En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 9 heures 2 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 10 heures 2 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 14 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 16 heures 10 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 17 heures 33 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 18 heures 40 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 19 heures 6 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 19 heures 46 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 20 heures 17 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 20 heures 54 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 9 heures 14 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 13 heures 17 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 15 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 16 heures 32 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 18 heures 29 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 18 heures 54 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 19 heures 26 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 19 heures 56 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 20 heures 34 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 21 heures 3 min
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Olivier Véran ministre de la santé
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Olivier Véran ministre de la santé
Lutte contre le coronavirus

Covid-19 : affinement bienvenu de la stratégie gouvernementale, mêmes défauts opérationnels majeurs

Publié le 18 septembre 2020
Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a repris ce jeudi ses points hebdomadaires sur l'épidémie de coronavirus. Au regard des mesures annoncées ce jeudi, quel bilan peut être tiré de la stratégie du gouvernement ?
Guy-André Pelouze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guy-André Pelouze est chirurgien à Perpignan.Passionné par les avancées extraordinaires de sa spécialité depuis un demi siècle, il est resté très attentif aux conditions d'exercice et à l'évolution du système qui conditionnent la qualité des soins.
Voir la bio
Charles Reviens
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Charles Reviens est ancien haut fonctionnaire, spécialiste de la comparaison internationale des politiques publiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a repris ce jeudi ses points hebdomadaires sur l'épidémie de coronavirus. Au regard des mesures annoncées ce jeudi, quel bilan peut être tiré de la stratégie du gouvernement ?

Atlantico.fr : La conférence du ministre de la Santé a confirmé un état des lieux exposé dans les médias depuis plusieurs jours. Mais en dehors des taux d'incidence, aucun chiffre concret n'a été donné sur la durée estimée des mesures en vigueur et à venir dans les territoires. Cela donne l'impression que le gouvernement cafouille toujours?

Charles Reviens : Rappelons d’abord l’équation à laquelle sont confrontés tous les pouvoirs publics depuis le début de la pandémie. Il faut maîtriser le risque sanitaire en matière de santé publique tout en assurant le fonctionnement le plus normal possible de la société et de l’économie qui a déjà subi d’immenses dégâts. Cela est quelque peu résumé par l’objectif de « vivre avec le virus » évoqué par Emmanuel Macron et le gouvernement depuis plusieurs jours.

L’enjeu de la communication étant par ailleurs devenu dominant dans l’action publique en France, il est utile de rappeler le feuilleton des dix derniers jours : le 9 septembre, le conseil scientifique évoque des « décisions difficiles » à venir, ce qui n’est pas vraiment le cas lors de la prise de parole du Premier ministre Jean Castex le 11 septembre : un peu « tout çà pour cà » avec la principale annonce de la réduction de la durée de quarantaine de 14 à 7 jours. Les médias ont ensuite été remplis de mentions de la double irritation d’Emmanuel Macron sur la juste articulation entre recommandation des scientifiques et décision politique d’une part, sur certains dysfonctionnement opérationnels liés en particulier à la durée importante de restitution des tests de dépistage d’autre part.

La dernière évolution concerne la conférence de presse d’hier du ministre de la santé dont tout le début a consisté à relater des données sur la résurgence de la pandémie : hausse du taux d’incidence, (83 cas pour 100 000 habitants contre 10 en juillet), taux de reproduction (supérieur à 1), taux de positivité des tests (5 sur 100 contre 1 au début de l’été). Donc un discours quelque peu anxiogène mais pas nécessairement exceptionnellement lisible.

Sur la plan opérationnel, les pouvoirs publics semblent se limiter d’après leur communication à des objectifs très simples : la stratégie de volume sur les tests (1,2 millions de tests hebdomadaires) a succédé a la volonté d’éviter que le système hospitalier ne tombe ce qui était de fait l’objectif principal lors de la flambée printanière de la contamination.

Ces objectifs simples (au moins au niveau de leur présentation médiatique) n’empêchent pas la poursuite d’importantes difficultés logistiques : la lenteur dans la fourniture des résultats des tests ne peut pas contribuer à des protocoles efficaces concernant les personnes contaminées et leur entourage. D’où la stratégie de priorisation évoquée hier pour certains publics et l’accent mis sur les nouveaux tests (antigéniques). Par ailleurs il apparait clairement que le succès n’est pas au rendez-vous en ce qui concerne le déploiement de l’application stop-covid et sa contribution à la gestion de la crise.

