En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 4 heures 1 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 6 heures 26 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 7 heures 40 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 9 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 10 heures 16 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 11 heures 15 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 12 heures 3 sec
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 12 heures 31 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 12 heures 55 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 13 heures 30 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 6 heures 4 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 6 heures 51 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 8 heures 51 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 9 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 10 heures 32 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 11 heures 55 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 12 heures 16 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 12 heures 48 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 13 heures 1 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 13 heures 30 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Emmanuel Macron gouvernement action technostructure
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Emmanuel Macron gouvernement action technostructure
Insécurité ou Covid, n’y-a-t-il vraiment rien à faire de plus ?

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

Publié le 13 octobre 2020
Entre l’attaque du commissariat de Champigny et l’échec du gouvernement face à la 2e vague du Covid, la France ressemble de plus en plus à un État failli. Quelles sont les origines de cette déliquescence de l'Etat ? Quelle est la part de responsabilité de la technocratie française dans cette dégradation ?
Frédéric Farah
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Farah est diplômé de Sciences Po Paris, professeur en classes préparatoires, chargé d’enseignement à l’université de Paris V, ainsi que coauteur des deux derniers numéros de mars et d’avril de la revue Ecoflash relatifs aux dettes publiques en...
Voir la bio
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entre l’attaque du commissariat de Champigny et l’échec du gouvernement face à la 2e vague du Covid, la France ressemble de plus en plus à un État failli. Quelles sont les origines de cette déliquescence de l'Etat ? Quelle est la part de responsabilité de la technocratie française dans cette dégradation ?

Atlantico.fr : L'attaque du commissariat de Champigny ou la gestion de la 2e vague du Covid, sont des exemples d'échecs du gouvernement et ces derniers semblent se multiplier, ont-ils la même racine et jusqu'où cette incapacité à agir s'étend-t-elle ? 

Frédéric Farah : La question de la délinquance doit être abordée avec prudence et je me garderai d’entrer dans le champ d’une sociologie complexe sur le sujet. Il est clair aux yeux de tous que la seule réponse sécuritaire n’est pas suffisante.

Beaucoup de gouvernements ont voulu renforcer un arsenal législatif plus sécuritaire sans qu’il y ait eu l’émergence d’une solution satisfaisante. Mais là n’est pas mon domaine de compétence.  Dans le cas des forces de l’ordre, entendues comme service public, ont vu leurs conditions de travail se dégrader.

En 2019, les députés de la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur «  les missions et les moyens de forces de sécurité » ont dressé un rapport alarmant. 

Un commissariat sur quatre est considéré comme vétuste. Un sondage réalisé par la dite commission stipulait que 70%  des 13 000 policiers et gendarmes interrogés, ne s’estimaient pas satisfait de leur lieu de travail. 

Plus d’un milliard d’euros était estimé nécessaire pour la rénovation des bâtiments. Le ratio des dépenses d’équipement était à la baisse, de ce fait les agents n’étaient pas suffisamment protégés. 

Les véhicules blindés à roue de la gendarmerie étaient la plupart vétustes, des véhicules de plus de 200 000 km au compteur qui roulent encore. Le forfait d’heures supplémentaires des forces de l’ordre a explosé qu’il faut corréler à la baisse d’effectifs avec une diminution de plus de 20% du nombre de CRS depuis 2007. 

Il ne s’agit pas d’aligner les chiffres à l’envie, mais simplement de noter que la police comme les hôpitaux et la liste serait longue sont engagés dans des cures d’amaigrissement ou de réorganisation qui mettent les personnels sous tension. L’obsession comptable, la gouvernance par les nombres dévorent le tout. 

Il en va de même pour la dite 2eme vague de la Covid 19, la situation hospitalière d’un point de vue matériel et personnel n’a guère progresser dans le bon sens. Les capacités n’ont pas augmenté et les personnels sont à bout de souffle. 

Dans cette mise à mal des services publics, la même racine, le freinage de la dépense publique. 

En 2017, la DREES  rendait un rapport sur l’évolution de la dépense de santé depuis 1950 , je le cite « . De ce fait, au cours de ces trente années, la part des soins hospitaliers dans la consommation de soins et biens médicaux décroît, revenant quasiment à son niveau de 1950 (46 % en 2005) ». 

Les impératifs comptables ont miné les services publics et en parallèle, l’Etat s’est lancé dans des politiques économiques plus que discutables qui n’ont pas su dynamiser l’activité économique. La politique fiscale de M Macron est un échec retentissant.

Edouard Husson : Je distinguerais entre les deux échecs que vous mettez en avant. La gestion du COVID 19 est de bout en bout un échec du gouvernement. Incapacité à analyser correctement les informations venues de Chine en décembre et janvier; absence de tests et de masques au début de l’épidémie; refus d’utiliser la thérapie qui a marché dans tous les endroits du monde où elle a été utilisée, à savoir la combinaison d’hydroxychloroquine et d’un antibiotique pour bloquer l’évolution de la maladie à un stade précoce; incapacité à protéger la population âgée; absence de mobilisation de l’armée pour établir des hôpitaux de campagne; absence d’utilisation des lits mis à disposition par le secteur hospitalier privé; incapacité à arrêter les suppressions de lits prévues depuis longtemps par la bureaucratie des ARS alors qu’on avait vu l’engorgement du printemps. Et aujourd’hui on assiste à une véritable panique alors qu’il n’y a pas de deuxième vague: le solde des hospitalisations est toujours négatif; celui des réanimations aussi. Le gouvernement devrait avoir appris du printemps: le COVID 19 est une épidémie de basse intensité, qui touche gravement surtout les personnes âgées. On peut comprendre qu’il y ait eu une grande prudence quand on ne savait pas encore à quoi s’en tenir. Mais à présent les mesures restrictives sont désastreuses pour l’économie; l’obsession du COVID 19 amène à négliger d’autres maladies; les jeunes et les actifs sont entravés par des mesures destinées à prévenir la diffusion d’une maladie qui ne touche sérieusement que les très âgés. 

L’attaque du commissariat de Champigny, elle, ne peut être imputée seulement au gouvernement. Il s’agit d’un lent processus d’aggravation, depuis dix ans. Nicolas Sarkozy avait promis une reprise en main, après les émeutes de 2005. Mais tous les efforts faits durant son quinquennat en matière de sécurité ont été défaits par les flux d’immigration en continu. La situation s’est aggravée sous ses successeurs. On ne peut pas assimiler une population immigrée en constante augmentation. L’immigration récente se fait au détriment de l’assimilation des immigrés plus anciens. On a affaire à un échec collectif de la classe politique, soutenue par d’un côté les industriels et d’autre part les intellectuels. 

Emmanuel Macron est-il à l'origine de ce phénomène ou l'a-t-il accéléré depuis son élection ? 

Frédéric Farah : Emmanuel Macron n’avait rien de neuf ni dans sa posture, celle du mépris d’une certaine élite française, ni dans les idées qui étaient celles de ses prédécesseurs. Il avait pour lui simplement son âge qui n’était pas celui des présidents de la République antérieurs , généralement plus âgés.

Pour le reste, c’est l’acceptation des contraintes européennes et financières  que l’Etat s’est volontairement imposée depuis 1983 : libre circulation des capitaux, privatisations, monnaie unique, perte de la politique commerciale, fin des monopoles d’Etat, règles budgétaires européennes, transformation de la nature des services publics, obsession comptable et néomanagériale ».

Dans ce cadre, il n’y avait de place que pour la maitrise de la dépense publique, pour les cadeaux fiscaux aux déciles supérieurs de l’échelle des revenus, d’accroître la flexibilisation du marché du travail, de faire au pas de charge une reforme systémique des retraites, dans le fond injuste et incompréhensible, réduire des lits à l’hôpital, généraliser la logique néomanagériale partout où il était possible de le faire. 

E Macron a tenté ensuite une piteuse opération de communication à coups d’innovations disruptives, de start up nation et dans la promotion déjà bien ancienne, car datant des années 1980, de la figure de l’entrepreneur. 

Après les quinquennats Sarkozy, Hollande, voila un énième quinquennat pour rien qui n’a pas su répondre à la crise sociale dite des gilets jaunes ou encore la crise sanitaire. La présidence Macron devient le énième témoignage préoccupant de la déliquescence avancée de nos institutions. 

Edouard Husson : Emmanuel Macron, c’est une formidable énergie au service d’un grand vide politique. Il a séduit des élites dirigeantes désemparées par les échecs successifs de Nicolas Sarkozy puis de François Hollande. Emmanuel Macron a été secrétaire général adjoint de l’Elysée puis ministre de l’Economie de François Hollande. il était donc largement prévisible qu’il ne pouvait pas faire des étincelles. mais quand François Fillon répétait que ce serait « Hollande bis», personne ne le prenait au sérieux. Les gens sont donc tombés de haut lorsqu’ils ont vu les cafouillages successifs: gestion désastreuse de la crise des Gilets Jaunes, fiasco de la réforme des retraites, catastrophique management de la crise du COVID). Le fait que beaucoup des collaborateurs d’Emmanuel Macron aient été autrefois dans les réseaux strauss-kahniens et ne soient pas pour autant plus compétents que les autres, ne fait que renforcer l’impression D’un déclin profond du milieu dirigeant. 

Historiquement, quelles sont les origines de cette déliquescence de l'Etat ? Quelle est la part de responsabilité de la technocratie française dans cette dégradation ?

