En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

02.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

03.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

04.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

04.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 6 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 11 heures 2 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 11 heures 45 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 13 heures 17 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 16 heures 10 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 17 heures 30 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 17 heures 54 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 18 heures 31 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 19 heures 24 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 19 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 10 heures 43 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 11 heures 18 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 12 heures 14 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 14 heures 30 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 16 heures 45 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 17 heures 45 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 18 heures 17 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 18 heures 55 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 19 heures 24 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 20 heures 32 min
© Francisco Seco / POOL / AFP
Angela Merkel Emmanuel Macron sommet européen
© Francisco Seco / POOL / AFP
Angela Merkel Emmanuel Macron sommet européen
Atlantico Business

Union européenne : le club des petits pays riches ne veut pas payer pour les plus fragiles...

Publié le 20 juillet 2020
Le sommet européen consacré au plan de financement de la crise du coronavirus finira bien par trouver une solution, parce qu’il en va de l’avenir de l’Union européenne et que pour une fois, les deux leaders historiques de la construction européenne, la France et l’Allemagne, sont d’accord sur la nécessité de s’en sortir ensemble.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le sommet européen consacré au plan de financement de la crise du coronavirus finira bien par trouver une solution, parce qu’il en va de l’avenir de l’Union européenne et que pour une fois, les deux leaders historiques de la construction européenne, la France et l’Allemagne, sont d’accord sur la nécessité de s’en sortir ensemble.

Le blocage qui a occupé les chefs d’Etat et de gouvernement pendant presque trois jours relève d’une situation très banale en Europe. En clair, une partie des pays riches du nord de l’Europe (la Suède, les Pays-Bas, mais aussi l’Autriche et le Danemark rejoints par la Finlande) ne veut pas payer pour les plus pauvres, les plus fragiles, les plus fantasques aussi, comme l’Italie et l’Espagne.

Le plan de relance, dessiné au départ par Angela Merkel et soutenu très fortement par Emmanuel Macron, portait sur une capacité de financement de 750 milliards d’euros, auxquels il faudra ajouter les 1300 milliards de liquidités promis par la BCE qui s’engage en contrepartie à racheter des dettes bancaires pour un même montant.

L’action de la BCE ne pose pas de « problème ».

En revanche, la répartition des 750 milliards a bloqué toute la négociation. Au départ, le couple franco-allemand avait choisi de consacrer 500 milliards sous formes d’aides et de subventions, transferts directs aux Etats non remboursables. Toujours au départ, la France et l’Allemagne avaient prévu de consacrer le reste, soit 250 milliards, à des prêts garantis par l’ensemble de l’Union européenne. C’était la première fois que l‘Allemagne acceptait cette idée de mutualiser les dettes.

Ajoutons à ces chiffres l'ambition de servir d’abord les pays les plus abimés par la crise du coronavirus : l’Italie, l’Espagne, le Portugal, la Grèce afin d’éviter un krach dans un de ces pays qui aurait eu un effet systémique ; lequel aurait évidemment mis par terre l'ensemble de l'Union européenne.

A peine rendu public, ce montage financier a déclenché la colère des pays frugaux, c’est à dire de tous ceux qui ne veulent pas s’embarquer dans une galère avec des partenaires européens qui ne savent pas ramer correctement.

En clair, pour la Suède ou les Pays-Bas, pas question de payer pour des pays qui ne savent pas gérer leur propre budget, qui n’ont pas su gérer la crise du coronavirus en évitant la casse économique et sociale, et surtout, pas question de garantir leur prêt.

Ces pays acceptent donc une solidarité mais à minima. Avec des conditions draconiennes sur les politiques de remise en route de leurs économies.

La France et l’Allemagne ont donc passé presque trois jours à expliquer que tout le monde avait besoin de tout le monde et pour les dirigeants allemands, c’est très nouveau.

Beaucoup de pays ont avancé aussi comme condition, le respect des règles édictées dans un Etat de droit. Ce qui a mis Varsovie et Budapest, en émoi compte tenu des libertés qu’ils prennent parfois dans l’exercice de leur démocratie.

Alors que cette décision sur le budget a besoin de l’unanimité, les trois jours de débats ont été très longs et très nerveux et les Etats européens sont pour l’instant divisés.

