En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

03.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

04.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

05.

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

06.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

07.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 16 min 32 sec
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 1 heure 6 sec
pépites > Faits divers
Centre-ville du Havre
Prise d'otages dans une agence bancaire du Havre
il y a 2 heures 26 min
pépites > Politique
#MeToo
Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018
il y a 4 heures 7 min
light > People
Contexte pesant
Michelle Obama confie souffrir d'une "légère dépression"
il y a 5 heures 26 min
pépite vidéo > International
"Le Liban n’est pas seul"
Emmanuel Macron est arrivé au Liban pour coordonner et participer à l’aide internationale
il y a 7 heures 55 min
décryptage > France
A la guerre comme à la guerre

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

il y a 10 heures 40 min
décryptage > Terrorisme
Nouvelle attaque

Afghanistan : Daech à l’offensive

il y a 11 heures 11 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

il y a 12 heures 3 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Europe, relance, dettes... L'Allemagne change de politique, plus pour renforcer son rôle de locomotive que pour plaire aux Européens

il y a 12 heures 55 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 41 min 47 sec
pépites > Histoire
Mémoire
Japon : commémorations à Hiroshima, 75 ans après la première bombe atomique de l’histoire
il y a 1 heure 51 min
light > Science
Peau robotique
Inspirés par Star Wars, des scientifiques ont créé une peau artificielle révolutionnaire
il y a 3 heures 8 min
pépite vidéo > Politique
Bain de foule
Dans les rues de Beyrouth, Emmanuel Macron a entendu la colère du peuple libanais
il y a 4 heures 52 min
pépites > France
Nouveau drame
Le Mans : un policier a été tué par un chauffard lors d’une intervention
il y a 7 heures 17 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Darmanin défend la police (et lui-même); Marianne étrille EELV; Le Havre, port tué par la CGT; Guerre culturelle : Zemmour dénonce la bêtise de la droite qui croit avoir gagné alors que la gauche domine; Les secrets du nouveau modèle CNews
il y a 9 heures 27 min
décryptage > Société
Ils ont osé ça

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

il y a 10 heures 52 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

il y a 11 heures 33 min
décryptage > Société
Réorganisation des entreprises

Open space : la Covid m’a tué

il y a 12 heures 30 min
décryptage > France
Risques à domicile

De Lubrizol à Beyrouth en passant par le pont de Gênes, les leçons des catastrophes sont-elles bien tirées en France ?

il y a 13 heures 10 min
© PETER KLAUNZER, Jim WATSON / AFP / POOL
© PETER KLAUNZER, Jim WATSON / AFP / POOL
Guerre commerciale

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

Publié le 12 juillet 2020
C’est la question que l’on peut se poser, face à la montée des tensions à laquelle on assiste depuis deux ans. Ce serait, en l’espèce, la bombe atomique, ou plutôt la guerre atomique du fait de ses répercussions. Jean-Paul Betbeze revient sur la guerre économique et commerciale entre les Etats-Unis et la Chine.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C’est la question que l’on peut se poser, face à la montée des tensions à laquelle on assiste depuis deux ans. Ce serait, en l’espèce, la bombe atomique, ou plutôt la guerre atomique du fait de ses répercussions. Jean-Paul Betbeze revient sur la guerre économique et commerciale entre les Etats-Unis et la Chine.

1 - L’histoire commence au poste de douane. En effet, le début des problèmes est surtout commercial et quantitatif : c’est le fait que la Chine achète bien moins de produits américains que les États-Unis n’achètent de produits chinois. Les importations américaines de produits chinois se montent en effet à 450 milliards de dollars, contre 110 milliards d’exportations américaines vers la Chine. Un déficit de 340 milliards, le plus important de tous, et Donald Trump veut le réduire, prétextant que cela aurait détruit des millions emplois américains, notamment dans l’industrie. Pour réduire cet écart, il faut, pour Donald Trump, que la Chine achète bien plus à l’Amérique, notamment de produits agricoles, ce qui est sans doute le plus facile (et politiquement payant pour Donald Trump). 

