En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

03.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

07.

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 6 heures 57 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 10 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 12 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 13 heures 23 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 15 heures 35 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 15 heures 45 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 16 heures 3 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 16 heures 38 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 17 heures 18 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 17 heures 42 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 8 heures 9 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 10 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 12 heures 56 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 15 heures 18 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 15 heures 41 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 15 heures 52 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 16 heures 26 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 17 heures 11 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 17 heures 20 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 17 heures 50 min
© 000_1PX8P6 JOEL SAGET AFP
© 000_1PX8P6 JOEL SAGET AFP
ÉPARGNE

Un trésor caché de 3500 milliards d’euros en épargne qui empoisonne les banques, les assureurs et fait saliver les politiques.

Publié le 31 août 2020
Le paradoxe français. D’un côté, la grogne, la peur et l’angoisse. De l’autre, une épargne liquide surabondante et historique de 3500 milliards d’euros. Ceci explique cela, mais explique aussi la paralysie.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le paradoxe français. D’un côté, la grogne, la peur et l’angoisse. De l’autre, une épargne liquide surabondante et historique de 3500 milliards d’euros. Ceci explique cela, mais explique aussi la paralysie.

La légère remontée de la consommation au lendemain du confinement n’a guère entamé cette montagne d’argent accumulée par les Français. Cela représente une richesse colossale, mais comme cet argent est stocké et ne fait rien, il est devenu un véritable boulet. Les épargnants se croient rassurés, mais ils se privent des moyens qui seraient capables de résoudre la majorité des problèmes auxquels nous sommes confrontés. Cet argent est un boulet alors que les Français croient que c’est une aubaine. Quelle erreur !  

 

Quand on s’aventure dans les chiffres de la Banque de France qui, chaque jour, compte l’argent des Français, on hallucine. Jamais il n’y a eu en France autant d’argent disponible et liquide sur les comptes courants des banques, des comptes sur livrets et les assurance-vie (fonds euros). Ce qu’on y découvre est à peine croyable : plus de 3500 milliards d’euros en liquide et disponibles immédiatement qui pourraient être utilisés. Un seul clic de souris suffirait. Cette fortune plombe l’équilibre des banques et des assureurs, et fait saliver les politiques qui commencent à déborder d’imagination pour capter une partie de ce pactole. 

Au total, 3582 milliards d’euros à fin août, se répartissant entre les produits les plus simples qui sont :

Des bas de laine que l’on peut évaluer à quelques 200 milliards en billets de 50, 100 ou 200 euros. Ces espèces un peu clandestines ont servi pour une grande part à payer les reprises de dépenses de consommation ces dernières semaines mais sans plus. Il reste encore énormément de billets de 500 euros cachés sous les matelas et que l’on sort au compte-goutte depuis que la banque centrale a programmé leur retrait. 

Des comptes d’épargne réglementés, disponibles à vue, rémunérés mais très faiblement, dans les banques et les caisses d’épargne pour 1050 milliards d’euros 

Des comptes d’assurance-vie qui sont disponibles et dont le rendement s’est réduit considérablement (comptes sécurisés en euros) pour un montant d’encours de 1700 milliards d’euros. 

Ces comptes se sont gonflés particulièrement depuis la crise du Covid 19, mais il faut reconnaître que la progression des montants épargnés est antérieure à la crise. Depuis  2015. Entre 2015 et fin 2019, le total de ces réserves a augmenté de 500 milliards d’euros et depuis l’année dernière, ce trésor a encore grossi de 200 milliards d’euros. La détention de ces fonds n’est pas répartie de façon égalitaire ni même équitable. Les riches ont évidemment une capacité d’épargne plus importante que les pauvres mais les classes peu favorisées n’ont pas échappé à cette course à l’épargne. 

Les raisons de cette épargne sont évidemment archi-connues. 

D’abord, la vie s’est presque arrêtée pendant plus de deux mois. Quant aux vacances, personne n’est sorti hors de France et la majorité des Français ont pris des vacances de proximité. Donc l‘argent gagné par ceux qui travaillaient encore ou distribué sous forme d’allocations chômage n’a pas été dépensé. Il a été stocké. 

Ensuite, les économistes pensaient qu’au moment du déconfinement, cet argent sortirait pour rattraper en consommation le temps perdu. Les Français sont finalement restés très sobres. 

Enfin, la peur qui règne partout, la crainte d’un retour du virus, l’angoisse du chômage pour beaucoup, a paralysé les comportements. Le consommateur ne consomme pas ou très peu, par rapport à son pouvoir de dépenser.  

Cette montagne d’épargne est une montagne de précaution, les Français ont appliqué à leur comportement le sacro-saint principe de précaution. 

La conséquence de ce phénomène, c’est qu’il va retarder le processus de reprise de l’économie. Le chef d’entreprise doit faire des projets, décider d’investir, innover, il doit créer de la richesse, de la croissance et de l’emploi. Il a, a priori, tous les moyens ou presque de le faire. Tout sauf les clients. Le client consommateur reste actuellement assis sur son tas de liquidités. 

Le comble dans cette configuration est que cette épargne ne sert à rien sauf à rassurer l’épargnant.  Elle n’est ni consommée, ni investie. Cette épargne gérée par des banques et les sociétés d’assurances. 

