En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

03.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

04.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

05.

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

06.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

07.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

01.

Comment ne pas tirer sur des civils ou ses propres soldats ?

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 17 min 28 sec
pépites > Histoire
Mémoire
Japon : commémorations à Hiroshima, 75 ans après la première bombe atomique de l’histoire
il y a 1 heure 26 min
light > Science
Peau robotique
Inspirés par Star Wars, des scientifiques ont créé une peau artificielle révolutionnaire
il y a 2 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
Bain de foule
Dans les rues de Beyrouth, Emmanuel Macron a entendu la colère du peuple libanais
il y a 4 heures 27 min
pépites > France
Nouveau drame
Le Mans : un policier a été tué par un chauffard lors d’une intervention
il y a 6 heures 53 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Darmanin défend la police (et lui-même); Marianne étrille EELV; Le Havre, port tué par la CGT; Guerre culturelle : Zemmour dénonce la bêtise de la droite qui croit avoir gagné alors que la gauche domine; Les secrets du nouveau modèle CNews
il y a 9 heures 3 min
décryptage > Société
Ils ont osé ça

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

il y a 10 heures 28 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

il y a 11 heures 9 min
décryptage > Société
Réorganisation des entreprises

Open space : la Covid m’a tué

il y a 12 heures 6 min
décryptage > France
Risques à domicile

De Lubrizol à Beyrouth en passant par le pont de Gênes, les leçons des catastrophes sont-elles bien tirées en France ?

il y a 12 heures 46 min
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 35 min 47 sec
pépites > Faits divers
Centre-ville du Havre
Prise d'otages dans une agence bancaire du Havre
il y a 2 heures 2 min
pépites > Politique
#MeToo
Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018
il y a 3 heures 43 min
light > People
Contexte pesant
Michelle Obama confie souffrir d'une "légère dépression"
il y a 5 heures 1 min
pépite vidéo > International
"Le Liban n’est pas seul"
Emmanuel Macron est arrivé au Liban pour coordonner et participer à l’aide internationale
il y a 7 heures 31 min
décryptage > France
A la guerre comme à la guerre

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

il y a 10 heures 16 min
décryptage > Terrorisme
Nouvelle attaque

Afghanistan : Daech à l’offensive

il y a 10 heures 46 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

il y a 11 heures 35 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Europe, relance, dettes... L'Allemagne change de politique, plus pour renforcer son rôle de locomotive que pour plaire aux Européens

il y a 12 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "L’offrande grecque, une aventure de Bernie Gunther" de Philip Kerr, du rififi chez les Grecs !

il y a 23 heures 32 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Jean Castex AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Jean Castex AFP
Atlantico Business

Jean Castex se présente surtout comme la voiture-balai du précédent gouvernement chargée de dégager la route pour les deux ans qui viennent

Publié le 16 juillet 2020
Au lendemain de l’intervention d’Emmanuel Macron, le Premier ministre a prononcé un discours de politique générale. Au lieu de détailler un nouveau cap, Jean Castex a plutôt promis de clôturer les dossiers des réformes et de résoudre le problème de la crise sanitaire, économique et sociale.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au lendemain de l’intervention d’Emmanuel Macron, le Premier ministre a prononcé un discours de politique générale. Au lieu de détailler un nouveau cap, Jean Castex a plutôt promis de clôturer les dossiers des réformes et de résoudre le problème de la crise sanitaire, économique et sociale.

« Si j’ai changé de Premier ministre et de gouvernement, c’est parce que nous avions besoin d’un nouveau cap et d’une nouvelle politique afin d’enrayer la crise sanitaire et d’amortir la crise économique et sociale de la rentrée... ». C’est un peu la réponse que le président de la République a faite à Léa Salamé quand, d’entrée de jeu, elle lui demande pourquoi avoir changé de Premier ministre.

La réponse pouvait paraître logique et légitime. La France n’est pas encore sortie d’une crise sanitaire historique, qu‘elle va tomber dans un tsunami social et économique sous les coups d’une vague de faillites et de licenciements alimentée par les effets du confinement total qui a fait perdre à ce pays plus de 10 points de PIB.

Comme la plupart des autres pays de la planète, la France n’avait pas d’autre choix que de mettre l‘économie sous cloche et à l’arrêt pour bloquer la circulation du virus et sauver des milliers de vie humaines. L’administration des services de santé britannique vient d’évaluer à 3,5 millions le nombre de vies humaines épargnées dans les pays de l’Union européenne grâce au confinement. Donc il n’y a pas matière à débat sur ce point.

Le débat est ailleurs, quand le président affirme avoir changé d’équipage parce qu’il devait changer de cap.

En réalité, il n’a pas changé de cap... Et tout ce qu’a expliqué Jean Castex pendant son discours de politique générale nous indique que si changement il y a, ces changements resteront à la marge et dans la forme.

Emmanuel Macron ne changera pas de stratégie par rapport à celle qui était la sienne quand il est arrivé et c’est bien parce qu‘il ne changera pas de politique qu’il a changé les hommes.

Les présidents de la 5e République (à l'exception de Nicolas Sarkozy) ont toujours procédé de la même façon.

Ils ont changé de collaborateurs plutôt que changé de cap... Quand ils ont été contraints de changer de cap (Mitterrand en 1982), les Premiers ministres sont restés aux manettes.

En se séparant d’Édouard Philippe et en confiant Matignon à Jean Castex, il donne l’impression de modifier son ambition et son cap. En réalité, il change le casting mais garde le même livret.

Le nouveau Premier ministre porte l’accent de la province et notamment celui  du sud-ouest, un peu rocailleux de la France profonde qui travaille la terre, mais il sort comme son prédécesseur du moule de la haute administration. Comme Édouard Philippe, il connaît mieux les codes de la droite libérale et du monde des affaires que les us et coutumes des bobos de gauche qui habitent la Bastille et travaillent le soir avec le groupe des Gracques...

Emmanuel Macron change de Premier ministre, mais l‘habille en vert, même si le vert qu’il préfère n’est pas celui des écologistes. « L‘écologie de la croissance, plutôt que la décroissance verte des écologistes radicaux. »

Il n’y aura sans doute pas plus de « monde d’après » avec Jean Castex, qu'il n’y en aurait eu avec Édouard Philippe.

Cela dit, la France est tellement bousculée et fragmentée qu’elle avait sans doute besoin d’être remise en ordre de marche.

La principale mission du gouvernement Castex va donc être de remettre la France en marche. C’est la principale raison à la nomination de celui qui était déjà en charge du déconfinement.

Le plan de route est donc clair, il s’agit de déconfiner le pays dans tous les sens du terme. Dans trois dimensions.

1er. La dimension sanitaire parce que l’épidémie n’a pas disparu et tant qu’on n’aura pas découvert un vaccin ou un traitement, la menace du virus va obliger l’ensemble de la population à se protéger. La première obligation de Jean Castex va être d’assumer l’application des règles obligatoires, port du masque, tests, marquage et traçabilité. L’équipe précédente manquait singulièrement de légitimité et donc d’autorité pour imposer ce genre de discipline. Jean Castex peut avoir cette autorité.

2e la deuxième dimension est évidemment économique et sociale. Alors il ne s’agit pas d’inventer un monde nouveau que la crise sanitaire aurait accouché au plus fort de la circulation virale. Certains l'ont peut-être cru, voyant dans le virus un révélateur de l’échec des systèmes capitalistes internationaux. Mais ceux-là ont pris leur utopie (si désirable fut-elle) pour une réalité vivable. Ils se sont trompés, comme souvent les utopistes se trompent.

Il s’agit, et c’est un chantier considérable, d’éviter l’afflux de chômeurs en multipliant les outils de traitement du chômage, en poursuivant le chômage partiel et en ressortant les emplois aidés. L’Etat aura dépensé plus de 100 milliards d’euros sur le front social pour éviter le désastre.

Il s’agit ensuite d’éviter les faillites les plus spectaculaires et d’aider l’industrie à se réorienter. Relocalisation dans l’hexagone pour éviter à l’avenir de dépendre d’un seul fournisseur, chinois la plupart du temps, et développement de l’industrie verte. Jean Castex annonce 40 millions pour l’industrie. Mais le plus important est ce qu’il ne dit pas : un choc de simplification. Les entreprises ont l’argent (140 milliards de prêts garantis par l’Etat), elles ont besoin de liberté administrative, moins d’impôts et moins de normes. 

La troisième dimension est sans doute structurelle. Et très politique.  Il s’agit, et c’est très clair dans les intentions du président, de poursuivre les réformes de structure entreprises et dont certaines ont avorté pour cause de gilets jaunes ou de coronavirus. C’est la raison pour laquelle le Premier ministre s’est emparé, dès son arrivée, du plan Ségur de revalorisation des salaires des soignants. C’est la raison pour laquelle il va reprendre le projet de réforme des retraites. C’est la raison pour laquelle il a reçu mandat de ne pas augmenter les impôts, « quoi qu’il en coute» et surtout pas les charges fiscales des entreprises.

En fait, Jean Castex a mandat de rester dans les clous d’une économie d’offre de façon à protéger le potentiel de production des entreprises. Rien dans ses premiers choix ou premières décisions ne permet de penser qu’il dérogera au plan initial d’Emmanuel Macron. La forme sera amendée mais le fond restera identique.

Jean Castex a donc trois missions

D’abord, celle de finaliser ce qui a été mis en œuvre dans les trois premières années du quinquennat avec Édouard Philippe. C’est le côté voiture-balai.

Ensuite, celle de solder la crise sanitaire et son impact économique et social.

Et enfin, la mission de dégager la route pour aller jusqu’à la prochaine présidentielle.

Sur cette route-là, il risque de rencontrer deux séries d’obstacles qu‘il aura du mal à gérer parce qu’il n’aura pas de prise dessus.

D’une part, des risques politiques liés au climat social, mais ces risques-là dépendent essentiellement du comportement du président de la République. Parce que la politique choisie et menée jusqu'alors n’est pas rejetée par l’opinion, c’est Emmanuel Macron lui-même qui a du mal à être désirable.

D’autre part, il existe aussi des risques financiers dans la mesure où toute l’action gouvernemental aura été payée à crédit. L’endettement de l’Etat va dépasser les 120% du PIB, c’est un endettement à taux zéro parce que les marchés ont confiance dans le cap choisi et dans la solidité de l’Union européenne qui se porte garante de l’équilibre. Mais s’il s’avérait que les investissements consentis ne produisaient pas de richesses ou si l’Union européenne donnait des signes tangibles de désolidarisation ou de désordre, les marchés réagiraient immédiatement en relavant les taux d’intérêt. Ce qui serait insupportable au système.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
patafanari
- 16/07/2020 - 18:17
Voiture balai? C'est irrespectueux !
On dit Syndic de faillite. Zut à la fin.
spiritucorsu
- 16/07/2020 - 14:38
Les écuries d'Augias de la macronie!
Les périls s'accumulent,l'horizon s'assombrit,de gros nuages noirs voilent le ciel,tandis que le pantin élyséen qui n'a que son incurie à leur opposer s'agite comme une éolienne pathétique.Le nouveau 1er sinistre chargé avec sa motocrotte de déblayer la masse des étrons secrétés par la macronie et son prince,se retrouve comme hercule à nettoyer les écuries d'Augias devant l'ampleur de la tâche.On comprend mieux pourquoi,il préconise le port du masque de protection obligatoire.
Ganesha
- 16/07/2020 - 10:24
Viva la Revoluciòn !
Suivant son habitude, Atlantico publie ''en même temps'' plusieurs articles sur le même sujet : je réponds à celui-ci parce qu'il a le titre le plus accrocheur !
Je suis quasiment toujours en désaccord avec mr. Sylvestre, mais, aujourd'hui je serais presque d'accord : en gardant le même cap, Macron va se rentrer dans un mur encore plus violent que les crises qui se succèdent depuis 2017.
Je répète donc mon slogan : lors du débat du second tour de la présidentielle, Marine Le Pen avait vu juste !