En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

03.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

04.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

05.

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

06.

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

07.

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 8 min 17 sec
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 2 heures 12 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 2 heures 51 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 3 heures 58 min
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 4 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 18 heures 21 min
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 19 heures 24 min
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 21 heures 13 min
pépite vidéo > Justice
Ministre de la Justice
Eric Dupond-Moretti : "Mon ministère sera celui de l’antiracisme et des droits de l’Homme"
il y a 23 heures 30 min
décryptage > Environnement
Bonne méthode

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

il y a 1 jour 49 min
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 1 heure 19 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 2 heures 27 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 3 heures 18 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 4 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 18 heures 9 min
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 18 heures 56 min
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 20 heures 23 min
pépites > Santé
Cour de justice de la République
Coronavirus : l'enquête judiciaire de la CJR contre Edouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn est ouverte
il y a 22 heures 54 min
décryptage > Environnement
Wiki Agri

Julien Denormandie : un proche d'Emmanuel Macron devient ministre de l'Agriculture

il y a 1 jour 32 min
décryptage > Environnement
Politique climatique

Le Pacte vert : le bon, la brute et le truand

il y a 1 jour 1 heure
© GERARD JULIEN / AFP
© GERARD JULIEN / AFP
Méthode efficace

Radioscopie des armes rhétoriques des discours anti-establishment à la Raoult

Publié le 29 mai 2020
Philippe Moreau-Chevrolet décrypte et analyse la stratégie et l'attitude du professeur Didier Raoult dans le cadre de ses entretiens aux médias. Philippe Moreau-Chevrolet revient également sur les enjeux politiques et médicaux autour de la figure du professeur Raoult et de la chloroquine.
Philippe Moreau-Chevrolet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Moreau-Chevrolet est communicant et co-fondateur de l'agence de conseils en communication MCBG Conseil.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Moreau-Chevrolet décrypte et analyse la stratégie et l'attitude du professeur Didier Raoult dans le cadre de ses entretiens aux médias. Philippe Moreau-Chevrolet revient également sur les enjeux politiques et médicaux autour de la figure du professeur Raoult et de la chloroquine.

Face au phénomène médiatique Raoult, il est tentant de procéder par jugement a priori- il est dingue et il raconte n'importe quoi, ou c'est un génie et il dit la vérité vraie. Il est plus intéressant de se pencher sur sa communication et de regarder sa cohérence. 

Ce qui frappe, d'abord, c'est son attitude par rapport aux médias. Il instaure d'emblée un rapport de force, qu'il maintient pendant l'interview, avec des piqûres de rappel - je n'ai pas besoin de vous parler, je fais de l'audience, vous êtes incompétent, les médias nuisent etc. Cette posture est étonnante parce qu’elle détonne dans le domaine médical. On retrouve cette attitude et cette technique de "prise de pouvoir" sur l'interview, assez primitive, plutôt chez des politiques : Bayrou 2007, la famille Le Pen, certains macronistes ou certains LR.

Primitive ne veut pas dire bête : cette méthode marche. Elle décourage les questions difficiles, mais surtout elle "parle" au public. Il n'y a pas, comme Bayrou l'a démontré en 2007, ou Mélenchon d'ailleurs, de brevet plus simple d'"anti-establishment" que d'attaquer la presse. Quand Bayrou s’en prend à Claire Chazal, après voir flanqué une baffe à un gamin qui lui faisait les poches, il se révèle plus sûrement aux yeux du public qu'en publiant une cinquième biographie d'Henri IV. Paris vaut bien une baffe, figurée ou littérale. Donc Raoult utilise ce dispositif. Et ça plaît. L'interview devient un match et d'une certaine façon, il se "passe" quelque chose. Par Pujadas, c'est en réalité tout l'appareil de pouvoir politico-médical que Raoult affronte, comme un héros affronte un monstre.

Pour comprendre que c'est une technique et que c'est assez malin, Il faut faire exactement ce que font les partisans de Raoult : regarder dans le moteur. Quel est le moteur de Didier Raoult ? Il faut d'abord rappeler que Didier Raoult n'est pas un "petit" contre les "gros" de l'industrie médicale. Il dirige un institut qui a un énorme budget, très bien implanté, avec des politiques - LR, mais ça tient à la couleur politique locale - à son conseil d’administration. Son bras droit, qui gère sa communication, est un député suppléant LREM. Ce n'est pas un "société civile". C'est un politique. Ce n'est pas une critique. Par ailleurs, il fait plutôt très bien le job. Mais le fait est que tout cela constitue un socle. Didier Raoult écrit par ailleurs ou a écrit, en masse, dans les revues comme The Lancet. Ou dans les revues médicales en général. Autrement dit, ce n'est en rien un marginal dans son secteur. Il a grandi dans ces institutions.

D'ailleurs, il ne le nie pas. C'est, en réalité, l'un des moteurs de sa popularité : il peut alterner rappels de sa légitimité médicale, qui est bien établie, et attaques contre le système. Comme Macron, en 2017, pouvait à la fois incarner le fils de bonne famille de l'élite et le rebelle amoureux de sa prof de français, prêt à bousculer la technostructure. Cumuler à la fois une position de pouvoir forte et un discours anti-système est un énorme atout : on a une légitimité à la base qui donne encore plus de poids à sa critique.

Et on peut avoir, comme Macron, des réseaux et des financements qui aident pour une présidentielle. Tout en partant en guerre contre les élites qui ne comprennent rien et ont fait leur temps. Mélenchon est un peu dans ce schéma aussi. Ancien sénateur, voyageant en première mais anti-système. C'est ce qui le rend vulnérable à quelqu'un comme Ruffin, par exemple, qui aligne sa réalité (il se paye au SMIC) et ses principes. Pour revenir à Raoult, il a lancé un objet dans le débat, la chloroquine. Et là, ça devient intéressant.