Ça passe ou ça casse...mais pour Angela Merkel et Emmanuel Macron, les discussions finiront par aboutir. « Quoi qu’il en coute », pour reprendre la phrase leitmotiv du président français.

En fait, les pays récalcitrants finiront par accepter un deal.

D’abord, parce que si les Suédois ou les Hollandais n‘ont pas besoin de l’Europe pour vendre leurs tulipes ou leurs bières, ils ont besoin de l’Europe du sud pour passer leurs vacances. Ces pays du Club Med, comme les appellent les gens du nord, doivent rester debout non seulement pour accueillir les touristes, mais aussi pour protéger les biens immobiliers qui appartiennent aux Flamands, aux Scandinaves ou aux Allemands. Ils ont investi des milliards en maisons et en appartements au Portugal, en Espagne ou en Italie. Tous ces biens sont très dévalorisés aujourd’hui après le passage du virus. Le seul moyen de récupérer de la valeur est de faire repartir l’industrie touristique.

Ensuite et c’est une deuxième raison pour laquelle ils finiront d’accepter de payer leur quote-part au plan de sauvetage, ils ont besoin de leur appartenance à l’Union européenne pour signer leurs deals internationaux. Si, à un moment, certains ont pu être tenté par une expérience identique au Brexit, ce qui s’est passé en Grande-Bretagne les ont très vite fait changer d’avis. Ni la Suède, ni les Pays Bas ne peuvent s’imaginer en paradis fiscaux comme le rêve les Londoniens. Singapour, ça passe parce que c’est protégé par les Chinois. Le Luxembourg, ça passe parce qu’ils peuvent utiliser leur expertise.

Sur la table des négociations, toujours ce fonds constitué par une capacité d'emprunt de 750 milliards d'euros pour relancer l'économie européenne qui affronte une récession historique.

Les dernières discussions ont surtout porté sur la portion du fonds de relance qui sera consacrée aux subventions, par rapport à ce qui serait reversé aux Etats sous forme de prêts (et donc remboursables). C’était évidemment le sujet qui fâche.

Les pays dits "frugaux" (Pays-Bas, Autriche, Suède, Danemark, auxquels on associe la Finlande) privilégient les prêts, parce que chaque pays devra rembourser le montant de prêts qui lui a été accordé. Ils prônent aussi une diminution du volume global du plan.  750 milliards, c’était trop pour eux pour eux qui n’ont pas eu besoin de mettre autant d’argent pour relancer leur économie.                

En revanche, France et Allemagne souhaitent toujours qu'une partie substantielle du budget de relance soit consacrée à des subventions, pour un montant estimé à 500 milliards d’euros, dans l’esprit de ce qu'ils avaient proposé mi-mai.

Ce débat n’est pas marginal, parce que derrière une histoire de gros sous se cache un clivage politique important concernant l’évolution structurelle de l’Union européenne. Il apparaît de plus en plus clairement que d‘un côté, il existe un groupe de pays qui veulent plus d’Europe, plus de budget, plus de fédéralisme ... Et de l’autre, des pays dit frugaux qui se révèlent un peu allergiques à toute forme de solidarité, surtout en période de crise. Alors que c’est justement dans les moments les plus difficiles que les pays les plus fragiles auraient besoin de renforts.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Iguane19
- 21/07/2020 - 11:07
Bravo Assogoudrel
Rien à jouter à l'argumentation d'Assogoudrel.
En revanche, j'ajouterais que Mr Sylvestre cesse de donner des leçons de morale, lui qui n'a jamais rien géré et fait partie de la caste des journalistes bien-pensants et cireurs de pompes des politiques.
Rien que de voir son nom s'afficher en titre d'un article me fait maintenant fermer le site d'Atlantico.
gerint
- 20/07/2020 - 22:28
Ce plan de relance est une catastrophe pour nous
La France va devoir payer des milliards en plus en tant que contributeur net en ayant reçu peu et les intérêts des Français seront violés sans intérêt pour la reprise. Macron veut faire croire qu’il a sauvé l’UE (pourrie) pour sa gloriole
ginseng
- 20/07/2020 - 19:42
bravo assogoudrel.
bravo assogoudrel.