En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

05.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

06.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

07.

Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 7 heures 4 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 8 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 9 heures 6 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 10 heures 37 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 12 heures 1 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 13 heures 59 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 14 heures 35 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 15 heures 23 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 16 heures 44 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 17 heures 8 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 7 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 8 heures 44 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 10 heures 8 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 11 heures 25 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 13 heures 43 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 14 heures 24 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 14 heures 44 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 16 heures 7 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 17 heures 3 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 17 heures 12 min
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
projet ITER nucléaire industrie Saint-Paul-les-Durance
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
projet ITER nucléaire industrie Saint-Paul-les-Durance
Pensées magiques

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

Publié le 30 juillet 2020
Considéré comme le projet énergétique le plus ambitieux au monde, l’organisation Greenpeace critique le projet ITER, qui promet pourtant une énergie non polluante, décarbonée et pratiquement sans déchet.
Alexis Quentin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexis Quentin est docteur en physique et ingénieur dans l'industrie nucléaire. Membre de l'association les voix du nucléaire.
Voir la bio
Ferghane Azihari
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ferghane Azihari est journaliste et analyste indépendant spécialisé dans les politiques publiques. Il est membre du réseau European students for Liberty et Young Voices, et collabore régulièrement avec divers médias et think tanks libéraux français et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Considéré comme le projet énergétique le plus ambitieux au monde, l’organisation Greenpeace critique le projet ITER, qui promet pourtant une énergie non polluante, décarbonée et pratiquement sans déchet.

Atlantico.fr : Depuis plusieurs décennies maintenant, des scientifiques tentent de maîtriser la fusion nucléaire, une énergie propre, et surtout renouvelable. Que pensez-vous de ce projet ? 

Alexis Quentin : Iter est un réacteur de recherche. Le E signifie d'ailleurs "Experimental". Il s'agit d'un projet collaboratif international, réunissant plus d'une trentaine de pays. Il faut se souvenir qu'à l'origine de ce projet, il y a le souhait de M. Gorbachev d'avoir un grand projet international capable de faire coopérer les peuples entre eux dans une optique de paix, pour aider à mettre fin à la guerre froide. C'est là le point de départ d'Iter. 

La fusion nucléaire est le principe qu'utilise le soleil pour générer son énergie, et par là même la vie sur Terre. C'est un vieux rêve de l'humanité que d'essayer de réussir à produire notre énergie de la même manière, et on ne pourra pas y arriver si on n'essaie pas, si on ne réalise pas de recherches la dessus. Ce projet, si on veut réussir à maîtriser cette technologie, est donc primordial. 

En outre, si jamais on arrive à produire de l'électricité via la fusion, cela résoudra pas mal des inconvénients de l'énergie nucléaire actuelle : pas d'accidents comme ceux de Tchernobyl ou Fukushima, pas de déchets de hautes activités, des réserves de combustibles pour des milliers d'annees, et aucune prolifération possible. 

Ferghane Azihari : L'idéal derrière Iter devrait enthousiasmer tous ceux qui ont les intérêts de l'humanité à coeur. Il explore les possibilités d'une énergie illimitée et beaucoup plus propre. A l'heure où le réchauffement climatique et les craintes malthusiennes récurrentes - quoique fantasmées - sur les pénuries de ressources à court terme rythment le débat public, l'espoir d'une énergie illimitée devrait fédérer tout le monde. D'ailleurs, on constate que ce projet est transpartisan et transnational. Peut-il aboutir ? Je n'en sais rien. Personne ne le sait en vérité. Les plus optimistes tablent sur des résultats probants d'ici quelques décennies. Les plus pessimistes crient à la chimère. N'étant pas un spécialiste du nucléaire, je n'en sais rien et ne m'avancerai pas là-dessus. Toutefois, comme beaucoup de spécialistes et de profanes, je me dis que le pari doit être tenté. En revanche, plusieurs questions légitimes se posent : faut-il engager les deniers d'autrui sur un projet aussi incertain ? Qui est légitime à effectuer l'arbitrage entre l'incertitude de la fusion et la certitude de la fission ? Dans un monde idéal, ce projet serait financé par un consortium d'entreprises, d'investisseurs et de mécènes privés, pour ne pas risquer les ressources du contribuable en allant contre son consentement. L'aversion au risque étant subjective, la décision de participer ou non à ce projet devrait être plus décentralisée.