Frédéric Farah : Les origines de ce que je nomme le fake state sont à chercher au début de la décennie 1980 , et se situent dans un ensemble de mutations : abandon d’un certain volontarisme politique et économique au profit des contraintes européennes, création d’un cadre juridique et fiscal exagérément favorable au capital avec cette abomination la libre circulation des capitaux voulue par la gauche, mutation de la formation des élites et abandon progressif d’un certain sens de l’intérêt général. 

L’affirmation d’une certaine technocratie financière très largement liée au poids du ministère de l’économie et du finance, et ses différents sous ensemble ne sont pas pour rien dans cette évolution. 
Une technocratie française de plus en plus acquise à des idées d’inspiration libérale, et qui a largement piloté les orientations de la politique économique comme la désinflation compétitive initiée après le tournant de la rigueur de 1983. Cette affirmation de cette technocratie a été un mauvais coup pour la démocratie et le politique. 

Ce que les élites ont promu s’avèrent un échec cinglant : la libre circulation des capitaux, la mondialisation dite heureuse, la monnaie unique, la promotion de la concurrence avec les conséquences que l’on sait pour l’energie et les transports. Il ya eu tout un pilotage des mutations économiques par une haute administration qui présente un bilan préoccupant. 

Edouard Husson : La technocratie n’est qu’un instrument. La question profonde, c’est la crise de la gauche et de la droite. La gauche, en se ralliant à Maastricht, la droite en acceptant l’immigration massive ont complètement paralysé le jeu politique. La gauche aurait pu gérer une dose d’immigration importante à condition d’avoir une monnaie adaptée à la création d’emplois peu qualifiés. La droite aurait pu réussir la monnaie unique à condition de réduire les coûts immenses de l’immigration, qui nous empêchent de rester dans les clous du pacte de stabilité. Nous parlions du double échec de Sarkozy et Hollande: le premier a échoué dans seul domaine, mais cela lui a été fatal: celui du contrôle de l’immigration. Le second aurait pu réussir sa politique sans les contraintes de l’euro. On ne sort pas du fait qu’il faut choisir: l’intégration européenne se fait aux dépens de l’intégration des étrangers. Et l’immigration de masse se réalise au détriment de la réussite de l’euro.   

Le scénario du pire, d'un Etat qui s'effondre et se retrouve parfaitement en incapacité d'agir est-il possible ?

Edouard Husson : Nous assistons de plus en plus à l’effondrement de la classe dirigeante. LR est en morceaux. Le PS n’existe guère plus. Trois ans d’activité parlementaire ont montré les limites d’une majorité gouvernementale dont les membres n’avaient pas été formés à la politique. Et à peine formés en général. Car ce à quoi nous assistons, ce sont les ravages du massacre de l’école depuis les années 1960: nous payons le plan Langevin-Wallon, la réforme Haby, la démagogie des années Mitterrand, trente ans d’expérimentation pédagogiste. La crise des Gilets Jaunes a représenté largement le sursaut des dernières générations ayant bénéficié d’un enseignement secondaire solide et structurant. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle certains Gilets Jaunes ont baladés des énarques ou des députes LREM sur les plateaux de télévision aux mois de novembre et décembre 2018. Un baccalauréat des années 1970 est plus une garantie de bonne formation que beaucoup de diplômes d’enseignement supérieur des années 2000. 

Vous avez raison, à vue humaine, nous risquons un effondrement, moins celui de l’Etat en tant que tel, que celui d’une classe politique à bout d’idées et d’imagination. Cependant, on peut imaginer un choc externe important, ou une combinaison: de la réélection de Donald Trump au raidissement de la Chine, en passant pa le risque’ d’attentats téléguidés par la Turquie, on peut imaginer l’arrivée au pouvoir, par réaction, d’une nouvelle génération, d’un nouveau groupe de dirigeants. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Bernie83
- 17/10/2020 - 22:41
Coût de l'immigration
ce serait bien que M.Husson explicite mieux ce qu'est le coût de l'immigration...
Merci
Liberte5
- 14/10/2020 - 22:33
E. Macron le Gorbatchev Français?
J'avais émis cette idée au début de son mandat. Aujourd'hui je me demande si les Français enterreront E. Macron ou si ce dernier coulera définitivement la France!!Les raisons de ce déclin et cette décadence sont connus: niveau de l'éducation au plus bas, productivité faible,bureaucratie étouffante, capitalisme de complaisance,nombre de fonctionnaires au dessus des besoins, immigration massive et coûteuse. Voilà les principaux points qui sauf à être traités sans délais , conduiront la France au fond du trou.
Loupdessteppes
- 14/10/2020 - 13:57
L'origine : l'ENA
Une usine à fabriquer des technocrates fonctionnarisés à donf et impuissants qui sentent des pieds... La messe (noire) est dites...
Et Gorbatchev n'a rien à voir dans l'histoire... Ce dernier aura au moins eut le courage (sic) de liquéfier le marxisme soviétique sans trop verser de sang !