En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

03.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

06.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

07.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 50 min 46 sec
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Covid-19 : deux tiers des Français favorables au port obligatoire du masque à l’extérieur
il y a 1 heure 38 min
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 3 heures 11 min
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 4 heures 8 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

il y a 4 heures 28 min
décryptage > Société
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

il y a 4 heures 28 min
décryptage > Société
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

il y a 4 heures 28 min
décryptage > Economie
Différence de taille

Le match du plan de relance allemand et français

il y a 4 heures 30 min
décryptage > International
La France en première ligne

Liban : l'Europe portée disparue

il y a 4 heures 30 min
pépites > International
Deuil
Covid-19 : l'Amérique latine est désormais la région avec le plus de morts dans le monde
il y a 21 heures 51 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 1 heure 8 min
pépites > Santé
Sortez couverts
Ile-de-France : les zones où le masque devient obligatoire à partir de ce lundi
il y a 2 heures 4 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 3 heures 27 min
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 4 heures 14 min
décryptage > International
Zone de tension

L'annexion du Cachemire déclenchera t-elle une nouvelle guerre indo-pakistanaise ?

il y a 4 heures 28 min
décryptage > France
Immortel Astérix

Voulez-vous savoir pourquoi le mot "Gaulois" a émigré en banlieue ?

il y a 4 heures 28 min
décryptage > Santé
Différences

Le Covid-19 allemand est-il quatre fois moins meurtrier que le Français ?

il y a 4 heures 29 min
décryptage > Media
Economie des médias

Tuer les cookies pour sauver le journalisme ? Les très intéressantes leçons venues des Pays-Bas

il y a 4 heures 30 min
pépites > International
Drame
Beyrouth : 158 morts et toujours 21 personnes portées disparues, selon un nouveau bilan
il y a 21 heures 33 min
light > Culture
C'est dans les vieux pots...
"Dirty Dancing" va avoir une suite, avec Jennifer Grey reprenant son rôle de "Bébé"
il y a 22 heures 29 min
© JOEL SAGET / AFP
© JOEL SAGET / AFP
Mentalités

Derrière l’agression d’Eric Zemmour, les fractures d’une société encalminée par des idéologies dépassées

Publié le 05 mai 2020
Eric Zemmour a été insulté et menacé par un individu en pleine rue à Paris. Les images diffusées sur les réseaux sociaux ont suscité l’indignation de nombreuses personnalités. Le parquet de Paris a annoncé samedi l’ouverture d’une enquête pour "violences" et "menaces".
Nathalie Krikorian-Duronsoy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Krikorian-Duronsoy est philosophe, analyste du discours politique et des idéologies. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Zemmour a été insulté et menacé par un individu en pleine rue à Paris. Les images diffusées sur les réseaux sociaux ont suscité l’indignation de nombreuses personnalités. Le parquet de Paris a annoncé samedi l’ouverture d’une enquête pour "violences" et "menaces".

Il y a ceux qui ne savent que cracher sur Eric Zemmour, ce que d’autres écrivent, il y a ceux qui voient la réalité que d’autres, au nom d’une idéologie de gauche, refusent d’admettre.

Il y a d’abord eu la vidéo de l’agression contre Eric Zemmour jeudi dernier, puis sa légitimation samedi, par le journaliste de gauche Claude Askolovitch[1], qui écrit dans Slate.fr sa détestation moralisatrice de la victime : « Zemmour est détestable tout autant que celui qui le brime ». Avec pour argument central en un mot : Zemmour l’a bien mérité.

Pour moi, je vois, dans cet immonde petit film, comment l’éloge des différences ethniques et culturelles de l’antiracisme racialiste des années 80, mixé au reliquat des discours marxisants et antifascistes des années 60, conduit à l’acte de la brute épaisse qui attaque Zemmour.

Journaliste et essayiste connu du grand-public pour son émission contradictoire, en duo avec Eric Naulleau et son livre Le Suicide Français, paru en 2014, Eric Zemmour est devenu la symbolique vivante de tout ce que le discours dominant a appris aux « jeunes des cités », on dit « banlieues » aujourd’hui, à haïr, en les persuadant qu’ils en étaient les victimes.

En un mot : l’agression d’ Eric Zemmour, est archétypique d’un acte rendu légitime par quarante ans d’infusion dans les mentalités d’une idéologie de gauche qui ne supporte pas la contradiction.

En politique comme en science - on l’a vu récemment dans la polémique opposant les pontes de la méthode scientifique contre la médecine du Dr Raoult- il y a la théorie et la pratique. Entre la théorie et la pratique, il y a le passage à l’acte, motivé par l’idéologie, qui rend possible et légitime les actions en leur donnant un sens.

Dans la vidéo l’auteur des faits exulte. Il se sent investi d’une mission, s’auto-proclame représentant d’une cohorte de ses semblables, tous anti-racistes et antifascistes visant, comme lui, Eric Zemmour, dans lequel ils voient l’incarnation du mal.

C’est pourquoi l’agresseur s’affiche sur les réseaux sociaux, persuadé d'être dans son droit. Il pense que la loi est de son côté, ou bien, qu’il est suffisamment fort pour la braver. Nul doute en lui, son exaction est légitime.

A contrario, toute personne douée de raison et d’un minimum d’empathie éprouve un sentiment d’horreur devant ces images montrant un petit homme chargé de lourds sacs emplis du ravitaillement en denrées de premières nécessités, confinement oblige, courbant l’échine sous la charge, peinant à se hâter pour échapper à la violence des menaces de l’individu qui le poursuit physiquement et moralement de sa vindicte et de sa haine, l’insulte, puis se vente, en direct sur Snapchat, de lui avoir cracher dessus.