On verra ce qui se passe par la suite puisque Olivier Véran est appelé à s’exprimer chaque semaine…

Guy-André Pelouze : Comme le laissait présager la courbe exponentielle des nouveaux cas, l’accélération estivale de la transmission est en train de remplir les services Covid des hôpitaux et même les réanimations là où l’activité virale est la plus intense. Les nouveaux cas n’étaient pas “des jeunes asymptomatiques traversant la pandémie en chantant” mais bien une population entière dont l’âge moyen est plus jeune. Non il ne s’agit pas, non plus, d’un complot visant à faire peur à la population et ainsi à mieux la maîtriser ou la vacciner. La réalité est une résurgence forte dont j’ai décrit les facteurs ici même. La durée estimée des mesures, leur intensité à venir est inconnue. Le gouvernement annonce de nouvelles intentions qui vont dans le bon sens. Différencier le confinement, être sélectif, flexible et réactif, se concentrer sur les résultats. Ces intentions, contrairement à ce qu’a affirmé le ministre sont différentes de ce qui prévalait en matière de stratégie. Mais la doctrine est sans intérêt sans l’opérationnel. Et là c’est loin d’être à la hauteur. L’opérationnel de la lutte contre la transmission ne fait pas la une des journaux mais nous ne pouvons compter que sur ses succès pour sortir des résurgences avec une mortalité faible. Car c’est la deuxième balle pour le gouvernement, dans un match incertain. La première a été gâchée comme on le sait. Il faut réussir proprement la seconde sans clamer que nous sommes les meilleurs. Il est vain d’annoncer que nous serions le pays qui teste le plus. Le test est un moyen. Soyons précis, si une population est testée à 100% et que les isolements des cas positifs ne sont pas faits immédiatement la transmission virale n’est pas affectée. Le test ne protège personne. Le test positif dans la poche suivi d’un comportement inchangé c’est à coup sûr un coup d’épée dans l’eau. Voyons quelques ratés persistants de l’organisationnel:

- Tracer et isoler cela ne se fait pas avec du phoning. Les brigades sont en panne car les ARS ne sont pas des administrations conçues pour ce faire. Elles ne servent en réalité à rien et depuis le début. Or tester sans tracer ni isoler c’est une perte de temps, sans parler du coût. Le temps est notre ennemi. Nous attendons deux marqueurs de l’action du gouvernement: le % de traçage des contacts et le % des isolements contrôlés.

- Le résultat d’un test remboursé par l’assurance maladie doit être transmis aux brigades pour le traçage et l’isolement. Le gouvernement ne veut pas utiliser cette mesure simple et tout commence par là.

- La mauvaise idée de donner un gage de 2000 emplois aux syndicats d’une administration pléthorique ne va rien arranger. C’est une organisation sans faille près du terrain qui fait défaut. Cela ne peut être que l’exécutif régional.

- Il est regrettable que, lors de la conférence de presse, aucun journaliste présent n’ait posé la question des frontières. Là ce n’est pas un cafouillage c’est simplement que le gouvernement ne veut pas agir. Or c’est une source de l’accélération de la transmission. Par ailleurs c’est un mauvais signal adressé aux Français qui demande de l’équité dans les contraintes. 

- L’action de contrainte doit être la plus sélective et différenciée possible. Dans les grandes villes il faut aller chercher les foyers dans les arrondissements et encore plus finement là où les tests positifs se concentrent (d’où la nécessité de l’adressage automatique des résultats des tests aux brigades). Toute tentation de renoncer aux actions les plus ciblées aura deux conséquences: l’inefficacité et la pénalité économique. Or c’est possible.

Il reste donc à maîtriser la transmission du virus là où elle se produit. Dans ce contexte il faut rappeler que les Maires en voulant trop contraindre à l’extérieur négligent le contrôle strict à l’intérieur. L’observation de la vie urbaine le confirme, il y a beaucoup à faire dans tous les espaces clos ou semi-clos.

Le ministre fait appel à la responsabilité des Français tout en leur rappelant de prendre soin de respecter les semaines d'isolement et de rendre le moins possible visite aux proches en EHPAD. Les Français peuvent se sentir perdus… puisque le gouvernement donne une impression d'impuissance. Qu'en pensent les soignants?

Charles Reviens : Il est tout à fait évident que la mise en œuvre effective des consignes et des recommandations des pouvoirs publics par le grand publics et l’écosystème médicale contribue de façon critique à la maîtrise des risques. C’est un peu la « voluntary compliance » (fait que les gens acceptent d’eux-mêmes certaines attitudes et comportement). C’est cette configuration qui permet aujourd’hui à la Suède d’avoir des résultats sanitaires désormais solides tout en ayant retenu une stratégie originale et risquée de limitation maximale des dispositifs de confinement depuis le début de la crise.

