En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

04.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

05.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

06.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 10 heures 37 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 11 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 14 heures 14 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 14 heures 26 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 15 heures 26 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 16 heures 32 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 17 heures 53 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 18 heures 15 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 18 heures 18 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 18 heures 18 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 11 heures 9 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 12 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 14 heures 17 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 14 heures 54 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 16 heures 8 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 17 heures 22 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 18 heures 25 sec
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 18 heures 15 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 18 heures 18 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 18 heures 18 min
© jody amiet / AFP
© jody amiet / AFP
Marché parallèle

Comment le Coronavirus a forcé le business de la drogue à se réinventer (et gagner en efficacité)

Publié le 30 juin 2020
La Covid-19 a accompli ce qu’aucune crise internationale ni aucune politique menée par les États-Unis n'auraient jamais pu obtenir : un effondrement du prix de la feuille de coca (les prix des feuilles dans certaines régions d'Amérique du Sud ont chuté de 73%).
David Weinberger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Weinberger est chercheur à l'institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ). Il a écrit plusieurs articles sur le sujet dont " réseaux criminels et cannabis : Indoor en Europe : maintenant la France ?" et une...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Covid-19 a accompli ce qu’aucune crise internationale ni aucune politique menée par les États-Unis n'auraient jamais pu obtenir : un effondrement du prix de la feuille de coca (les prix des feuilles dans certaines régions d'Amérique du Sud ont chuté de 73%).

Atlantico.fr : Quels sont les impacts de la crise du coronavirus sur le trafic de cocaïne, à court et long termes ?

David Weinberger : La cocaïne, comme toutes les autres drogues qui sont trafiqués en gros volume, utilise les mêmes routes et les mêmes vecteurs de transport que l’économie légale. À partir du moment qu’il y a une diminution des flux liés à la fermeture des frontières, cela a des impacts sur le trafic de cocaïne. En sachant que le trafic de cocaïne a une particularité : il n’est produit que dans les pays andins, donc en Amérique latine, et donc pour arriver en Europe notamment, il doit absolument passer soit par la voie aérienne soit par la voie maritime. Ce dont on est certain, c’est qu’avec la diminution quasiment totale des flux de passagers commerciaux par la voie aérienne, le phénomène des passeurs dits « mules » s’est quasiment entièrement arrêté. En revanche, sur le fret maritime, c’est moins clair et donc on peut estimer que des trafiquants essaient de faire un report des envois qui étaient effectués par mules par frets maritime et aérien.

D’autre part, on observe une diminution certaine de l’activité des forces de police et de douane des luttes anti-drogue qui peut aussi expliquer la diminution des saisies et des arrestations. A la fois il y a dû y avoir une diminution des flux de drogue et une diminution de la réponse publique. Ce sont les deux points qui peuvent expliquer une diminution des saisies : il est difficile d’identifier lequel est le plus important entre les deux.

En quoi le grand krach de la coca de 2020, pierre angulaire de la cocaïne, illustre-t-il combien l’épidémie perturbe tous les aspects du commerce mondial, y compris le trafic de drogues illicites ?

En règle générale, la paupérisation des populations les plus vulnérables en Amérique-latine a diminué les capacités de rémunération. Les petites-mains de l’économie légale et illégale ont dû réviser à la baisse leurs rémunérations. Cela touche les paysans, les cultivateurs de feuilles de coca. En sachant que les feuilles de coca ne sont pas illégales dans ces pays-là, même si elles sont illégales au regard des relations internationales en France. En Colombie, en Bolivie et au Pérou, l’usage de la feuille de coca est un usage traditionnel qui reste légal. Les ventes n’ont néanmoins pas le même usage que la transformation de cocaïne.

En Bolivie, une part de la production est officielle et est destinée à un usage légal : mastication, usage industriel et pharmaceutique. En revanche, il n’y a évidemment pas de soutien pour les activités illégales. La diminution du prix des feuilles de coca est liée à une surproduction par rapport au besoin, selon les lois classiques de l’offre et de la demande. La diminution des capacités de production légale dans les principaux pays producteurs de produits finis (Europe, Chine) peut expliquer une difficulté pour les producteurs de cocaïne à accéder à ces pays très surveillés.

Au lendemain de la crise, à quels changements peut-on s’attendre ? Le trafic sera-t-il structurellement bousculé ? Quels cartels survivront ?

Au niveau de la production, il y aura peu d’évolution. En revanche, cela va accélérer de nouvelles formes de distribution et de vente, avec la promotion de vente à domicile via les réseaux sociaux, déjà très dynamiques et actifs en France depuis au moins cinq ans. Aujourd’hui, pour la cocaïne, la plupart des consommateurs privilégient la vente à domicile. Cette évolution apparaît de manière générique depuis plusieurs années : c’est l’offre commerciale qui s’adapte aux besoins des consommateurs et la période de confinement a d’autant plus stimulé ce type d’offre. On s’approche progressivement d’une fin des cartels : on voit depuis 15 ans, depuis la disparition des cartels colombiens, qu’il s’agit d’organisations criminelles professionnelles. Les changements à venir concernent donc d’abord la distribution

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires