En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

02.

Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1

03.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

04.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

05.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

06.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

07.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Traité d’antidiplomatie

il y a 16 min 27 sec
décryptage > International
Retour vers le passé

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

il y a 59 min 5 sec
décryptage > France
La ruée vers l'Ouest

Quel impact des canicules sur l’immobilier ?

il y a 1 heure 13 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Cléopâtre

il y a 1 heure 41 min
pépites > International
Drame
Niger : six touristes français et leurs deux guides tués par des hommes armés
il y a 16 heures 50 min
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 18 heures 20 min
pépite vidéo > Europe
Les "jeunes" à la plage
Belgique : émeutes sur des plages pour cause de "distanciation" non respectée
il y a 19 heures 13 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 21 heures 30 min
pépites > Santé
Sortez couverts
Ile-de-France : les zones où le masque devient obligatoire à partir de ce lundi
il y a 22 heures 26 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 23 heures 49 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez
il y a 37 min 23 sec
décryptage > High-tech
Fake news

Vidéos trafiquées : les deepfakes deviennent de plus en plus faciles à produire et de plus en plus crédibles

il y a 1 heure 5 min
décryptage > Economie
Classement

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

il y a 1 heure 26 min
light > Media
Accident industriel
Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1
il y a 16 heures 37 min
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 18 heures 3 min
pépite vidéo > International
Catastrophe écologique
Ile Maurice : des images aériennes montrent l'étendue de la marée noire qui menace
il y a 18 heures 36 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 21 heures 12 min
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Covid-19 : deux tiers des Français favorables au port obligatoire du masque à l’extérieur
il y a 22 heures 28 sec
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 23 heures 33 min
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 1 jour 30 min
© PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
© PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
Rassemblements interdits

Mgr Bernard Ginoux : « L’Eglise ne propose ni idoles, ni petites recettes de bien-être et c’est précisément pour cela qu’elle est essentielle »

Publié le 10 mai 2020
L’évêque de Montauban ne comprend pas pourquoi la célébration publique des messes restera interdite après le 11 mai, alors que l'eucharistie est un besoin essentiel des croyants.
Mgr Bernard Ginoux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mgr Bernard Ginoux est évêque de Montauban depuis 2007.
Voir la bio
Pauline de Préval
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pauline de Préval est journaliste et réalisatrice. Auteure en janvier 2012 de Jeanne d’Arc, la sainteté casquée, aux éditions du Seuil, elle a publié en septembre 2015 Une saison au Thoronet, carnets spirituels.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’évêque de Montauban ne comprend pas pourquoi la célébration publique des messes restera interdite après le 11 mai, alors que l'eucharistie est un besoin essentiel des croyants.

Pauline de Préval : Le gouvernement a interdit la reprise de la célébration publique de la messe après le 11 mai. Comment avez-vous réagi à cette décision ?

Mgr Bernard Ginoux : Je n’ai pas compris, puisque tous les commerces rouvraient peu à peu. Cela me paraît un abus de pouvoir. L’Etat n’a pas se mêler de la manière dont nous vivons le culte. Il doit être garant de sa liberté. Or si on ne peut pas participer à l’eucharistie, où est cette liberté ?

Le ministre de l’Intérieur, monsieur Castaner, a déclaré que la prière n’a pas forcément besoin de lieu de rassemblement ». Après tout, en effet, est-ce que chacun ne peut pas lire l’Evangile chez lui et prier dans son for intérieur ?

Il est vrai qu’on peut prier partout. En ce sens, Monsieur Castaner a raison quand il parle de la prière, mais il oublie ou il connaît mal ce qu’est la foi catholique. Notre foi est nourrie par les sacrements et particulièrement par l’eucharistie. La messe n’est pas juste un rassemblement, une écoute de la parole de Dieu et de son commentaire, comme à la synagogue ou à la mosquée. A la messe, c’est le Christ lui-même passé le la mort à la vie qui se rend présent dans l’eucharistie pour que nous soyons nourris de sa présence et que nous la portions au monde. Le pain et le vin deviennent son corps et son sang. Le célébrant, au nom de l’église, accomplit ce que le Christ a demandé le soir du Jeudi Saint : « Faites ceci en mémoire de moi. Ceci est mon corps. Ceci est mon sang », c’est à dire la venue sur l’autel de la présence réelle du corps et du sang du Christ pour que nous le recevions : « Celui qui mange ma chair a la vie en lui ». 

L’eucharistie est donc un bien de première nécessité ?

