En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 8 heures 35 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 11 heures 36 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 12 heures 27 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 13 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 15 heures 44 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 16 heures 38 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 17 heures 54 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 18 heures 34 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 19 heures 5 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 19 heures 39 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 8 heures 59 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 12 heures 2 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 13 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 15 heures 30 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 16 heures 3 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 17 heures 28 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 18 heures 5 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 19 heures 2 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 19 heures 35 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 19 heures 57 min
© CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP
Bruno Le Maire Emmanuel Macron AFP
© CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP
Bruno Le Maire Emmanuel Macron AFP
Coronavirus

Impact du Covid-19 : vers un budget 2021 en apesanteur

Publié le 28 septembre 2020
Beaucoup d'interrogations se posent sur la question du budget et sur le plan de relance face à la crise sanitaire du coronavirus et suite à son impact sur l'économie française.
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Beaucoup d'interrogations se posent sur la question du budget et sur le plan de relance face à la crise sanitaire du coronavirus et suite à son impact sur l'économie française.

Le vote du Budget par les deux Assemblées qui composent le Parlement est le moment législatif le plus intense en volume de masses financières considérées. Cette année, l'amplitude des incertitudes économiques et sanitaires vont renforcer certaines séquences très polémiques de cet exercice.

En premier lieu, il faut cadrer le niveau du déficit. L'an dernier, pour le PLF 2020 ( projet de Loi de finances ), le déficit voté avait été de 93 milliards d'€uros. C'était un chiffre très conséquent pour qui se souvient que les recettes fiscales nettes de l'État s'élevaient à 306 Mds. Autrement dit, la France a engagé un peu plus de 400 Mds de dépenses avant l'irruption terrible de la Covid-19.

Notre pays est sous addiction du déficit budgétaire depuis plus de 40 ans. En fait, depuis la fin des Trente Glorieuses et la crise de 1973. Cette addiction conduisant mécaniquement à l'émergence néfaste d'une dette publique dont l'Insee vient de révéler qu'elle représente 2638,30 Mds d'€uros à la fin du deuxième trimestre 2020. Donc avant l'impact de certains plans sectoriels ( automobile, aéronautique ), avant l'impact du Plan de Relance dit France Relance et avant l'impact budgétaire net des 3 PLFR ( projet de Loi de finance rectificatif ) que la violence de la crise a rendu incontournables.

Ce fort soutien budgétaire démontre que les enseignements de John Maynard Keynes ont opportunément été suivis. A défaut, la France aurait très certainement traversé une crise sociale sévère et une hécatombe de ses forces productives. Les lecteurs de Keynes savent que celui-ci recommandait un soutien budgétaire transitoire avant le retour à une économie reposant sur les principes du libéralisme. L'État Léviathan et ses zélateurs n'ont retenu que ce qui forgeait leur emprise sur l'économie.

Nous sommes face à l'imminence de publication de l'Avis du Haut-Conseil des Finances Publiques concernant le PLF 2021 et nul doute que celui-ci sera un équilibre intellectuel et rhétorique à la hauteur du défi que pose l'optimisme de la prévision étatique pour l'année à venir.

Tous les économistes de la sphère publique chantent à l'unisson telle une chorale paroissiale. Ainsi, le Trésor, la Banque de France et les services de Bercy posent comme une évidence que le taux de croissance en 2021 sera de plus de 7% voire 8% si l'on écoute Bruno Le Maire. L'OCDE, plus pondérée, ne retenant que le chiffre de 5,8% avant éventuel impact de mesures de type re-confinement ou restrictions diverses issues de la situation sanitaire.

L'anticipation d'un tel rebond, à plus de 7%, est une illusion comme le fût " la drôle de Guerre " ( de Septembre 1939 à la débâcle de Mai 1940 ) selon l'expression reprise par le regretté Marc Bloch. La France du secteur public a un certain talent pour générer les erreurs collectives. Il suffit de voir l'écart entre le budget prévisionnel d'un équipement public et son coût définitif. Une sorte de syndrome du type Philharmonie de Paris parfaitement traduit par les travaux d'Alfred Wagner à la fin du 19ème siècle.

A trop scruter des projections macroéconomiques, de surcroît fondées sur des simulations pour des trimestres de croissance par construction encore méconnus ( Croissance au 3ème et quatrième trimestres 2020 : en attente de détermination par l'Insee ) et à négliger les informations fournies par les Chambres de Commerce et les Compagnies régionales des Commissaires aux comptes ( suivi du droit d'alerte de portée impératif ), on aboutit à un futur théorique qui ne sera, hélas, pas du tout notre avenir collectif.

J'aimerais que les optimistes du secteur public puissent avoir raison car cela éloignerait l'impact tellement rugueux de la crise économique et sociale pour des millions de personnes. Mais, mes propres travaux complétés par ceux d'une banque d'affaire nous inscrivent en divergence. Le rebond en aile d'oiseau cher au Gouverneur de la Banque de France sera mué en hoquet de dépression et fournira un parcours mixant le " K " et le " W " selon les secteurs et avec un taux de croissance entre 3 et 4%.

Autrement dit, le PLF va être élaboré à partir du double du taux de croissance que nous anticipons, certains experts et certains membres du Parlement. A ce jour, le taux de croissance pour 2021 virevolte comme une feuille d'automne et alimente des débats contradictoires.

Tout autant qu'en dissonance car il m'a été rapporté que le tassement des rentrées fiscales en 2020 ne manquera pas de devoir se traduire " quelque part " dans les comptes publics loin de la formule présidentielle de " l'argent magique ". Concrètement, il est évoqué une impasse de plus de 18 Mds sur les seules recettes de TVA.

Le budget pour 2021 est un objet en apesanteur. On ne connait pas le chiffrage du déficit d'exécution de 2020 dans des proportions très significatives. On ne connait pas la traduction comptable de France Relance qui va chevaucher deux exercices : 2021 et 2022 ce qui ne sera, probablement, pas conforme au regard du principe d'annualité budgétaire.

Lors de sa récente prestation télévisée, face à Thomas Sotto et Léa Salamé, le Premier ministre a été peu enclin à traiter des questions budgétaires.

Preuve indéniable que Jean Castex sait que le PLF 2021 est un animal étonnant et incertain : d'aucuns y voient une superbe Prim'Holstein, d'autres un chétif dalmatien que la crise nommée Cruella va abîmer.
Michel Charasse dont les professionnels du chiffre ne manquaient pas de saluer ses compétences en matière budgétaire et en force de caractère, n'aurait – sauf impéritie politicienne imposée – jamais accepté de valider la trajectoire des Finances publiques qui sera un soufflet à la sincérité budgétaire.

D'évidence, à l'approche de l'échéance électorale faîtière de 2022, notre légendaire laxisme structurel pluri-décennal en matière budgétaire est renforcé par des coups de butoir étrangers à la notion de rectitude.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 29/09/2020 - 16:02
Nos chirurgiens gouvernementaux penchés sur une France malade
Il se pourrait bien que ce soit le bistouri qui travaille le mieux.