En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

06.

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

07.

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 2 heures 15 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 3 heures 53 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 6 heures 47 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 7 heures 55 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 8 heures 35 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 9 heures 7 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 9 heures 34 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 10 heures 50 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 10 heures 57 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 11 heures 22 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 2 heures 55 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 4 heures 9 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 6 heures 51 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 8 heures 12 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 8 heures 45 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 9 heures 26 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 10 heures 33 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 10 heures 57 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 11 heures 21 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 11 heures 23 min
© JOHN THYS / AFP
© JOHN THYS / AFP
Leviers économiques

Pourquoi la politique monétaire doit trouver d’autres canaux que les banques pour atteindre les entreprises

Publié le 19 juin 2020
Jézabel Couppey-Soubeyran revient sur la dégradation de la situation des entreprises face à la politique monétaire. La crise sanitaire du Covid-19 a fait resurgir le spectre des faillites pour de nombreuses entreprises. La BCE a notamment tenté de déployer un certain nombre de mesures face à l'impact économique de la pandémie.
Jézabel Couppey-Soubeyran
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jézabel Couppey-Soubeyran est maître de conférences en économie à l'université Paris I, où elle dirige le Master 2 Professionnel "Contrôle des risques bancaires, sécurité financière et conformité". Elle est l'auteure de Blablabanque. Le discours...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jézabel Couppey-Soubeyran revient sur la dégradation de la situation des entreprises face à la politique monétaire. La crise sanitaire du Covid-19 a fait resurgir le spectre des faillites pour de nombreuses entreprises. La BCE a notamment tenté de déployer un certain nombre de mesures face à l'impact économique de la pandémie.

Atlantico.fr : Quel lien pouvez-vous faire entre la dégradation de la situation des entreprises et la politique monétaire ?

Jézabel Couppey-Soubeyran : La crise sanitaire fait planer un risque de faillite pour bon nombre d’entreprises, notamment celles des secteurs du commerce, du bâtiment, de la restauration et du tourisme qui sont parmi les plus exposées. Une réponse adéquate de politique économique permettrait de l’éviter. La combinaison actuelle des politiques budgétaires et monétaire dans les pays de zone euro dont la France en est-elle une ? Ce n’est pas sûr. Les plans budgétaires misent surtout sur les garanties de crédits et apportent assez peu d’aides directes. Ils sont également pour le moment insuffisamment tournés vers l’investissement. Quant à la politique monétaire de la BCE, elle déploie, certes à plus grande échelle, des instruments qu’elle utilisait déjà pour gérer les conséquences de la crise financière de 2007-2008. On en connaît les effets. Dans l’ensemble, les banques répercutent assez peu les refinancements ultra accommodants dont elles bénéficient (ils sont aujourd’hui encore plus coûteux qu’auparavant pour la BCE car à taux négatifs pour une partie d’entre eux), car leur modèle d’activité – surtout pour les plus grandes d’entre elles qui concentrent la majeure partie du marché –   s’est assez largement détourné du crédit à l’investissement des entreprises, et notamment aux PME qui sont pourtant les plus dépendantes du crédit bancaire pour se financer. Les entreprises ne profitent guère davantage des achats d’actifs hormis les plus grandes d’entre elles qui peuvent se financer sur les marchés obligataires et profitent du niveau très bas des taux longs ou dont les titres de dette font partie de ceux achetés par la BCE. Les 1350 milliards d’euros de programme d’achats d’actifs spécial pandémie ne produiront pas d’effets différents. Rien ne vient donc véritablement réamorcer l’activité des entreprises en difficulté.

Quel rôle jouent les banques dans cette situation ?

