En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

03.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

04.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

05.

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

06.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

07.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

01.

Une (courte) échelle pour Jacob

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
pépites > Histoire
Mémoire
Japon : commémorations à Hiroshima, 75 ans après la première bombe atomique de l’histoire
il y a 19 min 56 sec
light > Science
Peau robotique
Inspirés par Star Wars, des scientifiques ont créé une peau artificielle révolutionnaire
il y a 1 heure 37 min
pépite vidéo > Politique
Bain de foule
Dans les rues de Beyrouth, Emmanuel Macron a entendu la colère du peuple libanais
il y a 3 heures 20 min
pépites > France
Nouveau drame
Le Mans : un policier a été tué par un chauffard lors d’une intervention
il y a 5 heures 46 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Darmanin défend la police (et lui-même); Marianne étrille EELV; Le Havre, port tué par la CGT; Guerre culturelle : Zemmour dénonce la bêtise de la droite qui croit avoir gagné alors que la gauche domine; Les secrets du nouveau modèle CNews
il y a 7 heures 56 min
décryptage > Société
Ils ont osé ça

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

il y a 9 heures 21 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

il y a 10 heures 2 min
décryptage > Société
Réorganisation des entreprises

Open space : la Covid m’a tué

il y a 10 heures 59 min
décryptage > France
Risques à domicile

De Lubrizol à Beyrouth en passant par le pont de Gênes, les leçons des catastrophes sont-elles bien tirées en France ?

il y a 11 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Le dernier des yakuzas" de Jake Adelstein, plongée dans le Japon des gangs, un héros inquiétant, un récit haletant !

il y a 22 heures 47 min
pépites > Faits divers
Centre-ville du Havre
Prise d'otages dans une agence bancaire du Havre
il y a 55 min 40 sec
pépites > Politique
#MeToo
Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018
il y a 2 heures 36 min
light > People
Contexte pesant
Michelle Obama confie souffrir d'une "légère dépression"
il y a 3 heures 55 min
pépite vidéo > International
"Le Liban n’est pas seul"
Emmanuel Macron est arrivé au Liban pour coordonner et participer à l’aide internationale
il y a 6 heures 24 min
décryptage > France
A la guerre comme à la guerre

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

il y a 9 heures 9 min
décryptage > Terrorisme
Nouvelle attaque

Afghanistan : Daech à l’offensive

il y a 9 heures 40 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

il y a 10 heures 28 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Europe, relance, dettes... L'Allemagne change de politique, plus pour renforcer son rôle de locomotive que pour plaire aux Européens

il y a 11 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "L’offrande grecque, une aventure de Bernie Gunther" de Philip Kerr, du rififi chez les Grecs !

il y a 22 heures 25 min
pépites > Europe
Revers de la médaille ?
Brexit : les départs des Britanniques vers l’Union européenne auraient augmenté de 30% depuis le référendum
il y a 23 heures 10 min
© GONZALO FUENTES / POOL / AFP
Emmanuel Macron 14 juillet
© GONZALO FUENTES / POOL / AFP
Emmanuel Macron 14 juillet
Atlantico Business

Plutôt l’offre que la demande : Macron enterre le mythe keynésien et parie sur l’entreprise pour redresser la situation économique et sociale

Publié le 15 juillet 2020
Le plan dévoilé par le président de la République fait le pari que c’est le monde de l’entreprise qui va redresser l’économie française. Keynes doit se retourner dans sa tombe et Schumpeter se marrer (ce qui était, chez lui, extrêmement rare).
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le plan dévoilé par le président de la République fait le pari que c’est le monde de l’entreprise qui va redresser l’économie française. Keynes doit se retourner dans sa tombe et Schumpeter se marrer (ce qui était, chez lui, extrêmement rare).

Tous les partisans d’une relance globale, dégoulinante de milliards d’euros qui se seraient déversés sur les marchés, vont être déçus. Les obsédés de la reprise keynésienne vont pouvoir ravaler la théorie du multiplicateur de richesse et essayer de s’y retrouver dans les équations plus sophistiquées de Joseph Schumpeter, le champion de l’offre.

