En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Erreur de débutant

Impartialité... La direction de l'Agence France Presse a-t-elle applaudi à la victoire de François Hollande ?

Publié le 15 mai 2012
Le soir de la victoire de François Hollande, l'AFP diffusait une vidéo sur laquelle on peut apercevoir plusieurs responsables de l'agence de presse en train d'applaudir. Célébration de l'information ou enthousiasme de cette alternance politique, les journalistes s'interrogent en interne, certains y voyant déjà une grossière erreur professionnelle.
Karl Wilner est journaliste.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Karl Wilner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Karl Wilner est journaliste.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le soir de la victoire de François Hollande, l'AFP diffusait une vidéo sur laquelle on peut apercevoir plusieurs responsables de l'agence de presse en train d'applaudir. Célébration de l'information ou enthousiasme de cette alternance politique, les journalistes s'interrogent en interne, certains y voyant déjà une grossière erreur professionnelle.

Pourquoi la  direction de l'Agence France Presse (AFP) réunie au soir du second tour de la présidentielle a-t-elle applaudi lors de l'envoi du premier flash annonçant la victoire de François Hollande? La question suscite aujourd'hui  un malaise chez certains journalistes de l'agence qui s'interrogent en outre sur les raisons pour lesquelles la vidéo de cet "instant historique" a été mise en ligne sur le site de l'AFP. Cette séquence est visible à la rubrique "Making off" récemment créée à destination du grand public. On peut y voir le PDG Emmanuel Hoog entouré de son directeur de l'information, du chef du service politique et de la rédactrice en chef centrale, prendre la décision de rompre le sacro-saint embargo de 20 heures et d'annoncer à leurs clients dès 18h53 l'élection du candidat socialiste. Pour justifier cette entorse à la loi, l'AFP explique dans le texte diffusé surson site qu'il n'était guère possible à une agence de dimension internationale de demeurer plus longtemps silencieuse alors que nombre de médias étrangers avaient commencé depuis la fin de l'après midi à annoncer le caractère inéluctable de l'entrée de François Hollande à l'Elysée.  "A 18 h 53, la décision est donc prise de diffuser le flash donnant Hollande président. Sylvie Maligorne prend sa respiration et appuie sur le bouton… Un petit brouhaha s'en suit. Des applaudissements pour fêter l'envoi du flash", raconte le texte du making off avant d'inviter l'internaute à visionner lui-même cet épisode de la vie de l'agence. Emmanuel Hoog, le visage rayonnant, frappe dans ses mains avec le reste du staff pour mieux savourer ce "moment crucial". Selon la direction de l'AFP, les applaudissements ne seraient venus saluer que l'audace d'avoir pris la bonne décision en outrepassant l'embargo de 20h.

 
Mais cette explication ne semble pas avoir convaincu tous les journalistes de l'AFP. "Le texte qui accompagne la vidéo prétend que c'est le flash lui-même qui est applaudi et non l'élection, mais c'est une pure hypocrisie, car l'envoi de ce flash ne relève d'aucun exploit particulier de l'AFP, informationnel, technique ou autre", estime un journaliste chevronné de l'agence, contacté par Atlantico et qui préfère conserver l'anonymat. "L'AFP s'est contentée de décider de violer la loi comme elle l'avait déjà fait au premier tour, en diffusant des estimations déjà diffusées par des médias étrangers. Mais le flash ne constitue en lui-même aucun succès remarquable de l'agence qu'il conviendrait d'applaudir à tout rompre. Que reste-t-il à applaudir sinon le contenu?".

