. Aujourd’hui, ils répondent à des spécialisations fonctionnelles : l'un pour les opérations, l'autre pour la transformation.

Autre grande évolution, une succession d’élargissements a fait passer l’Alliance de 16 pays membres en 1989 à 28 aujourd’hui. En s’élargissant, elle a contribué à la réunification de l’Europe. Elle a également facilité la gestion des confins de l’Europe, notamment avec la Russie, en sécurisant le territoire européen.

Enfin, l’Alliance a montré sa capacité à gérer un conflit dans le cas de la crise des Balkans. Après des débuts difficiles, elle a fini par gérer les conflits qui ont frappé la Bosnie-Herzégovine et le Kosovo.

Dans la phase entamée depuis 2001, une nouvelle question s’est posée à l’Alliance : la lutte contre le terrorisme. L’Alliance est mal à l’aise avec ce type de problématiques, aussi bien sur le plan politique que sécuritaire. Une organisation militaire peine à gérer le terrorisme.

L’Alliance a été formée dans un monde bipolaire très centré sur un couplage Américain / Européen contre un univers russe. Aujourd’hui, c’est une institution qui a permis de sécuriser l’Europe, d’éloigner toute menace directe et d’exporter de la sécurité. Du statut d’Alliance de dissuasion, et donc de non emploi, elle est passée au statut de force expéditionnaire, et donc d’emploi.

L’OTAN est-elle encore la solution pertinente pour répondre aux menaces qui peuvent viser l’Europe dans le monde actuel ?

Je suis gêné par le terme menace car il ne me semble en réalité pas tellement adapté à la situation contemporaine. Ce que l’on peut dire, en revanche, c’est que l’OTAN reste une boîte à outils qui peut être utilisée dans des circonstances qui n’avaient pas été initialement prévues. Chaque fois, lors de ses interventions, elle a toujours su s’adapter aux situations nouvelles et remplir les missions qui lui étaient confiées.

Cette boîte à outil reste disponible. Elle a été efficace dans un certain nombre de crises depuis vingt ans. Il est fort probable que les Alliés l'a conservent. Qu’est ce qui arrivera demain ? Personne ne peut le savoir. C’est aussi pour cela qu’il est difficile de dire comment transformer l’OTAN pour anticiper ces risques. Mais il est fort probable qu’elle sera, quoi qu’il arrive, l’un des éléments de réponse à cet imprévu de demain.

L’OTAN ne devient-elle pas obsolète dans un contexte où d’autres organisations remplissent, comme les Nations unies par exemple, des rôles similaires ?

Est-ce que l’on inventerait l’OTAN aujourd’hui ? Je ne pense pas. Cela étant, maintenant que nous l’avons et qu’elle continue de fonctionner, je vois mal les gouvernements, quels qu’ils soient, se passer de quelque chose qui est déjà là. C’est pour cela qu’on l’entretient et qu’on l’adapte, même si on rabote et ajoute divers éléments en permanence.

La question ne se pose donc pas de manière binaire. Il ne s’agit pas de savoir si elle doit être là ou pas. Il s’agit de savoir ce que l’on en fait. A quoi sert-elle aujourd’hui ? Elle sert principalement à mettre en oeuvre le contrat transatlantique. Les Européens sont les premiers à le réclamer : cela leur assure la protection des Etats-Unis. Pour les Américains, c’est un moyen d’avoir des alliés avec lesquels travailler, en Europe, sans que cela ne leur coûte très cher. C’est aussi pour ces raisons que beaucoup de pays, en Europe, réduisent leurs dépenses militaires. Une externalité positive de l'Alliance, en fait.

La question de la pertinence d’un outil militaire, quel qu’il soit, se pose par contre effectivement depuis une vingtaine d’années. Nous étions jusque-là dans une logique où l’outil militaire emportait la décision. Nous sommes aujourd’hui dans une toute autre logique où cet outil n’est plus qu’une partie de la décision. Les actions sont devenues complexes car il y a de nouveaux facteurs de puissance. C’est ce que l’on voit dans les conflits asymétriques, face à des insurrections, ou encore dans ce que l’on appelle des approches globales, qui intègrent aussi bien une action militaire que diplomatique ou humanitaire.

L’OTAN étant spécialisée dans ce domaine militaire, elle se retrouve en concurrence avec d’autres organisations qui ont une gamme d’outils plus large. C’est le cas des Nations unies, mais c’est aussi le cas de l’Union européenne qui intégre un volet militaire, un volet sécuritaire complet avec ses composantes policière et judiciaire et aussi un volet diplomatique et un volet économique. Reste qu’aujourd’hui, sur la simple composante militaire, l’OTAN reste plus efficace que ces structures polyvalentes.

L’OTAN commence cependant à envisager de systématiser des approches globales en intégrant les dimensions économique, politique, éducative. Il a d’ailleurs été décidé au dernier sommet de l’OTAN de mettre en place une cellule civile de gestion de crise.

Propos recueillis par Romain Mielcarek

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ggg
- 21/05/2012 - 18:56
M. Kempf, il y a de quoi être inquiet...
Vous êtes maître de conférences à Sciences Po. Nombre des futurs énarques qui prétendront savoir tout sur tout pour justifier leur mainmise sur le pouvoir et une bonne partie de la richesse en France passent donc sur vos bancs. À la lecture de votre analyse plus que superficielle, il y a de quoi être inquiet de ce que les ministres de 2045 apprennent.

La réponse à la menace asymétrique d'aujourd'hui passe par la capacité de projeter la force militaire loin hors de ses frontières. Peu d'États européens le peuvent aujourd'hui. Seule une mise en commun des capacités opérationnelles le permet. Ces capacités, ce ne sont pas seulement les moyens mais aussi la doctrine, la planification, la standardisation des formations militaires et des équipements (ainsi le fameux calibre OTAN 7,62) qui permet d'intégrer rapidement une brigade finlandaise à un corps d'armée britannique sous commandement espagnol. Cela, seule l'OTAN le permet aujourd'hui et rien à court ou moyen terme ne peut le remplacer. L'OTAN est-elle donc encore nécessaire ? Oui, évidemment, nous venons d'en faire la preuve.
AuSecours
- 21/05/2012 - 17:02
A o.icaros Erreur sur le casting
Ne nous méprenons pas: Flamby sourit à l'idée de jouer dans la cour des grands (enfin!), et Merkel se délecte à l'avance d'avoir trouvé un exellent candidat pour leur direr de con. Et ils ont été comblée largement au delà de leurs espérances.
o.icaros
- 21/05/2012 - 11:56
o.icaros
Les journalistes nous avaient excités en disant qu'entre la France et l'Allemagne cela n'allait pas très bien, que le torchon brulait, parce que Merkel ne supportait pas Sarkozy. Ce dernier était,à ses yeux, mal élevé ... ll la touchait!

On peut voir sur cette photo que son remplaçant, le candidat entrant, n'est pas mieux éduqué que "l'autre" comme il se plaisait à désigner le président.

Non seulement il touche Merkel mais, de surcroît, il la retient comme pour marquer une complicité de longue date, soit pour marquer son ascendant sur elle.