En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 4 min 42 sec
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 38 min 5 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 1 heure 17 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 35 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 2 heures 20 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 46 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 40 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 17 heures 18 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 20 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 21 heures 6 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 8 min 29 sec
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 42 min 5 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 1 heure 23 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 2 heures 13 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 42 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 49 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 16 heures 12 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 18 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 45 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 52 min
© ludovic MARIN / AFP / POOL
Emmanuel Macron islamisme lutte mesures ambiguïtés
© ludovic MARIN / AFP / POOL
Emmanuel Macron islamisme lutte mesures ambiguïtés
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

Publié le 21 octobre 2020
Emmanuel Macron est mobilisé dans la lutte contre le séparatisme après l'attentat contre un enseignant, Samuel Paty, à Conflans-Sainte-Honorine. Le chef de l'Etat a fait preuve d'ambiguïté sur le sujet de l'islamisme par le passé. Le président devrait-il faire son mea culpa ?
Christophe Boutin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009) et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017), et le Le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron est mobilisé dans la lutte contre le séparatisme après l'attentat contre un enseignant, Samuel Paty, à Conflans-Sainte-Honorine. Le chef de l'Etat a fait preuve d'ambiguïté sur le sujet de l'islamisme par le passé. Le président devrait-il faire son mea culpa ?

Atlantico.fr : Emmanuel Macron a fait preuve d'ambiguïté sur le sujet de l'islamisme. Très ferme lors de son discours sur le séparatisme, il a par le passé montré plus de faiblesse sur le sujet, s'affichant avec des personnalités plus complaisantes, telles l'humoriste Yassine Bellatar ou le député Aurélien Taché. Devrait-il, avant toute action politique, faire son mea culpa ?

Christophe Boutin : Je crois qu’en la matière il ne faut pas confondre, d’une part, ce qui est action politique proprement dite, menée par un Président de la République confronté à une situation particulièrement difficile - et dont, rappelons-le il est loin d’être totalement responsable, c’est le moins que l’on puisse dire, au regard de la politique menée depuis des décennies par ses prédécesseurs -, et, d’autre part, la manifestation d’une certaine complaisance envers des gens dont les déclarations sur ce plan de l’islamisme auraient été pour le moins ambiguës. Ne reprochons pas à Emmanuel Macron d’avoir dialogué avec telle ou telle personne déjà suffisamment mise en avant sur la scène politico-médiatique.

Ce qui est en revanche plus problématique, c’est bien évidemment lorsqu’il s’agit de confier des missions officielles à des personnes de ce type, ou de considérer que leur avis permet de fonder une politique. Pour autant, ni Aurélien Taché, ni Yassine Bellatar n’ont été nommés ministres des cultes et n’ont sans doute réellement influencé la politique menée par Emmanuel Macron en matière de lutte contre l’islamisme. Tout au plus ont-ils contribué à diffuser directement auprès du Chef de l’État le discours victimaire et larmoyant dans lequel se complaisent les soutiens de l’islamisme agissant.

Si l’on devait parler d’ambiguïtés macroniennes, ce serait sans doute plus au niveau du vocabulaire utilisé : le terme de « séparatisme » par exemple ne permet pas de designer clairement ce à quoi on s’oppose… au point que l’on peut se demander, justement, s’il ne s’agit pas avant tout d’éviter de le désigner clairement. S’il s’agissait de faire profil bas pour éviter les critiques – un sentiment renforcé par le fait que le terme flou lui-même allait disparaître du projet de loi destiné à mettre en œuvre le projet présidentiel -, cela a été un échec : à l’étranger comme France de nombreux commentaires ont attaqué le ton du Président de la République, jugé trop agressif à l’encontre de l’islam - et 15 jours après un attentat ensanglantait notre pays.

Autre exemple d’ambiguïté présidentielle, lorsque l’otage des djihadistes maliens, Sophie Pétronin, a cru bon de dédouaner ces derniers de tout fanatisme pour en faire de simples forces armées indépendantistes, c’est le Chef d’état-major des armées, le général Lecointre, qui a du monter au créneau pour rappeler un certain nombre de réalités en la matière, devant le silence du Chef des armées, le Président de la République, ou de sa ministre des Armées.

On l’aura compris, ce que vous nommez ambiguïté, et qui est finalement assez classique dans notre classe politique française sur ce point particulier de l’islamisme, bien au-delà de la seule personne d’Emmanuel Macron, relève en fait beaucoup plus de la lâcheté que d’une confusion idéologique, pas tant devant les islamistes d’ailleurs que devant les forces politico-médiatiques qui, des compagnons de route assumés aux idiots utiles, permettent à ces derniers d’avancer partout leurs pions.

Qu'est-ce qui, concrètement, a été fait ? Sur le terrain, ces fourvoiements ne peuvent-ils pas mener qu'à l'inaction ?

