En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 12 heures 54 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 13 heures 37 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 16 heures 6 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 16 heures 49 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 17 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 18 heures 57 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 19 heures 20 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 19 heures 32 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 19 heures 55 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 20 heures 12 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 13 heures 19 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 14 heures 48 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 16 heures 21 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 17 heures 18 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 18 heures 16 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 19 heures 12 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 19 heures 25 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 19 heures 46 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 20 heures 5 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 20 heures 17 min
© DOMINIQUE FAGET / AFP
© DOMINIQUE FAGET / AFP
Lutter sans renier ses principes

La démocratie face au piège du traitement de ses ennemis (islamistes) : petites munitions intellectuelles pour résister aux sophistes

Publié le 20 octobre 2020
Au regard du débat public actuel, est-il encore possible de lutter contre l'islamisme sans être taxé de stigmatisation ou de discrimination ? L'Etat de droit permet-il de lutter face aux idéologies radicales sans renier ses principes ?
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au regard du débat public actuel, est-il encore possible de lutter contre l'islamisme sans être taxé de stigmatisation ou de discrimination ? L'Etat de droit permet-il de lutter face aux idéologies radicales sans renier ses principes ?

Atlantico.fr : L'an dernier, un formulaire distribué aux personnels de l'université de Cergy-Pontoise destiné à détecter des signes de radicalisation parmi les étudiants et les enseignants avait créé une vive polémique. Vu l'état du débat public actuel, peut-on encore lutter contre l'islamisme sans être taxé de discrimination ou de stigmatisation ?

Christophe de Voogd : Sans rentrer dans le détail de ce qui s’est passé à Cergy-Pontoise, ne surestimons pas l’efficacité de tels questionnaires, enquêtes et autres « chartes de la laïcité » : l’islamisme manie très bien le concept de « dissimulation » et signera tous les documents que l’on veut. Sauf si ces engagements ont une vraie force juridique opposable, ce qui est très rarement le cas. Mais sur le fond, l’assassinat de Samuel Paty change la donne, car on a touché au sacré républicain de l’école et de ses « hussards noirs ». Plus simplement, « un bon prof » qui fait son boulot, qui est à la fois exigeant et bienveillant, reste une forte référence de l’imaginaire collectif et individuel…

En tout cas, depuis la tragédie de Conflans, le ton du débat public n’est plus le même, et l’on semble assister à un changement net de ce que j’appellerai « le rapport de force rhétorique ». Je constate que les habitués du discours culpabilisant la France et excusant les terroristes se taisent, voire font mine de se rallier à l’indignation générale. Toute la question est de savoir pour combien de temps ? Le précédent de Charlie incite à la prudence. Toutefois, l’accumulation des tragédies finit par provoquer une rupture qualitative, comme le savent les théoriciens des crises.  L’illégitimité du discours tenu est en train de passer dans l’autre camp, celui des fanatiques et de leurs alliés. A lui désormais d’assumer « la charge de la preuve ». Il est en tout cas assez facile de renverser l’argument répété de « l’amalgame » et de la « stigmatisation » : qui sinon les amis des islamistes, pratique l’amalgame systématique entre ces derniers et la majorité des musulmans en hurlant à « l’islamophobie » dès qu’on dénonce une radicalisation ? Qui stigmatise les musulmans, sinon ceux qui en projettent une image fanatique, ignare et sanguinaire ?

L'Etat de droit peut-il lutter contre l'islamisme sans renier ses principes ?

Commençons par évacuer quelques contre-sens courants, reposant sur l’ignorance philosophique et juridique généralisée dans notre société. Au passage, je voudrais insister sur un fait capital : quand comprendra-t-on que l’ignorance est la source première des maux actuels ? Et que, de fait, l’école que l’on sollicite à tout bout de champ pour parler de la disparition des ours blancs, de la sécurité routière ou du « vivre-ensemble », a une mission et une seule : transmettre les connaissances fondamentales et l’esprit critique.

Quant à l’Etat de droit, ce n’est pas « l’Etat du n’importe quoi ». L’expression est bien plus claire en anglais, « rule of law » : « le règne de la loi » (mais comment éviter le mot « Etat » en France, quel que soit le sujet ?)

L’Etat de droit dans le domaine pénal, c’est trois choses : la légalité, la proportionnalité et la personnalisation des peines : voilà qui ne préjuge en rien de la nature, de l’opportunité et de la sévérité des peines en question. On peut parfaitement prévoir et appliquer de très fortes peines pour des délits graves et être un Etat de droit. Si vous vous contentez d’un « rappel à la loi » (hypocritement compté au nombre des sanctions pénales dans notre droit et nos statistiques) pour une agression violente, alors que vous infligez une lourde amende pour une infraction mineure, vous trahissez donc le principe même de l’Etat de droit. Sans compter l’activisme juridique de certains magistrats qui se donnent pour mission de changer la société. 

La France est déjà l’une des démocraties occidentales où la liberté est la plus conditionnelle. Je n’ai jamais entendu d’arguments juridiques convaincants pour justifier de nouvelles lois liberticides. Pourquoi des étrangers fichés S restent-ils sur notre sol ? Pourquoi la plupart des mosquées et des écoles salafistes sont-elles encore ouvertes ? Pourquoi les déboutés du droit d’asile ne sont-ils pas expulsés ? Toutes les lois existent pour y mettre fin, entre dispositions d’ordre public et législation sur les sectes. Et que l’on ne nous objecte pas la jurisprudence de la CEDH. Est-ce l’Europe qui nous a imposé de renoncer à la « double peine » aux « peines-plancher » à la déchéance de nationalité pour les terroristes et à l’inexécution des sentences de moins de deux ans d’emprisonnement ? Tout cela est de la responsabilité nationale et relève de de notre Parlement.  De même la politique pénale, responsabilité du Garde des sceaux, est directement en jeu. Or je remarque que cette question précise ne lui est jamais posée. A aucun de ses prédécesseurs, non plus d’ailleurs. Un seul exemple sur notre sujet : les activistes islamistes pratiquent le harcèlement judiciaire contre tous ceux qui les dénoncent : d’où épuisement psychique et financier de ces derniers. Pourquoi la Chancellerie ne demande-t-elle pas déjà au Parquet de classer ces plaintes ? Ce serait un signal clair.

Quels penseurs pourraient-nous aider à trouver cet équilibre ?

Vous ne serez pas surpris si je réponds par la tradition libérale, qui est d’abord une tradition de droit, de John Locke à John Rawls ! Montesquieu nous a mis en garde contre l’abus de pouvoir des gouvernants mais aussi des juges, (dont il était pourtant) qui disposent, rappelle-t-il, d’une « puissance si terrible ».

Plus généralement, la pensée libérale est formelle et consensuelle sur un point : la tolérance ne peut protéger les ennemis de la tolérance pour la simple raison qu’elle se détruirait elle-même. Les penseurs les plus libéraux comme John Stuart Mill, ont plaidé pour le respect et l’utilité des opinions contraires ; jamais pour le respect des pousse-au-crime, qui ferment l’espace même du débat et interdisent cette confrontation des opinions. Rawls insiste, dans sa société pourtant très communautarisée, sur l’indispensable « consensus » qui doit exister sur les règles de base du corps politique. Quant à Voltaire, il pourfendait les « intolérants intolérables », tout en se battant sans relâche pour la pluralité intellectuelle et politique ; car ce sont deux choses fort différentes, que seuls les sophistes contemporains confondent. Ils sont, hélas, très nombreux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Hiris
- 20/10/2020 - 23:30
J accuse,j approuve
Chaque mot ....
Geolion
- 20/10/2020 - 23:28
Liberté d'expression au figaro.fr
La liberté d'expression est à revoir aussi du coté du figaro.fr qui refuse trop de commentaires pourtant anodins et factuels !
Ex abrupto
- 20/10/2020 - 16:45
Le petit texte en chapeau
Et pourquoi ne faudrait-il pas stigmatiser une idéologie détestable??