La situation est tellement tendue dans les établissements financiers que beaucoup cherchent les moyens d’appliquer des taux négatifs à cette épargne de précaution. Ça s’appellera frais de gestion ou droits de garde. Mais le jour n’est pas loin où l'épargnant devra payer pour que son argent soit conservé en toute sécurité à l'abri des risques. 

La logique économique voudrait que cet argent s’investisse dans des activités à risque justement. Or l'investissement en actions ou en entreprise représente moins du tiers de cette épargne de précaution.  

Les pays anglo-saxons et l’Allemagne ont des capacités d’épargne aussi importantes que la France mais leur épargne est, pour plus des deux tiers, investie dans l’économie via des fonds de capitalisation dont beaucoup servent à financer les systèmes de retraite. 

Le Français n’a pas cette chance, lui qui a refusé la réforme des systèmes de retraite. Il préféré mettre son argent dans les assurances-vie parce qu’il pense que son argent sera protégé par l’Etat. La réalité, c’est que l’argent de l’assurance-vie sert à financer le déficit public. Et tant que l’Etat peut emprunter pour rembourser les bons du Trésor ou servir une rémunération (très modeste) à ceux qui lui prêtent de l’argent, le système peut continuer de tenir en équilibre, mais combien de temps ? 

Actuellement, l’État aspire l’épargne populaire (bons du Trésor, fonds euros des assurances vie….) pour couvrir ses dépenses de fonctionnement qui sont en partie hypothéquées par des prestations sociales distribuées, lesquelles viennent alimenter des comptes d’épargne qui sont actuellement stérilisés pour l’appareil économique. 

Ce qui est passionnant et assez surréaliste dans le système français, c’est le jeu de l‘Etat qui se sert à la fois sur le contribuable et sur l’épargnant. Sachant que c’est très souvent la seule et même personne. 

En clair, l’État français peut se permettre de faire des dettes pour payer des dépenses parce qu‘il emprunte par cher, mais s’il emprunte pas cher, c’est parce que l’offre de monnaie est abondante. Cette abondance vient d’où ? et bien de l‘épargne ! La boucle est bouclée. 

L’épargne des Français ne sert pas à la création de richesses, elle est redistribuée dans la dette publique. D’une certaine façon, la majorité des Français profite d’un système social généreux, sans savoir que c’est leur épargne qui finance cette générosité. 

Système à la logique assez perverse pour des agents économiques assez masochistes. 

Il y aurait très surement des circuits plus courts et plus rentables pour tous les agents économiques si on retrouvait un peu de confiance dans le système.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 02/09/2020 - 07:31
LES SYNDICATS DE VEULENT PAS DE LA CAPITALISATION...
Faut-il rappeler à l'auteur que la réforme des retraites, dont le pouvoir n 'a pas été capable de dresser le plan masse financier, excluait pratiquement toute idée de capitalisation, qui hérisse le monde syndical inquiet de perdre ses pouvoirs de nuisance sur une économie qu'il freine et fige à son gré en repoussant ou en empêchant toutes les réformes et principalement les bonnes (mais mal ficelée et mal négociée,la réforme des retraites n'en fait assurément pas partie).
evgueniesokolof
- 31/08/2020 - 15:02
ahhhh JMS est rentré de vacances
maintenant double punition: JMS+Betbeze et si ça ne suffit pas, un coup de mademoizelle ....Chlorrhée!!!! ah ah ça ne rigole pas
Dépensons donc l'épargne et achetons..... Chinois puisque notre économie a été ruinée et si on ne le fait pas nos gouvernants sauront comment la faire partir en fumée ou en impots....va bien falloir payer les sorciologues et autres bobos qui ont voté Verts aux municipales....sauf chez Mr Piole où les dealers ont des start-ups d''enfer à faire pisser dans son Ben mon gârs Denis Jacquet
assougoudrel
- 31/08/2020 - 11:31
Si les français ont une telle somme dans
sa chaussette (pour les plus aisés, dans leur matelas), c'est qu'ils savent gérer leur argent. Si les flambeurs qui gouvernent le pays pouvaient en faire autant, nous n'en serions pas dans cette situation catastrophique et intenable et, avec raison, l'épargnant ne les font pas confiance pour jouer à la loterie, voir la roulette russe, car celui qui perd ses économies, n'a plus qu'à se tirer une balle dans la tête. Quand on voit ce qui se passe dans les pays anglo-saxons, cela nous refroidie. Pour le moment, tout notre agent (ma femme et moi) est sur des comptes courants. Quand Macron est passé, de suite il a décidé de prendre 30% sur les intérêts de l'argent que les français ont placé (et il voulait le faire avec le Livret A). Nous ne gagnons rien (mais nous ne perdons rien, non plus) et si nous trouvons une opportunité, l'argent est disponible pour la saisir. Le liquide coule entre les doigts, seul la pierre et la terre sont solides. Tels les voleurs, les gouvernants zieutent l'argent des honnêtes gens et cette pourriture de Pernicaud leur demandaient de dépenser leur épargne pour "sauver" l'économie française. En tous cas, elle vient d’être recasée.