En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

07.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 44 min 29 sec
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 1 heure 31 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 3 heures 32 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 4 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 5 heures 12 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 6 heures 35 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 6 heures 56 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 7 heures 29 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 7 heures 41 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 8 heures 11 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 1 heure 6 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 2 heures 20 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 4 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 4 heures 57 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 5 heures 56 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 6 heures 40 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 7 heures 11 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 7 heures 35 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 8 heures 10 min
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 8 heures 32 min
© David NIVIERE / POOL / AFP
© David NIVIERE / POOL / AFP
Déconfinement

Le projet de loi sur le prolongement de l’état d’urgence sanitaire mériterait également d’être soumis au Conseil constitutionnel

Publié le 06 mai 2020
Des sénateurs Les Républicains songent à saisir le Conseil Constitutionnel sur le déconfinement. Le gouvernement donne un rôle impossible aux élus sur l’exécution sans les associer à la définition du plan. Qui sera responsable ?
Didier Maus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Maus est Président émérite de l’association française de droit constitutionnel et ancien maire de Samois-sur-Seine (2014-2020).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des sénateurs Les Républicains songent à saisir le Conseil Constitutionnel sur le déconfinement. Le gouvernement donne un rôle impossible aux élus sur l’exécution sans les associer à la définition du plan. Qui sera responsable ?

Des sénateurs LR songent à saisir le Conseil Constitutionnel sur le déconfinement car le gouvernement donne un rôle impossible aux élus sur l’exécution sans les associer à la définition du plan. Qui sera responsable ? La société civile et les élus sont-ils en train de se rebeller contre l’exécutif en le mettant au pied de ses responsabilités ?

Didier Maus : Le déconfinement est nécessairement une mécanique beaucoup plus compliquée que le confinement. Toutes les crises présentent ce même schéma. L’entrée dans la crise est rapide, voire très rapide, la sortie de crise prend du temps, souvent beaucoup de temps. Les rythmes ne sont pas les mêmes. Nous avons tous dans la tête l’exceptionnelle originalité de cette pandémie. Nous ne l’attendions pas. Nous l’avons mal anticipé et nous avons du mal à imaginer sa fin, si tant est qu’elle arrive. 

Pour en revenir au droit, il aurait été logique que la loi du 23 mars dernier, qui institue l’état d’urgence sanitaire, soit soumise au Conseil constitutionnel aussi bien dans ses dispositions sanitaires que dans ses dispositions électorales. Cela n’a pas été le cas. Inutile d’en rechercher aujourd’hui les raisons. Le projet de loi sur le prolongement de l’état d’urgence sanitaire mériterait également d’être soumis au Conseil constitutionnel. Il est très discret sur la répartition des rôles entre l’État et les élus locaux, mais contient plusieurs mesures qui, par nature, posent des problèmes au regard des libertés fondamentales. Nul ne conteste que la lutte contre le virus nécessite une limitation de certaines libertés, au premier rang desquelles la liberté d’aller et venir. Le rôle du Conseil constitutionnel, s’il est saisi, sera de juger où il convient de mettre le curseur sur un axe « libertés individuelles versus lutte contre le coronavirus ». L’équilibre idéal n’existe pas. Il s’agit simplement d’apprécier le « pour » et le « contre » et de concilier deux exigences constitutionnelles aussi importantes l’une que l’autre. Il est logique de limiter les libertés si cet encadrement permet de sauver des vies humaines, mais 1) il faut en être certain, 2) il faut qu’un équilibre proportionné soit défini. Pour ne prendre que deux exemples prévus dans le projet de loi : comment peut-on mettre en quarantaine des personnes qui arrivent sur le territoire métropolitain avec des probabilités de virus ? Comment peut-on instituer un ficher des personnes atteintes du Covid-19 ou susceptibles d’être atteintes ? Les réponses toutes faites n’ont pas de sens.

Par rapport aux élus locaux, le point de friction principal concerne la rouverture des établissements d’enseignement. Les murs appartiennent aux communes, départements et régions tandis que l’activité qui s’y déroule relève de l’Éducation nationale. Si la seconde a des besoins (voire des exigences) qui dépassent les possibilités financières des collectivités, que faire ? Si l’autorité exécutive locale, pour des raisons qui lui appartiennent, décide, par exemple au nom d’un principe de précaution élargi, de ne pas rouvrir les établissements contre le souhait de l’Éducation nationale, qui tranche ? Dans leur ensemble, les élus locaux sont des femmes et des hommes de très bonne volonté, mais ils ne supportent plus les situations où l’État décide et, ensuite, confie la mise en œuvre et le financement, aux élus de terrain. Ce conflit n’est pas nouveau, mais il est au coeur de difficiles relations d’aujourd’hui.

Que dénote cette pagaille généralisée ? Pourquoi le gouvernement ne parvient-t-il pas à faire travailler tout le monde ensemble ?

Le terme de « pagaille » me paraît très exagéré. S’il y a « pagaille » elle est souvent du côté de l’État. Ceux qui ont suivi depuis une semaine les discours successifs sur le retour des enfants à l’école ont été les témoins de plusieurs versions successives, par exemple sur les classes ou groupes prioritaires ou sur le meilleur lieu pour le repas de midi (salle de classe ou salle de cantine ?), sans parler de toutes les contraintes sanitaires, quasiment impossibles à réaliser à 100%.

Travailler ensemble consisterait à se mettre autour d’une table et à chercher, problème par problème, les solutions possibles avec leurs avantages et leurs inconvénients. Cela n’a jamais été le cas. Le gouvernement a consulté les collectivités intéressées sur des dispositifs quasiment bouclés. 

La manière dont la discussion du projet de loi sur la prorogation de l’état d’urgence sanitaire s’est engagée au Sénat est l’illustration parfaite du mépris à l’égard des élus. Le projet a été déposé le samedi 2 mai dans l’après-midi avec une demande de discussion en séance publique le lundi 4 mai après-midi, ne laissant que les quelques heures du dimanche aux sénateurs et à leurs collaborateurs pour mener à bien leur mission constitutionnelle, voter la loi de manière claire et compréhensible. Le procédé n’est pas digne d’une grande démocratie. Il y a, certes, urgence, mais il y a surtout urgence à ce que les citoyennes et les citoyens aient, à nouveau, confiance dans leurs élus et leurs autorités.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 06/05/2020 - 14:30
MASCarade de l'État de Droit
On voit bien à l'occasion de cette crise que notre fameux Etat de Droit n'est qu'une MASCarade, une pantalonnade pitoyable, avec un Conseil Constitutionnel confiné et aux abonnés absents, des tribunaux qui ne se réveillent que pour ordonner à l'état de reprendre de toute urgence le processus d'examen des demandes de droit d'asile ( décision récente du Tribunal Administratif de Paris). L'Etat de Droit se révèle une fois de plus n'être que l'instrument privilégié du Grand Remplacement, de la disparition des frontières et de la dissolution de ce qui reste de souveraineté nationale et de pouvoir régalien de l'état.