En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 8 heures 35 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 9 heures 13 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 11 heures 56 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 12 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 13 heures 56 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 16 heures 42 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 16 heures 52 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 17 heures 14 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 17 heures 52 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 17 heures 59 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 8 heures 55 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 10 heures 57 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 12 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 13 heures 51 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 16 heures 34 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 16 heures 50 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 17 heures 4 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 17 heures 18 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 17 heures 56 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 18 heures 29 sec
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Emmanuel Macron président de la république islamisme séparatisme
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Emmanuel Macron président de la république islamisme séparatisme
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

Publié le 19 septembre 2020
Ivan Rioufol publie "Le Réveil des somnambules" aux éditions de L'Artilleur. Lors de la première manifestation des Gilets jaunes, le Peuple a su sortir de sa torpeur, les somnambules ont fait comprendre qu’ils pouvaient faire trembler les élites traîtresses. C’est ce grand réveil qu’il faut poursuivre. L’Histoire accélère. Extrait 1/2.
Ivan Rioufol
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ivan Rioufol est essayiste et éditorialiste au Figaro. Il tient quotidiennement le blog Liberté d'expression. Il vient de publier un nouvel ouvrage, La guerre civile qui vient (Editions Pierre-Guillaume De Roux).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ivan Rioufol publie "Le Réveil des somnambules" aux éditions de L'Artilleur. Lors de la première manifestation des Gilets jaunes, le Peuple a su sortir de sa torpeur, les somnambules ont fait comprendre qu’ils pouvaient faire trembler les élites traîtresses. C’est ce grand réveil qu’il faut poursuivre. L’Histoire accélère. Extrait 1/2.

Non, ce n’est pas l’idéologie islamiste qui fait peur. Ce qui fait peur, c’est la léthargie des dirigeants français devant cette plaie qui s’infecte. Ce qui fait peur, c’est leur insouciance face à l’ennemi. Son dessein est pourtant clair : il entend islamiser les musulmans d’Europe, afin de susciter des sécessions territoriales, puis des guerres de civilisation au cœur des démocraties occidentales. Dans son rapport sur « La fabrique de l’islamisme », publié dimanche par l’Institut Montaigne, Hakim El-Karoui part du préalable que « l’idéologie islamiste fait peur ». Ce faisant, l’essayiste proche du pouvoir oublie d’analyser les légèretés des puissants qu’il côtoie. Quand Emmanuel Macron parle du populisme comme d’une « lèpre qui monte », le président laisse en paix ceux qui empoisonnent la nation au nom du Coran. Quand son lieutenant, Christophe Castaner, soutient : « Qui doute que le réchauffement climatique pèse sur la dynamique du djihad ? », il avance une baliverne pour excuser les soldats d’Allah. Ces derniers ont toutes les raisons de se croire déjà vainqueurs.

Le mal à soigner est un poison français : celui de pensée paresseuse, qui se vautre dans la culpabilisation pour avoir la paix. Cette attitude est commune aux « élites » européennes incapables de se confronter au réel pour lui préférer les fausses pistes. Rien n’est plus convenu que de dénoncer, avec Macron, les « discours de haine » que tiendraient les « nationalistes ». Les médias se sont précipités pour s’effrayer de « chasses à l’homme » qui auraient eu lieu l’autre semaine à Chemnitz (Allemagne) au cours de protestations contre un meurtre commis par des réfugiés. Mais lundi, le patron du renseignement allemand, Hans-Georg Maassen, a qualifié ce scandale de probable « désinformation délibérée visant à détourner l’attention du meurtre de Chemnitz ». Faut-il en effet le rappeler ? La haine est chez ceux qui tuent, non chez ceux qui dénoncent les tueurs. Cette inversion des jugements brouille la compréhension des événements. Il est impossible de se défendre si l’ennemi n’est pas désigné. 

Présentant son rapport, lundi, El-Karoui n’a pu s’empêcher de renouer avec cette culture de l’excuse, qui est au cœur de la victimisation dont se prévalent sans vergogne les islamistes. En acceptant, en effet, de faire un lien entre leur succès dans les cités et la « relégation sociale » dont les musulmans seraient victimes de la part d’une « République discriminante », ElKaroui conforte une dialectique islamiste destinée à rendre la critique inopérante. Cette grille de lecture rudimentaire invite à suspecter de racisme ou de xénophobie ceux qui, ces temps-ci, refusent de s’habituer aux attaques au couteau commises par des fanatiques. C’est en septembre  2014 que l’État islamique a appelé à tuer « de n’importe quelle manière » (pierre, couteau, voiture, étranglement, etc.) les « incroyants », et « en particulier les méchants et sales Français ». Dimanche, un Afghan, faussement présenté comme drogué et déséquilibré, a blessé au couteau sept personnes à Paris. S’habituer à cette guerre des rues ?