Eric Zemmour subit une situation semblable à ce qu’a vécu à deux reprises l’Académicien Alain Finkielkraut, insulté en pleine rue, menacé de coups, traité lui aussi de fasciste et de raciste.

Ces images ne sont pas sans rappeler pour les historiens, une période, en Allemagne, où des jeunes hommes forts et virils, portant l’uniforme, s’employaient à humilier et à violenter des hommes et des femmes plus faibles et impuissants à se défendre, terrassés par la doxa nazie qui les vouait à la vindicte publique et aux pires exactions.

Je vois l’agresseur de Zemmour comme le pur produit de l’histoire que nous vivons. D’une société désunie où disparait la norme morale commune à tous, enseignée jadis dans les écoles. Mais la nostalgie n’est pas mon fort.

Je constate que cette agression illustre concrètement combien les fractures sociales entre différents types de populations, analysées récemment dans trois bons livres[2], doivent retenir notre attention, car leur gravité n’est pas tant d’ordre économique que culturel et moral, et partant intellectuel.

La vie politique de la France est intimement liée à l’histoire des idées à laquelle elle doit son identité. La domination intellectuelle et morale de la gauche d'aujourd’hui est encore formée de deux grands courants d’idées que la réalité rend pourtant obsolètes et inopérants pour comprendre les sociétés du XXIème siècle : l’anti-fascisme d’après la seconde guerre mondiale et l’idéologie antiraciste et différentialiste de la fin du XXème siècle.

Ce décalage d’avec la réalité sociale actuelle explique, pour une large part, la disparition électorale progressive des partis politiques de gauche, PC, PS etc…

Pourtant cette obsolescence progressive de la gauche n’a contradictoirement pas encore entamé sa position idéologiquement dominante dans la société. Comme en témoigne, les procès intentés à Eric Zemmour, précisément, qui doit comparaître pour « provocation à la haine raciale » après que celui-ci ait établi un rapprochement en septembre 2019, lors de la Convention de la droite [3] entre islam, islamisme et terrorisme. 

Depuis une dizaine d’années, l’émergence d’une contre-culture de droite s’oppose à la traditionnelle domination de la gauche intellectuelle. Elle est relayée par des médias qui favorisent le débat d’idées : le magazine Atlantico.fr, le Figaro-Vox, RMC, Sud Radio ou CNEW. Ce n’est pas sans soulever une attitude réactionnaire de la part de ses adversaires idéologiques.

Cette ouverture au dialogue, et la possibilité d’entendre enfin d’autres analyses, a le mérite de pointer du doigt le danger réel, immédiat, quotidien d’une néo-culture islamisée des banlieues qui a son langage et ses moeurs, autant que les . journalistes et les intellectuels tonitruants de la gauche moralisatrice qui désignent à la vindicte publique ceux qu’ils brocardent de racisme ou de fascisme.

Entre cette gauche bornée qui avance avec des oeillères comme un âne dans le brouillard, qui refuse de voir la réalité en face et considère toute critique contre les dérives totalitaires d’une religion, ou le constat d’une sécession culturelle dans les banlieues comme des tabous, il y a fort à parier que la France démocratique, la France qui se disait Charlie, sera de plus en plus nombreuse à regarder Face à l’Info sur CNEWS.


[1] Auteur notamment de :Nos mals-aimés : ces musulmans dont la France ne veut pas, Paris, Grasset, 2013

[2] L’archipel français de Jérôme Fourquet, Bloc contre Bloc de Jérôme Sainte-Marie, Recomposition, d’Alexandre Devecchio.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cmjdb
- 05/05/2020 - 16:46
VICTIMES HAISSANTES ?
J'essaie de comprendre ce qui pousse un être humain, supposé victime, à user de sa brutalité et pour quel motif ?
L'auteur évoque la haine qui a été inculquée aux banlieues. Soit ! Est-ce la même haine qui a poussé des musulmans à devenir terroristes islamistes et à faire plus d'un milliers de victimes en France, entre les morts, blessés, infirmes, orphelins etc... Si tel est le cas, c'est au Parquet anti-terroriste à s'en saisir en remontant aux commanditaires dogmatiques. On attend avec impatience la condamnation de ces faits par les musulmans dits modérés.
Prétendre qu'il s'agirait de gauchistes, généralement drapés dans la toge humaniste, serait leur faire beaucoup d'honneur. Il me semble plutôt qu'il s'agit de méthodes d'intimidation de voyous, à court d'argument, cherchant à devenir chef de gang de cages d'escaliers, au service de politicards véreux pour qui la vérité est dérangeante. Ce sont les descendants dégénérés de JP Sartre avec qui il était préférable d'avoir tort, plutôt que raison avec R. Aron.
ajm
- 05/05/2020 - 15:18
La mythologie des années 70.
La France des années 70 était déjà la France des gauchistes qui occupaient les médias , l'université, l'enseignement...l'immigration était déjà un enjeu et un problème mais l'électeur de gauche lambda à l'époque ne pensait qu'à la retraite le plus tôt possible, faire payer les riches, à l'époque encore nationaux et pas mondialisés...l'enseignement était déjà dans sa spirale infernale, la colonisation un crime terrible et le tiers monde, surtout musulman, un prolétariat sacré en formation...notre époque est bien dans la continuation de la chienlit de ces années et même avant ( guerre Algérie et mai 68).
Liberte5
- 05/05/2020 - 14:27
Correction.....
Seuls ceux qui ont connu la France jusqu'au milieu des années 70.....etc.