En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 13 heures 30 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 14 heures 13 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 16 heures 42 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 17 heures 26 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 18 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 19 heures 33 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 19 heures 56 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 20 heures 8 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 20 heures 31 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 20 heures 49 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 13 heures 55 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 15 heures 24 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 16 heures 57 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 17 heures 54 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 18 heures 52 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 19 heures 49 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 20 heures 1 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 20 heures 22 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 20 heures 41 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 20 heures 53 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Jean Castex Olivier Véran gouvernement coronavirus covid-19
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Jean Castex Olivier Véran gouvernement coronavirus covid-19
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

Publié le 23 octobre 2020
Jean-Pierre Marongiu revient sur les mesures déployées par le gouvernement pour lutter contre la pandémie de Covid-19.
Jean-Pierre Marongiu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Marongiu est écrivain, conférencier, ingénieur, expert en Management et Directeur général et fondateur du thinktank GRES : Groupe de Réflexions sur les Enjeux Sociétaux.Perpetuel voyageur professionnel, il a parcouru la planète avant de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Marongiu revient sur les mesures déployées par le gouvernement pour lutter contre la pandémie de Covid-19.

Il aura fallu attendre l’extinction totale du communisme pour voir en ressurgir les flammes. Selon Ovide, il n’est de feu plus ardent que celui qui couve, et c’est au pays des paradoxes que son souffle menace de faire s’écrouler toute une nation.

Comment aurions pu imaginer que l’ultralibéralisme macronien allait déboucher sur un interventionnisme étatiste radical. Les mesures de rétorsion contre l’ennemi viral venu d’Asie annoncée par Emmanuel Macron ont quelque chose de brutal, de dictatorial, c’est en réalité l’annonce de la promulgation de la loi martiale.

« Nous étions une société d’individus libres…nous devons devenir solidaires. » C’est en ces termes, qu’aucun président de la République avant lui n’avait osés qu’Emmanuel Macron a enseveli notre liberté citoyenne et annoncé une nouvelle ère, celle d’une société de fourmis ou d’abeilles laborieuses dépourvues de toute individualité. Un essaim dont la seule fonction est de nourrir sa reine.

L’état prend le contrôle de tous les secteurs de la vie citoyenne. Désormais, c’est l’état qui salarie les gens, c'est l’état qui fixe les horaires de travail, l’état qui établit les rythmes de vie, l’état qui supprime la libre circulation, l’état qui impose des laissez-passer à toute la ruche.

Nous nous étions habitués à être une société d’individus libres. Emmanuel Macron nous prévient, rejetant la responsabilité des décès liés au Covid sur les récalcitrants aux mesures sanitaires : eh bien, il va falloir que cela change !

Nous ne sommes plus Charlie, ni Arnaud, ni Samuel, nous sommes désormais des insectes sans identité.

Cela ressemble à s’y méprendre au modèle soviétique ou nord-coréen. Les prémices de l’uniforme obligatoire anti-Covid, le masque et les gants ne devraient pas tarder à faire place au scaphandre immunitaire.

Bientôt, l’obligation de vaccination et l’entrave digitale sur nos téléphones mettront fin à toute liberté individuelle. N’entendons-nous pas déjà la pensée médiatico-colabo nous susurrer sournoisement à l’oreille que si nous n’avons rien à cacher, nous ne devons pas craindre la perte de si peu de nos libertés.

Ce qui interpelle dans cette similarité soviético-gauloise, c’est que les abeilles affairées au fonctionnement de la ruche, les fonctionnaires d’entreprises étatisés ou les employés dépendants des grandes entreprises dans lesquelles l’état est actionnaire, sont les moins impactés. À la différence des salariés du secteur privé, des indépendants et des libres entrepreneurs qui voient leur mode de vie s’écrouler.

Les codes de langages ont évolué, les suspicions d’infections sont devenues des cas positifs et désormais on ne parle plus que de contaminations. Les médias ont déjà oublié la fiabilité limitée des tests PCR et l’incongruité de leurs interprétations. Les cas positifs représentent les individus ayant bâti leurs défenses immunitaires contre le coronavirus, mais les chiffres annoncés les présentent comme des malades.

Interdits staliniens, couvre-feu, loi martiale et contrôles policiers.

Interdiction de sortir, de se réunir, de manifester, de faire du sport, de loisir, d’expression. Les fêtes privées sont désormais interdites sur tout le territoire : mariages, enterrements, anniversaires, les rassemblements de plus de six personnes sont proscrits. 

12000 policiers, qui faisaient défaut à la surveillance des banlieues sensibles, seront affectés aux rondes nocturnes pour contrôler le couvre-feu de 22 heures à 6 heures du matin désormais en vigueur dans les grandes agglomérations.

Un système de contrôle de la population qui déjà entraîne les dérives de la dénonciation civique, de la délation et des clivages familiaux…les lettres de cachet ont abondé dans les commissariats durant le confinement.

D’autres mesures sont à venir, de plus en plus coercitives : report des élections départementales et régionales, atteintes puis suppression totale des libertés d’opinion et d’expression, retour de la loi Avia par le biais de la Commission européenne.

On s’habitue très vite à la dictature, le droit ne suffit plus, à protéger les libertés. Une démocratie n’est jamais protégée par un arsenal juridique, mais par une volonté populaire, et pour l’heure celle-ci s’est éteinte.

Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux”. Cette citation de Benjamin Franklin est amendée par Friedrich Hayek dans « La route de la servitude ». Cet essai est devenu une référence de la pensée libérale met en lumière la volte-face d’Emmanuel Macron élu sur un programme libéral.

L’interventionnisme de l'État a tendance à toujours empiéter davantage sur les libertés individuelles et qu'il peut progressivement conduire au totalitarisme, c'est-à-dire à la servitude des peuples. F.Hayek

Dans son allocution liberticide et suicidaire pour notre économie, Emmanuel Macron a montré les limites de son courage politique. Loin d’assumer une dérive dictatoriale jupitérienne, il a usé du subterfuge d’un transfert de responsabilités vers le comité scientifique.

L’usage d’un comité scientifique est soit machiavélique, soit une lâcheté gouvernementale. Emmanuel Macron a désigné une dizaine de scientifiques sans autre légitimité que la soumission à sa personne. Une équipe d’une dizaine de scientifiques issus d’on ne sait où pour prendre à sa place des décisions et qui récuse l’avis de 300 scientifiques qui disent le contraire.

Cela ressemble à la constitution de la convention sur le climat dont 150 Français tirés au sort n’ont été qu’un alibi pour sélectionner dans une liste d’idées farfelues, les mesures difficiles sur l’environnement prévues de longue date dans le seul but de leur en faire porter la responsabilité.

Enfin pour compléter sa panoplie du petit dictateur, Emmanuel Macron a usé du ton moralisateur et hypnotique du serpent Kaa dans l’adaptation disneyenne du livre de la jungle. Maniant les contraires comme des évidences :

  • Volonté de ne pas engorger les hôpitaux, mais sans annoncer la création de lits et pas de personnel supplémentaire.

  • Faire barrage à la circulation du virus dans les villages, mais conservant les frontières internationales ouvertes sans contrôles aux aéroports ni aux gares.

  • Interdisant les regroupements dans les zones urbaines, supposément les plus contaminées, mais envoyant les citadins pour les vacances de la Toussaint dans les campagnes jusqu’ici préservées de l’épidémie.

  • Fermant les bars et restaurants dans lesquels la contamination est faible alors que restent ouvertes les zones de plus fortes contaminations pour 56%, les entreprises, les universités, les lieux de santé et le Ephads.

  • Alors même que du propre aveu d’Emmanuel Macron les théâtres et les cinémas sont les lieux les plus sanitairement sécurisés, les horaires du couvre-feu vont pousser ceux-ci à fermer leurs portes.

1500 malades en réanimation pour une capacité nationale de 6000 postes justifient-ils la mort programmée de l’économie nationale ?

La conséquence du demi-confinement pour les métiers de la restauration et de l’hôtellerie se traduit par une multiplication des effets du confinement. Prévision de 60 000 faillites et de 200 000 emplois perdus.

En juin dernier, le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire prédisait « une vague de faillites, une vague de difficultés sur le front de l’emploi très violente » à venir. Il avait alors évoqué la suppression de 800 000 emplois supprimés et 10 % de chômage pour cette année.

Le demi-confinement va ajouter à cette estimation basse près de 300 000 suppressions d’emploi et porter le taux de chômage à près de 14%.

Ce qu’il est médiatico-médicalement convenu de nommer les comorbidités au Covid à savoir les pathologies aggravant la létalité du Covid, ne prend pas en compte la détresse psychosociale génératrice de maladies dépressives et de suicides. 

Selon une étude de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Chaque année, 10 000 à 14 000 décès sont imputables au chômage en France. Maladies chroniques, pathologies cardiovasculaires, dépressions, suicides, addictions renforcées par le manque d’estime de soi, renoncement aux soins… Les chômeurs présentent une surmortalité deux fois plus importante que les actifs du même âge.

La crise économique de 2008 avait été directement responsable de 548 suicides. Les mesures politico- sanitaires liées à la gestion du coronavirus seront directement responsables de milliers de suicides qui ne seront probablement jamais comptabilisés.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zen-gzr-28
- 23/10/2020 - 20:36
Merci pour cet article
Une bonne partie des citoyens, hélas, apprécie l'eau tiédir, chauffer... jusque...? Se référer à l'histoire de la grenouille que tout le monde connaît
Nicolas59
- 23/10/2020 - 15:12
Logique
L'échec du progressisme devient visible depuis plusieurs années. Le Brexit, l'élection de Trump, la montée des populistes partout en Europe crée une peur panique chez les partis sociaux démocrates qui gouvernent.
Perdre le contrôle n'est pas une option pour eux. Le Covid est un bon moyen pour juguler le risque. Déjà on parles de "reporter" les élections régionales. Reporter jusqu'à quand ? Nous vivons en état d'urgence depuis 2015 et Macron a fait passer les mesures d'exception dans le droit commun en 2017 dans le silence général. La dernière c'est l'état d'urgence sanitaire, prolongé de 6 mois en 6 mois suivant la même technique.
Si on n'annonce que le vaccin ne sera disponible qu'en fin 2022 on peut imaginer la suite.
La dictature est en marche. Macron ce n'est pas LREM mais LDEM. Il faut qu'il change de slogan.
Loupdessteppes
- 23/10/2020 - 13:13
La dictature des fonctionnaires de l'ENA ?
Ce n'est pas tout à fait le communisme mais cela ressemble plus au pétainisme pétochard. Une sorte de sursaut d'une cate qui se sent menacée... Retour vers le passé : 1940... Mais là point de de Gaulle pour sauver le peuple de ce putsch glauque et arrogant.