 Nombreux, là-haut, sont ceux qui aimeraient voir les Français toujours plus résilients, au point de se soumettre aux coups comme chiens battus. Il est effarant, par exemple, de constater l’actuelle apathie devant la provocation que constituera, les 19 et 20  octobre dans le sanctuaire du Bataclan (90  morts), à Paris, le concert du rappeur Médine qui chante le djihad et « la crucifixion des laïcards comme à Golgotha ». Le père d’une des victimes des djihadistes du 13 novembre 2015, Patrick Jardin, s’est battu en vain pour empêcher la venue du chanteur islamique, au nom du respect des morts. Mais cet homme en colère se heurte encore aux portes closes du pouvoir. Ses soutiens sont rares. La société civile, qui sait descendre dans la rue pour défendre l’écologie, se mobilisera-t-elle pour faire respecter la décence élémentaire ? En fait, la propagande islamiste a gagné bien des esprits, au-delà de la sphère musulmane. El-Karoui compare cet embrigadement au communisme. Il a raison. Mais alors, pourquoi ne pas oser briser les reins de fléau ? 

Botter des fesses 

En France, 28 % des musulmans se réclameraient de la charia (la loi islamique), dont 50 % des moins de 25 ans. Les quelques lanceurs d’alerte qui, depuis vingt ans et plus, décrivent la dangerosité de l’islamisme et son expansion rapide en France ont aujourd’hui l’amère satisfaction d’être enfin rejoints dans leur constat par le rapport de l’Institut Montaigne. Mais que de temps perdu ! Quand El-Karoui désigne ce nouveau communisme comme « une véritable idéologie politique contemporaine », il emploie des mots qui ne surprendront pas les habitués de ce bloc-notes. À ceci près que ce totalitarisme n’a rien de contemporain  : il ressemble comme deux gouttes d’eau à ce que fut l’islam des origines. L’islamisme actuel est un retour aux sources littérales du Coran. Il porte en lui un idéal de civilisation qui a déjà eu, dans le passé, l’occasion de s’affronter avec l’Occident.
Un conflit est inévitable entre l’islamisme et la démocratie. Or El-Karoui n’ose envisager ce scénario. 

Une idéologie politique se combat par des ripostes politiques. Ceux qui croient voir dans l’islamisme une religion à qui la laïcité pourrait être imposée se trompent de diagnostic. Il n’est pas demandé à l’État d’organiser l’islam, mais de briser les reins d’un projet de contre-société totalisante et théocratique. Quand El-Karoui invite les musulmans à promouvoir un discours religieux alternatif, il a raison de s’appuyer sur tous ceux qui ne se reconnaissent pas dans le sécessionnisme des radicaux. Cependant, sa réticence à aller à l’affrontement laisse voir son doute sur ce combat légitime. Seule la force peut être comprise d’un adversaire qui ne respecte que ce langage. Il faut fermer les mosquées salafistes, en expulser les imams, dénoncer les organisations et les personnalités au jeu trouble, promouvoir les musulmans républicains,  etc. La République ne doit plus craindre de se faire respecter, quitter à botter des fesses. Elle n’en sortira que grandie.

Extrait du livre d’Ivan Rioufol, "Le Réveil des somnambules, bloc-notes 2018/2019, chronique d’une colère qui monte", publié aux éditions de L'Artilleur. 

Lien vers la boutique, cliquez ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
patafanari
- 20/09/2020 - 21:25
Emmanuel Macron, cette lèpre dont l’islamisme profite.
C’est le problème avec les formules chocs. On les regarde, on les retourne et l’on s’égare.
jurgio
- 20/09/2020 - 16:09
Réponse à TPV
Je me doute que je me fais des inimitiés. Il faut accepter que les administrations religieuses soient typiquement humaines et tombent comme pour toutes les entreprises humaines dans les travers que nous connaissons. Je reste donc persuadé que contourner les problèmes n'était pas la solution. Le protestantisme, aujourd'hui, combien de sectes ? de séparatismes communautaires ? d'anti-papismes haineux ? Il est même possible que beaucoup de dépravation vienne de ce que chacun est tenté de se faire une religion personnellement adaptée... La chrétienté n'est pas près de faire la grande et idéale communauté humaine ! De toute façon, je n'y crois pas et je pense désormais à une cause perdue.
jurgio
- 20/09/2020 - 15:55
réponse à TPV
Je me doute que je me fais des inimitiés. Ma