En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 3 heures 3 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 6 heures 5 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 6 heures 55 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 8 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 10 heures 13 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 11 heures 6 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 12 heures 23 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 13 heures 3 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 13 heures 34 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 14 heures 7 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 3 heures 28 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 6 heures 30 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 8 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 9 heures 58 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 10 heures 31 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 11 heures 57 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 12 heures 33 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 13 heures 30 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 14 heures 3 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 14 heures 25 min
Premiers pas

Le François Hollande de ces premières 24 heures sera-t-il celui des 5 ans à venir ?

Publié le 16 mai 2012
François Hollande est devenu ce mardi Président de la République, durant une journée divisée en deux temps : le protocole le matin, les bains de foule l'après-midi. Deux parties qui peuvent laisser entrevoir la façon dont François Hollande mènera sa politique. Car des héros républicains célébrés au premier voyage à l'étranger, en passant par l'absence de parapluie, rien n'est laissé au hasard un jour d'investiture.
Christian Delporte
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Delporte est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Versailles Saint-Quentin et directeur du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines. Il dirige également la revue Le Temps des médias.Son dernier livre est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande est devenu ce mardi Président de la République, durant une journée divisée en deux temps : le protocole le matin, les bains de foule l'après-midi. Deux parties qui peuvent laisser entrevoir la façon dont François Hollande mènera sa politique. Car des héros républicains célébrés au premier voyage à l'étranger, en passant par l'absence de parapluie, rien n'est laissé au hasard un jour d'investiture.

Atlantico : François Hollande est devenu ce mardi officiellement le nouveau Président de la République. Comment l’avez-vous trouvé tout au long de cette journée ?

Christian Delporte : Il y a deux parties dans la cérémonie. Celle du matin, qui correspond au protocole et a été marquée par une vraie sobriété et où il n’y a rien à dire de particulier. Il y a ensuite l’après-midi, à laquelle je crois il tenait beaucoup. Il y a eu les symboles, Jules Ferry et Marie Curie, mais aussi la dimension des bains de foules. Ces trois bains de foule témoignaient d’une volonté de proximité, qu’il ne pouvait pas montrer le matin.

Difficile de dire si cela présage de ce que sera son quinquennat. Aurait-on pu déduire celui de Nicolas Sarkozy de son investiture ? Mais François Hollande a été ce mardi conforme à ce qu’il voulait montrer, c'est-à-dire l’idée d’un président normal, sans fioritures le matin, et proche du peuple l’après-midi. S’il y a deux mots pour résumer la journée en termes d’image, c’est la sobriété dans la manière de gouverner et la volonté pour lui de continuer à être proche des Français.

Le matin a été marqué par la solennité, certains ont aussi vu un manque de courtoisie vis-à-vis de Nicolas Sarkozy, notamment lorsque François Hollande dans son discours d’investiture a vanté le bilan de tous ses prédécesseurs, sauf de Nicolas Sarkozy. Est-ce un élément marquant ?

Personne ne l’a obligé à citer tous ses prédécesseurs. Mais dès l’instant où il le faisait, c’était pour dire des choses aimables : la France modernisée sous Georges Pompidou, l’importance des valeurs de Jacques Chirac… Difficile donc de ne pas citer Nicolas Sarkozy, mais difficile également de montrer quelque chose de positif dans son mandat alors qu’il l’a combattu durant toute la campagne électorale. Je l’ai donc relevé, mais ça ne m’a pas surpris.

La plus grande surprise, pour moi, était la scène des couples, qui était inédite. En principe, la tradition veut que le président raccompagne son prédécesseur. Là, on a eu un petit côté « couples qui échangent leur appartement ». Cette scène là me parait très sarkozienne. Je pense que Nicolas Sarkozy avait dans la tête le départ calamiteux de Valéry Giscard-d’Estaing en 1981, traversant à pied la cour de l’Elysée, et retrouvant sa voiture dehors sous les huées des badauds. Cette fois, il y avait donc dehors des militants UMP, et puis il ne partait pas seul, il partait en couple. Ca a une autre valeur symbolique.

Le protocole est, par définition, très rigide. Y-a-t-il eu néanmoins une touche d’originalité dans la cérémonie ?

Il y a eu une touche « télévision ». Deux scènes n’avaient jamais été vues jusque là. Il y a dans la salle des fêtes la traditionnelle remise du collier de grand maître de l’Ordre de la Légion d’honneur, mais avant il y a une petite scène, que nous n’avions jamais vu à la TV jusque là, de remise des insignes. Cela ce passe dans un petit salon et ça a été filmé pour la première fois en direct.

Une autre scène frappante, c’est qu’avant l’arrivée sur le perron, on ne voyait jamais la scène dans le hall, avant la sortie. Il y a là une forme de spectacularisation de la passation de pouvoir. Je ne sais pas qui l’a souhaitée, sans doute les deux, peut-être par soucis de transparence. En tout cas, c’était nouveau.