La politique mise en œuvre par la France solde le débat entre les deux économistes phares du siècle dernier. John Maynard Keynes d’un côté et Joseph Schumpeter de l’autre.

Le premier a été en tête des hit-parades de toutes les social-démocraties occidentales après la guerre. Il a permis, il faut le reconnaitre, de trouver des financements de la croissance des Trente glorieuse et d’éviter de sombrer dans les révolutions marxistes- léninistes. Pour Keynes, tout est simple. L’activité économique dépend du dynamisme de la demande donc du consommateur, donc de leur pouvoir d’achat. Si vous avez un acheteur, vous aurez un producteur pour lui offrir ce qu'il est prêt à payer. Face à ce diagnostic, la prescription est simple : distribuer du pouvoir d’achat sous forme de salaires, de crédit ou d’inflation et vous ferez repartir les moteurs.

Le succès des keynésiens a été considérable jusqu'au jour où les sociétés occidentales ont atteint un niveau de saturation pour les biens primaires, jusqu'au jour où les économies se sont ouvertes et que les frontières sont tombées. Jusqu’au jour où on s’est aperçu que cette consommation effrénée allait épuiser les ressources naturelles bien avant que les écologistes existent et se manifestent.

Joseph Schumpeter ne s’est jamais entendu avec Keynes, affaire de culture, d’éducation et surtout de conception des mécanismes économiques. Pour Schumpeter, l’activité économique ne dépend pas du consommateur, elle dépend du dynamisme de l’entrepreneur, de sa capacité à innover et à proposer une offre de produits et de services qui viendront séduire des consommateurs. La clef du succès, de la croissance et de l‘emploi dépend donc de la qualité et de la quantité de l’offre.

Face à la crise actuelle, les abonnés au bréviaire keynésien appuyés par les syndicats, les opposants politiques ou même les partisans s’attendaient à une relance forte de la demande par une relance financée par les prestations sociales, le crédit et les fonds publics. Le fameux « quoi qu’il en coute » du président désireux d’amortir le choc permettait tous les débordements.

La réalité de ce qu’il va se passer sera très différente.

1er point : au tout début de la crise, l’exécutif français n’a pas lésiné pour amortir le choc du confinement et faire en sorte que l’arrêt total ou presque de l‘économie soit supportable. L’exécutif français n’avait pas le choix d’une autre solution dans la mesure où le pays ne s’était pas préparé à affronter une telle pandémie. Pas de masques, pas de tests, pas de matériels etc. La seule solution a été de tout confiner pendant presque deux mois, pour bloquer le virus. Le virus a été bloqué. La mise au chômage partiel de près de 10 millions de salariés, plus les prestations et les dépenses de santé supplémentaires auront couté en fin d’année près de 80 milliards d’euros. Du côté des entreprises, on leur a donné les moyens de tenir debout sans travailler avec des prêts garantis par l’Etat. Le système bancaire en a distribué pour près de 140 milliards d’euros, dont certains gros paquets en direction de grandes entreprises de l’aéronautique, de l’automobile ou du tourisme. Cet argent a été distribué sous forme de prêts, ce qui veut dire qu‘ils devront être remboursés.

Cette première phase, principalement destinée aux particuliers, représenterait donc près de 80 milliards d'euros en dépenses sociales.

2e point : il faut maintenant prévoir et organiser les aides au déconfinement, c’est à dire au redémarrage de l’économie. Les entreprises doivent repartir, les consommateurs vont consommer et les salariés vont se remettre au travail.

En toute logique, l’argent existe pour que le système puisse repartir. Les particuliers ont constitué une épargne de précaution considérable, environ 70 milliards d’euros qui devraient réalimenter les circuits de consommation. Quant aux entreprises, elles peuvent puiser dans leur trésorerie. Aujourd’hui, on sait que les consommateurs hésitent à taper dans le magot d’épargne qu'ils ont constitué pendant le confinement. On sait aussi que sur les 140 milliards d’euros gagés par l’État, près de 120 milliards n’ont pas encore été utilisés et qu'environ la moitié ne le sera pas. Les entreprises les rembourseront, parce qu’elles les ont acceptés par pure précaution.

Il y a donc beaucoup d’argent à consommer et beaucoup d’argent à investir.

3e point : les gros problèmes vont venir des entreprises qui étaient malades, et des mutations que la crise du Covid va obliger à accélérer. Entre le digital, la restauration d‘une industrie, la relocalisation, la recherche de produits nouveaux, la crise a révélé le retard structurel qui existe en France et qui va être source de chômage. L’activité et le dynamisme schumpetérien entrainent des destructions d’activité devenues obsolètes. La destruction créatrice, chère à Joseph Schumpeter, entraine des mises en faillite, des licenciements ou des départs... mais aussi des débouchés nouveaux. Il faut donc par conséquent des formations nouvelles.

Ce sont ces mutations structurelles que Emmanuel Macron s’est engagé à aider. Il n’a d’ailleurs pas le choix, sinon nous serons submergés par la vague de faillites et près d’un million de chômeurs supplémentaires.

Le plan de relance passe alors par des aides au changement, par de la formation, par des aides à l’embauche, par de la recherche, mais aussi par de l’oxygène. Et l’oxygène pour les entreprises, c’est de la simplification administrative mais surtout pas d’impôts nouveaux.

Au total, il y en aurait quand même pour 100 milliards d’euros. C’est un gros effort.

4e point : l’essentiel va au fonctionnement de l’entreprise et pas aux consommateurs. Les raisons en sont très simples. Distribuer de l’argent aux consommateurs reviendrait à les inviter à acheter des produits étrangers et donc à aider les pays producteurs étrangers. En revanche, rebooster les entreprises c’est évidemment renforcer l’offre, le potentiel de production et donc l’emploi.

5e point : selon les spécialistes des marchés financiers, le modèle français ne prend pas de risques financiers à court terme. Les taux d’intérêt sont très bas, et la France peut emprunter pratiquement ce qu‘elle veut sur les marchés. D’autant qu'elle bénéficie des garanties de l’Union européenne. A moyen terme, les financiers imaginent déjà de transformer les dettes actuelles en dettes perpétuelles, ce qui existe déjà sans le dire.

La clef du redressement, c’est l’activité économique. La clef, c’est la capacité du système à rentabiliser les investissements réalisés sur endettement.

Et la clef, c’est le retour de la confiance. Les consommateurs ne consomment pas assez parce qu’ils ont peur de perdre leur job. Les entreprises hésitent à investir parce qu’elles ont peur de ne pas avoir de clients.

Les consommateurs comme les entreprises auront peur tant que les risques sanitaires ne seront pas écartés avec certitude. Et en attendant des vaccins ou des traitements, il faudra se résoudre à se protéger.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (28)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 21/07/2020 - 17:37
merci gorille
de penser à moi en mangeant des fraises....
S'agissant des cerises , il fait savoir que le diméthoate ( je ne garantis pas l'ortho) est interdit en France , que la production de cerise française s'est effondrée mais que nous pouvons manger des cerises espagnoles car la bas le produit est autorisé
Ce produit est utilisé contre la mouche de la cerise qui produit des gros vers bien gras ( quand on en mange beaucoup on se transforme en Bendidons).Mais les écolos n'en mangent pas de vers cela s'entend: ils ne sont pas cannibales. Reste à inventer des cerises qui mûriraient à Noel, période où la mouche ne pond pas mais pour cela faudrait des OGM
C'est le drame du "crâne en peau de fesse" ex maire de Bordeaux qui a dit qu'il ne mangerait plus de cerises à Noel! Comme il défend l'économie locale il mange des verts.... et c'est pour cela qu'ils se sont vengés à Bordeaux
Le gorille
- 17/07/2020 - 20:46
Les gariguettes
Si j'en trouve, je les goûterai avec plaisir en pensant à vous, Evgueniesokolof.
En attendant, je dois me contenter des fraises venant de l'Oncle Sam ou du Pays au long nuage blanc...
Bonne continuation.
evgueniesokolof
- 17/07/2020 - 20:40
Je note au passage
25 commentaires sous un article de JMS .....il va se prendre pour un nobel d'éco ou même Marcel Prout !