En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 1 min 13 sec
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 34 min 36 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 56 min 48 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 31 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 2 heures 17 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 42 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 36 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 17 heures 15 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 20 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 21 heures 3 min
pépite vidéo > Politique
Insécurité
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 5 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 38 min 36 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 1 heure 20 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 2 heures 10 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 38 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 46 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 16 heures 8 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 18 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 41 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 49 min
© NICOLAS TUCAT / AFP / POOL
coronavirus covid-19 France épidémie traçage isolement lutte contre le virus pandémie
© NICOLAS TUCAT / AFP / POOL
coronavirus covid-19 France épidémie traçage isolement lutte contre le virus pandémie
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

Publié le 26 octobre 2020
L'épidémie de coronavirus s'accélère à travers le pays. Le comportement des Français et le port du masque permettent d'entraver les transmissions. La stratégie de traçage et d'isolement pourrait être améliorée afin de briser les chaînes de contaminations.
Guy-André Pelouze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guy-André Pelouze est chirurgien à Perpignan.Passionné par les avancées extraordinaires de sa spécialité depuis un demi siècle, il est resté très attentif aux conditions d'exercice et à l'évolution du système qui conditionnent la qualité des soins.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'épidémie de coronavirus s'accélère à travers le pays. Le comportement des Français et le port du masque permettent d'entraver les transmissions. La stratégie de traçage et d'isolement pourrait être améliorée afin de briser les chaînes de contaminations.

Avec 52010 nouveaux cas hier l’épidémie à coronavirus s’accélère et s’amplifie en France. Il n’est pas nécessaire de réexpliquer la dynamique car elle se perçoit aisément avec les nouveaux cas qui ensuite deviennent en partie des malades, des consultants, des hospitalisés et des réanimés. Le virus n’a pas changé, sa transmission s’est modifiée car nous portons des masques, nous nous éloignons et nous diminuons nos interactions sociales dans des endroits clos. C’est efficace et cette somme des comportements des Français a aplati la courbe car elle entrave la transmission.


Sémantique de l’épidémie

Il n’y a pas de “vagues”, phénomène physique gravitationnel lors des marées par exemple. Une épidémie est un phénomène biologique lié à la transmission d’un micro-organisme, par exemple un virus. Il y a des phases comme la phase initiale sporadique et d’autres endémiques qui donnent des résurgences.

L’histoire des épidémies nous enseigne que les résurgences sont très fréquentes et peuvent être encore plus mortelles.

Ce phénomène biologique est multifactoriel et peut être modulé par nos comportements et des traitements.
Le coronavirus Sars-Cov-2 ne circule pas, il ne revient pas, il ne diffuse pas, il n'est pas « actif ».

Nous transmettons le virus essentiellement par des gouttelettes de l’air expiré. Un  humain porteur le transmet à un autre indemne.

Chaque porteur, en moyenne, le transmet en ce moment à 1,36 personne soit pour 1000 porteurs 1360 personnes contaminées pendant la période de contagion


Ces comportements adaptés ne sont pas suffisants car les nouveaux cas ne sont pas isolés

Pour être simple, les 52010 nouveaux cas d’hier vont transmettre. Essentiellement parce que l’organisation sanitaire n’a pas de raquette. Les identités des nouveaux cas, toutes connues par définition, ne sont pas transmises, les brigades ne les assistent pas dans leur isolement, l'isolement est laissé au choix de chacun. C’est incompréhensible alors que nous sommes à 10 mois de pandémie.

S’agit il d’un plan Ségurviétique miracle, d’une doctrine déclinée en fiches made in ENA?

Il est essentiel de comprendre qu’il ne s’agit pas d’un plan ou d’une doctrine. Ces concepts technocratiques sont inopérants. Dans le monde il y a consensus sur la question et les modalités de l’isolement. Il s’agit de la transmission et des outils de la politique sanitaire. De ce point de vue nous avons régressé en France lors de la création des ARS dont l’ADN n’a rien à voir avec la santé mais dont tout le potentiel est consacré à contrôler le système de soins. Nous avons supprimé une organisation plus décentralisée et plus axée sur la santé des populations pour créer une préfecture des soins. Or le système de soins fonctionne très bien sans préfet attitré (il suffit de se rappeler l’état de notre système de soins dans les années 80); mais en revanche lorsque la santé des populations est menacée par un choc externe, épidémique, nucléaire, bioterroriste ou volcanologique sans organisation sanitaire le prix à payer en vies humaines peut être énorme. En pratique, tant que les fonctionnaires et leurs alliés éventuels (réserve sanitaire, médecine scolaire et du travail, étudiants en médecine et étudiants infirmiers, armée) ne seront pas sur le terrain et ne disposerons pas des outils numériques simples de traitement des données des nouveaux cas positifs, la prévention de la transmission sera amputée d’une jambe.

Quelle organisation sanitaire peut atteindre le niveau d’isolement efficace?

