En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

04.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

05.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

06.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 10 heures 42 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 11 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 14 heures 19 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 14 heures 31 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 15 heures 31 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 16 heures 37 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 17 heures 58 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 18 heures 20 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 18 heures 23 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 18 heures 23 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 11 heures 14 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 12 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 14 heures 23 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 15 heures 3 sec
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 16 heures 13 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 17 heures 27 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 18 heures 5 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 18 heures 20 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 18 heures 23 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 18 heures 23 min
© TF1 / AFP
© TF1 / AFP
Spirale destructrice

Le problème Sauvage

Publié le 31 juillet 2020
Emmanuel Macron et de nombreux responsables politiques ont rendu hommage à Jacqueline Sauvage cette semaine suite à l'annonce de son décès. En faire un symbole de lutte contre les violences conjugales a-t-il un sens réel ? Les politiques ne sombrent-ils pas dans une spirale destructrice lorsqu'ils cèdent à la pression du commentaire permanent ?
Julia Courvoisier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julia Courvoisier est avocate pénaliste au Barreau de Paris. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron et de nombreux responsables politiques ont rendu hommage à Jacqueline Sauvage cette semaine suite à l'annonce de son décès. En faire un symbole de lutte contre les violences conjugales a-t-il un sens réel ? Les politiques ne sombrent-ils pas dans une spirale destructrice lorsqu'ils cèdent à la pression du commentaire permanent ?

Atlantico.fr : Emmanuel Macron et un grand nombre de responsables politiques ont publié des tweets rendant hommage à Jacqueline Sauvage. En faire un symbole de lutte contre les violences conjugales a-t-il un sens réel ? L'émotion prend-elle le pas sur la raison ? 

Julia Courvoisier : Il est évident qu’aujourd’hui, le sensationnel fait recette en politique. Les faits divers judiciaires ont envahi nos chaînes d’info et nos journaux, ce qui pose un réel problème, à mon sens, pour la bonne administration de la justice. 

Le cas de Mme Sauvage a interrogé et interroge toujours. L’hommage du Président Macron me pose souci.

Un préalable doit cependant être rappelé : cette femme a vécu avec un monstre, ses enfants ont vécu l’enfer. Mais sa seule porte de sortie a été de tuer son mari, de sang froid, de 3 coups de fusil dans le dos, après avoir fait une sieste. 

La légitime défense ne pouvait pas être retenue par la cour d’assises. D’ailleurs, deux cours d’assises composées de magistrats et de jurés populaires l’ont lourdement condamnée à 10 ans de prison. C’est pas rien ! Elle aurait pu être condamnée à du sursis ou à une moindre peine mais non. Les personnes ayant eu accès au dossier, l’ayant entendue au cours de 2 procès ont estimé qu’elle s’était vengée. 

Les arguments de défense de Madame Sauvage n’ont pas été retenus, et ses propos n’ont jamais été prouvés. Madame Sauvage n’est pas un symbole des violences conjugales  : elle a été accusée d’avoir tué son mari. Elle n’a même pas protégé ses enfants..  Sa seule bataille a été de se défendre de ces accusations pour obtenir une peine pénale prenant en compte sa vie et sa personnalité. Comme de très nombreux accusés tous les jours ! 

L’émotion prend évidemment une place aujourd’hui bien trop importante dans le traitement de ces affaires judiciaires : tout le monde commente, chronique, donne son avis sur un dossier dont il ne connaît que des bribes publiées par les journalistes. 

Parler de la présomption d’innocence, dire que Madame Sauvage a tué son mari de sang froid car elle ne supportait plus ce qu’elle vivait et qu’elle aurait du choisir une autre voie que la vengeance n’est plus acceptable et c’est bien dommage.. 

Madame Sauvage n’est pas un modèle de lutte contre les violences faites aux femmes : elle n’a jamais été engagée dans le moindre mouvement, ni association. Elle s’est défendue, comme n’importe quel accusé. En faire un symbole n’a donc aucun sens. 

Les politiques s'entraînent-ils vers une spirale destructrice lorsqu'ils cèdent à la pression du commentaire permanent ? 

Bien sûr, et cette dérive du commentaire judiciaire permanent est inquiétante. 

D’abord car il n’appartient pas aux politiques, encore plus aux ministres, de réclamer des sanctions. La justice doit rester indépendante. Si elle ne l’est plus, c’est donc le pouvoir en place qui nous jugera  .. Et ce n’est plus un état de droit ! 

En outre, les politiques se servent de ces faits divers à des fins électorales et cela n’est pas honnête. 

C’est également irrespectueux pour les victimes.

Pire même car cela pourrait venir remettre en cause le principe de l’indépendance des juges : les magistrats qui jugent au final ces dossiers, doivent pouvoir sanctionner les coupables non pas en fonction de l’opinion publique qui ne connaît pas les pièces de l’enquête, mais en fonction d’un Dossier précis, de la vie du prévenu, de son passé judiciaire et des raisons qui l’ont conduit à commettre des faits répréhensibles. 

Par exemple, un voleur de tablette de chocolat qui vole pour manger ne sera pas puni de la même manière que celui qui a volé toutes les économies d’une vielle dame. Et c’est bien normal ! Et pourtant, tous les deux risquent la même chose. 

Il faut laisser la justice faire son travail. Il faut laisser la défense se défendre et mettre du contradictoire dans les affaires. 

La justice ne doit pas se faire par des commentaires incessants des politiques sur les plateaux télé. Sauf à ce qu’un jour, la justice disparaisse. 

Plutôt que de célébrer des personnes luttant activement pour des causes on met en avant une femme qui a tué son mari comme héroïne. Quelle sont les racines et conséquences d'une telle maladie politique ?  

Ces causes sont multiples .. 

J’en retiendrai trois principales. 

D’abord, les femmes de ma génération ne veulent plus supporter ce que leurs mères et leurs grands mères ont subi. Les femmes veulent être traitées au même niveau que les hommes et personne ne pourra le contester. Il est évident que les mentalités ne changent pas assez rapidement sur ces questions, et cela crée de la violence. L’on peut donc aujourd’hui comprendre Madame Sauvage mais on ne peut pas accepter la vengeance. On ne peut pas tuer... 

Ensuite, les français ont besoin de justice. Cela se sent, cela se voit. Ils veulent une justice équitable, transparente, rapide et efficace. Et aujourd’hui, nous sommes bien loin de remplir ces critères, par manque de moyens et manque d’une vision claire. 

La justice, on en parle mais on n’agit pas.

Enfin, les réseaux sociaux ont modifié en profondeur les rapports entre les gens. Des infos en continu, en direct, commentées, recommentées.. Toutes les émissions d’infos sont aujourd’hui des « débats » entre chroniqueurs, diffusées en direct sur les réseaux sociaux. Tout et n’importe quoi est dit, dans l’immédiat, dans l’instantané. C’est l’émotion, le vif, le feu. Mais la justice ne peut pas se rendre comme ça ! 

L’instantané conduit à la vengeance. 

Le temps conduit à la justice. 

Et puis il faut dire aux gens ce qu’ils ont envie d’entendre.. Les politiques l’ont bien compris. 

Ces dérives sont très alarmantes pour l’avocate que je suis, car si la justice ne prend plus le temps d’enquêter, d’entendre, de confronter, alors c’est la rue qui juge. Et lorsque la rue juge, c’est la fin d’une justice équitable respectant nos libertés fondamentales. Pire, c’est notre système de droit tout entier qui est en péril. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 01/08/2020 - 16:04
La mère Courvoisier devrait se renseigner, c'est son métier
En effet, Didou33, elle semble avoir eu, toute jeune, la cervelle imprégnée des insertions calomnieuses répandues par des chipies professionnelles. Je m'étendrais davantage si je ne "violais" des vies privées. Je ne mords pas par paranoïa mais par indignation révoltée. La vie a voulu que je ne sois élevé que par des femmes. Mon épouse a 5 sœurs, j'ai des belles-sœurs, elle aussi... J'ai déjà de la matière. En souvenir de nos chers parents et grands-parents qui ont eu une vie simple, digne et silencieuse, j'invite, comme je le fais souvent, cette avocate à chanter « Mon Vieux », écrit par une femme (une femme repentie ?)
evgueniesokolof
- 01/08/2020 - 00:01
mais Ganesha
tu délires completement: le plus fréquemment les gens sont atteints de troubles de la personnalité: les plus graves sont les pervers narcissiques mais il y a des obsessionnels, des histrioniques, des asociaux ( comme moi)....pas de quoi fouetter la chatte de mademoiselle Martin
evgueniesokolof
- 31/07/2020 - 23:57
Pour une fois que je suis d'accord avec Didou
Oui....le fonctionnement des couples n'était guère différent d'aujourd'hui....C'est ma grand mère maternelle qui"portait la culotte" selon l'expression consacrée et cette situation n'était pas si rare! Quand elle a pris sa retraite elle avait un couple voisin: un brave homme et une femme sadique qui offrait pour Noel un fouet à ses enfants