En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

03.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

04.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

07.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 5 min 6 sec
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 14 heures 22 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 16 heures 26 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 17 heures 23 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 19 heures 7 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 20 heures 23 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 21 heures 22 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 21 heures 50 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 22 heures 38 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 23 heures 23 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 19 min 49 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 15 heures 9 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 16 heures 58 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 18 heures 44 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 19 heures 20 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 21 heures 7 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 21 heures 39 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 22 heures 21 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 23 heures 6 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 23 heures 47 min
© ERIC PIERMONT / AFP
Bruno Le Maire Barbara Pompili économie industrie hydrogène
© ERIC PIERMONT / AFP
Bruno Le Maire Barbara Pompili économie industrie hydrogène
Ecologie politique

Les milliards perdus de l’hydrogène

Publié le 10 septembre 2020
Le gouvernement a détaillé cette semaine le grand plan qui doit permettre à la France de devenir un acteur mondial de l'hydrogène à l'horizon 2030. 3,4 milliards d’euros doivent notamment être investis d’ici à 2023 pour faire de la France un leader mondial dans la fabrication d’électrolyseurs destinés à la production d’hydrogène.
Loïk Le Floch-Prigent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouvernement a détaillé cette semaine le grand plan qui doit permettre à la France de devenir un acteur mondial de l'hydrogène à l'horizon 2030. 3,4 milliards d’euros doivent notamment être investis d’ici à 2023 pour faire de la France un leader mondial dans la fabrication d’électrolyseurs destinés à la production d’hydrogène.

Tandis que l’hôpital se mourait à coups de contrôles tatillons pour quelques milliers d’euro, la France se réveille avec de l’argent plein les poches prête à déverser des milliards dans les  « domaines d’avenir » définis par un mélange de médias, de politiques et de quelques professionnels, et parmi ceux-ci l’increvable hydrogène dont on prédit l’avènement depuis presque 200 ans.

L’hydrogène, un composant de l’eau, H20, est, en conséquence, un des éléments les plus répandus avec son copain l’oxygène. Il est léger et sa combustion par l’oxygène produit de l’eau et de la chaleur. La combustion électrochimique, avec comme électrolyte un polymère, produit directement de l’électricité. Les dispositifs sont appelés des « piles à combustible », ils sont connus depuis des dizaines d’années, mais les progrès de la science et de la technique ont permis de mieux les domestiquer, et on a tendance aujourd’hui à considérer que ce sont les piles à hydrogène qui seront les meilleurs vecteurs de l’utilisation de l’hydrogène, et non les moteurs thermiques.

D’où peut venir l’hydrogène ? Bien sur on pense à l’électrolyse de l’eau qui va dégager avec un courant électrique d’un coté de l’hydrogène, et de l’autre coté de l’oxygène. Pour cela il faut disposer de sources d’électricité abondante et bon marché. Mais depuis l’apparition du pétrole et du gaz, les raffineries ou les vapocraqueurs proposent un hydrogène à un très bon prix, c’est donc cet hydrogène qui est utilisé lorsque l’on souhaite privilégier cette solution comme on l’expérimente avec les trains pour remplacer le gazole ou les taxis parisiens. Le fait d’avoir comme émission de la vapeur d’eau en fait une source d’énergie non polluante.

Pourquoi l’hydrogène ne s’est pas imposé depuis 200 ans ? Parce qu’il présente des risques d’explosion, qu’il nécessite une approche précautionneuse et que les réservoirs sous pression sont lourds. Pour les voitures individuelles ce sont les  dérivés liquides du pétrole qui ont gagné la bataille des possibles, essence ou gazole, laissant à des flottes spécialisées les gaz sous pression, GPL ou GNL et marginalisant l’hydrogène. Nos pères ont choisi le plus pratique, le moins dangereux, et nous avons connu les pompes à essence et les stations-services ! De toute façon le moins cher étant le dérivé pétrolier ou gazier, l’hydrogène d’électrolyse étant deux à trois fois plus cher, la solution retenue va de soi.

En 1973 lors des chocs pétroliers, lorsque l’on ne sait plus si le pétrole va arriver en Occident et à quel prix, on repense à l’hydrogène d’électrolyse, on est en plein développement nucléaire pour gagner en autonomie définitive pour la production électrique , alors pourquoi ne pas faire une ou deux centrales supplémentaires pour réaliser l’électrolyse de l’eau et prendre l’hydrogène comme combustible automobile ? La découverte de champs en Mer du Nord et la dislocation du bloc moyen-oriental a raison de toutes les études , l’hydrogène issu des sources fossiles reste le moins cher, on ferme rapidement le dossier hydrogène.

Les prix n’ont pas changé, les techniques se sont affranchies du modèle de combustion thermique et la pile à combustible apparait comme une alternative. En ce qui concerne la pollution des villes qui attire vers le véhicule électrique dans les conurbations on peut donc préférer le véhicule à hydrogène.