Oui, c’est notre nourriture essentielle. Un besoin vital à la fois pour les fidèles et pour ceux qui célèbrent. Dans certains pays où la foi chrétienne est peu développée, des gens font des kilomètres pour aller communier. Beaucoup ont été martyrisés pour aller à la messe.

Pour pallier l’absence de célébration publique, certains prêtres ont pourtant célébré la messe devant une caméra. Pourquoi ne pas continuer ainsi ?

Comme vous dites, c’est un palliatif. Je le fais moi-même sur la chaîne YouTube de mon diocèse et beaucoup de gens s’en trouvent bien, mais cela ne suffit pas. Quand vous regardez un repas à la télévision, cela ne vous nourrit pas. De même, vous ne pouvez pas être nourri de l’eucharistie même si vous la suivez en direct. Nous, les prêtres, nous sommes au service non pas d’un Dieu virtuel, mais du Christ qui se rend réellement présent dans l’eucharistie. Lorsque je célèbre la messe, ce n’est pas moi qui agis, c’est le Christ. Et si je veux mettre les fidèles en communion avec lui, il faut qu’ils en vivent directement. Ma mission est de leur apporter la présence réelle. Zoom, WhatsApp, Skype, c’est bien, mais ce n’est pas la même chose que de serrer un être cher dans ses bras.

Est-ce que les prêtres n’auraient pas aussi un rôle à jouer aussi dans l’accompagnement des malades, des mourants et de leurs familles ? Alors qu’on assiste à un retour en force de la mort avec cette épidémie, jamais elle n’a été aussi escamotée, que ce soit dans les EHPAD ou lors des obsèques pratiquées en catimini …

Absolument. Personnellement, j’ai une expérience d’aumônier d’hôpital dans les années 1995-2000. J’ai donc vécu les grands moments du SIDA, la peur de malades, car on les croyait contagieux. On retrouve un peu la même chose aujourd’hui. C’est pourquoi j’ai dit aux prêtres et aux diacres de mon diocèse : allez auprès des malades. Portez-leur la communion. Donnez-leur le sacrement des malades. J’ai demandé aussi que les obsèques religieuses soient célébrées dans les églises et non pas seulement par une vague bénédiction au cimetière. Les familles avaient ainsi le réconfort d’une prière, d’un accompagnement, d’une présence de la parole de Dieu.  

Nous sommes dans une société qui a évacué la mort. Certains jeunes et même certains adultes n’ont jamais rencontré la mort, et lorsqu’ils la rencontrent, ils sont désemparés. Dans les EHPAD, on entretient les gens dans la même ignorance. Il y a trente ans déjà, les maisons de retraite ne faisaient pas connaître les morts survenues dans leurs établissements pour ne pas effrayer les autres, ce qui ne faisait en réalité que les plonger dans une anxiété plus grande. Il faut donc que nous retrouvions la mort. Il faut que nous retrouvions le sens de la vie et de la mort. D’abord, il faut que nous fassions comprendre aux gens que la vie a une fin et que cette fin, nous ne la décidons pas, contrairement à ce qu’on prétend aujourd’hui avec le suicide assisté. Mais pour nous, chrétiens, quand on annonce la mort, on annonce la résurrection. C’est pourquoi la présence des ministres de l’Eglise auprès des malades et des gens en fin de vie est essentielle. Elle est porteuse d’espérance : tout ne s’arrête pas là. La vie la continue. Ma vie sur la terre a été un passage, mais l’essentiel, c’est la vie qui vient. Cette épidémie a fait beaucoup de mal psychologiquement, car les gens ne voient plus d’avenir. Il faut leur dire que cet avenir est toujours là. Il est là ici, mais ici prépare demain, c’est à dire mon avenir éternel. C’est pourquoi, l’eucharistie est importante. Quand je vis l’eucharistie, je vis à la fois la mort du Christ et sa résurrection. Je reçois la nourriture pour la vie éternelle.

Comment expliquez-vous que ce message d’espérance soit si peu entendu ? Tout se passe comme s’il n’y avait pas d’autre choix, en cette période de crise, qu’entre le scientisme et la pensée magique, à la Greta Thunberg ou Nicolas Hulot. Au Brésil, par exemple, c’est à Greta Thunberg que certains maires d’Amazonie font appel pour les sauver de l’épidémie…

Quand il n’y a plus Dieu au cœur de la société, il reste la dynamique de la pensée scientifique où l’homme se fait Dieu. Et comme on a besoin de sens, on se crée des idoles. Greta Thunberg est une idole. Ou alors, on se trouve des petites recettes de bien-être. Et cela, l’Eglise ne peut pas le donner. Elle ne promet pas le bonheur immédiat. La difficulté qu’elle a, c’est que l’acte de foi ne peut pas rester au niveau du sentiment. Or pour beaucoup de nos contemporains, c’est le sentiment qui guide tout. 

