En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 3 heures 34 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 5 heures 50 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 7 heures 23 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 9 heures 5 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 11 heures 28 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 11 heures 49 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 12 heures 12 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 12 heures 36 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 12 heures 52 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 13 heures 13 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 4 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 6 heures 49 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 8 heures 35 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 10 heures 8 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 11 heures 38 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 11 heures 53 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 12 heures 16 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 12 heures 37 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 13 heures 10 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 13 heures 34 min
© DOUGLAS MAGNO / AFP
Un chercheur chinois travaille sur le vaccin contre la CoVid19
© DOUGLAS MAGNO / AFP
Un chercheur chinois travaille sur le vaccin contre la CoVid19
Économie

La guerre mondiale des vaccins n‘aura pas lieu mais la spéculation financière est déjà débridée

Publié le 21 mai 2020
Alors qu’on pensait qu’il fallait au minimum entre 18 mois et 3 ans pour disposer d’un vaccin, on s’aperçoit que le sprint est lancé pour un marché qui sera très certainement décevant. En attendant, tout le monde spécule.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu’on pensait qu’il fallait au minimum entre 18 mois et 3 ans pour disposer d’un vaccin, on s’aperçoit que le sprint est lancé pour un marché qui sera très certainement décevant. En attendant, tout le monde spécule.

Il y a plus de quinze ans, le grand patron français d’une grande entreprise pharmaceutique devenue multinationale expliquait que la préoccupation de la planète toute entière était de trouver des remèdes au virus du sida. « Nous mettrons beaucoup de temps à trouver un vaccin, mais nous réussirons à trouver des traitements ».

Aujourd‘hui, quinze plus tard et 38 millions de victimes dans le monde, l’industrie pharmaceutique a découvert des traitements qui garantissent qu’un malade infecté du virus HIV ne pourra pas mourir du sida... mais la même industrie n’a toujours pas découvert un vaccin. 

Le vaccin, dans la gamme des produits de santé, est un des produits les plus difficiles à mettre au point et à commercialiser parce que le vaccin est finalement beaucoup moins rentable pour l’industrie que le traitement. 

Le vaccin, s‘il est bon, c’est une dose, une injection et le patient sera protégé toute sa vie. Alors que le traitement, il faut le prendre toute sa vie durant une fois par jour, parfois plus. 

Avec le Covid-19, il y a fâcheusement un grand risque qu'il se passe ce qu’il s’est passé avec le sida il y a quinze ans. Beaucoup de communication, beaucoup de spéculation financière et au final, assez peu de résultat. 

Ce qui s’est joué cette semaine donne un aperçu des enjeux et des montages plus ou moins responsables que les grands labos et les Etats préparent pour répondre à l’inquiétude populaire.

On a vu cette semaine un laboratoire américain, Moderna, commencer les premiers tests de validation pour un vaccin qui pourrait être mis à la disposition des systèmes de santé vers la fin de l’année. Du coup, l’action de la société a grimpé de 20% en quelques heures alors qu’elle était déjà orientée à la hausse depuis le début de l’épidémie. Ses trois animateurs, chercheurs et fondateurs, ont engrangé plus d’un milliard de dollars chacun. 

Mais cette semaine, on a aussi appris que l’Amérique de Donald Trump avait préacheté les vaccins que Sanofi a promis de sortir dans les six mois. Devant l’émotion suscitée en France et l’onde de choc dans les milieux politiques, les dirigeants de Sanofi ont démenti l'information en disant que tout le monde serait servi équitablement, mais personne ne les a crus quand on a su que la recherche avait été principalement financée par des fonds américains. 

Cette semaine encore, Emmanuel Macron et Angela Merkel ont annoncé ensemble leur intention commune de créer une industrie du médicament à l’échelle européenne. 

Quant aux Chinois, ils ont essayé de se situer au-dessus de la mêlée en affirmant haut et fort qu’ils donneront au monde entier l’accès à leurs vaccins. Il faut croire qu‘ils ont beaucoup de choses à se faire pardonner pour faire preuve d’une telle mansuétude. 

