En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 1 heure 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 1 heure 55 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 3 heures 26 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 7 heures 20 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 8 heures 24 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 8 heures 42 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 9 heures 48 sec
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 9 heures 26 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 10 heures 23 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 10 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 1 heure 44 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 2 heures 43 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 4 heures 31 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 7 heures 51 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 8 heures 29 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 8 heures 59 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 9 heures 21 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 10 heures 5 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 10 heures 35 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 11 heures 8 min
© JOSEPH EID / AFP / 000_1WE9HA
© JOSEPH EID / AFP / 000_1WE9HA
DOSSIER LIBANAIS

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

Publié le 11 août 2020
Alain Rodier revient sur décomposition du Liban qui provoque de nombreuses convoitises extérieures.
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier revient sur décomposition du Liban qui provoque de nombreuses convoitises extérieures.

La décomposition du Liban qui prévaut depuis le début de la contestation populaire (qui s'est intensifiée suite au drame du 04 août survenu sur le port de Beyrouth) provoque bien des convoitises extérieures. En réalité, deux puissances régionales s’opposent via des proxies afin de renforcer leur influence au Proche-Orient sans compter Israël que regarde tout cela avec un intérêt non dissimulé (ce qui peut diminuer ses ennemis est toujours bon à prendre et à exploiter). Il semble que, pour l’instant l’Iran a l’avantage via sa "créature", le Hezbollah créé dans les années 1980. En effet, cette milice armée mais aussi parti politique officiel, est la seule organisation libanaise à être correctement organisée, encadrée et équipée. Elle s'appuie sur environ 30% de la population qui est chiite, le parti Amal rejoignant le Hezbollah quand ses intérêts vitaux sont engagés.

Le Hezbollah va d’ailleurs rassembler bien au delà des seuls chiites parmi tous ceux qui sont terrorisés par la tournure révolutionnaire que prennent les évènements, le souvenir des horreurs de la guerre civile (1975-1990) est encore vivace, sauf chez les jeunes. Après la démission du gouvernement de Hassan Diab, une partie des chrétiens fidèles au général Aoun actuel chef de l’État, pourrait se ranger aux côtés du Hezbollah. Il est d’ailleurs significatif que les "radio-trottoirs" enregistrés à Beyrouth au sein des communautés chrétiennes montrent une convergence de vues avec le parti chiite : une haine à l’égard de l’État d’Israël qui, selon les personnes interrogées, a "détruit le pays du Cèdre" à plusieurs reprises. À noter que selon la CIA, les catholiques représentent 45,5% de la population mais ils sont éclatés - pour ne pas dire des adversaires - entre maronites, grecs orthodoxes, grecs catholiques, arméniens, syriaques, etc.

Hassan Nasrallah a bien compris cette problématique et reste très modéré dans ses propos. Il "nie catégoriquement, qu'il y ait quoi que ce soit à nous dans le port [Beyrouth], ni entrepôt d'armes, ni entrepôt de missiles, ni des matières explosives, ni une bombe, ni une balle, ni nitrate [d'ammonium]. Il ajoute que les accusations proférées contre le Hezbollah "poussent le Liban vers la guerre civile". Il ajoute : "Certains ont dit que le Hezbollah portait une responsabilité car il contrôle le port. Il s'agit également d'un mensonge. Nous ne contrôlons pas le port de Beyrouth. Nous ne savons pas ce qui s'y trouve. Le port de Beyrouth n'est pas de notre responsabilité [...] Nous connaissons mieux le port de Haïfa [dans le nord d'Israël] que celui de Beyrouth". Cela est étonnant car il est difficilement concevable que l’infrastructure vitale représentée par le port de Beyrouth n’ait pas été prise en compte par ce parti. D’ailleurs, des tunnels auraient été découverts par les enquêteurs qui ont commencé leurs investigations. 

Nasrallah affirme par ailleurs souhaiter l’établissement d’un gouvernement de coalition… Certes, son effigie a été pendue lors de manifestations ayant eu lieu à Beyrouth le 7 août mais ce n’était certainement pas par des activistes chiites. 

 

La véritable opposition au Hezbollah est constituée par la communauté sunnite qui représente environ 27% de la population libanaise. Et c’est sur ce creuset - et le million de réfugiés venus de Syrie - que l’Arabie saoudite compte pour tenter de s’opposer aux initiatives de Téhéran. Riyad a un argument de poids : les financements dont le Liban exsangue a un besoin vital... Le Royaume se pose en leader de la reconstruction de Beyrouth entraînant dans son sillage ses alliés traditionnels du Golfe persique.

Enfin, il reste les Frères musulmans qui, comme toujours passent par la Turquie qui fournit les moyens techniques et le Qatar les financements.

