En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

05.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

06.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

07.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 1 heure 16 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 2 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 4 heures 53 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 5 heures 5 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 6 heures 5 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 7 heures 11 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 8 heures 32 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 8 heures 54 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 8 heures 57 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 8 heures 57 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 1 heure 48 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 2 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 4 heures 57 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 5 heures 34 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 6 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 8 heures 1 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 8 heures 39 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 8 heures 55 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 8 heures 57 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 8 heures 57 min
© Nelson ALMEIDA / AFP
Brésil marchés financiers coronavirus covid-19
© Nelson ALMEIDA / AFP
Brésil marchés financiers coronavirus covid-19
Impact sur les marchés financiers

Turquie, Russie, Brésil, Afrique du Sud… le COVID-19 peut-il accélérer des crises financières ?

Publié le 14 septembre 2020
La réponse est oui. Pour déterminer les pays en danger de crise financière, il faut croiser deux indicateurs : le pourcentage de personnes ayant été, ou étant, touchées par le COVID-19 avec la variation du change de leur monnaie par rapport au dollar, indicateur le plus sensible.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La réponse est oui. Pour déterminer les pays en danger de crise financière, il faut croiser deux indicateurs : le pourcentage de personnes ayant été, ou étant, touchées par le COVID-19 avec la variation du change de leur monnaie par rapport au dollar, indicateur le plus sensible.

La pandémie passe des États-Unis en effet vers les pays les plus peuplés (Inde, Afrique du Sud) et demeure en Amérique Latine. En nombre absolu de cas, elle touche toujours les États-Unis en premier (6,6 millions), suivis désormais de l’Inde (4,7 millions) qui vient de dépasser le Brésil (4,3 millions), devant la Russie (1,1 million) et le Pérou (0,7 million). Si l’on raisonne en pourcentage de la population, le Qatar paraît le pays le plus affecté (4,3%) ou Bahreïn (3,4%), mais sans effet financier perceptible, les pays s’endettant ou sollicitant leurs fonds souverains, bien devant les 2% du Brésil (2,1%), du Chili (2,1%) et des États-Unis (2%), où les effets visibles sont plus dramatiques. Donc le nombre de cas ne suffit pas pour faire un diagnostic sur le pays.

Turquie : c’est un des pays à suivre de très près. La Turquie est en effet un des pays qui se trouve le plus au centre des troubles actuels, avec en plus un pourcentage très élevé de cas de virus (3,4%), surtout en hausse récente. Ceci explique en bonne part la baisse de sa monnaie : -18% depuis le début de l’année, malgré des interventions pour la freiner. L’inquiétude qui peut naître de ce pays vient de la baisse du PIB (11% au deuxième trimestre), en liaison avec le virus qui ne décélère pas, au milieu de tensions géopolitiques croissantes (notamment en Méditerranée). L’inquiétude financière vient en plus du fait que la baisse du change importe de l’inflation, actuellement à 11,8%, alors que les taux sont à 8,25%, la Banque Centrale n’étant plus indépendante. Elle intervient cependant pour soutenir la livre turque : les réserves sont ainsi passées à 40 milliards en dollars, contre un maximum de 120 en 2015, plus 40 en or, montant évidemment réévalué. Même si le pays n’est pas trop endetté, des risques de balance des paiements pèsent, ce qui handicape l’investissement.

Vient la Russie, où le rouble a perdu 21% depuis janvier. Ici encore, nous retrouvons le croisement : COVID-19, troubles géopolitiques, récession (-8% au 2ème trimestre) et cette fois baisse du pétrole. Donc les réserves seront utilisées pour stabiliser le change à partir d’octobre selon la Banque Centrale, ce qui a permis un certain retour au calme.

Brésil : le réal a perdu le tiers de sa valeur par rapport au dollar depuis janvier, pour des raisons moins économiques que politiques. Baisse des prix du blé, du bétail et du pétrole se coalisent, heureusement le prix du soja tient. Dans le deuxième pays du monde affecté par le nombre de malades, avec des chutes de l’activité (autour de 10%), grâce à des déficits budgétaires considérables (autour de 11% du PIB), le soutien monétaire est à son maximum (ou proche) : inflation à 2,4% et taux courts à 2%. Les taux ne devraient plus baisser, sauf catastrophe bien sûr.

Afrique du Sud : c’est sans doute le pays qui connaît la plus forte chute d’activité (-51% au 2ème trimestre), avec un nombre élevé et croissant de cas de COVID-19. Le taux de chômage est de 30% dans le secteur formel. Le rand a perdu 20% par rapport au dollar et le pays a et aura des aides du FMI.

Inde : son cas doit être examiné de près, car c’est le foyer mondial en expansion du COVID-19. L’activité a baissé d’un quart sur un an, surtout la reprise semble très lente. C’est ce qui explique le lent affaiblissement de la roupie –3% depuis janvier), dans une économie où cohabitent une inflation de 7% et un taux de chômage de 11.

Dans un tel contexte, les taux longs seront bas, l’inflation aussi, dans les grands pays. Les marchés financiers ont en effet entendu les patrons des grandes Banques Centrales, Jerome Powell pour les États-Unis et Christine Lagarde pour la zone euro et ont compris le message : les taux resteront bas longtemps, le temps que l’inflation dépasse 2%, ce qui n’est pas pour tout de suite. Pendant ce temps, ils achèteront les bons du trésor pour maintenir bas les taux et permettre la reprise. Les taux long réels sont négatifs, sauf pour l’Italie : même si les taux longs nominaux sont au plus bas, l’inflation y est négative (-0,5%) pour cause de récession, ce qui n’aide pas.

Les bourses refont leurs comptes : reprise certes, mais lente, avec même des risques de rechute si le virus se développe, profitant de « gestes barrière » pas très efficaces. Elles corrigent la bulle du Nasdaq, mais prennent toujours en compte la politique monétaire, qui favorise les groupes et les politiques de dividendes qui donnent un bon rendement. Des obligations risquées !

A quel jeu jouons-nous encore en France ? Le 11 septembre 2020, on compte ici  9406 cas. On peut dire que ceci est lié au dépistage, 10 millions au total, 153 000 pour 1 million de personnes, presque comme l’Allemagne, qui reste moins atteinte (3107 cas par million d’habitants contre 5726 en France), avec bien moins de décès : 112 contre 473 ici. Un sujet qui ne figure pas dans le plan de relance ! 

La crise sanitaire n’est donc pas finie : parler de « post-COVID » est prématuré.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires