En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 9 heures 18 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 10 heures 17 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 15 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 16 heures 26 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 17 heures 48 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 18 heures 56 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 19 heures 22 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 20 heures 2 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 20 heures 33 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 21 heures 9 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 9 heures 30 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 13 heures 33 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 15 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 16 heures 47 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 18 heures 45 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 19 heures 9 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 19 heures 41 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 20 heures 12 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 20 heures 49 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 21 heures 19 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
Emmanuel Macron mesures annonces restrictions coronavirus covid-19 Lituanie
© LUDOVIC MARIN / AFP
Emmanuel Macron mesures annonces restrictions coronavirus covid-19 Lituanie
Nouvelles restrictions

Covid-19 : ce que le gouvernement devrait faire d’urgence pour sauver la crédibilité de la parole publique

Publié le 01 octobre 2020
Emmanuel Macron a indiqué, depuis la Lituanie, que le gouvernement pourrait annoncer de nouvelles restrictions chaque semaine mais il ne semble pas se rendre compte que le seuil d’acceptation de la société est en passe d’être dépassé.
Arnaud Benedetti
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Benedetti est professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne. Il vient de publier Le coup de com' permanent (éd. du Cerf, 2017) dans lequel il détaille les stratégies de communication d'Emmanuel Macron.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron a indiqué, depuis la Lituanie, que le gouvernement pourrait annoncer de nouvelles restrictions chaque semaine mais il ne semble pas se rendre compte que le seuil d’acceptation de la société est en passe d’être dépassé.

Atlantico.fr : Depuis la Lituanie, Emmanuel Macron a annoncé que le gouvernement pourrait annoncer de nouvelles restrictions chaque semaine. Le chef de l’État se rend-il compte que le seuil d’acceptation de la société est en passe d’être dépassé ? 

Arnaud Benedetti : Pas certain que d’annoncer de l’étranger de nouvelles mesures restrictives constitue le bon vecteur de communication pour en faciliter l’acceptation. Symboliquement et psychologiquement, cela crée de la distance et pour un Président auquel on reproche parfois son éloignement quant au quotidien des Français, il y a là un risque de de renforcer ce halo d’impressions. Tout le problème du chef de l’Etat est qu’il traine comme un boulet depuis le début de l’épidémie sa mauvaise "entame", comme diraient les amateurs de rugby, de la gestion de la crise sanitaire tant au niveau de l’action publique que de la parole ayant accompagné cette dernière. Son précédent Premier ministre avait quelque part réussi, après des semaines erratiques, a recrédité un tant soit peu l’expression de l’Etat. Depuis son départ, tout se passe comme si, à proportion de l’évolution de la situation épidémiologique, à nouveau nous assistions à une perte de contrôle de la communication du gouvernement sur le sujet : multiplicité des interventions entre les ministres, manque de lisibilité des propos du Premier ministre, et une communication apparemment insuffisante entre le local et le central, comme l’atteste la situation des Bouches-du-Rhône. Pour autant pouvons-nous en conclure à un recul de l’acceptabilité de l’opinion quant au niveau de contraintes que l’exécutif souhaite relever au regard de la situation sanitaire ? À ce stade, malgré des annonces parfois contradictoires, la complexité croissante des dispositifs mis en œuvre par les autorités n’a pas entraîné de mouvements massifs de défiance, à l’exception des professions de la restauration et des cafés qui subissent un choc sans précédent pour leurs activités. Les Françaises et les Français semblent souvent  manifester des doutes, du scepticisme, de l’incompréhension mais ils se résolvent, malgré leur scepticisme, à appliquer pour le moment les consignes gouvernementales. Au demeurant des segments de l’opinion considèrent au demeurant que les pouvoirs publics ne vont pas assez loin dans le relèvement du seuil de vigilance. Néanmoins, l’incertitude si elle devait se prolonger ne manquera pas de "surtendre " la relation gouvernants/gouvernés. Pour une raison au demeurant assez simple à déceler : l’installation de cette idée selon laquelle la question de l’insuffisance des moyens sanitaires, la fameuse offre de soins, est à l’origine des contraintes sur nos vies sociales et personnelles. Le pacte avec l’Etat, surtout dans le modèle français, c’est une allocation des moyens indispensables à notre protection en échange du civisme, garant de la cohésion de la société. Ce que révèle cette crise, c’est la rupture de la chaîne d’approvisionnement des moyens et la variable d’ajustement qui en résulte : une restriction de nos libertés. 

Comment sommes-nous arrivés à une telle remise en cause de la parole publique ? 

