En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

03.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

04.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

05.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

04.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

05.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 1 heure 11 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 1 heure 26 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 1 heure 41 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 1 heure 55 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 2 heures 33 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 2 heures 37 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Economie
Phénoménale dette

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

il y a 2 heures 42 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 16 heures 31 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 17 heures 28 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 1 heure 18 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 1 heure 29 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 1 heure 51 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 2 heures 29 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 2 heures 36 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 2 heures 40 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 15 heures 33 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 17 heures 6 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 19 heures 23 min
© Francisco Seco / POOL / AFP
© Francisco Seco / POOL / AFP
Intenses négociations

Bras de fer au Conseil européen : l’égoïsme des frugaux n’explique pas tout

Publié le 20 juillet 2020
Des tractations étaient toujours en cours dans la nuit de dimanche à lundi entre les dirigeants européens pour tenter de parvenir à un compromis sur un plan de relance. Les points de dissension sont nombreux. Le sommet reprendra ce lundi à 16 heures. "L'égoïsme" supposé du "bloc des frugaux" est loin d'expliquer les difficultés rencontrées pour obtenir un accord.
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des tractations étaient toujours en cours dans la nuit de dimanche à lundi entre les dirigeants européens pour tenter de parvenir à un compromis sur un plan de relance. Les points de dissension sont nombreux. Le sommet reprendra ce lundi à 16 heures. "L'égoïsme" supposé du "bloc des frugaux" est loin d'expliquer les difficultés rencontrées pour obtenir un accord.

Atlantico.fr : Les vingt-sept se retrouvaient ce weekend pour tenter de trouver un accord sur un plan de relance. Les négociations sont particulièrement compliquées, faisant de ce sommet le plus long depuis celui de Nice en 2000. Mark Rutte, le Premier ministre néerlandais, est accusé de bloquer les négociations. Est-il le seul responsable ? Quels sont vraiment les rapports de force lors de ce conseil ?

Christophe de Voogd : Avec la prolongation des négociations ce lundi le record de Nice est largement battu. Sauf erreur, on est dans le timing des négociations de jadis sur la politique agricole commune, mais cette fois au niveau des chefs d’Etat et de gouvernements. En soi, cette durée inhabituelle n’est pas mauvais signe, car elle montre au moins que personne n’ose prendre l’initiative de la rupture et que les « participants autour de la Table », comme l’explique l’historien néerlandais Luuk van Middelaar dans Quand l’Europe improvise (Gallimard) éprouvent bien une responsabilité commune. 

Ceci dit, un tel marathon montre que les positions n’arrivent pas à se concilier et sans doute faut-il aussi y voir la moindre efficacité du Président actuel du Conseil Européen Charles Michel que ses prédécesseurs qui avaient eu aussi de sérieux dossiers à traiter comme la Grèce. Quant à Rutte, il n’est pas seul dans son camp et c’est là que le bât blesse : quatre pays l’ont rejoint, formant un bloc, certes modeste sur le plan démographique (moins de 10% de la population de l’Union) mais pas du tout négligeable du point de vue économique et financier (20% du PIB de l’Union depuis le Brexit) : 5 pays très prospères, et qui ont tous rétabli leurs finances publiques. Les Pays-Bas, ne l’oublions pas, sont à eux seuls, les deuxièmes exportateurs de biens en Europe (devant la France). Un des mécomptes de ce sommet, du moins dans l’opinion publique, est la sous-estimation claire de la puissance réelle de ce bloc, que je constate dans bien des médias français.

Avec la mutualisation partielle des dettes nationales, c'est un véritable changement de paradigme qui se s'opérerait au sein de l'Union européenne. Cette réticence des pays dits "frugaux" de s'engager dans cette voie est-elle seulement une question d'argent ou est-elle plus profonde ?

Une donnée échappe souvent aux commentateurs : ces 5 pays ont un point commun : modelés par des décennies de social-démocratie, ils ont construit des Etats providence devenus aussi impressionnants qu’ingérables dans les années 80/90. Un seul exemple : en 1982, le déficit public néerlandais était à 10% du PIB ! Or tous ces pays se sont lancés dans des réformes drastiques avec des économies de 10 à 20 points de leurs PIB. Transposons un instant une telle baisse pour la France d’aujourd’hui : cela représenterait entre 200 et 400 milliards d’économies budgétaires ! Or les pays du Nord constatent que ces efforts n’ont guère été imités au Sud, sauf en Grèce, forcée et contrainte, et éprouvent un sentiment d’injustice, voire une colère d’avoir à « payer pour des fainéants », alors qu’ils se sont serré la ceinture depuis plus de vingt ans. N’oublions pas que ces 5 pays sont aussi tous des contributeurs nets au budget européen et qu’ils recevront moins de crédits qu’ils n’assumeront de nouvelles dettes dans le plan proposé. Il y a bien sûr chez eux une part de mauvaise foi, lorsqu’on regarde les vrais efforts budgétaires portugais et italiens, pays du Sud qui dégagent des excédents primaires. Et, encore une fois, les terribles sacrifices grecs. Mais le poids considérable de leurs dettes les rend très fragiles et aboutit à un déficit continu des finances publiques : la crise du Covid ne fait qu’aggraver les choses. Et reste le cas de la France dont dépenses publiques, déficits et dettes ne cessent de croître depuis 40 ans. 

Les pays dits "frugaux" – et en particulier les Pays-Bas - sont accusés, notamment par certains responsables politiques en France, de faire preuve d'un manque de solidarité. En résumé, d'être égoïstes et de bénéficier de l'Union européenne tout en donnant le moins possible en retour. Cette critique ne sert-elle pas à évacuer la responsabilité des pays "cigales" qui ont toujours été réticents à se réformer – et l'annonce du report des réformes des retraites et de l'assurance chômage en France juste avant le Conseil européen en est un exemple révélateur ?

Cette rhétorique de « l’égoïsme » et de la « solidarité » relève aussi de la tactique et du soft power en cherchant à culpabiliser les « frugaux ». C’est de bonne guerre et c’est assez habile vis-à-vis de pays protestants (sauf l’Autriche), très sensibles à l’argument moral, et surtout d’un pays fondateur de l’Europe, ayant donc une responsabilité historique particulière, comme les Pays-Bas. Mais cela ne tient pas vraiment la route, car encore une fois ces 5 pays sont contributeurs nets de l’Union et du plan de relance. De plus, tout le monde défend et, c’est normal, ses intérêts : les pays du Sud vont recevoir une grande part de la manne et leur européisme soudain est aussi intéressé. La France en particulier, si l’on voit les choses sur la longue durée, finance ses déficits et sa dette depuis 20 ans grâce à la confiance dans l’euro assuré par la bonne gestion du Nord.  Sans cela, nous en serions à une énième dévaluation et à des taux d’intérêt insupportables. Donc à la révision déchirante de notre fameux « modèle social ». A quoi s’ajoutent des facteurs conjoncturels qui aggravent la défiance du Nord : l’abaissement de l’âge de la retraite en Italie l’an dernier à 62 ans alors que ces pays sont passés à 67 ans (au moins) ; les libéralités budgétaires du gouvernement socialiste espagnol ; et le énième report des réformes en France avec, en effet, l’annonce faite juste avant le Conseil concernant les retraites et le chômage. Le moins que l’on puisse dire est que le timing est mauvais et peut être ressenti comme une provocation. Comme peut l’être aussi l’inclusion des crédits du plan de relance dans le discours de politique générale de Jean Castex avant même les décisions du Sommet. De quoi donner l’impression à un pays susceptible comme les Pays-Bas que leur avis ne compte pas. 

Pourtant, Emmanuel Macron avait pris soin d’aller à la Haye récemment pour tenter de déminer le terrain et a parfaitement conscience de la situation néerlandaise. Il est, semble-t-il, difficile de faire comprendre aux Néerlandais les subtilités du « en même temps »…

Christophe de Voogd, spécialiste des Pays-Bas, a publié "Histoire des Pays-Bas, des origines à nos jours" aux éditions Fayard

A lire aussi : Union européenne : le club des petits pays riches ne veut pas payer pour les plus fragiles...

A lire aussi : Frugal ou Passager clandestin ? En direct du Grand Marché aux tapis, à Bruxelles

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 20/07/2020 - 19:40
Chiffres valeur ajoutée exportée.
En faisant une petite recherche j'ai trouvé des chiffres 2016 de l'OCDE sur le valeur ajoutée des exportations brutes . 73% pour les Pays-Bas contre 77-78% pour la France, l'Espagne et l'Italie, 79% pour l'Allemagne.
Xenophon
- 20/07/2020 - 19:36
Vigilance
Le bloc des "frugaux" peut se révéler progressivement comme un sympathisant de la Grande Bretagne après le Brexit et constituer un levier commode pour semer la zizanie dans l'Union Européenne. Ca ne déplairait pas aux Américains qui pourraient monnayer leur protection militaire au coup par coup en jouant sur le clavier des dissensions européennes en échange de contrats d'armements.
ajm
- 20/07/2020 - 19:30
Statistiques exportations.
Les chiffres du commerce extérieur néerlandais sont effectivement très importants et dépassent même (de peu) ceux de la France et de l'Italie. En principe , les marchandises en transit chez eux surtout à Rotterdam, ne devraient pas y être comptabilisées. Mais il est clair que dans ce gigantesque hub, beaucoup d'importations du pays sont réexportees avec un apport de valeur ajoutée minimum. On n'a pas, à ma connaissance, de chiffres d'exportations en valeur ajoutée exportée pour ce pays comme pour les autres.