2 - Ensuite la température monte, parce que la Chine n’achète pas assez vite : il s’agirait qu’elle achète rapidement pour 200 milliards de dollars supplémentaires… ce qui n’est pas peu. Alors Donald Trump menace, s’énerve et riposte par des hausses de tarifs à l’importation des produits chinois : c’est le « tariff man ». Il parle  ensuite de « vol » pour décrire le déficit commercial américain, sachant que la Chine riposte de son côté en montant ses tarifs à l’importation de produits américains, mais moins. En même temps, le Président Trump refuse de reconnaître que c’est le consommateur américain qui paye le surcoût de cette politique, et pourtant c’est mathématique ! On pouvait imaginer que ces phases étaient les premières, avec l’idée de soutenir la croissance et l’emploi américain… mais elles devenaient peu explicables dès lors que les États-Unis étaient en plein-emploi. Donc, il y avait autre chose.

3 - Passons dans les laboratoires et salles de change. Une autre étape suit, avec deux volets, technologique et monétaire. En matière technologique, il s’agirait de vols de technologies américaines, d’espionnage, d’achat de matériaux sensibles. Les États-Unis réduisent alors le nombre d’étudiants chinois dans leurs universités, leurs labos et de ressortissants chinois dans les centres de recherche des entreprises les plus avancées et les start-ups. Nous sommes avec la CIA et le FBI. En matière financière, il s’agit de voir dans quelle mesure la Chine manipule sa monnaie pour la déprécier, aidant d’autant ses exportations. C’est le Trésor américain qui est là en charge d’un rapport semestriel, où le yuan est étudié (avec d’autres monnaies), mais avec des méthodologies qui laissent place à quelque souplesse politique. De fait, jusqu’à maintenant, la Chine ne manipule pas, officiellement, le yuan/renminbi.

4 - Venons-en alors à la frontière technologique et de manière très visible, à la 5G. Il s’agit de savoir qui, des Etats-Unis ou de la Chine, maîtrise le mieux cette technologie et est à même de l’implanter…partout dans le monde. On comprend l’enjeu et le symbole : qui est le plus en avance dans cette technologie pionnière, celle de la transmission ultra-rapide de masses de données ? Les États-Unis refusent ainsi que Huawei s’implante chez eux, prétextant que les informations transportées pourraient être utilisées par le gouvernement chinois. Ils font pression sur le Canada, où la fille du Président de Huawei est en résidence surveillée (depuis  décembre 2018 !), devant être extradée aux États-Unis, tandis que deux Canadiens sont dans des geôles chinoises (ambiance). Viennent ensuite l’Australie, le Royaume-Uni, l’Europe (Italie, France…), sachant que si Huawei s’installe dans la 5G, outre le symbole, ce sont ses réseaux, technologies et normes qu’elle installe – durablement. Bien sûr, il n’y a pas que la 5G en jeu. Batteries, avions, calculs à grande vitesse, espace… figurent aussi dans cette bataille pour la frontière technologique les brevets, leur protection et les ventes de matériaux sensibles, mais la 5G est à l’avant-poste.

5 - Continuons par la finance et la propriété du capital, avec les interrogations sur les entreprises publiques chinoises ou à capitaux majoritairement chinois dont les États-Unis souhaitent, en fait, la privatisation. Place à la seule économie de marché ! Sachant que ceci ne peut avoir lieu, les autorités américaines souhaitent alors limiter le commerce avec elles, prétextant (comme toujours) qu’elles peuvent transmettre des informations à l’administration chinoise ou qu’elles faussent la concurrence. Avec la montée des tensions, il vient même d’être envisagé par l’administration américaine de sortir de la cote américaine les sociétés chinoises, les privant ainsi de l’accès aux financements en dollars et plus encore de la visibilité qu’offre Wall Street. Mais nous en sommes aux rumeurs.

