En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

06.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

07.

Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens

01.

Fukushima : le réacteur 3 inquiète

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 4 min 28 sec
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 16 min 18 sec
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 1 heure 16 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 2 heures 22 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 3 heures 43 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 4 heures 5 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 4 heures 8 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 4 heures 8 min
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 4 heures 8 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 4 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 7 min 57 sec
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 44 min 59 sec
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 1 heure 58 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 3 heures 12 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 3 heures 50 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 4 heures 5 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 4 heures 8 min
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 4 heures 8 min
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 4 heures 8 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 4 heures 8 min
© PETER KLAUNZER, Jim WATSON / AFP / POOL
© PETER KLAUNZER, Jim WATSON / AFP / POOL
Guerre commerciale

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

Publié le 12 juillet 2020
C’est la question que l’on peut se poser, face à la montée des tensions à laquelle on assiste depuis deux ans. Ce serait, en l’espèce, la bombe atomique, ou plutôt la guerre atomique du fait de ses répercussions. Jean-Paul Betbeze revient sur la guerre économique et commerciale entre les Etats-Unis et la Chine.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C’est la question que l’on peut se poser, face à la montée des tensions à laquelle on assiste depuis deux ans. Ce serait, en l’espèce, la bombe atomique, ou plutôt la guerre atomique du fait de ses répercussions. Jean-Paul Betbeze revient sur la guerre économique et commerciale entre les Etats-Unis et la Chine.

1 - L’histoire commence au poste de douane. En effet, le début des problèmes est surtout commercial et quantitatif : c’est le fait que la Chine achète bien moins de produits américains que les États-Unis n’achètent de produits chinois. Les importations américaines de produits chinois se montent en effet à 450 milliards de dollars, contre 110 milliards d’exportations américaines vers la Chine. Un déficit de 340 milliards, le plus important de tous, et Donald Trump veut le réduire, prétextant que cela aurait détruit des millions emplois américains, notamment dans l’industrie. Pour réduire cet écart, il faut, pour Donald Trump, que la Chine achète bien plus à l’Amérique, notamment de produits agricoles, ce qui est sans doute le plus facile (et politiquement payant pour Donald Trump). 

2 - Ensuite la température monte, parce que la Chine n’achète pas assez vite : il s’agirait qu’elle achète rapidement pour 200 milliards de dollars supplémentaires… ce qui n’est pas peu. Alors Donald Trump menace, s’énerve et riposte par des hausses de tarifs à l’importation des produits chinois : c’est le « tariff man ». Il parle  ensuite de « vol » pour décrire le déficit commercial américain, sachant que la Chine riposte de son côté en montant ses tarifs à l’importation de produits américains, mais moins. En même temps, le Président Trump refuse de reconnaître que c’est le consommateur américain qui paye le surcoût de cette politique, et pourtant c’est mathématique ! On pouvait imaginer que ces phases étaient les premières, avec l’idée de soutenir la croissance et l’emploi américain… mais elles devenaient peu explicables dès lors que les États-Unis étaient en plein-emploi. Donc, il y avait autre chose.

3 - Passons dans les laboratoires et salles de change. Une autre étape suit, avec deux volets, technologique et monétaire. En matière technologique, il s’agirait de vols de technologies américaines, d’espionnage, d’achat de matériaux sensibles. Les États-Unis réduisent alors le nombre d’étudiants chinois dans leurs universités, leurs labos et de ressortissants chinois dans les centres de recherche des entreprises les plus avancées et les start-ups. Nous sommes avec la CIA et le FBI. En matière financière, il s’agit de voir dans quelle mesure la Chine manipule sa monnaie pour la déprécier, aidant d’autant ses exportations. C’est le Trésor américain qui est là en charge d’un rapport semestriel, où le yuan est étudié (avec d’autres monnaies), mais avec des méthodologies qui laissent place à quelque souplesse politique. De fait, jusqu’à maintenant, la Chine ne manipule pas, officiellement, le yuan/renminbi.

4 - Venons-en alors à la frontière technologique et de manière très visible, à la 5G. Il s’agit de savoir qui, des Etats-Unis ou de la Chine, maîtrise le mieux cette technologie et est à même de l’implanter…partout dans le monde. On comprend l’enjeu et le symbole : qui est le plus en avance dans cette technologie pionnière, celle de la transmission ultra-rapide de masses de données ? Les États-Unis refusent ainsi que Huawei s’implante chez eux, prétextant que les informations transportées pourraient être utilisées par le gouvernement chinois. Ils font pression sur le Canada, où la fille du Président de Huawei est en résidence surveillée (depuis  décembre 2018 !), devant être extradée aux États-Unis, tandis que deux Canadiens sont dans des geôles chinoises (ambiance). Viennent ensuite l’Australie, le Royaume-Uni, l’Europe (Italie, France…), sachant que si Huawei s’installe dans la 5G, outre le symbole, ce sont ses réseaux, technologies et normes qu’elle installe – durablement. Bien sûr, il n’y a pas que la 5G en jeu. Batteries, avions, calculs à grande vitesse, espace… figurent aussi dans cette bataille pour la frontière technologique les brevets, leur protection et les ventes de matériaux sensibles, mais la 5G est à l’avant-poste.

5 - Continuons par la finance et la propriété du capital, avec les interrogations sur les entreprises publiques chinoises ou à capitaux majoritairement chinois dont les États-Unis souhaitent, en fait, la privatisation. Place à la seule économie de marché ! Sachant que ceci ne peut avoir lieu, les autorités américaines souhaitent alors limiter le commerce avec elles, prétextant (comme toujours) qu’elles peuvent transmettre des informations à l’administration chinoise ou qu’elles faussent la concurrence. Avec la montée des tensions, il vient même d’être envisagé par l’administration américaine de sortir de la cote américaine les sociétés chinoises, les privant ainsi de l’accès aux financements en dollars et plus encore de la visibilité qu’offre Wall Street. Mais nous en sommes aux rumeurs.

6 - Faire capoter la place financière de Hong-Kong. En effet, plus grave et plus récemment encore, compte-tenu de ce qui se passe à Hong-Kong, l’idée a circulé de mettre fin au peg (lien fixe) qui relie le Hong-Kong dollar au dollar américain. Le dollar de Hong-Kong fluctue en effet dans une bande autour d’un taux cible de 1 USD pour 7,80 HKD (entre 7,75 et 7,85 HKD pour 1 USD, depuis 2005). En fait, « mettre fin » n’est pas possible du côté américain : c’est la monnaie de Hong Kong qui s’était accrochée à la monnaie américaine, pour renforcer la stabilité de la place financière, mais on peut rendre cette situation intenable. Ceci implique que l’autorité monétaire de Hong-Kong dispose d’assez de réserves en dollars américains pour maintenir le taux de change. Il est ainsi perçu sans risque, « comme du dollar ». De fait, le peg a été soumis à des secousses et aux crises monétaires, mais a toujours tenu. Actuellement, avec ce qui se passe dans le pays menacé par Donald Trump de ne plus être tenu pour une entité séparée de la Chine, le taux de change par rapport au dollar américain est à son minimum. Les autorités américaines peuvent ainsi continuer à inquiéter les investisseurs qui vendraient leurs titres et leurs autres actifs pour sortir du HK dollar et se retrouver, tranquilles, en dollars US ! Mais le Hang Seng a seulement perdu 10% depuis janvier et remonte peu à peu. On a donc le sentiment que les rumeurs américaines contre le peg s’atténuent. Et pour cause : après la place financière de Hong Kong, évidemment en grave danger, qui en souffrira le plus : Shanghai (qui peut en profiter) ou Wall Street ? 

7 – La Chine a compris et se prépare. L’histoire n’est pas finie et va dépendre désormais des élections américaines. Avec Joe Biden, l’accent pourra porter davantage sur les libertés, pas facile, mais va demeurer pour les deux sur les questions de technologie. La Chine va moins investir aux États-Unis et, de façon générale, ralentir ses sorties de capitaux et ses prêts, notamment dans le cadre des routes de la soie. C’est là, avec ses investissements et ses crédits à des pays émergents fragilisés par la pandémie qu’est son point faible : elle le sait et va assouplir ses conditions. 

8 – La Chine en faillite ? Nous n’y sommes pas : sur les trois premiers trimestres de 2019, elle enregistre un surplus de 140 milliards de dollars en compte courant (dont 340 de biens) et de 30 de capitaux, 170 au total, mais avec des erreurs et omissions, en sens inverse… pour le même montant. Pas de réserves en plus donc, bien sûr, presque pas d’or, bien sûr… Les États-Unis devraient plutôt renforcer leurs liens avec leurs alliés, notamment en matière d’innovations, que s’attaquer à une puissance certes opaque mais, surtout, qui joue de manière plus réfléchie et à long terme qu’eux. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
philippe de commynes
- 13/07/2020 - 09:59
Viva Trump ?
Pour qu'il impose un surcroît de taxe de 25 % aux importations Françaises, qu'il soutienne à fond la concurrence déloyale des géants Américains qui ne paient pas d'impôts sur l'argent qu'ils gagnent chez nous, alors que leurs concurrents, nos entreprises, elles en sont écrasées.
Et Trump lui n'a pas de scrupules à s'entendre avec la Chine quand çà l'arrange : faire que la Chine importe des produits agricoles Américains plutôt qu'Européens.
Pourquoi ne pas en faire autant ?
Par exemple pour que la Chine importe des Airbus plutôt que des Boeing ? Surtout que vu comment leurs derniers avions sont foireux le timing serait idéal pour ...sauver des (dizaines?) de milliers d'emplois dans l'aéronautique et le sud-ouest ...
Mais que les partisans de Trump se rassurent, malgré ses rodomontades Macron sait encore qui est son maître ... la preuve il vient de s'exécuter face aux desiderata de Trump en évinçant Huawei de la 5G.
Après tout on ne sait pas ce que notre président doit aux Américains ...
Après tout on avait quasiment un président (Fillon) qui était pour que l'Europe se rabiboche avec la Russie, et comme par hasard il est évincé par un candidat lui à fond pro-US ...
Gastoch
- 12/07/2020 - 20:21
Viva Donald Trump
Ce serait bien de soutenir le POTUS face aux gangsters du PCC, mais non l'ue baisse son froc.