Dans un tweet, Greenpeace a affirmé que le projet ITER n'était pas la solution pour répondre à l'urgence climatique. En quoi cela va à l'encontre de la recherche et du développement selon vous ? 

Alexis Quentin : Parce que justement Iter est un projet de R&D. Il n'a pas vocation à produire de l'électricité mais à montrer la faisabilité technique de certains éléments nécessaires à la production d'électricité par fusion. Ce seront ses successeurs, notamment DEMO qui doit voir le jour dans la seconde moitié de ce siècle, qui seront chargés de montrer la faisabilité industrielle de la production d'électricité par fusion nucléaire. 

Quand à l'urgence climatique et au fait que l'argent serait mieux utilisé ailleurs, quelques chiffres. La contribution de la France sur la totalité du projet sera de l'ordre de 1,5 milliards d'euros, le tout sur 30 ans. A titre de comparaison, le soutien public aux énergies renouvelables, c'est de l'ordre de 5 milliards d'euros chaque année. 

Iter pris seul n'est pas une solution au changement climatique, mais c'est une pierre nécessaire pour avoir à l'avenir un moyen de production d'électricité sûr, abondant, et sans émissions de gaz à effet de serre. 

Ne pas vouloir travailler dans ce sens, c'est refuser le progrès, c'est refuser d'avoir de nouvelles connaissances, c'est refuser d'évoluer comme l'être humain le fait depuis ses débuts. 

Si on prend ce raisonnement, on ne construirait pas non plus le LHC au Cern, ni le VLT au Chili. En fait, on ne construirait plus de grosses infrastructures de recherche. 

Ferghane Azihari : L'innovation est par nature imprévisible. Elle nécessite une prise de risque pour obtenir des résultats qui, au début, sont tout à fait incertains. Etrangement, les écologistes - dont Greenpeace fait partie - n'ont aucun problème à assumer une part d'incertitude en promouvant les énergies renouvelables. Après tout, leur crédibilité dépend aussi de ruptures technologiques incertaines, notamment dans le stockage de l'électricité. Je remarque néanmoins que, pour les écologistes, le pari en faveur d'énergies intermittentes et voraces en matière d'espace est plus respectable que celui en faveur d'une énergie illimitée. On ne peut pas comprendre cette dissonance si on ne la met pas en lien avec la haine de la modernité technicienne qui caractérise le mouvement écologiste depuis son émergence dans la seconde moitié du XXe siècle. L'écologie politique se définit moins par une préoccupation pour l'environnement (qui a toujours accompagné les civilisations) que par l'attitude à l'égard des solutions que nous devrions mobiliser. Pendant longtemps, l'humanité a placé sa confiance, voire, pourrait-on dire, sa foi, dans le progrès des arts, des sciences et des techniques. Pour les écologistes, qui s'inscrivent dans une filiation rousseauiste, le progrès des techniques est un péché. De fait, beaucoup d'écologistes admettent la possibilité que l'innovation puisse assurer la pérennité de la civilisation industrielle. En 1975, l'écologiste Paul Ehrlich écrivait que donner à l'humanité une énergie illimitée serait moralement irresponsable. L'innovation salvatrice n'est donc plus reléguée au rang des chimères inaccessibles. Elle est redoutée. Derrière la peur du progrès se cache la haine de la condition bourgeoise, de la figure cartésienne de l'homme maître et possesseur de la nature, et in fine, le vieux ressentiment anticapitaliste qui refuse à l'humanité le droit d'améliorer perpétuellement son confort et sa prospérité.