Je pense que beaucoup a été fait, et que beaucoup peut être fait encore, si l'on permet seulement aux spécialistes du sujet, à ceux qui sont quotidiennement confrontés aux pressions, aux violences, et donc à la réalité du phénomène, d'agir de manière efficace. Nos services de renseignement travaillent de manière cohérente sur le sujet lorsqu’on veut bien les laisser faire, au lieu de les obliger à passer leur temps sur des menaces imaginaires qui ont pour seul but de satisfaire la doxa gauchiste, comme la menace d’un coup d’état fasciste. De la même manière, nous avons en France d’excellents analystes en matière de sécurité, et nos forces de police et de gendarmerie disposent de moyens pour porter des coups aussi bien au terrorisme dans sa forme idéologique et/ou violente qu’à cette gangrène mafieuse qui lui fournit son terreau.

Pour autant, il faut là une ligne claire, et une protection sans faille des fonctionnaires engagés dans cette lutte, ce qui n'a pas été le cas depuis des décennies. Agressé en permanence, vilipendé par l'extrême gauche, démantelé régulièrement, ou recomposé de manière différente, pour satisfaire tel ou tel président, cet outil de travail demande avant tout à être stabilisé et mis en confiance pour pouvoir agir en toute sérénité. L’inaction cessera dès lors qu’on cessera de le tenir rênes courtes ou de le livrer en pâture à des hyènes médiatiques qui font le jeu de nos ennemis.

L'affichage récent de la fermeté contre l'islamisme peut-il être efficace si, en coulisses, l'appareil d'État n'est pas purgé des éléments qui affaiblissent le combat en évitant le conflit à tout prix ?

Le problème est que l'on n'a pas seulement en France au sein de l’appareil d’État des éléments qui, comme vous le dites gentiment, « affaiblissent le combat en évitant le conflit », autrement dit crèvent de trouille au premier problème et ne se préoccupent que de ne surtout pas faire de vagues. Le problème, c’est que nous avons aussi affaire de manière très claire à une véritable « cinquième colonne » qui travaille contre l'État et pour l'islamisme. Il y a, c’est vrai, chez certains une tolérance excessive, des lâchetés régulières, des renoncements permanents ; il y a aussi des idiots utiles ; mais, ne nous nous voilons pas la face (si on ose dire sur le sujet), il y a aussi de véritables « compagnons de route », des soutiens assumés. Reprendre par exemple l'accusation « d'islamophobie », élément clef de la politique menée au sein des États comme à la tribune de l'ONU pour interdire toute critique de l’islam en est un élément évident.

Mais les réactions des Français face à cette cinquième colonne depuis sont quelques jours intéressantes. La présidente de l’Unef ou Jean-Luc Mélenchon, hués dans les manifestations auxquelles ils ont voulu participer, ont été traités de « collabos », un terme très fort symboliquement, et qui pourrait fort bien s’appliquer demain à des membres de l’appareil d’État qui, par leur pseudo-laxisme – résultant en fait de parti-pris idéologiques parfaitement assumés –, servent les intérêts de certains groupes hostiles à notre Nation. Est révélateur aussi le fait que nombre de Français se soient volontairement abstenus d'aller aux manifestations pour ne pas se retrouver pris en otage par ces manipulateurs qui, après le massacre de Charlie hebdo, à coups de « pas d’amalgame », interdisaient toute mise en cause du groupe dont provenaient les meurtriers.

Nous verrons demain et dans les semaines qui suivent si Emmanuel Macron prend toute la dimension de cette évolution et s’il est décidé à effectuer les purges que vous évoquez et à redonner confiance à ceux qui ont pour mission de combattre nos ennemis.

A lire aussi : Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 22/10/2020 - 09:20
c'est pourtant simple
expulsions, et déchéance de nationalité en cas de double de celle ci . Et stopper l'immigration ou la filtrer . Refaire les lois .
irina
- 21/10/2020 - 19:07
Une bonne raclée
Le meilleur aiguillon pour l'obliger à tenir sur sa lancée serait une bonne raclée aux régionales.
Lou Bïarnès
- 21/10/2020 - 18:28
Bla bla
Ça n’est rien connaître des hommes que de penser qu’ils changent fondamentalement. On est ce que l’on est et l’on reste ce que l’on est. Comme dit le dicton, « chassez le naturel et il revient au galop » . Chef d’entreprise à la retraite, j’ai eu bien des fois à le vérifier. Et l’écoute et l’analyse de ses discours, et sa répugnance à se séparer de certains de ses soutiens, indique clairement qu’il ne peut qu’évoluer à la marge , mais que ses convictions dissimulées et son orgueil démesuré indiquent ses atermoiements et, in fine , son retour à sa vrai nature. Et n’en déplaise à tout ces doctes commentateurs et autres « intelligences », le seul discours cohérent et invariable , et démontré malheureusement par les faits , depuis 10 ans est celui de Marine Le Pen. Et pour combattre cet islamisme, elle est la seule qui annonce et propose des solutions viables et radicales . Et tous ceux qui prennent la route de Damas, n’ont pas l’acuité voulue et la détermination et le courage pour le combattre. La France, un monde parfait, de trouillards.