Pour terminer, on a compris que Donald Trump menaçait de couper les vivres à l’OMS, l’Organisation mondiale de la santé, si cette institution internationale ne parvenait pas à découvrir les origines du Covid-19 et surtout, à confondre les coupables qui, pour lui, sont forcément chinois. 

Difficile de ne pas penser que tous ces protagonistes ne préparent pas une guerre mondiale du vaccin.

D’autant que l’enjeu sanitaire est évident parce que si les pays déconfinent progressivement aujourd’hui, le virus n’a pas disparu pour autant et va nous obliger à se protéger tant qu’on n’aura pas de traitement efficace ou mieux, un vaccin. Cette pandémie étant mondiale, plus de 7 milliards d’êtres humains vont avoir besoin de se protéger. Avec des milliards de doses. L’enjeu sanitaire a donc engendré un enjeu économique et financier considérable, sans parler de l’enjeu politique.  Le pays qui aura le vaccin le premier verra son crédit politique grimper à l’échelle planétaire.

 Cette partie de Monopoly industriel et financier risque quand même de se transformer en partie de poker menteur. 

La mise au point d’un vaccin coute extrêmement cher :  au bas mot 2 milliards de dollars. Parce que la mise au point, la validation du vaccin et sa fabrication demandent des armées de chercheurs pendant plusieurs années. Parce qu’il faut être absolument sûr qu’il fonctionne. Et s’il fonctionne bien, on ne vendra qu‘une injection par personne. 

Pour tous les labos du monde, il y a des médicaments beaucoup plus rentables. Tout ce qui touche aux maladies cardio-vasculaires par exemple, ou à la lutte contre le cancer. 

Plus qu’avec le sida, le Covid-19 fait courir d’immenses risques financiers aux industriels, aux investisseurs et Etats qui sont appelés à l’aide pour le financement. En plus, le grand gagnant sera le premier, à condition que le virus ne disparaisse pas (or ça peut arriver). On a plein d’exemples. Il faut aussi que le virus ne mute pas sinon le vaccin ne marche plus. 

A la table de poker, il y aurait actuellement plus de 100 entreprises ou laboratoires qui auraient déclaré vouloir développer des projets. En dehors de Moderna, américain qui a pris tout le monde de court cette semaine en expliquant que les équipes étaient quasiment prêtes à sortir le vaccin, les très gros labos qui sont dans la course, sont aussi les plus connus : 

Glaxo un champion de l’antibiotique, le Clamoxil c’est lui.

Merckx, un allemand. 

Pfizer un américain installé dans le monde entier, très en pointe sur les anticancéreux mais aussi le fabricant du viagra entre autres 

Johnson et Johnson, américain et Sanofi-pasteur d’origine française 

Dans les très gros, des américains, des anglais, un français et un allemand. Et par ailleurs trois laboratoires chinois.  

Alors dans la perspective de cette bataille, on sait qu‘il y a eu des alliances scientifiques et financières (par exemple entre Sanofi et des laboratoires américains) mais ce qui est intéressant, c’est que la course se déroule sur des terrains différents 

1er terrain : celui de la recherche, il y a une assez bonne solidarité des chercheurs du monde entier. Les gouvernements n’en parlent pas parce qu’ils veulent se réserver le bon rôle, mais il existe une internationale de la recherche scientifique en matière de santé. C’est une valeur commune.  Ça veut dire que tout le monde va trouver au même moment. Mais ça ne signifie pas que les résultats financiers seront partagés, ni même que les tous les pays seront servis équitablement. 

2e terrain de compétition, très réelle cette fois, qui porte sur la concurrence pour trouver des capitaux, et comme a priori, le vaccin est mal aimé des analystes financiers qui considèrent qu‘il est moins rentable qu‘un traitement, il faut que chacun aille chercher des investisseurs. Et du coup, on va chercher des fonds publics. 

3e terrain, très politique : si on va chercher des fonds publics, on active de fait une compétition entre les Etats pour disposer du vaccin en premier, d’où le travail au niveau européen qui démarre mais avec du retard. D’où l’annonce des Chinois qui donneraient au monde leurs vaccins. D’où l’arrogance américaine qui explique que « si je paie, j’en profite ». 

