En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 14 heures 7 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 14 heures 50 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 17 heures 19 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 18 heures 2 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 18 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 20 heures 10 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 20 heures 33 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 20 heures 45 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 21 heures 8 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 21 heures 25 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 14 heures 32 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 16 heures 1 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 17 heures 34 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 18 heures 31 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 19 heures 29 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 20 heures 25 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 20 heures 38 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 20 heures 59 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 21 heures 18 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 21 heures 29 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

Publié le 22 octobre 2020
L’exécutif affirme vouloir attaquer frontalement associations et mosquées radicales prêchant la haine. On ne demande qu’à le croire, mais après trente ans de compromissions et de lâchetés quotidiennes, la société, fatiguée des effets d’annonce, attend des actes forts…
Claude Moniquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claude Moniquet, né en 1958, a débuté sa carrière dans le journalisme (L’Express, Le Quotidien de Paris), avant d’être recruté par la Dgse pour devenir "agent de terrain" clandestin. Il exerce ainsi sous cette couverture derrière le Rideau de fer à la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’exécutif affirme vouloir attaquer frontalement associations et mosquées radicales prêchant la haine. On ne demande qu’à le croire, mais après trente ans de compromissions et de lâchetés quotidiennes, la société, fatiguée des effets d’annonce, attend des actes forts…

En déplacement à Bobigny mardi, Emmanuel Macron a annoncé que le Conseil des ministres de ce mercredi prononcerait la dissolution du collectif « Cheikh Yassine », organisation salafiste « pro-Hamas » fondée et dirigée par Abdelhakim Sefrioui. Toujours en garde-à-vue mardi soir, ce dernier a été déféré mercredi matin devant un juge d’instruction anti-terroriste en vue d’une éventuelle inculpation pour « incitation directe au terrorisme » :  il avait orchestré la dénonciation publique de Samuel Paty dans les jours qui ont précédé son assassinat.

La décision annoncée par le Président de la République est une bonne décision, mais elle intervient bien tard : le collectif avait été fondé en 2004 et le Hamas dont se revendique le collectif avait été déclaré « organisation terroriste » par l’Union européenne dès le 13 septembre 2003. Il aura donc fallu 16 ans (!!) pour que l’Etat prenne une décision du pur bons sens.

La faute n’en incombe évidemment pas à Emmanuel Macron : trois présidents, de gauche comme de droite (Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, François Hollande…) l’ont précédé et aucun n’avait tranché. Car oui, malheureusement, le constat s’impose : par angélisme, par clientélisme, par incompréhension ou, simplement dans une lâche tentative d’acheter la paix communautaire, la gauche comme la droite ont failli dans la lutte contre l’islamisme politique. Et ce depuis 30 ans.

Je suis de ceux qui, depuis vingt ans, appellent publiquement, dans mes livres comme dans mes interventions publiques à mener une guerre sans merci, par tous les moyens de droit, contre le salafisme sous toutes ses formes, et pas seulement contre le salafisme djihadiste contre lequel nous nous sommes armés : création des juges d’instruction antiterroristes en 1986 et, la même année, de la Cour d’assise spécialement constituée (sans jury et formée uniquement de magistrats), du parquet national antiterroriste (PNAT) en 2019, allongement de la garde-à-vue à 4 jours (et même 6, si existe un « risque imminent » d’attentat, etc.

Mais contre l’islam politique, qu’avons-nous fait ? Rien, ou presque. Or, on ne « nait » pas terroriste, on le devient, au terme d’un processus qu’on appelle « radicalisation » et qui passe obligatoirement par une phase religieuse puis politique. En 2015, j’avais déclaré sur plusieurs plateaux de télévision que s’attaquer au salafisme djihadiste sans s’attaquer aux autres formes de cette déviance, c’était comme si, en 1945, lors de la « dénazification » de l’Allemagne, on avait dissous la Gestapo, la SS et le commandement de la Wehrmacht mais pas le parti nazi parce qu’il ne faisait « que » de la politique, ce qui était évidemment un non-sens. Je le maintiens.

Il aura donc fallu attendre fin 2020 pour que la « loi sur le séparatisme », actuellement en discussion, s’attaque à ce problème. Mais durant toutes ces années perdues, combien de jeunes, déboussolés et manipulés ont-ils vu leur vie détruite par un engagement sur le chemin sans issue prêché par les salafistes ?

Nul doute que l’horrible assassinat de Samuel Paty n’amènera à la prise de mesures « dures » et que l’on espère efficaces, sinon, il sera mort pour rien. Mais une fois la loi votée, il faudra avoir le courage politique de l’appliquer et de résister aux pressions qui dénonceront, n’en doutons pas, une « atteinte aux libertés » voire une « stigmatisation » de l’islam.

Or, le salafisme a prospéré sur notre lâcheté et sur la « faiblesse » de la démocratie. Le moment est venu de montrer que cette démocratie peut être forte : il n’y a pas de place, dans nos sociétés pour la haine, l’intolérance et les appels au meurtre où pour la discrimination basée sur le genre ou la religion ; il n’y a pas de place pour ceux qui remettent en cause l’enseignement dispensé dans les écoles de la République, que ce soit sur la liberté d’expression, sur le genre et la reproduction, sur la théorie de l’évolution, sur l’histoire, ou sur le big bang.

Il n’y a pas de place, en France, en 2020, pour des valeurs incompatibles avec l’humanisme et la laïcité qui, seule, permet le véritable « vivre ensemble » en faisant de la religion ce qu’elle doit être : un engagement privé qui n’a rien à faire dans la sphère publique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 23/10/2020 - 07:20
La "lutte à mort contre le terrorisme" a bien commencé !
Ouest-France le 20/10/2020: "Un habitant de la région angevine a envoyé lundi 19 octobre 2020 un mail aux députés du Maine-et-Loire, pour leur demander de prendre des "dispositions d’exception" afin de "chasser dans les plus brefs délais les islamistes de France". Il a reçu dès le lendemain la visite des gendarmes, une phrase de son courrier pouvant être interprétée comme une menace."

Il avait été dénoncé par Madame Stella Dupont, députée LREM de la 2e circonscription de Maine-et-Loire.
J'accuse
- 22/10/2020 - 16:09
Le temps de voeux pieux
La parole publique est tellement discréditée par ses mensonges réitérés, l'action publique est tellement réputée pour son inefficacité et ses incohérences (dernière en date contre Covid), que lorsque des ministres et des élus nous annoncent qu'on va voir ce qu'on va voir, on sait déjà qu'on ne verra que de la poudre aux yeux.
Des décennies d'idéologies laxistes, de carriérisme et de lâchetés, ne seront pas effacées par un assassinat de plus, aussi horrible soit-il. D'autant qu'on entend encore les mêmes nous seriner les mêmes rengaines sur la distinction qu'il faudrait faire entre islam et islamisme, sur le padamalgam, sur notre "évidente" culpabilité.
Le récent discours de Macron, avant l'assassinat mais rien ne changera après sur le fond, montre bien qu'il veut renforcer l'islam pour affaiblir l'islamisme. Erreur (faute !) fatale.
De véritables actions nécessitent courage, volonté et engagement sincère au service du pays: aucun, absolument aucun politicien de la majorité ou de l'opposition n'en est capable. La preuve ? Ils l'auraient déjà fait, et on n'en serait pas là. Comme on le sait, il ne faut pas attendre des solutions de ceux qui ont créé les problèmes.