 

Il serait injuste de ne pas citer l’initiative du président Emmanuel Macron qui, le premier, s’est précipité au chevet du Liban aujourd’hui dévasté pour tenter que les choses évoluent dans ce qu’il pense être le bon sens. Le geste est noble mais il est trop tôt pour savoir s’il sera suivi d’effets. Lors de la vidéo-conférence des bienfaiteurs avec quinze chefs d’États tenue le 9 août, il a obtenu 250 millions de dollars. Le maire de Beyrouth estime les dégâts entre 3 et 5 milliards de dollars… Mais il reste tout de même la question fondamentale : qu’est venu faire le président français dans cette galère? La France est confrontée à de multiples problèmes économiques, sociaux, idéologiques et le terrorisme vient de se rappeler à son bon souvenir au Niger. Jusqu’à preuve du contraire, il ne semble pas que les assassins soient manipulés par le Hezbollah libanais, ou l’Iran (ni d’ailleurs par Pékin ou Moscou ennemis préférentiels de Washington). Au jour d’aujourd’hui, l’ennemi qui assassine des Français civils, des policiers et des militaires, est constitué de salafistes-jihadistes et des individus et des entités  qui les soutiennent d’une manière ou d’une autre…

 

La vie politique libanaise est extrêmement complexe et les observateurs extérieurs la voient à bout de souffle avec son système alambiqué qui était censé représenter toutes les communautés avec un minimum de justice (pour mémoire, le Président est un chrétien maronite, le président de la Chambre des députés un chiite et le Premier ministre un sunnite). Il faut reconnaître que la corruption généralisée - mais qui existe aussi dans bien d’autres pays du Proche-Orient - a complètement faussé le système en jetant une grande partie des populations désespérées dans la rue. Mais là aussi, il convient de nuancer. La "révolution" médiatisée se passe à Beyrouth mais pas, pour le moment du moins, dans le reste du pays - même si des coups de feu saluant la démission du gouvernement ont été entendus à Tripoli au nord (région tenue par les sunnites et de nombreux salafistes-jihadistes) -. Son avenir semble bien sombre, les seuls éléments compétents étant des expatriés (environ 12 millions dont beaucoup n’ont plus la nationalité libanaise) et personne ne sait quel serait l’accueil qui leur serait réservé s’ils revenaient au pays pour prendre la situation en main… Pour une fois, les "professionnels de la révolution" style "Optor" pilotés par Washington ne semblent pas être présents (jusqu'à plus ample informé). Il n'en reste pas moins que le spectre de la guerre civile a refait son apparition et qu'il ne faudrait pas grand chose pour que le Liban y bascule de nouveau.

 

Téhéran est peut-être en passe de réussir son pari : établir un "croissant chiite" qui s'étend de l'Iran à l'Irak, la Syrie et qui débouche désormais au Liban. C'était le plan du général Qassem Soleimani, le chef de la forces al-Qods des pasdarans tué par les Américains le 3 janvier 2020 qui est en train de se réaliser... C'est à ce demander si la catastrophe du 4 août n’a pas été provoquée intentionnellement. Et même si elle a été accidentelle - comme le démontrent les premières constatations (en raison de l’incurie et de la corruption des responsables à tous les niveaux; plusieurs personnes dont le responsable du port de Beyrouth ont été arrêtées) -, elle a, le premier choc passé, été exploitée à des fins politiques dans la lutte de pouvoir qui fait désormais rage. 

 

Bien sûr, les Israéliens regardent la situation avec soin (mais certainement sans crainte réelle). Ils disent se méfier d’une action que pourrait mener le Hezbollah depuis le Liban contre l’État Hébreu. Il conviendrait qu’ils explicitent leurs propos car, pour beaucoup d’observateurs avertis, le Hezbollah a aujourd’hui d’autres soucis et s’en prendre à Israël ne paraît pas être pour le moment pour lui une solution viable car cela amènerait plus de problèmes que de réponses. Par contre, il est possible qu’Israël envisage une opération de "sécurisation" au Sud-Liban pour se préserver du désordre libanais. Les "zones de sécurité" constituent un concept revenu d'actualité depuis qu'il a été mis en oeuvre par Ankara en Syrie et en Irak du Nord sans que personne ne voit rien à y redire, même si les règles internationales ont été une fois de plus foulées au pied. Ayant le complet soutien de l’administration Trump, c’est peut-être le bon moment pour Israël de passer à l’action pour tenter de peser dans le dossier explosif (mais sans fin) du Liban.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie Esther
- 12/08/2020 - 11:40
atotomoto
je ne vous reponds meme pas car visiblement vous vous etes egare ou vous etes egare
padam
- 12/08/2020 - 10:33
Non, monsieur Rodier
La ridicule et déplacée pantalonnade de notre marionnette de président à Beyrouth n'a rien de "noble".
Elle n'a pu au mieux, à travers sa personne, que contribuer à discréditer encore un peu plus la France dans cette partie du monde...
buridan
- 12/08/2020 - 09:51
Coquille
Ecriture un peu bâclée.
Notamment : "À noter que selon la CIA, les catholiques représentent 45,5% de la population mais ils sont éclatés - pour ne pas dire des adversaires - entre maronites, grecs orthodoxes, grecs catholiques, arméniens, syriaques, etc."
Vous voulez dire les chrétiens...