Pourquoi, au contraire, la fusion nucléaire pourrait être une avancée évidente pour le monde scientifique  et la planète ? 

Alexis Quentin : Comme expliqué dans une des réponses précédentes, elle permettrait d'avoir une production d'électricité sûre, abondante, non proliferate (et donc messagère de paix) et sans émissions de CO2. Elle n'interviendrait pas assez vite pour régler le problème des 2 degrés de réchauffement global, mais serait pour après une grande avancée. 

Ferghane Azihari : Je ne maîtrise pas tous les tenants et les aboutissants scientifiques d'un tel projet. En revanche, sur le plan industriel, l'hypothèse d'une énergie illimitée et peu polluante est passionnante. Si cela devait aboutir, le nucléaire pourrait devenir la pierre philosophale de l'humanité. Nous pourrions accélérer le combat contre la pauvreté, et ceci d'une manière universelle. Alimenter de puissantes technologies de dépollution de l'environnement. Nous pourrions favoriser l'expansion spatiale de l'humanité. Nous pourrions imaginer les choses les plus ambitieuses en fonction de la créativité des uns et des autres au service de la prospérité de notre espèce. Oui, l'abondance est un objectif noble. C'est la raison d'être de nos sociétés et de nos civilisations. Sachons retrouver la confiance dans notre ingéniosité au service d'un monde meilleur. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jmbx
- 02/08/2020 - 10:25
surpopulation
tout a fait d'accord pour trouver de nouvelles solution energetiques comme Iter. Par contre je suis toujours etonné de lire certaines certitudes telles que la surpopulation par exemple.
Si je voulais dire qu'il y a une surpopulation je ferai un film montrant new york ou certaines villes chinoises a l'heure de pointe et des autoroutes saturées. Mais si je voulais prouver le contraire, je dirais : montez dans un avion et dites moi ce que vous voyez : des etendues vides a perte de vue, beaucoup plus nombreuses en superficie que les quelques villes , mais sans prendre l'avion, il suffit en voiture de sortir d'une ville et voir qu'il reste de la place... Oui mais les ressources me direz vous, pour nourrir et faire fonctionner ce monde avec X milliards d'individus, pour l'energie, c'est en train de s'organiser, pour la bouffe, il y a beaucoup de terres non utilisées, et la recherche genetique doit pouvoir nous aider pour la production, quand on dit il y a moins de poissons, on se demande comment on le sait... a moins d'avoir une vision globale instantanée de toutes les eaux du globe , pendant le confinement en l'espace de quelques mois la nature "reprenait ses droits"
moneo
- 31/07/2020 - 16:24
la force des verts
je lis sur un commentaire "vu le réchauffement climatique, nous risquons d'être merghezifiés avant." ça c'est une affirmation verte qui suppose que toutes le théories vertes du réchauffement catastrophique causées par le co2 de l homme soient exactes; je rappelle simplement que toutes le théorise émises depuis les années 70 se sont révélèe s fausses... . la glaciation nous attendait , la Terre ne pourrait nourrir 4 milliards d'habitants ;il n' y aurait plus de pétrole avant l a fin 2000 ,ni de gaz etc etc;. ce qui est en jeu pour green pisse c'est de continuer à bénéficier d un statut mondial ,honorifique, mais pas que ....Toutes ces associations annonçant la fin du monde à un horizon non vérifiable, la plupart du temps ,à échelle des contemporains, sont financées par des miliardaires qui ont noyaute les organisations internationales et la plupart des gouvernements . Il est clair que le prétexte est le sauvetage de la planète et la realité les milliards d profits pour les initiés? Iter c'est l 'éventualité de remettre en cause le fonds de commerce associatif..donc ITER c'est pas bien
tatouzou
- 31/07/2020 - 14:44
Les verts n'aiment pas le progrès. ...
Napoléon III aurait dit "mon programme, c'est le socialisme plus l'électricité ".
Le programme de nos écologistes c'est le socialisme moins l'électricité !