En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

05.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

06.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

07.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Calendrier électoral
Présidentielle 2022 : EELV décide de repousser la désignation d’un candidat après les régionales
il y a 9 heures 14 min
light > Culture
Icône du théâtre et du cinéma
Mort de l'acteur Michael Lonsdale à l'âge de 89 ans
il y a 11 heures 5 min
pépites > Justice
ENM
Eric Dupond-Moretti propose l'avocate Nathalie Roret pour diriger l'Ecole nationale de la magistrature
il y a 12 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Bananas (&Kings)" de Julie Timmerman au Théâtre de la Reine blanche : une pièce courageuse et engagée, qui nous adresse un avertissement sans frais

il y a 14 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le métier de mourir" de Jean-René Van Der Plaetsen : spécial rentrée littéraire, un avant-poste confiné en territoire hostile. Le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 14 heures 22 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La Chine plus forte que le Covid. La France et les autres, au garde-à-vous

il y a 14 heures 49 min
pépites > Politique
Bérézina
Déroute de la République en Marche au premier tour des élections législatives partielles
il y a 16 heures 13 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 17 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 17 heures 50 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 18 heures 25 min
light > Culture
Bilan inquiétant
Journées du patrimoine : la fréquentation en net recul suite à l'impact de la crise sanitaire
il y a 10 heures 19 min
pépites > Santé
Briser les chaînes de contaminations
Coronavirus : de nouvelles mesures de restrictions vont être appliquées à Lyon
il y a 11 heures 36 min
pépites > Société
Annonces
Emmanuel Macron présentera sa stratégie de lutte contre les "séparatismes" le 2 octobre prochain
il y a 13 heures 39 min
pépites > International
Argent sale
« FinCEN Files » : l'argent sale et les grandes banques mondiales
il y a 14 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Détour" de Luce D'Eramo : survivre et revenir de l’enfer, un témoignage poignant, un livre rare

il y a 14 heures 31 min
pépites > Social
Paradoxe
La Métropole du Grand Paris est marquée par de fortes inégalités sociales qui ont augmenté
il y a 15 heures 9 min
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 16 heures 40 min
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 17 heures 25 min
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 18 heures 20 min
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 18 heures 55 min
© LOIC VENANCE / AFP
champ agriculture local alimentation locavore
© LOIC VENANCE / AFP
champ agriculture local alimentation locavore
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

Publié le 07 août 2020
La crise de la Covid-19 a mis à jour les faiblesses du secteur agricole. D’une nation agricole, la France est devenue dépendante : l’ail vient de Chine, les fraises de Pologne, le porc de Hollande et les tomates du Maroc ou d’Espagne. Même les pommes viennent d’Italie. Temps de remettre la table dans le bon sens ?
Béatrice de Reynal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Béatrice de Reynal est nutritionniste Très gourmande, elle ne jette l'opprobre sur aucun aliment et tente de faire partager ses idées de nutrition inspirante. Elle est par ailleurs l'auteur du blog "MiamMiam".
Voir la bio
Sophie de Reynal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie de Reynal est directrice marketing au sein de NutriMarketing SA, expert innovation pour divers groupes alimentaires, conférencière lors d’événements internationaux, Co-Auteure de l’ouvrage « de l’étiquette à l’assiette : vérités et mensonges sur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La crise de la Covid-19 a mis à jour les faiblesses du secteur agricole. D’une nation agricole, la France est devenue dépendante : l’ail vient de Chine, les fraises de Pologne, le porc de Hollande et les tomates du Maroc ou d’Espagne. Même les pommes viennent d’Italie. Temps de remettre la table dans le bon sens ?

La suspension de certaines exportations ont mis en danger la sécurité alimentaire de certains pays (ex : l’Algérie avec la suspension des exportations Russes). La fermeture des frontières a entraîné une pénurie de main d’œuvre agricole et la perte des récoltes. La fermeture des frontières nationales et régionales, l’isolement ou la mise en quarantaine de régions entières et de grands centres urbains fortement infectés ont perturbé la collecte et le transport des produits agricoles vers les zones de consommation, y compris à l’échelle locale. Sans parler de la responsabilité de l’agriculture intensive et de ses conséquences (déforestation) sur l’émergence de la pandémie.

Par exemple,  couper la forêt amazonienne a obligé les moustiques qui vivaient dans la canopée à d’attaquer aux « sangs chauds » du sol. C’est ainsi que nous avons recrudescence de moustiques curieux aux pathologies inconnues ! Pour la Covid 19, c’est pareil.

Devant tant de faiblesses, de nombreux acteurs, le Président Macron en tête, ont prôné la relocalisation et l’autonomie agricole (9 Français sur 10 y sont favorables). Est-ce possible ? Quelles conséquences ? 

Pourquoi parler d’un « retour » à une alimentation locale ?

Pour parler d’autosuffisance et d’alimentation exclusivement locale, il faudrait sans doute remonter aux temps préhistoriques, car historiquement, nombre de villes se sont implantées non pas sur des zones de production intensive mais sur des ports - maritime ou fluvial - pour importer leur nourriture. Ainsi les villes de la Méditerranée ont été nourries au blé d’Égypte ; celles du Nord de l’Europe au blé d’Ukraine. Les échanges alimentaires entre les continents existent depuis des millénaires et ont résisté aux guerres, famines et pandémies. Nos systèmes alimentaires ont toujours été façonnés par des échanges longues distances.

Qu’entend-t-on par Local ?

Nicolas Bricas, titulaire de la Chaire Unesco Alimentations du Monde a travaillé sur la surface agricole qui serait nécessaire pour nourrir une ville comme Montpellier. Ses recherches ont montré que la surface agricole actuelle de tout le département de l’Hérault pourrait fournir 80 % des besoins alimentaires de l’agglomération si elle lui était exclusivement dédiés (rien pour les autres habitants du département) et si toutes les terres dédiées à la vigne étaient reconverties en zone d’élevage et de culture… ce qui n’est pas envisageable.

L’idée de relocalisation et d’autosuffisance doit donc s’entendre à minima au niveau national, voir européen.

Le Local est-il plus durable ?

En France, le coût de transport des aliments représente moins de 14 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) alors que la production agricole pèse pour les deux tiers environ. En outre, une production peut être locale mais fortement émettrice de GES, par exemple en culture sous serre chauffée.

Ainsi, plus que la localisation, ce sont les pratiques agricoles qui pèsent le plus sur l’environnement et notamment l’agriculture intensive qui épuise nombre de ressources non renouvelables, érode la biodiversité, sature et pollue les milieux. Elle conduit à des désordres liés aux polluants chimiques (les perturbateurs endocriniens) et pose la question de la répartition de la valeur, des conditions de travail et d’accès aux marchés, du déséquilibre Nord/Sud et de l’accès pour tous à une alimentation de qualité.

Pourquoi relocaliser ?

Si une autonomie alimentaire totale semble utopiste (et même non souhaitable pour des questions de dimension identitaire, de repli sur soi et de rejet de l’altérité) à l’échelle locale, régionale, voir nationale, cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas des changements à adopter pour réduire notre dépendance alimentaire.

Par exemple l’Europe importe une grande partie de protéines de soja, de pois ou de fève parce que seulement 2 à 3 % de la SAU[1] leur sont consacrés. Le soja OGM sud-américain destiné à l’alimentation du bétail représente 4/5 de ces importations. Or le soja, le pois et les fèves poussent facilement sous nos climats, il serait simple de devenir autosuffisant dans ce domaine.

S’il y a un intérêt à mieux reconnecter offre et demande localement au travers d’engagement entre villes et campagnes, c’est au niveau européen, et notamment par la PAC ou via la démarche européenne Farm to Fork de l’EFSA que les choses doivent se décider. En effet, les initiatives à petite échelle qui se multiplient sans concertation, pour autant vertueuses qu’elles soient, ne seront pas en capacité de faire évoluer le système suffisamment rapidement. Or il y a urgence à accélérer la transition agroécologique pour sauver la biodiversité et lutter contre les changements climatiques.

Conclusion

Au-delà des questions d’autosuffisance alimentaire en temps de Covid, la relocalisation de l’alimentation soulève des enjeux bien plus importants liés aux questions environnementales mais aussi à l’accessibilité à une alimentation de qualité pour tous.

Le locavorisme militant tel qu’on l’a connu au début des années 2000 doit faire place à de vraies politiques pour accompagner la transition alimentaire, pour le bien-être nutritionnel pour tous et pour chacun.

Sophie et Béatrice de Reynal

Source : https://www.agrobiosciences.org/territoires/article/le-tout-local-est-il-un-piege#.XyGbqRMzbxt


[1] SAU : surface agricole utile

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
SD..
- 07/08/2020 - 19:10
Suite
On constate même aujourd’hui que les sols ont tendance à s’épuiser en bio par rapport au conventionnel, car les croyances en bio font que certains pensent que la terre va les nourrir indéfiniment et ne font pas d’apport et vident le sol de sa matière organique.
SD..
- 07/08/2020 - 19:05
Épuisement des sols: je m’inscris en faux!!
Concernant l’épuisement des sols, étant sur un sujet que je maîtrise, je peux vous assurer que c’est absolument faux. Concrètement un sol épuisé est un sol dont la matière organique (MO) est proche de zéro, en un mot : du sable.
Or dans les terres agricoles en Normandie, les taux de MO montent et la vie microbienne des sols est bien présente. Les vers de terre contrairement aussi à la rumeur sont toujours là, même en non bio.
La minéralisation (Transformation de l’humus en azote) se fait parfaitement, au point que cet apport d’azote est pris en compte dans les calculs de besoin en engrais. Les intercultures ( plantes comme la moutarde, semées fin août et qui couvrent les sols jusqu’au semis d’une culture de printemps) retiennent cet azote minéralisé et le restitue à la culture suivante.
Cultiver en bio ne veut pas dire ne pas mettre d’engrais, mais signifie ne pas mettre d’engrais de synthèse. Par exemple, en bio, on ne met pas d’azote capté dans l’air par un procédé chimique, mais on met des fumiers ou des boues de stations d’épuration. En fait, pour le bio, juste l’origine des engrais change, mais pas le raisonnement technique.
SD..
- 07/08/2020 - 18:41
Ganesha
Comme d’hab, monsieur Ganesha commence par insulter les autres et nous rappeler une fois de plus qu’il est le meilleur!
Taper « 75% » dans le moteur de recherche atlantico et vous trouverez un article qui décrit parfaitement ce monsieur !!!