En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 13 heures 30 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 16 heures 1 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 18 heures 4 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 19 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 19 heures 48 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 20 heures 10 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 20 heures 27 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 20 heures 29 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 20 heures 30 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 20 heures 34 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 13 heures 58 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 17 heures 48 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 19 heures 23 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 19 heures 43 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 19 heures 55 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 20 heures 15 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 20 heures 28 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 20 heures 30 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 20 heures 30 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 20 heures 35 min
© Pixabay
Mondialisation économie
© Pixabay
Mondialisation économie
Nationalisme économique

Un recul de la mondialisation, on a déjà connu. Et ça nous a mené à... 1914 et 1939

Publié le 08 septembre 2020
La deuxième moitié du 19e siècle avait connu une phase de mondialisation poussée des échanges. Suivie d’une phase de retrait et de montée des nationalismes économiques ayant contribué au déclenchement des deux guerres mondiales.
Jean-Marc Siroën
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Siroën est économiste. Il enseigne actuellement à l’université Paris Dauphine et est professeur au sein du département Master Sciences des Organisations. Il est spécialiste d’économie internationale. Il participe également au programme de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La deuxième moitié du 19e siècle avait connu une phase de mondialisation poussée des échanges. Suivie d’une phase de retrait et de montée des nationalismes économiques ayant contribué au déclenchement des deux guerres mondiales.

Aujourd’hui, le virus rebat les cartes de la mondialisation mais si on regarde dans le passé de nombreuses phases de retrait sont déjà apparues. Les causes de l'arrêt de la mondialisation ont-elles toujours été les mêmes ? 

Jean-Marc Siroën : Les phases d’arrêt ou de régression  de la mondialisation sont certes nombreuses mais sur une histoire très longue. Les hommes et les marchandises circulent depuis l’antiquité (et même avant !). Les phases de ralentissement viennent alors de l’insécurité des routes terrestres ou maritimes  (brigandage, piraterie, guerres,…).

Les historiens qui veulent éviter  de remonter aux « économies-monde » décrites par Fernand Braudel, se limitent à deux mondialisations seulement qui s’étalent l’une  de la chute du Premier Empire à la première guerre mondiale et l’autre de l’après seconde guerre mondiale jusqu’au début du XXI° siècle si on considère qu’elle est aujourd’hui terminée (ce qui reste à prouver). Ces deux phases de mondialisation, interrompues par la démondialisation de l’entre deux guerre, couvre ainsi deux siècles. Elles  ont été caractérisées par des révolutions industrielles autour d’innovations dans les produits et les processus de production avec à chaque fois des formes de spécialisation qui ont stimulé le commerce. Ce furent aussi des périodes de paix relative autour d’une puissance leader sinon hégémonique (l’Angleterre puis les États-Unis) qui ont non seulement favorisé le « libre commerce » , mais aussi sa régulation (traités de libre-échange, GATT/OMC,…). À contrario le ralentissement de la mondialisation vient d’un dérèglement du système : épuisement des secteurs moteurs, instabilité économique, affaiblissement du leader, attraction des idéologies nationalistes, guerres.

Aujourd’hui la mondialisation est par ailleurs remise en doute par des transitions technologiques, écologiques ou encore démographiques qui, dans le processus schumpetérien de « destruction créatrice », suscitent plus d’anxiété que d’enthousiasme. Les États-Unis rechignent à rester leader tout en souhaitant rester hégémonique, les tentations autoritaires, nationalistes et expansionnistes se réveillent. Ce n’est pas la crise de la Covid-19 qui est à l’origine de ce nouveau cycle, mais elle pourrait en accélérer les effets.

Les deux grandes guerres ont-elles été la conséquence du repli des nations sur elles-mêmes ? 

C’est vrai pour la seconde mais certainement pas pour la première.

Entre la première mondialisation qui s’achève en 1914 et la seconde qui s’engage en 1945, le commerce a fortement régressé et s’est même effondré dans les années 1930. La « démondialisation », dans cette période, a donc été la conséquence de la première guerre plutôt que sa cause.

La première mondialisation s’était en effet accompagnée, en Europe et dans le nouveau monde, d’une paix inédite (les guerres prussiennes -dont celle de 1870- limitées dans le temps, étant l’exception). Certes la dépression qui commence au milieu des années 1870 a favorisé le retour du protectionnisme (comme en France, les lois Méline de 1892) mais celui-ci est resté d’autant plus modéré que le leader, l’Angleterre, ne participa pas à ce mouvement. Non seulement ce très relatif repli sur soi commercial, n’a pas attisé les conflits mais il s’est même accompagné d’une vive reprise économique et d’une forte expansion du commerce international ! Jusqu’au déclenchement de la guerre, la mondialisation s’est poursuivie et même accélérée. Comme le décrit bien Stefan Zweig dans « Le Monde d’hier », à la veille de la guerre l’Europe bénéficiait d’une prospérité qui s’affichait partout. Chaque citoyen  pouvait passer les frontières  sans passeport. Les historiens continuent d’ailleurs à chercher des causes tangibles à cette guerre que personne ne voulait mais que la diplomatie des surenchères a finalement provoqué.