6 - Faire capoter la place financière de Hong-Kong. En effet, plus grave et plus récemment encore, compte-tenu de ce qui se passe à Hong-Kong, l’idée a circulé de mettre fin au peg (lien fixe) qui relie le Hong-Kong dollar au dollar américain. Le dollar de Hong-Kong fluctue en effet dans une bande autour d’un taux cible de 1 USD pour 7,80 HKD (entre 7,75 et 7,85 HKD pour 1 USD, depuis 2005). En fait, « mettre fin » n’est pas possible du côté américain : c’est la monnaie de Hong Kong qui s’était accrochée à la monnaie américaine, pour renforcer la stabilité de la place financière, mais on peut rendre cette situation intenable. Ceci implique que l’autorité monétaire de Hong-Kong dispose d’assez de réserves en dollars américains pour maintenir le taux de change. Il est ainsi perçu sans risque, « comme du dollar ». De fait, le peg a été soumis à des secousses et aux crises monétaires, mais a toujours tenu. Actuellement, avec ce qui se passe dans le pays menacé par Donald Trump de ne plus être tenu pour une entité séparée de la Chine, le taux de change par rapport au dollar américain est à son minimum. Les autorités américaines peuvent ainsi continuer à inquiéter les investisseurs qui vendraient leurs titres et leurs autres actifs pour sortir du HK dollar et se retrouver, tranquilles, en dollars US ! Mais le Hang Seng a seulement perdu 10% depuis janvier et remonte peu à peu. On a donc le sentiment que les rumeurs américaines contre le peg s’atténuent. Et pour cause : après la place financière de Hong Kong, évidemment en grave danger, qui en souffrira le plus : Shanghai (qui peut en profiter) ou Wall Street ? 

7 – La Chine a compris et se prépare. L’histoire n’est pas finie et va dépendre désormais des élections américaines. Avec Joe Biden, l’accent pourra porter davantage sur les libertés, pas facile, mais va demeurer pour les deux sur les questions de technologie. La Chine va moins investir aux États-Unis et, de façon générale, ralentir ses sorties de capitaux et ses prêts, notamment dans le cadre des routes de la soie. C’est là, avec ses investissements et ses crédits à des pays émergents fragilisés par la pandémie qu’est son point faible : elle le sait et va assouplir ses conditions. 

8 – La Chine en faillite ? Nous n’y sommes pas : sur les trois premiers trimestres de 2019, elle enregistre un surplus de 140 milliards de dollars en compte courant (dont 340 de biens) et de 30 de capitaux, 170 au total, mais avec des erreurs et omissions, en sens inverse… pour le même montant. Pas de réserves en plus donc, bien sûr, presque pas d’or, bien sûr… Les États-Unis devraient plutôt renforcer leurs liens avec leurs alliés, notamment en matière d’innovations, que s’attaquer à une puissance certes opaque mais, surtout, qui joue de manière plus réfléchie et à long terme qu’eux. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
philippe de commynes
- 13/07/2020 - 09:59
Viva Trump ?
Pour qu'il impose un surcroît de taxe de 25 % aux importations Françaises, qu'il soutienne à fond la concurrence déloyale des géants Américains qui ne paient pas d'impôts sur l'argent qu'ils gagnent chez nous, alors que leurs concurrents, nos entreprises, elles en sont écrasées.
Et Trump lui n'a pas de scrupules à s'entendre avec la Chine quand çà l'arrange : faire que la Chine importe des produits agricoles Américains plutôt qu'Européens.
Pourquoi ne pas en faire autant ?
Par exemple pour que la Chine importe des Airbus plutôt que des Boeing ? Surtout que vu comment leurs derniers avions sont foireux le timing serait idéal pour ...sauver des (dizaines?) de milliers d'emplois dans l'aéronautique et le sud-ouest ...
Mais que les partisans de Trump se rassurent, malgré ses rodomontades Macron sait encore qui est son maître ... la preuve il vient de s'exécuter face aux desiderata de Trump en évinçant Huawei de la 5G.
Après tout on ne sait pas ce que notre président doit aux Américains ...
Après tout on avait quasiment un président (Fillon) qui était pour que l'Europe se rabiboche avec la Russie, et comme par hasard il est évincé par un candidat lui à fond pro-US ...
Gastoch
- 12/07/2020 - 20:21
Viva Donald Trump
Ce serait bien de soutenir le POTUS face aux gangsters du PCC, mais non l'ue baisse son froc.