En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 12 heures 24 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 13 heures 8 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 15 heures 36 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 16 heures 20 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 17 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 18 heures 27 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 18 heures 50 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 19 heures 2 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 19 heures 25 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 19 heures 43 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 12 heures 49 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 14 heures 18 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 15 heures 51 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 16 heures 48 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 17 heures 46 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 18 heures 43 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 18 heures 56 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 19 heures 17 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 19 heures 35 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 19 heures 47 min
© STEPHANIE LECOCQ / POOL / AFP
Emmanuel Macron Mark Rutte Charles Michel Ursula von der Leyen plan de relance européen
© STEPHANIE LECOCQ / POOL / AFP
Emmanuel Macron Mark Rutte Charles Michel Ursula von der Leyen plan de relance européen
Plus c’est gros, plus ça passe

Un accord européen qui ne coûtera rien au contribuable français ? Voilà les raisons pour lesquelles vous pouvez ne PAS y croire

Publié le 23 juillet 2020
Mathieu Mucherie revient sur le plan de relance européen et sur la question de son financement. Thierry Breton a notamment affirmé cette semaine que ce plan "ne sera pas payé par les Européens".
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie revient sur le plan de relance européen et sur la question de son financement. Thierry Breton a notamment affirmé cette semaine que ce plan "ne sera pas payé par les Européens".

Thierry Breton, mardi matin sur France info (devant deux journalistes imbéciles qui n’ont pas relevé et sont aussitôt passé à autre chose) : je cite : « Le plan de relance européen ne sera pas payé par les Européens ». 

Ahh.

Si le plan de relance européen (le gloubi-boulga de 750 milliards qui agrège des prêts et des transferts) n’est pas payé par des Européens, ceux d’aujourd’hui ou leurs enfants, alors il devra en toute logique être payé par des Africains, ou des Américains, ou des Asiatiques. J’écarte en effet les Océaniens et les habitants des pôles, qui ne m’ont pas l’air d’être assez nombreux. J’écarte aussi les extraterrestres, une base fiscale trop incertaine tant qu’on ne connait ni leur degré de consentement à l’impôt européen, ni le taux de changes de leur monnaie avec l’euro. J’écarte également les GAFA (le soir même, celui qui a nommé Thierry Breton à son poste suggérait que la facture serait envoyée aux… « géants du numérique » !!) car ce n’est pas juridiquement fondé : encore très récemment, l’amende de 13 milliards contre Apple en Irlande, dont nos officiels et nos médias se gargarisaient depuis des années, a été éliminée en appel. De toute façon, il y a comme un problème d’ordre de grandeur (on parle de 750 milliards), sans compter que la justification économique serait un peu mince, cependant que nous n’aimerions pas que les prochains plans de relance américains ou chinois soient payés par LVMH, Airbus, Peugeot ou autre. 

Mais examinons tout cela plus en détail :

Hypothèse n°1 : les Africains payent le plan de relance européen : 

Ce ne serait pas très charitable, et guère cohérent au moment où on fait semblant de s’organiser pour annuler leurs dettes (comme chacun sait de l’Elysée au Vatican, il faut annuler la dette des satrapies africaines, mais ne surtout pas demander à la BCE d’annuler les dettes européennes qui sont déjà dans son bilan, ou d’aider les Européens les plus endettés à 12%/an dans des crédits revolving dans un monde de taux nuls).

Hypothèse n°2 : les Asiatiques payent le plan de relance européen : 

Dans l’esprit enfantin de Thierry Breton, j’imagine que cela se ferait par le tarif extérieur commun, c'est-à-dire le protectionnisme à l’entrée du marché européen. Sauf que dans le monde réel ce n’est pas possible : quand on crée un impôt sur les vaches, ce ne sont pas les vaches qui payent l’impôt. Quand on crée une taxe sur un produit coréen ou vietnamien, ce n’est pas le produit qui va payer, c’est le consommateur européen (une application récente nous a été fournie par Trump, dont la fameuse taxation des « produits chinois a été payée par le consommateur américain, comme il est dit dans les manuels de 1ère année d’économie ; et dans un article récent : dans le numéro d'automne 2019 du Journal of Economic Perspectives. Les auteurs Mary Amiti, Stephen Redding et David Weinstein ont constaté que la quasi-totalité des droits de douane de 2018 ont été répercutés sur les importateurs et les consommateurs par le biais de prix plus élevés. En 2019, les droits de douane à l'importation coûtaient aux consommateurs et aux entreprises américaines qui achetaient des produits étrangers 3,2 milliards de dollars par mois en taxes supplémentaires et 1,4 milliard en pertes commerciales. Les prix des produits soumis à des droits de douane ont bondi de 5 à 25%. Étant donné que les droits de douane en 2018 se situaient entre 10 et 30%, cela indique que la plupart des droits de douane ont été répercutés sur les consommateurs et les importateurs américains. Les auteurs ont également montré que l'impact des droits de douane de 2018 n'était pas limité aux changements de prix. Ils ont réduit la variété des produits pour les consommateurs et probablement pesé sur les chaînes d'approvisionnement mondiales. Et il n’est pas possible que nos officiels si compétents et si gentils financent leur méga-plan historique de solidarité via une pénalisation des classes moyennes européennes au moment même où la question du pouvoir d’achat devient très sensible, le tout en mentant effrontément à toute la population comme une vulgaire Buzyn sur la vraie nature de la taxation : ce serait trop horrible. 

Hypothèse n°3 : les américains payent le plan de relance européen : 

Soit par des taxes protectionnistes, mais alors il faudra expliquer l’intérêt de voter Macron plutôt que Le Pen en 2017, et expliquer pourquoi nous avons critiqué Trump pendant 4 ans pour 250 milliards de taxes « anti-chinoises » avant de faire trois fois pire. Soit par les fameuses GAFA trop riches pour être honnêtes, sauf que ce n’est ni légal, ni judicieux, ni possible en toute impunité, ni au niveau. Mêmes remarques que précédemment sur ceux qui vont vraiment payer, au final, dans le monde réel : des consommateurs bien de chez nous.

Mais admettons que l’on tente de raser gratis. 

Sans passer par les méthodes péronistes ou macronistes (protectionnisme, défaut sur la dette). Comment pourrions-nous faire pour que le plan européen ne soit pas payé par les Européens, ce qui ressemble un peu à la quadrature du cercle ? 

Il y aurait bien une solution, mais ne comptez pas sur Breton ou sur Macron pour en parler : ils préféreraient passer pour des protectionnistes nazis ou communistes plutôt que d’envisager la voie monétaire toute simple qui va suivre :

a/ Vous faites des déficits, des dettes de 750 milliards (c’est bien le plan européen),

b/ Vous faites en sorte que la BCE achète ces titres de dette sur le marché secondaire (c’est ce qu’elle fait au fil de l’eau depuis 2015 avec les QE, son bilan a enflé de plus de 4000 milliards d’euros),

c/ Là, subitement, petite innovation : au détour de la page 314 alinéa 2 de sa publication mensuelle que personne ne regarde, on apprend qu’une partie de ses titres sont remis, annulés. Ils sont déjà affectés d’un taux d’intérêt faible, et les revenus réalisés par la BCE sur son stock d’actifs sont déjà reversés aux trésors nationaux chaque année : mais, là, étape supplémentaire, ils annulent, ils rayent ces lignes d’un trait, 

d/ Fin de l’histoire. Personne n’a été lésé. Ces dettes ne pèsent plus sur le système, sur les ratios, sur nos enfants, sur l’ambiance. Les marchés financiers ont acheté ces titres à l’émission et ont été rémunérés, ils ne subissent aucun risque et aucun défaut ; les banques se portent bien. La BCE peut fonctionner avec un bilan déséquilibré pendant des décennies (ce n’est pas une firme soumise à une comptabilité privée…), elle ne peut pas faire faillite, en tous les cas pas pour 750 pauvres milliards (c’est à peine plus que ce que sa filiale allemande a couvert il y a une décennie dans le cadre de structures de défaisance obscures pour éteindre le feu des créances douteuses de ses banques régionales gorgées de subprimes…).   

Vous me répondrez qu’il s’agit là d’une sorte de taxe inflationniste, hypocrite et régressive, potentiellement exponentielle ou pousse-au-crime, que les européens payeront tôt ou tard : il y a trois ou quatre décennies, je vous aurais soutenu, sauf qu’il n’y a rien là d’évident de nos jours, car les anticipations d’inflation sont tellement désancrées vers le bas qu’il faudrait vraiment des choses perçues comme fantastiquement hétérodoxes pour se retrouver avec un changement des comportements, des boucles prix-salaires, etc. Dis autrement : de nos jours les banques centrales sont si crédibles qu’elles peuvent faire (presque) n’importe quoi, quand la moindre peccadille pro-inflation se payait cash dans les années 70. A fortiori depuis la grave crise déflationniste du Covid. 
    
Si cette solution ne passe pas, ce n’est pas en raison de ses dangers potentiels : c’est en raison du refus corporatiste du banquier central, qui craint à terme pour sa sacro-sainte indépendance, et qui a des moyens institutionnels très lourds pour la défendre. Donc on ne rasera pas gratis. Donc le plan de relance européen sera payé par les Européens : nous contribuables, et nos enfants jusqu’en 2058, et à la marge les consommateurs européens des prochaines années au travers du tarif extérieur commun. Donc Thierry Breton a menti, et il ne lui reste plus qu’à démissionner. Après tout, ses indemnités de départ ne seront pas payées par le contribuable européen.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 24/07/2020 - 17:26
Pauvre Thierry Breton!
Entre un gentil mensonge fait à des gens qui sont payés pour le diffuser et la nécessité morale de dire la vérité, que pouvait-il choisir?
ajm
- 24/07/2020 - 08:21
Les banques centrales membres de la BCE
ES : Je faisais allusion simplement au fait que la puissance de la BCE, sa force et son prestige sur les marchés reposent sur ses membres, au premier rang duquel se trouve la Bundesbank qui est, compte tenu de la force intrinsèque de son économie sous-jacente, la pierre angulaire de tout le système et le garant principal en dernier ressort pour les marchés et les investisseurs, même si juridiquement chaque banque centrale ne s'engage normalement qu'à hauteur de ses engagements vis à vis de la BCE : à creuser car c'est un écheveau très compliqué, avec notamment le cas de Target qui centralise les transferts entre les membres de la BCE avec des encours débiteurs ou créditeurs qui peuvent grossir sans apurement regulier ( par exemple la Banque d'Italie a un solde débiteur de plusieurs de 600 ou 700 milliards ).
evgueniesokolof
- 23/07/2020 - 22:37
AJM
Juste une question: je ne comprends pas la dernière phrase....La BCE n'a pas besoin d'une garantie de la BB...Je me trompe ? Si la BB n'était pas d'accord, cla signifie que l'Allemagne quitte la zone euro non ?