 

Dans ses discours, François Hollande a beaucoup parlé du passé. N’est-ce pas contradictoire pour un Président qui arrive et devrait donc plutôt parler de l’avenir ?

De ce point de vue, c’est une continuité. Les précédents présidents ont fait la même chose. La passation de pouvoir est l’héritage du passé, de la République. On se situe donc dans l’héritage du passé ; c’est pourquoi Nicolas Sarkozy avait choisi la Résistance et François Hollande des symboles républicains comme Jules Ferry, Marie Curie, qui ont à ses yeux de l’importance. D’une certaine manière, le choix de ces symboles – la nation pour Nicolas Sarkozy, l’école laïque et républicaine de Jules Ferry ou la science de Marie Curie pour François Hollande – traduit aussi ce que l’on veut pour l’avenir. En parlant du passé, on parle toujours de l’avenir.

De manière générale, les discours d’investiture, à l’époque de De Gaulle, de Pompidou ou même de Giscard-d’Estaing, étaient des discours assez généraux, sur le cadre général, sur les valeurs, sur le sens de l’élection, sur l’unité des Français… Depuis quelques temps, on est sur des discours qui font émerger des formes de programmes, beaucoup plus concrets.

On imagine que chaque détail compte lors d’une investiture. Quels autres symboles a-t-on vu aujourd’hui ?

Tout est symbole en politique, surtout un jour d’investiture. Choisir une voiture hybride de marque française, par exemple, ça l’est. Sur les Champs-Elysées, en 1974, Valéry Giscard-d’Estaing avait décidé de ne pas prendre un véhicule d’apparat, mais de prendre une voiture simple. Cela voulait dire quelque chose sur la manière dont il voulait gouverner.

L’absence de parapluie était donc aussi préméditée ?

Oui, c’est un vieux symbole qui remonte au 19e siècle. Louis Philippe déjà refusait le parapluie qu’on lui tendait. L’homme politique doit affronter les éléments et se montrer stoïque en toute circonstance. Les hommes politiques, sous la 3e République, étaient en carrosse ou en calèche, et parfois il pleuvait (rires). C’est une façon de se montrer : le chef d’Etat se montre et il ne le peut pas dans une voiture, il doit être dehors.

Il y a eu une autre scène, lorsqu’il est revenu à l’Elysée : il pleuvait encore un petit peu et un huissier lui a tendu un parapluie. Il l’a repoussé pour parler aux journalistes. C’est une manière de montrer que la pluie ne gâchera pas la fête.

Le premier voyage à l’étranger du nouveau Président a été fait dans la foulée. Il a choisi l’Allemagne. Comment analyser ce choix ?

C’est un symbole. On savait qu’il ne s’y passerait pas grand-chose : ce n’était pas un moment pour négocier mais un premier contact. Ce symbole dépasse le cadre français, c’était une sorte de message à l’Europe. D’une part c’était un engagement de sa part, et d’autre part il a montré que son premier souci était l’Europe. Il était important pour lui, bien que la journée ait été un peu longue –et risquée, puisqu’il a été foudroyé ! – de monter cette première visite symbolique. Il a fait la conférence de presse au bout d’une heure de rencontre, on savait donc qu’il n’allait pas résoudre les problèmes de croissance dans ce laps ce temps ! C’était simplement un message destiné à l’Europe, aux Français et aux Allemands.

Propos recueillis par Morgan Bourven

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
castrofidel
- 18/05/2012 - 09:54
@le Gône La truffe prise de cours
Le Trésor français a annoncé avoir levé le 16 mai 7,996 milliards d'euros à des taux en baisse, pour la première émission de dette française à moyen et long terme depuis l'élection de François Hollande à la tête de l'Etat.
Les taux sont ressortis en baisse par rapport à l'adjudication précédente du 19 avril, avant le second tour de la Présidentielle. Dans le détail deux lignes de BTAN (bons du Trésor à taux fixe et intérêts annuels) ont été émises à échéance de 2 et 5 ans avec des taux qui s'inscrivent respectivement à 0,74% contre 0,85% et à 1,72% contre 1,83%, lors de la dernière adjudication comparable le 19 avril.
L'Agence France Trésor fait remarquer que le taux sur la ligne à 5 ans est le plus bas depuis la création de la zone euro.

Quant au cours de la truffe, il est aussi en baisse.
Le cours moyen est passé de 850€ le Kg en mars 2010 à 300€ le Kg en mai 2012.
le Gône
- 17/05/2012 - 12:18
@NYOR
"pauvre truffe" diraient les socialistes
Chesterfield
- 17/05/2012 - 11:07
Il a peu de la foudre....???
Pour une fois qu'il fait des étincelles...