En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 6 min 44 sec
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 40 min 7 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 1 heure 2 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 37 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 2 heures 22 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 48 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 42 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 17 heures 20 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 20 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 21 heures 8 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 10 min 31 sec
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 44 min 7 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 1 heure 25 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 2 heures 15 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 44 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 51 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 16 heures 14 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 18 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 47 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 55 min
© IAN LANGSDON / POOL / AFP
Jean Castex premier ministre annonces reocnfinement
© IAN LANGSDON / POOL / AFP
Jean Castex premier ministre annonces reocnfinement
Freiner l'épidémie

Reconfinement : ces pulsions mauvaises qui paraissent plus guider le gouvernement que la rationalité sanitaire

Publié le 30 octobre 2020
Même si la situation sanitaire impose un reconfinement tant l’epidemie de COVID-19 est hors de contrôle, certains arguments avancés par les pouvoirs publics inquiètent pour les libertés publiques comme pour la réalité de leur détermination à agir.
Arnaud Benedetti
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Benedetti est professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne. Il vient de publier Le coup de com' permanent (éd. du Cerf, 2017) dans lequel il détaille les stratégies de communication d'Emmanuel Macron.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Même si la situation sanitaire impose un reconfinement tant l’epidemie de COVID-19 est hors de contrôle, certains arguments avancés par les pouvoirs publics inquiètent pour les libertés publiques comme pour la réalité de leur détermination à agir.

Atlantico.fr : Le confinement décrété à partir de vendredi est-il un aveu d’impuissance à juguler la situation ? Est-ce une réaction raisonnée ou bien dictée par la précipitation ?

Arnaud Benedetti : C’est tout d’abord la même matrice que celle qui a conduit au confinement en mars dernier : la crainte de voir le système hospitalier débordé par les patients contaminés. Cela traduit donc l’échec du politique dont la mission est de prévoir et de protéger et qui lorsqu’il faillit se décharge sur l’administratif pour gérer la situation. C’est ce à quoi nous assistons : un contrôle tatillon, à bien des égards attentatoire à des libertés fondamentales, qui traduit la défaillance des politiques publiques. Faute d’avoir réussi à anticiper et à organiser la réponse de l’Etat, on gouverne les conduites, on médicalise l’action politique, on éteint la vie sociale et économique. Force est de constater que ce dispositif de contrôle socio-politique est  sans précédent depuis la seconde guerre mondiale. Qu’un problème d’ordre sanitaire en soit à l’origine devrait nous interroger. Il ne s’agit pas d’une menace physique extérieure et intérieure qui génère de facto cet "état d’exception", ce sont sur le fond aussi des choix politiques internes à la machine de l’Etat. Le politique qui défaille, c’est l’administratif qui gère. Et il gère avec les instruments qu’il a en sa possession... La suspension de la vie sociale devrait peut-être considérée comme un trouble à l’ordre public par celui là-même censé en assurer la tenue. Dans tous les cas il s’agit d’une rupture du pacte de confiance entre la société et l’Etat dont la mission dans une démocratie libérale est de garantir le fonctionnement régulier de la cité. 

N’y a-t-il pas une jouissance malsaine de la part de l'administration à vouloir contrôler les déplacements des uns et des autres avec des attestations, ce qui n'est fait pratiquement nulle part ailleurs en Europe ?  

L’attestation est l’objet-fétiche de cette politique de contrôle. L’autorité administrative est neutre - en principe ! Mais l’administration ce sont des hommes et des femmes, des corps administratifs, des strates multiples, variées, hétérogènes, une humanité complexe aussi qui n’est pas exempte de passions et de subjectivité tant dans sa dimension individuelle que collective. L’administration, juridiquement, ne fait pas de politique mais structurellement, sociologiquement même, elle est un objet politique, avec ses valeurs et ses systèmes d’intérêts. Il peut  exister en son sein une technostructure qui peut trouver matière à justifier le sens de son existence dans des mesures aussi intrusives. Mais l’administration, n’oublions jamais, n’est que ce qu’en fait le politique. Ce " bloc de granit " dont parlait Napoléon a certes la puissance de son histoire et de sa pérennité mais elle est comptable devant le pouvoir politique. Elle lui obéit, même si ce que l’on appelle l’Etat profond compose, hélas, une réalité fortement sédimentée de notre système de décisions. Mais faut-il encore rappeler que l’intrication politico-administrative ne facilite pas les choses puisque le politique est colonisé par du personnel administratif tant dans les fonctions électives que ministérielles. Pour dépasser cette relation incestueuse, une seule solution : couper le lien. Comment : en exigeant de tout fonctionnaire s’engageant dans une fonction parlementaire ou d’exécutif qu’il démissionne de la fonction publique... Quoiqu’il en soit, sous couvert de sanitaire, nous assistons à une tendance à l’absolutisation des pouvoirs de police administrative qui n’est pas sans poser problème dans un régime de libertés publiques.

La peur n’est-elle pas en train de guider la politique du gouvernement ? 

C’est bien la difficulté. On mesure la civilisation à la capacité aussi à maîtriser les peurs, à les hiérarchiser, à les intérioriser et à les accepter si nécessaire. La peur là est partout : au sein même de la société qui ne se résout plus au moindre risque, à fortiori lorsqu’il s’agit d’un risque collectif ; parmi les politiques qui sont eux-mêmes les produits de la sensibilité collective de leur époque ; parmi l’administration qui ouvre tous les parapluies en raison des risques pénaux qu’elle anticipe. Cette crise dit quelque chose de l’anthropologie profonde de notre temps. Elle est au demeurant le révélateur de plusieurs  ruptures. Par peur de la mort, nous sommes prêts au sacrifice collectif de la société et de la liberté au point de consentir à une forme à peine dissimulée d’autoritarisme qui se justifie par son apparente " bienveillance " ;  à notre façon, nous sommes en passe de devenir " les derniers hommes " dont parle Nietzsche dans le " Zarathoustra". Mais cette peur structurelle à l’épreuve de la Covid prend la forme d’une panique qui de haut en bas et de bas en haut circule dans tous les pans de la société. En saisissant à part égale le politique et le citoyen, l’Etat et la société, elle corrompt le sang-froid des professionnels de l’art de l’exécution que sont les dirigeants. De ce point de vue, nous vivons aussi une crise du commandement... 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Papy Geon
- 31/10/2020 - 15:49
Tout ce qui est indépendant doit disparaitre...
Cela semble désorganisé, mais c’est une manœuvre mûrement réfléchie pour tuer tous les indépendants. Ce qualificatif ne doit plus exister, et ceux qui le portent doivent disparaitre. Le but de la mouvance qui se trouve aux manettes, c’est de rendre tous les français dépendants. Il reste encore beaucoup trop de gens débrouillards. Les énarques collaborent avec je ne sais quoi ou qui, pour organiser cette mutation irréversible, pour que ne subsistent que des troupeaux de français dociles et si possible pucés.
patafanari
- 31/10/2020 - 06:21
Gouvernement "Hara-Kiri"
Bête et méchant.
Loupdessteppes
- 30/10/2020 - 12:48
FNAC et Darty ouverts !!!
Les copains des coquins vont se régaler et les petits libraires vont mourir.
Dégueulasse tout simplement !