Mais pour que le fonctionne, deux préalables sont indispensables. Il faut d’abord tenir compte réellement et sincèrement des spécificités anthropologiques de chaque nation. En ce qui concerne la France et les français, il faut rappeler le contexte tout à fait spécifique de défiance vis-à-vis de la plupart des institutions – et donc l’Etat – bien documenté dans l’essai économique « la société de défiance » de Cahuc/Algan/Zylberberg de 2007.

Par ailleurs, le contenu et la nature de la communication sont importants et il est assez clair que la communication gouvernementale dans la phase amont de la crise n’a pas aidé en matière de crédibilité (disponibilité et utilité des masques). Hier Olivier Véran a donné de nouvelles recommandations concernant la limitation des visites en EHPAD et des rassemblements sociaux et familiaux. Au-delà de ces recommandations précises, il est essentiel de garantir la lisibilité et la cohérence de la parole publique, car « les Français sont intelligents et ont du bon sens » (Jacque Delors), d’où la nécessité absolue de renforcer une confiance du grand public qui est tout sauf acquise et évidente en France.

Guy-André Pelouze : Les Français doivent d’abord continuer à être, comme ils le sont dans leur grande majorité, responsables et adopter des comportements appropriés à leur niveau de risque. En effet la cacophonie des pseudo-experts qui sèment le doute et la confusion ne doit pas les abuser. Ce sont eux ou leurs proches qui vont payer les conséquences de cette épidémie. Et la réponse de l’état en France se solde par un nombre de morts beaucoup trop élevé et une chute du PIB préoccupante dans un pays aussi endetté. Le gouvernement n’est pas impuissant. Il a toutes les manettes car le pays est hypercentralisé et la Constitution ne lui ménage pas les pouvoirs. Simplement le déconfinement a été assez médiocre dans ses modalités opérationnelles (cf supra) et ne l’oublions pas nous avons beaucoup de plages qui sont un lieu de destination prisé même si le flux touristique de l’étranger a été réduit. Il suffit de regarder le film de l’augmentation des cas positifs du point de vue géographique. Mobilité, relâchement des protections individuelles, faible taux de traçage et d’isolement voilà un cocktail qui permet au virus de se transmettre d’humain à humain plus fréquemment et plus vite. Du point de vue médical cela signifie, plus de cas, plus de cas symptomatiques et plus d’hospitalisations. Sur le plan de la morbi-mortalité la typologie de la population touchée permet d’espérer moins de morts mais plus de soins à dispenser à des patients ayant des Covid-19 symptomatiques. Bien sûr il faut rappeler que pour être malade il faut avoir été contaminé et que du temps s’écoule pendant lequel le virus se multiplie. Donc comme dans la phase sporadique les hospitalisations se produisent de manière retardée. Si le flux de patients nécessitant une réanimation augmente nous approcherons à nouveau des limites en lits (il est très peu probable que les paramètres soient radicalement modifiés) même si la mortalité en réanimation s’est effondrée fort heureusement. Dans ce contexte ceux qui doutaient de la réalité de la menace résurgente ne s‘excusent même pas de leur stupidité dangereuse. Nous sommes habitués depuis le début de l’année et de la pandémie à leur déni itératif.

Il semble évident de faire appel au bon sens des Français. Toutefois avec la territorialisation des mesures, ne risque t-on pas là encore de perdre l'attention de la population qui ne sait plus où elle en est, par exemple à propos des gestes barrières à respecter?

Charles Reviens : Olivier Véran a rappelé hier l’évidence de la différentiation des situations suivant les territoires ; le seuil d'alerte de 50 cas pour 100 000 habitants par semaine est dépassé dans des zones particulièrement touchées de Marseille (6 fois le seuil), de la Guadeloupe (5 fois le seuil), de Lyon et Bordeaux (4 fois le seuil) ou de Paris (2 fois le seuil). Des mesures différenciées sont déjà en place et de nouvelles sont à prévoir et le couple préfet (donc l’Etat)-maire est de nouveau mis à l’honneur.
Toutefois la gestion différenciée sur les territoires n’est pas vraiment dans l’ADN jacobin de l’Etat en France qui reste – et de loin – le grand pays européen le plus centralisé. L’écart est considérable avec l’Allemagne et encore plus la Suisse. Là encore il faut trouver un chemin permettant le gouvernement efficace entre la tradition étatique et le traitement des situations locales particulières.