L’écologie politique entre alors en scène , celle qui s’abstient des réalités scientifiques, techniques et industrielles en ne distinguant que le bien et le mal. Les fossiles et le nucléaire c’est le mal, l’éolien et le solaire c’est le bien. Qu’importe le bilan carbone global des alternatives aux énergies utilisant le vent et le soleil, c’est gratuit, c’est propre, c’est vert. Extraction, traitement des matériaux, construction, maintenance, provenance industrielle, démantèlement… billevesées, on vous dit que c’est vert, propre et gratuit, il faut changer de monde. C’est l’Allemagne qui prend le premier coup de fouet, il faut restreindre puis arrêter le nucléaire et installer partout éoliennes et panneaux solaires… tout en conservant les centrales électriques à lignite ou charbon…temporairement. Entre temps pour sauver l’agriculture on finance des méthaniseurs et on introduit dans le gaz fossile du gaz « vert » hors de prix mais tout le monde est content ! Mais le développement trop important de l’énergie éolienne intermittente conduit, lors des poussées de vent, à disposer de trop d’énergie électrique sur les réseaux allemands, ils essaient de le vendre chez leurs voisins, mais ceux-ci ont le même vent et n’en ont pas besoin, les allemands doivent donc payer les réseaux français pour qu’ils acceptent leur énergie éolienne surabondante. L’idée allemande qui en fait le leader hydrogène du moment est d’utiliser cette énergie éolienne intermittente surabondante pour réaliser l’électrolyse de l’eau, on peut dire que, du point de vue économique c’est une énergie électrique gratuite puisqu’elle est rarement vendue. Les Allemands ont déjà « acheté » leurs éoliennes, ils essaient donc d’optimiser. Le plan Hydrogène allemand n’est donc pas un plan d’avenir de l’humanité mais une façon de récupérer un peu de flexibilité après avoir commis l’erreur d’un développement trop important des énergies intermittentes.

Pour nous, Français, si nous maintenons notre programme nucléaire nous n’avons aucun intérêt à jeter par la fenêtre des milliards sur un programme hydrogène, il faut maintenir notre compétence sur le nucléaire qui revient en force dans tous les programmes énergétiques mondiaux, y compris ceux du GIEC qui nous parlent de l’évolution climatique. Que le groupe Air Liquide veuille travailler à une alternative dans les villes au véhicule électrique, que la SNCF ou la RATP aient envie d’utiliser l’hydrogène, pourquoi pas ? Mais lorsque l’on lance l’avion à hydrogène et que tout le monde s’y accroche, on commence à dérailler. On cherche à diminuer le poids de tout ce qui vole et les réservoirs sous pression sont possibles à transporter… en restreignant le nombre de passagers.

Il n’y a pas d’hydrogène « vert »il faut vérifier le bilan carbone de l’ensemble des filières avant de qualifier de vertueux telle ou telle provenance. Pour « déplacer » un combustible il faut étudier toutes les dimensions, sécurité, pratique d’utilisation, poids, encombrement, coûts et durées de la cohabitation. Nous, en France, nous avons l’énergie nucléaire, cela nous donne une énergie abondante et bon marché qui n’a pas besoin de l’électrolyse de l’eau pour entrer dans des véhicules urbains. Nos sociétés ont décidé de relever le gant de la production de batteries électriques pour éviter leur achat aux pays d’Asie, soutenons les si nécessaire, mais elles peuvent aussi le faire toutes seules puisque c’est leur intérêt ! 

Le programme hydrogène à 7 milliards serait d’avenir si l’on commettait les mêmes bêtises que les allemands. La réalité s’imposera très vite désormais, l’écologie politique va laisser la place à l’écologie tout court, celle qui n’est pas aveuglée, celle qui n’est pas dans le déni de réalité, les éoliennes ne seront jamais qu’une partie du mix énergétique mondial, leur coût,  leur intermittence, et leurs contraintes d’utilisation et de démantèlement les condamnent à la marginalisation. Mais pour la France inutile de poursuivre les programmes engagés, car ce serait encore une fois jeter l’argent par les fenêtres !    

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 10/09/2020 - 18:38
Simple oubli?
Un reservoir à hydrogène pour voiture possède la capacité d'explosion d'une bombe de 30 kg. Dans un pays où de valeureux gentlemen brulent, sous l'oeil attentif des policiers et la mansuétude des magistrats, en moyenne une centaine de voitures par jour, on imagine immédiatement ce que pourrait nous apporter cette capacité à faire des 14 juillet, 365 jours par an.
Lou Bïarnès
- 10/09/2020 - 14:39
On divague
Éolien, hydrogène, voltaïque, au diable le nucléaire et les nouvelles recherches et les améliorations. Mais l’argent coule à flots, pour l’instant et sans impact sur le portefeuille des veaux, alors allons y gaiement, sans concertation et sans réflexion. L’ambition et l’égotisme au pouvoir, et les veaux qui n’ont rien compris applaudissent.
tatouzou
- 10/09/2020 - 14:38
Aucun espoir de retour au bon sens avant 2022
Tous les hommes politiques sont persuadés qu'il faut faire des genuflexions devant l'écologie politique comme autrefois on se signait en entrant dans une église.
La réalité des faits ne sera examinée qu'après les législatives de juin 2022, et seulement si un président ayant moins besoin de donner des gages à gauche aura été élu en mai.
J'espère seulement qu'ils n'auront pas eu le temps de tout dépenser.