D"autres journalistes s'interrogent de surcroit sur la maladresse qui a consisté à diffuser un tel document. "C'est amener le fouet pour se faire battre. Le statut de l'Agence France Presse lui interdit toute prise de position ou ligne éditoriale en faveur d'un camp politique ou d'un autre. On voudrait faire envoyer un signal d'obéissance et de servilité à l'égard du nouveau pouvoir, on ne s'y prendrait pas autrement", relève un autre journaliste. Pourquoi avoir mis en ligne cette séquence grotesque? Pour mieux se démarquer de l'ère Sarkozyste? "Non, c'est absurde", plaide un rédac chef,  qui face à la bronca veut prendre la défense du PDG et de son équipe. "Tout le monde sait bien que Hoog n'est pas un type de droite et qu'il ne traine aucune casserole de l'époque Sarkozy". Il est vrai qu'à cet égard, le passé du PDG de l'AFP plaide en sa faveur. Cet énarque (promotion 1986) a connu une ascension rapide au ministère de la culture où il a débuté au cabinet de Jack Lang. En 1996, lorsque Jack Lang a pris la direction du Piccolo Teatro de Milan, Emanuel Hoog l'a suivi comme directeur délégué. De retour à Paris, Il est devenu conseiller chargé de la culture et des médias auprès de Laurent Fabius, d'abord à l'Assemblée Nationale puis au ministère de l'Economie et des Finances, jusqu'en 2001. Nommé PDG de l'Institut National de l'Audiovisuel en 2001, il a pris la présidence de l'AFP en 2010. 

La dérisoire séquence des applaudissements ne serait-elle finalement que la manifestation spontanée de l'enthousiasme du PDG de la première agence française et de ses collaborateurs à l'issue d'une campagne électorale particulièrement dense? S'agit-il d'une phase de relâchement comme il peut s'en produire dans n'importe quelle salle de rédaction après une journée de travail, d'une légère baisse de vigilance après un bouclage dans le stress ?  "Cette vidéo débile ne va pas en tous cas aider à rehausser l'image de l'AFP. On nous accuse régulièrement d'être une agence de gauche. Voilà le genre de conneries qui va faire le buzz et accréditer cette thèse ", confie désabusé un cadre de l'agence. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

La guerre des changes aura lieu

06.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

07.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (31)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Brunoest
- 16/05/2012 - 14:26
@ Imragen pour info du texte de loi
Article 81

Modifié par Décret n°2012-653 du 4 mai 2012 - art. 1

Sont affranchis de l'impôt :

1° Les allocations spéciales destinées à couvrir les frais inhérents à la fonction ou à l'emploi et effectivement utilisées conformément à leur objet. Les rémunérations des journalistes, rédacteurs, photographes, directeurs de journaux et critiques dramatiques et musicaux perçues ès qualités constituent de telles allocations à concurrence de 7 650 euros.

Toutefois, lorsque leur montant est fixé par voie législative, ces allocations sont toujours réputées utilisées conformément à leur objet et ne peuvent donner lieu à aucune vérification de la part de l'administration ;
castrofidel
- 16/05/2012 - 10:35
@Le Gône "AFP est un des derniers bastion du PCF"
Votre information ("AFP est un des derniers bastion du PCF"), démontre que vous avez une excellente connaissance du monde des médias et plus particulièrement de celui des agences de presse.
Toutes mes félicitations.
Pour être plus précis, sachez que chaque journaliste de l'AFP devait dans le passé faire un stage à l'Agence TASS.
Mais TASS n'étant plus ce que c'était du temps de l'URSS, les journalistes de l'AFP doivent maintenant faire un stage au quotidien cubain Granma.
Et c'est là qu'on leur apprend à déceler les différents niveaux du crétinisme qui vont de 1 à 5 sur l'échelle d'Atlantico.
Encore un effort, et vous gravirez l'échelon 4.
castrofidel
- 16/05/2012 - 10:07
@Diego "la France va ressembler à Cuba" ?
Alors pour le "cuba libre", citron et rhum sur glaçons, le tout arrosé de coca cola à discrétion. Remuer lentement.
Servir dans un verre de type "tumbler".
Décorer avec une tranche de citron vert.
A savourer sans modération.