Au total, le marché des vaccins dont beaucoup pensent que c’est un eldorado, apparaît très souvent comme un champ de mines où on peut aussi se ruiner. Enjeu sanitaire, oui, mais enjeu financier risqué, enjeu industriel risqué parce qu’il faudra fabriquer les milliards de doses et par conséquent, enjeu stratégique. Chaque Etat aurait intérêt à être équipé en masques, en tests et en vaccins. Mais chaque Etat n’en a pas forcément les moyens. 

Aujourd’hui, alors que le virus continue de circuler, les populations attendent bien évidemment le vaccin parce que c’est le seul moyen de se protéger définitivement de ce type de contagion, mais comme souvent une partie non négligeable s’en méfie.  Et c’est d’ailleurs un problème très français. 

La France est le pays au monde où la population se méfie le plus des vaccins et refuse. Entre 25 et 30% renoncent à la vaccination, ce qui fait que depuis trois ans maintenant, on connait une reprise des infections de rougeole et de variole qui est redoutable, au point où il a fallu imposer aux parents la vaccination de leurs enfants, sinon ils ne rentraient pas à l’école maternelle. C’est une question de santé publique. Mais c’est une question compliquée à résoudre dans des pays où la liberté individuelle est sacrée. Où la parole de l’expert n’est pas toujours écoutée. Elle est suspecte. C’est une question de confiance dans le système. Or, les Français ont perdu depuis l’arrivée du coronavirus une grande partie de la confiance qu’ils avaient dans le système de santé. Ils préfèrent se tourner vers les médecines douces, naturelles plutôt que d’accepter les antibiotiques ou les vaccins. Dans la même logique, la même société française oubliera les mesures élémentaires d’hygiène, les gestes barrières, et le port du masque. 

Et comme les Français ne sont pas à une contradiction près, ils se méfient des vaccins mais ne comprennent pas pourquoi une entreprise française ne serait pas tenue de servir en premier son pays. Beaucoup ont critiqué et même vilipendé le gouvernement de ne pas avoir constitué des stocks stratégiques en masques et en tests, et sans doute avaient-ils raison. Mais les mêmes refuseront aujourd’hui de les porter alors qu'ils sont disponibles, comme ils oublieront de respecter les distanciations. Et demain encore, les mêmes refuseront que le vaccin soit obligatoire, et oublieront de se faire vacciner. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jean-Marc Sylvestre
- 21/05/2020 - 18:35
ca ne me déplaît pas ..
n ‘en déplaise .. aucune raison , je suis entièrement d ‘accord avec vous , je ne comprend d’ailleurs pas votre grogne .. mes propos sur la vaccination sont ambiguïté. Nous somme en france le pays développé au monde qui vaccinons le moins et je trouve cela inquiétant en plus pour des raisons idelologiques , religieuses parfois ; éthiques peut etre mais surtout par bêtise ou manque d’informations . un sondage recent nous apprend que 30 % de la population ne se vaccinera pas contre le covid19 si le vaccin existe. C’est très inquiétant pour tout le monde .
je suis désolé pour la variole , virus dont le vaccin n’est pas obligatoire depuis plus de 10ans a la suite d’un lobbying d’associations auxquelles le ministre de la sante a cede pour de mauvaises raisons . la variole a disparu tant mieux ... mais franchement je suis heureux qu on soit d accord ; merci monsieur qui vous cachez sous le pseudo de Didou 33, et je me demande encore pourquoi ?
Papy Atlantico
- 21/05/2020 - 10:34
N'en déplaise à M Sylvestre,
N'en déplaise à M Sylvestre, il n'y a pas de recrudescence de la variole, car cette maladie a été totalement éradiquée, grâce à la vaccination justement. Le virus de la variole n'existe plus que dans 2 ou 3 laboratoires P4.
La vaccination contre la variole n'est plus d'actualité depuis longtemps.
Par contre, il y a bien une recrudescence de la rougeole, maladie quelques fois mortelle, due au trop faible taux de vaccination. Ceux qui refusent la vaccination mettent leurs jours en danger, ce qui est leur droit, mais mettent aussi les autres en danger, ce qui est inacceptable.