La démonétisation de la parole publique ne date pas d’Emmanuel Macron. Elle constitue une phénomène qui s’étale sur plusieurs décennies. L’abstention électorale est l’une des illustrations les plus récurrentes de ce processus. La crise sanitaire n’a fait qu’exacerber cette rupture, car elle a confronté les responsables de l’exécutif à une épreuve inconnue où faute d’être en capacité de justifier leur action, ils ont passé le plus clair de leur temps à justifier leur altération de la réalité. Madame Ndiaye n’a pas menti, mais ce sont les Françaises et les Français qui sont incultes scientifiquement. Madame Buzyn n’a pas sous-estimé la situation mais c’était la société qui n’était pas prête à accepter la vérité. Ce sont là deux déclarations d’anciennes ministres devant la commission d’enquête sénatoriale sur la gestion de l’épidémie. En d’autres termes, la parole du pouvoir, dès lors qu’elle s’enferme dans une " autojustification" de ses erreurs, apparaît telle "une forteresse vide", qui parle une langue si éloignée de ce que vivent et ressentent les Français qu’elle en est réduite à n’être que l’expression d’un monde déconnecté au mieux, factice au pire. L’adhésion à la représentation politique recule de jour en jour car le mensonge est vécu comme une fatalité inhérente au pouvoir qui peut se contredire à plusieurs reprises en l’espace de quelques jours, visibilité à l’appui par le biais des mémoires médiatico-numériques, sans que cela n’entraîne la moindre conséquence pour celles et ceux exerçant les responsabilités. Cette banalisation du "faux" ouvre à terme sous les pieds des démocraties libérales des béances propices à toutes les aventures. Le libéralisme politique avait une forme de vertu en ce sens qu’il faisait du rapport au réel et à la vérité, une vérité certes relative mais néanmoins sensible, la "base continue" de son rapport à la cité.

Pour lutter efficacement contre l’épidémie, comment faire pour que la confiance dans la parole et les restrictions publiques soient restaurées ? 

La confiance est indissociable de deux paramètres, aussi évidents et triviaux que cette " lettre volée " évoquée dans la nouvelle d’Edgard Poe : le contenu politique et la conception que le politique se fait de son rapport avec ses semblables qui lui délèguent, un temps donné, l’autorisation d’exercer une responsabilité. Le contenu c’eût été, au vu de l’hypothèse du rebond épidémique, de mettre les moyens sur les capacités hospitalières. Ce que dit le Professeur Juvin entre autres. Si aggravation de la situation il y a comme le disent les pouvoirs publics - ce que conteste il faut le souligner aussi quelques voix médicales - tout se passe comme si nous n’avions pas tiré les enseignements du Printemps puisque l’impression qui se dégage n’est autre qu’un appareil d’Etat qui a toujours un, voire deux temps de retard... L’autre aspect du problème consiste à rompre avec cette disposition comportementale collective des acteurs du pouvoir à considérer la société comme inapte à comprendre la complexité d’une situation. L’Etat est le seul acteur qui ne reconnaît presque jamais ses fautes. À privilégier la posture de l’infaillibilité, il se rend d’autant plus fragile dès lors qu’il apparaît dans l’incapacité de maîtriser une urgence, de contrôler des circonstances exceptionnelles auxquelles il n’est pas au demeurant  étranger. Le discours dominant des dirigeants dans cette crise est profondément régressif quant au paradigme républicain. Loin de s’adresser à des individus émancipés, c’est-à-dire des citoyens, il ramène la société à une sorte d’état de l’enfance par une rhétorique empreinte de peur, d’injonctions parfois brouillonnes et de fuite en avant dans l’incertitude. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
francisquinze
- 03/10/2020 - 01:50
L'Administration en obésité morbide.
Apparemment le maillon critique de la pris en charge, ce sont les hospitalisations disponibles, notamment les réanimations.
Rappelons que nous sommes passés de 600 000 lits d'hospitalisation en 1990 à moins de 400 000 en 2020 soit -33% alors que la population s'accroissait de 10 millions (+17%), soit une baisse de la densité en lits de 40%.
Pendant ce temps de disette, combien de postes de soignants supprimés, combien de postes administratifs créés (ils constituent + de 30% du personnel actuellement) , combien de nouveaux organes, commissions, agences etc... combien de soignants stérilisés à des tâches purement administratives (+ de 20% des soignants) ?
L'administration via les ARS, a tué l'hospitalisation alors qu'il aurait fallu faire l'inverse, comme les Grecs qui y ont ont été contraints en 2011.
Résultats comparés de la mortalité du COVID dans les deux pays: 30 décès par million d'habitants en Grèce contre 470 en France...
gerint
- 01/10/2020 - 23:55
Le problème majeur
C’est que le système de soins hospitaliers-nerf de la guerre- est à genoux sans progrès depuis le printemps au mieux (dérive à partir des consignes de l’UE je pense) avec de la panique même pour la petite croissance actuelle (pas du tout exponentielle mais en plateau). Et en plus notre très inspiré ministre de la Santé a mis son sale nez où il n’avait rien à faire et à cassé très durablement les reins des médecins de ville en leur interdisant la prescription selon leur jugement de certains médicaments. En plus il y a pénurie de médecins libéraux avec démotivation générale, fatigue, et je le crains épidémie à venir de retraites précipitées des plus âgés.
assougoudrel
- 01/10/2020 - 18:36
J'ai des amis qui rentrent de France
La femme est française et le mari italien; dès qu'ils sont arrivés à la frontière italienne, les carabinieri ont alerté la police où ils habitent et ils sont en quatorzaine; ils attendent le résultat de leur test. Le gouvernement français inculque la peur au peuple, mais cela a débordé et les étranger ne viennent plus en France et les autres pays parquent ceux qui viennent (de France). Voilà le résultat.