En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

05.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

06.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 6 heures 12 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 13 heures 18 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 13 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 14 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 14 heures 13 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 14 heures 45 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 15 heures 48 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 17 heures 4 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 17 heures 26 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 17 heures 42 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 12 heures 15 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 13 heures 29 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 13 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 14 heures 10 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 14 heures 25 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 15 heures 7 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 16 heures 53 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 17 heures 17 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 17 heures 36 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 17 heures 49 min
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
gratuité des transports en commun RATP métro bus
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
gratuité des transports en commun RATP métro bus
Solution idéale ?

Gratuité des transports : voilà pourquoi il s’agit d’une fausse bonne idée pour les usagers

Publié le 13 octobre 2020
Audrey Pulvar, adjointe de la maire PS de Paris Anne Hidalgo, préconise dans les colonnes du JDD la gratuité des transports collectifs en Ile-de-France. Dunkerque, Gap et Châteauroux ont déjà franchi le cap de la gratuité totale. Les usagers sont-ils gagnants ?
Jean Sivardière
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Sivardière est le président de la Fédération nationale des associations d'usagers des transports
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Audrey Pulvar, adjointe de la maire PS de Paris Anne Hidalgo, préconise dans les colonnes du JDD la gratuité des transports collectifs en Ile-de-France. Dunkerque, Gap et Châteauroux ont déjà franchi le cap de la gratuité totale. Les usagers sont-ils gagnants ?

Atlantico.fr : La gratuité des transports gagne du terrain. Dunkerque, Gap et Châteauroux ont déjà franchi le cap de la gratuité totale, quand Montpellier, Nancy et Rouen l'instaurent le week-end. Les usagers sont-ils gagnants ?

Jean Sivardière : A court terme, l’usager est gagnant. L’usage des transports publics est simplifié, les montées/descentes dans les véhicules sont plus rapides, les conflits avec les contrôleurs et les litiges avec l’exploitant disparaissent. 

Cependant il arrive que les véhicules soient saturés en raison de la hausse de la fréquentation : l’exploitant ou la collectivité doit alors renforcer leur capacité, ce qui a un coût important. Cette hausse ne doit d’ailleurs pas faire illusion car la fréquentation n’est plus mesurée mais « estimée » (donc souvent sur-estimée, on l’a vu à Tallinn) ; et la fréquentation initiale est en général très faible en raison de la médiocrité de l’offre.

La gratuité est séduisante, elle garantit le droit au transport des usagers captifs et accroît leur pouvoir d’achat. C’est à plus long terme que ses effets pervers apparaissent.

Les tenants de la gratuité parient sur un centre-ville apaisé, moins congestionné par la circulation. Est-ce la solution pour réduire la place de la voiture dans nos villes ?

L’expérience montre que l’automobiliste est très peu sensible à la tarification du transport public. Il dépense en effet bien davantage lorsqu’il se déplace en voiture (environ 35 centimes/km). La gratuité n’est donc pas suffisante pour convaincre massivement les automobilistes, elle attire surtout les piétons et les cyclistes : le choc psychologique espéré ne fonctionne pas, 1 % des automobilistes sont attirés. Seule l’amélioration de l’offre de transport public et les mesures de restriction du trafic individuel peuvent les inciter à laisser leur voiture au garage.

Lyon détient un double record : les tarifs les plus élevés et la fréquentation la plus élevée de France (hors Ile-de-France) : 320 voyages par an et par habitant. Inversement, à Aubagne et à Niort, des villes « gratuites », la fréquentation (environ 55 voyages) reste inférieure à la moyenne (environ 70 voyages) observée dans les agglomérations de populations comparables (à Angoulême, Arras, Bourges, villes « payantes », ce nombre est même d’environ 90 voyages).

A Lyon, Strasbourg et Grenoble, on a investi massivement pour le métro et/ou le tramway, et moins de la moitié des déplacements s’effectuent dorénavant en voiture.

Certaines villes, comme Bologne ou Seattle, ont essayé la gratuité des transports avant de l'abandonner. Pourquoi ?

Les partisans de la gratuité ne citent jamais les villes où la gratuité a été abandonnée. C’est en raison de son coût excessif que des grandes villes (Bologne en Italie, Castellon de la Plana en Espagne, Hasselt en Belgique, Sheffield et Rotherham en Angleterre, Seattle aux USA) et des villes plus petites (de 10 000 à 25 000 habitants, en Allemagne, en République tchèque, en Suède) ont fini par abandonner la gratuité, après avoir dû limiter l’amélioration de l’offre et les investissements, et constaté une stagnation de la fréquentation. 

A Dunkerque, le tramway a été envisagé mais finalement jugé trop coûteux ; à Niort, un projet de bus en site propre a été abandonné. Bologne au contraire dispose aujourd’hui (mais aujourd’hui seulement) d’un remarquable réseau de transport public, après avoir reconstitué sa capacité d’investissement.

Quelle politique tarifaire est-elle souhaitable ?

Une tarification solidaire bien conçue suffit à garantir la justice sociale. Chacun paie alors en fonction de ses revenus, au quotient familial : le transport peut même être gratuit pour ceux qui n’ont aucune ressource. Mais pourquoi priver le transport public de la contribution de ceux qui peuvent payer ? La gratuité entraîne inévitablement sa paupérisation (selon les élus, elle coûterait plus de 60 millions d’euros par an à Grenoble et 130 millions à Lille), c’est une fausse bonne idée.

La gratuité est surtout une proposition idéologique qui ne correspond pas à la demande sociale. Le slogan des élus d’Aubagne était : «  liberté, égalité, gratuité ». La gratuité peut d’ailleurs provoquer une double fracture. 

D’une part, en introduisant la gratuité sur les petits réseaux urbains et en n’assurant qu’un service médiocre, on renforce la fracture territoriale entre les petites agglomérations où le rôle de la voiture reste prédominant, et les métropoles où les habitants peuvent disposer d’un niveau élevé de service et où le transport public arrive à grignoter peu à peu la part de marché de la voiture. D’autre part, une autre fracture peut apparaître entre les zones périurbaines où le transport reste payant et les zones urbaines où il devient gratuit.

En définitive, la gratuité est une démarche injuste : elle exonère de toute contribution financière les usagers solvables, en particulier les plus riches d’entre eux, pour lesquels la dépense de transport est une part faible, voire marginale, de leur budget. Quand le transport est payant, les riches paient pour les pauvres : quand il est gratuit, le système de transport se paupérise, et les habitants pauvres ne peuvent plus bénéficier des avantages collectifs d’un usage accru du transport public.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 14/10/2020 - 10:10
Arnaud de Montebourg
l'Ex de Pulvar est producteur de miel. Il a installé aussi trois ruches dans une école et il a lancé la pate à tartiner avec son miel et des noisettes du Piémont italien (réputées pour être les meilleurs au monde)....https://www.infos-dijon.com/news/vie-locale/vie-locale/arnaud-montebourg-lance-la-pate-a-tartiner-miel-et-noisettes.html
PhloxxX
- 14/10/2020 - 06:08
Rien n'est gratuit
En réalité la gratuité est fausse, il faut toujours faire payer un autre que celui qui bénéficie de la gratuité du service. La gratuité c'est juste de la démagogie.
Gustave
- 13/10/2020 - 20:16
Achat de voix
Serge Dassault achetait des voix avec son argent, Audrey Pulvar veut le faire avec le mien.