Si la première guerre ne fut pas précédée  d’un repli sur soi des nations, il en fut autrement pour la seconde. Aux États-Unis, l’internationalisme du Président Wilson s’est métamorphosé en isolationnisme avec une politique délibérément protectionniste engagée dès le début des années 1920 et aggravée en 1930 (loi Smoot-Hawley). Les grandes puissances -France, Angleterre,…- se repliaient sur leur Empire quand les puissances totalitaires ou dictatoriales -Allemagne, Italie, URSS, Japon,…- adoptaient les politiques expansionnistes qui ont amené la guerre.

La comparaison de ces deux périodes montre donc que le repli sur soi des nations -d’ailleurs relatif du fait des alliances- n’est une condition ni nécessaire, ni même suffisante  pour déclencher des guerres même s’il y prédispose. Les guerres sont la conséquence d’un « jeu » de rapport de force qui n’est pas parvenu à trouver son équilibre.

Connaissons-nous actuellement une situation similaire aux grandes phases de ralentissement de la mondialisation avec ce que cela implique ? 

Jusqu’à la crise de 2008, le commerce international a cru deux à trois fois plus que le PIB mondial. Avant même la crise du Covid-19, ce n’était plus le cas, les deux agrégats croissant à peu près au même rythme. C’est un ralentissement mais pas, comme dans les années 30, une régression. De fait, croissance et mondialisation sont (plus ou moins) corrélées et l’effondrement du commerce dans les années 30, tout  comme en 2008 et en 2020, est davantage due à la chute de la production qu’au repli sur soi des nations.

Il n’en est pas moins vrai que le rythme de cette mondialisation tirée par la croissance (et réciproquement) dépend aussi de phénomènes structurels. Après la guerre, le commerce fut d’abord entrainé par les échanges entre pays industriels puis par le commerce avec les pays émergents, essentiellement asiatiques et, à partir des années 1990, par  la Chine. Ce pays  eut la bonne idée de se spécialiser au stade aval de la chaine de valeur très demandeur de main-d’œuvre (le montage de composants souvent importés). C’est principalement  cette forme de division internationale du travail qui est aujourd’hui remise en cause non seulement parce qu’elle a atteint ses limites –« les arbres ne montent pas jusqu’au ciel » disent les Chinois- mais aussi parce que cette forme de spécialisation « verticale » a accentué la désindustrialisation et l’interdépendance des producteurs, ce qui est perçu comme une vulnérabilité menaçante : une seule défaillance au stade amont du processus de production remet en cause la disponibilité du produit final.

La crise de la Covid-19 n’a pas créé ce doute mais il l’a accentué.  Elle a souligné cette dépendance des économies et amplifié l’instinct d’ « autosuffisance » par ailleurs réactivé par les courants écologistes . Elle aurait  rationnellement dû être limitée aux produits qui ont manqué (masques, respirateurs, anesthésiants, etc.) mais elle pourrait s’élargir à une multitude d’autres produits, notamment alimentaires même si rien ne prouve que l’autosuffisance aurait été en mesure de mieux répondre à des situations de crise (au contraire même puisque les importations peuvent aussi répondre à des pénuries).

Que la crise actuelle achève l’illusion d’une « mondialisation heureuse » est une chose. Qu’elle implique un brutal retour en arrière de type années 1930 et qu’elle soit même à l’origine de nouvelles guerres en est une autre. Différents scénarios sont possibles assez liés d’ailleurs au rythme de la reprise. On peut certes anticiper une accélération des évolutions inquiétantes apparues avant la Covid-19 notamment le retour d’un nationalisme expansionniste (Russie, Chine, Turquie, Iran…) ou isolationniste (États-Unis). Mais on peut tout autant espérer que cette crise mondiale tombée du ciel finira par réhabiliter une coopération internationale pour l’instant très délaissée.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 09/09/2020 - 14:44
@TPV
ha ha ha !
TPV
- 09/09/2020 - 08:03
Pauvre article d'un mondialiste aux abois
Et les Vikings aussi c'etait de la mondialisation et tout ci tout ça. La guerre est soit étrangère quand les peuples/nations s'affrontent, soit civile lorsque les nations ou empires s'écroulent.
La mondialisation actuelle n'est qu'une redistribution des richesses au profit des producteurs étrangers et des citadins de centre ville branchés. Les autres sont priés de crever sans mettre de gilet jaune, ou tenter de s'opposer aux populations de remplacement, car la nation c'est la guerre. Oui il est sûr que si on l'étouffe ce sera la guerre, par tentative de survie.
Déni encore et toujours déni de la réalité. La gaucho bourgeoisie s'affole car elle sent la fin proche de son Régime bientôt ancien.
Nicolas59
- 08/09/2020 - 17:01
Le père Noël du commerce
La mondialisation est un terme récent et c’est assez tendancieux de raconter qu’elle a déjà eu lieu et sans elle c’est le nationalisme et la guerre.
Les échanges commerciaux remontent à la préhistoire mais le troc n’est pas de la mondialisation.
La délocalisation massive de l’industrie manufacturière coûte que coûte , la migration sauvage de la main d’oeuvre au niveau actuel , la fuite des capitaux vers des zones de non droit sont des excès de notre époque .
Les guerres sont le fait de l'impérialisme qui utilise la force pour imposer ses marchandises en contrôlant les voie commerciales ou en boycottant les voisins gênants.
On le constate bien à travers des exemples récurrents . Imposer la loi du plus fort c’est la mondialisation commencée an 20 eme siècle.
Espérer son maintient en l'état c’est admirer la tyrannie des oligarques mondiaux sur la masse paupérisée et abrutie de la plèbe.