C’est à coup sur une organisation plus décentralisée de type régionale avec des antennes notamment dans les grosses agglomérations. Les exécutifs régionaux doivent être impliqués d'urgence dans cette transmission de la politique sanitaire. Les équipes seront constituées en fonction des besoins qui sont très différents selon la géographie et la densité de population. D’ores et déjà il faut dimensionner ces équipes et cela signifie mettre sur le terrain des dizaines de milliers de personnes. Il est impossible de réaliser une telle opération depuis l'avenue de Ségur. Ces dispositions sont tellement urgentes qu’il faut y consacrer un effort considérable et faire preuve d’innovation. Des outils législatifs sont nécessaires comme la transmission obligatoire, dans le cadre de l’urgence sanitaire, des résultats nominatifs avec les coordonnées de tous les tests aux brigades, au médecin traitant en plus de la personne testée. Sans exception. Bref il faut passer à un niveau supérieur d’efficacité et c’est facile car sur l’isolement nous sommes probablement < 10% d’isolements réussis.

L’étape d’après : anticipons pour enfin maîtriser l’épidémie

Certains pays, tout en connaissant une résurgence liée à l’activité humaine cet été, ont un nombre de nouveaux cas par million plus faible et ce dans des proportions importantes (les pays asiatiques, l’Allemagne et la Norvège notamment). Les dispositions qu’ils ont prises ciblent la transmission plutôt que l’activité en général. Ils sont intraitables sur l’isolement qu’il s’agisse de la quatorzaine aux frontières ou bien de l’isolement des cas endémiques. Or c’est très important pour l’étape d’après. Les modèles nous renseignent sur l’évolution de la pandémie en Europe et en France il est possible que nous observions un fléchissement après le 15 décembre. Toutefois l’incertitude est grande comme le traduit l’intervalle de confiance. Il faudra alors relâcher les contraintes et si nous n’isolons pas, cette fois à cause des températures basses, une nouvelle résurgence est possible. Mais dans le même temps il faut préparer la campagne de vaccination et une protection renforcée pour les personnes fragiles. Sans les brigades c’est à dire des dizaines de milliers de personnes déployées il sera très difficile de vacciner la population rapidement pour bâtir la barrière immunitaire. A défaut d’initiative étatique il serait dans l’intérêt des populations que le s régions se saisissent de cette situation et décident de constituer ces brigades opérationnelles avec cette triple mission:

  • Assister les Français positifs à s'isoler pour 14 jours.

  • Renforcer la protection des plus fragiles

  • Préparer la vaccination en hiérarchisant les indications et en accélérant le processus lui même.

Nous sommes en urgence sanitaire, ce n’est pas une guerre car le virus n’est pas un être conscient qui veut notre mort, le virus se multiplie au mieux (avec des dégâts pour certains hôtes) grâce à des mutations adaptatives depuis des milliards d’années. La réponse doit être intelligente. Elle doit être en avance sur l’épidémie. On ne sortira de cette pandémie que par l’innovation et si possible la meilleure. C’est en cours et cette compétition mondiale est une chance. Il faut en décliner les avancées sans attendre, sans être aveuglé par les nombres qui sont inquiétants mais traduisent ce qui s’est passé il y a plusieurs semaines. Isoler les personnes positives est très efficace, plusieurs centaines de fois plus efficace que confiner et surtout compatible avec un retour aux activités économiques. Protéger de façon ciblée les personnes fragiles est un travail minutieux qui ne peut être réalisé que par des équipes locales. Préparer la vaccination est un pari sur l’avenir. Diminuer de moitié le temps de vaccination des personnes prioritaires sauvera des vies en permettant en même temps aux hôpitaux et à l’économie de fonctionner.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Loupdessteppes
- 26/10/2020 - 12:05
Ce qui est caché : la vérité !
Manque de respirateurs ! Aéroport français passoires sans contrôle ! Distances sanitaires non respectées dans les transports ! Manque de personnel soignant et de matériel !
Le reste n'est que bla-bla collabo pour culpabiliser et effrayer le peuple. ..
Honteux !

2bout
- 26/10/2020 - 11:10
Sans vouloir insister, ou pire, trop abuser Docteur, …
mais si le taux d'incidence calculé à partir des résultats des tests PCR, des tests dont la valeur serait positive si il était effectué sur une personne guérie, on ne pourrait alors que se réjouir de voir ce taux atteindre progressivement une valeur de +/– 60 % ?
Il n'est pas question de nier que le virus circule mais plutôt de s'interroger sur la viabilité du thermomètre.
fboizard@usa.net
- 26/10/2020 - 10:33
Marchand de peur
Comme beaucoup de ses collègues, le Dr Pelouze est un marchand de peur.

La seule chose hors de contrôle est la psychose et l'orgie de tests foireux.

Pour le reste, c'est-à-dire pour la réalité sanitaire (mais qui s'en préoccupe encore ?), la mortalité est tout ce qu'il y a de plus normale pour cette époque de l'année.

Nous ne vivons pas une situation exceptionnelle. Aucune mesure exceptionnelle n'est justifiée.

Et les médecins devraient retourner soigner plutôt que de s'étaler dans les journaux.