La chloroquine est d'abord apparue, comme à chaque épidémie, comme le remède miracle qui allait nous sauver. C'est une constante dans toutes les épidémies : un homme, souvent contre le système, propose quelque chose pour nous sauver, et on a envie de le croire. C'est l'un des moteurs du film "Contagion", où Jude Law incarne cette figure à la marge, proposant un remède en apparence simple, peu coûteux, et que tout le "système" veut nous cacher. Jude Law est un blogueur sans légitimité médicale. La comparaison s'arrête là. Mais ça veut dire une chose : on est "câblés" pour avoir ce type d'espérances, en temps de crise. Donc Didier Raoult, en proposant la chloroquine, répondait à un schéma à la fois universel et fondamental dans notre façon de "gérer" émotionnellement une crise de ce genre.

L'attitude des pouvoirs publics vis-à-vis de Didier Raoult a, par ailleurs, été parfaitement incompréhensible, et ils ont fait beaucoup pour sa popularité. Et celle de la chloroquine. Au lieu d'avoir une attitude ouverte, en accueillant sa proposition et en accompagnant l'émotion populaire, les dirigeants politiques ont attaqué frontalement Raoult dans un premier temps, allant jusqu'à remettre en cause la nécessité de faire des tests sur la population. Comme le faisait Raoult. On a donné le sentiment qu'on refusait son traitement par principe.

Et dans un deuxième temps, d'une manière tout aussi incompréhensible, le Président s'est rendu chez Raoult. Ce n'est pas anodin : les chefs de partis sont convoqués à l'Elysée. Là, en pleine crise, c'est l'Elysée qui va chez Didier Raoult. Ce qui envoie un message contradictoire. Pourquoi l'Elysée va-t-il voir Raoult, si Raoult dit n'importe quoi ? La réalité est assez prosaïque : Macron veut tenter de récupérer politiquement ce qu'il peut du "mouvement" Raoult et il a une politique systématique de "couverture" de ses adversaires. C'est ce qu'on appelle le "baiser de l'araignée" : je te rencontre, je te nomme ministre ou je te fais député, pour affaiblir ou diviser ton camp et diminuer ta "charge" politique, voire récupérer toute cette belle énergie ;) Macron est un champion de la discipline. 

Sauf que là, en réalité, les conséquences étaient aussi médicales. La "politisation" du débat a fait que des élus LR, par ailleurs proches de Raoult ou à son conseil d'administration, donc solidaires, l'ont soutenu. Et la chloroquine est devenue un objet politique. En réalité il y a 2 façons de voir la chloroquine : comme un objet médical ou comme un objet politique. Soit on considère que c'est un objet politique. Et il ressemble au mur de Trump : c'est un objet magique, que Raoult répète comme un mantra, en le parant de toutes ses vertus. La chloroquine est présente depuis la nuit de temps - argument classique du paramédical -, elle n'est pas dangereuse, elle guérit à la fois au début de l'infection et dans les cas graves. Elle va nous débarrasser de l'épidémie. Le preuve, regardez Marseille et nos 4000 malades. Il faut noter que, face à Apolline de Malherbe, Didier Raoult insiste sur le fait que la chloroquine guérit aussi les cas graves. Réécoutez l'interview, c'est un même un passage qui a été caricaturé par Canteloup - "la chloroquine ramène l'être aimé", etc.

Donc c'est un objet politique, un peu comme le "mur" de Trump : il est magique, il est beau, il est grand et va résoudre nos problèmes. Pour ceux qui s'intéressent à cette technique réthorique, une excellente vidéo :

Ou la chloroquine est un objet médical et là, on a un problème. Parce qu'il existe 2 systèmes d'évaluation concurrents : le système officiel, un peu discrédité par l'agressivité injustifiée et paradoxale (je t'aime pas /je t'aime) du gouvernement au départ, et le système Raoult.

Dans un contexte où l'OMS et les médecins se sont trompés au début - c'est une "grippette" -, ce qui est normal mais laisse des traces, et où les politiques en France ont donné pour la 1ère fois le sentiment que l'Etat ne pouvait pas tout... C'est une vraie concurrence. La question ne sera pas résolue même si Raoult perd sur le terrain médical. Il est trop tard. La question est: que va faire Raoult de ce capital médiatique ? Il explique ne pas avoir besoin de la presse. Mais en réalité, comme beaucoup de personnalités qui critiquent la presse. Il donne des interviews sans arrêt. Il nie avoir des ambitions politiques mais un parcours de communication qui passe par BFMTV, LCI, l’Express... est aussi un parcours politique. Comme avec tous les profils de ce type qui émergent en ce moment, on regardera avant tout les actes.

Retrouver le thread de Philippe Moreau Chevrolet sur Twitter : https://twitter.com/moreauchevrolet/status/1265559516525068289

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
brennec
- 30/05/2020 - 11:20
tout ou rien
L'état ne peut pas tout? de fait il ne peut rien, même pas acheter des masques.
besicles
- 29/05/2020 - 19:50
Bravo pour cet article éclairant !
Après cette analyse brillante de la situation on peut enfin savoir si l'hydroxychloroquine est efficace ou non pour soigner, avec quel protocole et pour quels types de malades. Les mots vides de la com. c'est vraiment de la mauvaise peinture, une seule couche qui masque et laisse une impression de négligé. Heureusement que la pandémie elle-même semble désormais plutôt bonne pâte !
assougoudrel
- 29/05/2020 - 12:34
Le Pr Raoult a rejoint les
Trump, Poutine Bachar Al Assad et la famille Le Pen. "Appeler Raoul" c'est vomir en argot; ils lui vomissent dessus et l'auteur de l'article ne se fait pas prier.