Guy-André Pelouze : Franchement les décisions de contrainte guidées par la géographie et l'épidémiologie sont au contraire de nature à faire comprendre que nous pouvons agir intelligemment. Après le virus, le temps qui passe, le danger c’est le confinement indifférencié généralisé. Je l’ai écrit dès le début de la pandémie car c’est une mesure qui n’est que la conséquence d’un échec. Il n’est pas question de recommencer mais si nous laissons l’épidémie à son histoire naturelle nous aurons beaucoup plus de morts. La Suède est à 580 décès par million d’habitants et l’Allemagne à 111/million. Les Vikings ont tout faux mais cela ne fera pas changer d’avis les thuriféraires de la “herd immunity”; une théorie de médecine vétérinaire qui marche pour le rhume. Même Buzyn et Véran ont fait mieux que la Suède. Donc il faut le répéter seule une organisation sans faille va limiter la casse humaine et le chaos économique. L’option de la contamination volontaire n’est même pas valable pour les “jeunes”. Car certains pour des raisons multiples qui dépassent le cadre de cet entretien vont avoir des symptômes impactant leur capacité à travailler. À la fois du point de vue de la population mais aussi des formes cliniques de la Covid-19 il faut penser complexité, échelle de gris et non pas opposition binaire entre ceux qui ne risqueraient rien et d’autres qui “devaient mourir”. Ce cynisme qui est un renoncement à la rationalité fait encore beaucoup de dégâts dans notre pays. Contrairement à ce que professent avec brutalité ces cyniques il n’y a pas d’opposition entre d’un côté l’atteinte du virus quoi qu’il en coûte et de l’autre la misère économique. Choisir entre les deux c’est s’engager dans une voie où les deux se produiront. Et pour répondre directement à votre question, la protection personnelle vis à vis de la transmission est et sera essentielle tant que nous n’aurons pas de vaccin et/ou d’antiviral efficace. S’éloigner, ne pas se rendre dans des endroits où cet éloignement interpersonnel est impossible, ne pas se rendre dans des endroits clos a fortiori si la ventilation est faible ou bien s’il existe un système d’air conditionné, porter un masque et suivre les progrès sur les masques en particulier si on est immuno-fragile, renforcer son immunité à l’approche de l’automne voilà qui me parait très solidement basé sur des preuves. La pandémie a fait au moins 30 millions de cas et presque 1 million de morts identifiés dans le monde. C’est un fait. Ce qui en réalité handicape ce gouvernement c’est qu’il a peu de résultats à son actif en matière de gouvernance politique (dette, croissance, sécurité). Or dans la pandémie les résultats ne peuvent être renvoyés au prochain quinquennat ou aux générations futures, c’est tout de suite.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Guy-André Pelouze
- 21/09/2020 - 13:21
Affirmation assez répandue sans preuves, au contraire
"Vous n'arrivez pas à admettre que, mesures ou pas mesures, le virus se propage à la même vitesse, selon des critères très mal connus qu'on ne peut pas maîtriser".
En effet les hypothèses comme la votre doivent être testées.
1/ mesures ou pas mesures, le virus se propage à la même vitesse,
cette hypothèse a été falsifiée par tant de travaux qui ont été expliqués dans Atlantico avec les références des articles eux mêmes et non des exégètes que je vous retroune l'affirmation.
2/Critères mal connus
Idem, la transmission est très bien connue depuis au moins trois mois.
3/ on ne peut pas maitriser
Idem et cela n'est pas nouveau il faut lire les excellents travaux des asiatiques sur les viroses respiratoires et donc sur le Sars CoV 1 et le MERS.
Décidément il faut travailler le sujet vous serez surpris.
Loupdessteppes
- 19/09/2020 - 17:16
Bizarre, vous avez dit bizarre, ou bien...
On met le haro sur les rassemblements familiaux, les salles de spectacles, les réunions ! Mais silence radio sur les supermarchés, l'air conditionné dans les immeubles, l'air pulsé, les transports en commun et les TGV, le fait de fumer dans la rue ! Ils marchent sur la tête ces "scientistes" ! Ou bien... ils reçoivent leurs consignent d'ailleurs que la science (sic)...
Le gorille
- 19/09/2020 - 00:29
Ne pas s'exposer
C'est, si j'ai bien compris, l'épine dorsale de la lutte contre cette pandémie.
Je nuance : ne pas s'exposer ne veut pas dire refuser d'affronter à tout crin des situations où le virus chinois risque d'être présent Sinon on en arrive à la mort. C'est déjà le cas, où certaines professions, certaines activités ont mis la clef sous la porte. Ce qui tue aussi.
Alors je vois malgré tout des réactions intelligentes. Des commerces où la climatisation était reine, ouvrent en grand leur portes et la réduisent drastiquement où la suppriment. Il fait chaud, tant pis. Une habitude qui peut-être va se pérenniser : le contrôle des flux entrants. Ce ne sera pas un mal, même après la pandémie, mais cela a un coût.
Il y a le contraire, comme de clarifier l'histoire du port du masque en extérieur : faire de la bicyclette avec un masque me semble relever de l'hystérie, et nous ne sommes pas au Japon !. On fait désinfecter lourdement des classes une semaine après qu'elles ont été fermées.... A quoi ça rime ?