Tout de même, est-ce que ce n’est pas un constat de faillite pour l’Eglise, incapable d’apporter des réponses fortes à notre temps ? Car si les gens adhèrent à ces idoles, comme vous dites, c’est qu’elles répondent à des besoins non comblés…

Notre témoignage est sans doute imparfait, mais il y aussi des exigences de vie, des exigences d’amour concrètes, l’exigence de passer de la parole aux actes qui paraissent décalées aujourd’hui. Nos contemporains vivent dans le virtuel. J’entends beaucoup de voix s’élever pour appeler un monde meilleur. Mon expérience d’aumônier d’hôpital m’a appris que beaucoup de gens disaient quand ils étaient malades : « Si je m’en sors, rien ne sera jamais plus comme avant. Je vais changer ma vie ». Mais à la sortie, très peu changeaient réellement. L’être humain est ainsi fait. Ce monde meilleur que certains appellent de leurs voeux ne pourra advenir que s’il y a quelque chose qui transcende nos petits égoïsmes et si nous passons de la parole aux actes. Il ne suffira pas de dire : « Il faut sauver le monde ». Quelle prétention, d’ailleurs. Pour moi, je ne connais comme sauveur que le Christ. Et il faut se lever de bonne heure pour être le Christ. Etre chrétien, ce n’est pas seulement lire la parole de Dieu et se dire c’est bien, c’est beau. C’est s’y engager. D’où l’importance pour les prêtres du témoignage. C’est ce que j’ai fait avec les gilets jaunes. Et c’est aussi sans doute ce qu’il faudra faire face à la crise économique qui s’annonce.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Bobby Watson
- 11/05/2020 - 15:26
Merci
Merci à cet évêque de dire les choses simplement et directement. Sans la langue de bois habituelle des prélats . Il aura fallu le cynisme de Philippe et l'arrogance manifestée par Macron la semaine passée, lors de sa visioconférence avec les évêques, pour qu'ils comprennent enfin, semble-t-il, que le temps des accommodements raisonnables avec les progressistes nihilistes et matérialistes était révolu. On espère que l'Eglisesera aux côtés des pauvres dans la crise économique et sociale qui s'amorce. L´allusion aux gilets jaunes est signe d'espoir...
lasenorita
- 10/05/2020 - 15:31
La religion catholique.
Si des catholiques ont besoin de l'eucharistie;pourquoi l'interdire?Si ''c'est bon pour le moral''....J'ai été baptisée,j'ai fait ma communion solennelle,mais je ne suis pas pratiquante,comme beaucoup de chrétiens en France et dans le monde..Les ''catholiques'' ne m'ont pas tuée pour avoir reniée ma religion..ce n'est pas comme dans la religion musulmane où les non-croyants sont persécutés...Les musulmans ont le vol dans leurs gênes voir https://fr.yahoo.com/news/ancien-collaborateur-dolivier-véran-tenté-181912047.html..Lors de la ''conquête musulmane'',les musulmans ''obligeaient'' les habitants des pays conquis à se convertir à l'islam:ce fut le cas des Berbères,qui étaient chrétiens avant la ''colonisation arabe''..Je me souviens,à Alger,nous devions toujours nous méfier des yaouleds qui traînaient dans les rues:ils étaient aux aguets de tout ce qu'ils pouvaient voler,ainsi ma ère s'est fait voler 3 fois son porte-monnaie par ces ''jeunes'' musulmans...Maintenant les ''jeunes'' musulmans sont en France où ils arrachent les sacs des femmes et leurs bijoux,ils cambriolent nos maisons et ils n'hésitent pas à tuer pour 30 euros!..sachant que notre ''Justice'' sera très indulgente..
Ganesha
- 10/05/2020 - 14:45
Commentaires Hors-Sujet
Chacun est entièrement libre d'émettre les hypothèses les plus absurdes, extravagantes, et surtout... invérifiables !
Cependant, le devoir de la société est d'intervenir quand la personne risque de mettre sa propre vie en danger, et en encore plus, s'il se propose d'y entrainer d'autres.
Les commentateurs ci-dessous ne semblent pas avoir compris de quoi parle cet article.