Dans la situation actuelle, les banques sont censées relayer auprès de leurs clients le soutien dont elles bénéficient, tant auprès de la BCE qui leur donnent un accès illimité et maintenant même subventionné à la liquidité, qu’auprès de leurs superviseurs (BCE pour les banques d’importance, superviseurs nationaux pour les celles de moindres importance) et régulateurs (Commission européenne, Autorité bancaire européenne) qui jouent la carte de la flexibilité prudentielle et desserrent les exigences le temps de la crise sanitaire (Cf. Policy Brief CEPII n°32FR Mai 2020). Le feront-elles suffisamment ? Soutiendront-elles suffisamment par des crédits de trésorerie les entreprises en ayant besoin ? Financeront-elles les projets d’investissement de celles qui en ont encore ? On peut en douter car la transformation de leur modèle d’activité, au cours des décennies d’avant crise financière, a sensiblement détérioré le canal de transmission qu’elles constituent pour la politique monétaire. Quant à l’impact des exigences prudentielles sur l’activité de crédit, les lobbyistes de banques n’ont eu de cesse de répéter qu’elles les empêchaient de financer leurs clients comme elles le souhaiteraient, alors nous allons avoir l’occasion de vérifier si lorsque ces contraintes sont relâchées, le crédit aux entreprises repart généreusement. On peut nourrir quelques doutes là aussi, d’autant que dans le configuration actuelle, les banques qui ne disposeront pas de coussins de fonds propres suffisamment épais seront vite fragilisées par les défauts de remboursement qui accompagneront nécessairement les difficultés des entreprises. Le superviseur pourra fermer les yeux un certain temps, assouplir les conditions d’enregistrement des créances douteuses, les différer, etc. mais il ne pourra pas le faire longtemps sans que les difficultés surgissent. Les fonds propres sont en réalité indispensables à l’activité de crédit. Laisser les coussins de fonds propres se dégonfler, si la crise dure et que les pertes s’accumulent au bilan des banques, ne sera pas la bonne option.

En outre, même à supposer que les banques jouent le jeu, qu’elles relaient bien à la fois la politique monétaire ultra accommodante dont elles bénéficient et l’accompagnement plus que bienveillant des superviseurs en ces temps de crise sanitaire, par un soutien sans faille à leur clientèle d’entreprises, il restera à se demander si le crédit, ou l’accumulation des dettes est la meilleure façon de répondre à la crise actuelle. Ce n’est pas du tout certain. D’une part parce que les entreprises sont entrées dans cette crise sanitaire avec, pour beaucoup d’entre elles, une structure financière déjà fragile en raison d’un endettement déjà grand, d’autre part, parce que les entreprises qui ont été les plus éprouvées par la crise sanitaire, avec une mise à l’arrêt de leur activité, des pertes et des manques à gagner, risquent d’être encore plus fragilisées par de nouvelles dettes. Car comment feront-elles pour les rembourser ? Ce ne sont pas des crédits dont celles-ci ont besoin mais des aides directes, des transferts non remboursables.

Quels leviers économiques peuvent être actionnés pour résoudre cette problématique ?

La politique budgétaire devrait dans le contexte actuel mobiliser davantage d’aides directes sans forme de transferts non remboursables. Et pour que cette prise en charge ne reporte pas la fragilité sur les États et que ceux-ci ne s’exposent pas à un risque d’insoutenabilité de leur dette en en émettant au-delà de ce qu’ils seront capables de rembourser ou de rouler, il serait judicieux que les États bénéficient eux-mêmes de transferts non remboursables de monnaie centrale.

Un pan de la politique monétaire pourrait ainsi consister en transferts directs de monnaie centrale aux États, cela faciliterait grandement leurs politiques budgétaires. Ces transferts de monnaie centrale pourraient aussi aller directement aux ménages et aux entreprises. Les entreprises y gagneraient un vrai coup de pouce pour réamorcer leur activité. Et au plan macro, la monnaie centrale créée se retrouverait alors quasi instantanément dans l’économie réelle, au lieu comme aujourd’hui de tourner en boucle dans la sphère bancaire et financière sans effets sur l’économie réelle.

Ce serait de la monnaie hélicoptère au sens large, déployée vers toutes ses destinations possibles : les Etats, les ménages, les entreprises (cf. https://www.veblen-institute.org/La-monnaie-helicoptere-contre-la-depres...). Cela présenterait deux avantages majeurs par rapport au dispositif monétaire actuel : il n’y aurait plus à attendre que les banques et les marchés financiers relaient la politique monétaire (ce qui tombe bien, car sinon il nous faudra attendre longtemps) et cela constituerait un mode de financement détaché de la dette, ce qui dans la situation actuelle soulagerait grandement les Etats et les entreprises.

Le coût serait pour la BCE, qui est au sein de notre système économique l’institution la plus à même de supporter une perte sans dommage sur son fonctionnement dès lors qu’elle parviendra à convaincre la collectivité qu’elle agit dans son intérêt. Ce qui serait bel et bien le cas, car la monnaie centrale deviendrait alors une monnaie libre et citoyenne pour gérer la crise et remettre nos économies sur les rails d’une croissance soutenable et plus inclusive.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires