En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

03.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

06.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

07.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 30 min 56 sec
pépite vidéo > International
Catastrophe écologique
Ile Maurice : des images aériennes montrent l'étendue de la marée noire qui menace
il y a 1 heure 3 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 3 heures 39 min
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Covid-19 : deux tiers des Français favorables au port obligatoire du masque à l’extérieur
il y a 4 heures 27 min
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 6 heures 14 sec
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 6 heures 57 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

il y a 7 heures 17 min
décryptage > Société
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

il y a 7 heures 17 min
décryptage > Société
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

il y a 7 heures 18 min
décryptage > Economie
Différence de taille

Le match du plan de relance allemand et français

il y a 7 heures 19 min
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 47 min 19 sec
pépite vidéo > Europe
Les "jeunes" à la plage
Belgique : émeutes sur des plages pour cause de "distanciation" non respectée
il y a 1 heure 40 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 3 heures 57 min
pépites > Santé
Sortez couverts
Ile-de-France : les zones où le masque devient obligatoire à partir de ce lundi
il y a 4 heures 53 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 6 heures 16 min
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 7 heures 4 min
décryptage > International
Zone de tension

L'annexion du Cachemire déclenchera t-elle une nouvelle guerre indo-pakistanaise ?

il y a 7 heures 17 min
décryptage > France
Immortel Astérix

Voulez-vous savoir pourquoi le mot "Gaulois" a émigré en banlieue ?

il y a 7 heures 17 min
décryptage > Santé
Différences

Le Covid-19 allemand est-il quatre fois moins meurtrier que le français ?

il y a 7 heures 18 min
décryptage > Media
Economie des médias

Tuer les cookies pour sauver le journalisme ? Les très intéressantes leçons venues des Pays-Bas

il y a 7 heures 19 min
© HECTOR RETAMAL / AFP
© HECTOR RETAMAL / AFP
Vulnérabilité

Alerte au sanitairement correct : les dangers d’un nouvel ordre fondé sur la surveillance, la punition et la peur

Publié le 05 mai 2020
Bertrand Vergely évoque l'impact du coronavirus au sein de la société et ses conséquences sur notre rapport à la mort face à l'apparition récente du transhumanisme.
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely évoque l'impact du coronavirus au sein de la société et ses conséquences sur notre rapport à la mort face à l'apparition récente du transhumanisme.

Aujourd’hui, fait sans précédent dans l’histoire de l’humanité, en raison de la lutte contre l’épidémie qui a cours, alors qu’ils ne sont nullement malades, près de cinq milliards d’êtres humains sont obligés sous peine d’amendes voire de prison, de rester confinés chez eux. La médecine étant encore très ignorante au sujet du Covid 19, confiner le monde entier est le meilleur moyen de lutter contre sa propagation, est-il dit afin de justifier cet incroyable emprisonnement planétaire. Toutefois, le souci de protéger n’explique pas tout.

Depuis près de trois siècles, l’Europe rêve d’installer le bonheur sur terre grâce à la politique, à la science et au progrès. Avec l’apparition récente du transhumanisme, ce rêve s’est accéléré, le projet de pratiquer une hybridation entre l’homme et la machine promettant  de créer bientôt un homme augmenté qui ne connaîtra ni la maladie, ni la mort, ni les inégalités intellectuelles, ni la pauvreté. Soyons lucides : aujourd’hui, quand on cherche à sauver des vies, c’est aussi ce rêve que l’on cherche à sauver.

Ainsi, quand il est dit que le confinement est fait pour éviter la maladie et la mort, c’est vrai. Mais, en même temps, il s’agit là d’un rêve. On peut reculer la maladie. On ne l’évite pas. On peut reculer l’échéance de la mort. On ne l’évite pas non plus. La maladie et  la mort sont incontournables et elles ne sont pas faites que pour les autres. Or, nous rêvons que nous allons les contourner et y échapper. Nous rêvons ainsi parce que ce rêve est celui de l’enfant qui vit en chacun de nous, de la modernité qui attend tout du progrès et de l’opinion toute puissante qui sévit derrière les réseaux sociaux. 

Tocqueville a pensé que la démocratie est  guettée par la tentation de créer un monde dans lequel le rêve de la population d’être totalement assistée se fondra dans le rêve de l’État de tout prendre en charge. À travers la mise en place sous nos yeux en deux mois d’un ordre sanitaire mondial, l’intuition de Tocqueville est devenue réalité. L’État prenant tout en charge est né et la population entièrement assistée est née avec lui. Si cela évite la maladie et la mort de milliers d’êtres humains, tant mieux, a-t-on tendance à dire ! C’est bien là le problème. L’ordre qui se met en place est d’autant plus redoutable qu’il a d’excellentes raisons d’exister. D’où le double langage à travers lequel il se déploie en reprenant une vieille pratique.

Comme le souligne Michel Foucault, au XVIIème siècle, quand il punit un assassin en place publique, le pouvoir en profite pour terroriser les honnêtes gens. Au XIXème siècle, quand la médecine cherche à aborder scientifiquement la maladie et la folie et quand la justice met en place la prison moderne, la culture dans son ensemble se met à surveiller mentalement la société. Aujourd’hui, à l’occasion de la lutte contre la pandémie, tout en luttant contre la maladie et la mort, l’ordre fondé sur la surveillance, la punition et la peur, prend une dimension planétaire. Certes, il y a à la base de cet ordre le souci de soigner, de sauver et de protéger. Mais il y a aussi  un pouvoir sans précédent sur le monde qui émerge en ne cachant pas son intention d’installer demain un système de surveillance généralisé à travers ce qu’il faut bien appeler le sanitairement correct.  

Nous avons assurément affaire aujourd’hui à un problème sanitaire sérieux. Mais nous avons également affaire à un problème de vérité tout aussi sérieux. Depuis des décennies nous vivons dans une peur de la maladie que nous prenons pour la santé et une peur de la mort que nous confondons avec l’amour de la vie. Etre en pleine santé, ce n’est pas ne pas être malade. C’est être capable de tout vivre, même la maladie. Être vivant, ce n’est pas ne pas mourir. C’est être capable de tout vivre, même le fait de mourir. En entretenant le monde dans la peur de la maladie et de la mort, on ne le protège pas. Le maintenant dans l’ignorance des forces qui sont en en lui, on l’affaiblit.

Aujourd’hui, l’humanité réelle ne se trouve pas dans celle qui cherche à éviter la maladie et la mort mais dans celle qui est capable de vivre avec force, solidarité et humour malgré la perte de liberté qu’elle subit. Belle à voir, cette humanité montre que l’humain qui vit en l’homme a plus de force qu’on ne le pense pour faire face à l’adversité.

Avec le rêve  du transhumanisme, nous avons cru depuis quelques années que nous allions être immortels. Aujourd’hui, en l’espace de deux mois, nous avons découvert que tout ce en quoi nous avons cru et que l’on pensait bien installé peut s’écrouler et mourir. Il s’agit là d’une chance. Quand on se découvre vulnérable, on cesse d’être fou en se croyant invulnérable. Et, cessant d’être fou, on découvre la liberté étonnante qu’il y a à savoir que l’on peut être blessé sans en être blessé. Alors, la vie gangrénée par la peur  cessant d’être, la vie intelligente peut commencer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Oshan
- 06/05/2020 - 00:09
sanitairement culpabilisant
C'est instinctivement ce que j'ai pensé (mais pas dit) à l'annonce de la pandémie: mais voyons ... Pourquoi cette psychose; la mort fait partie de la vie. Ne la fuyons pas, recherchons même à travers elle le vrai sens de la vie, l'occasion d'aimer plus dans notre fragilité ainsi dévoilée.

Mais on a peur , on est hostile les uns aux autres, ceux qui portent un masque contre ceux qui n'en portent pas , ceux qui respectent scrupuleusement le confinement contre ceux qui ne le respecte pas. Ce " sanitairement correct" est anxiogène et culpabilisant. faut il faire à tout prix confiance à l'Etat et lui obéir? Mon sens civique culpabilisé me dit oui mais mon cœur et mon instinct me dit non... Cherchons nous, au fond, à survivre ou à vivre?
assougoudrel
- 05/05/2020 - 17:41
"Tout le monde veut bien aller au ciel,
oui, mais personne ne veut mourir" (Petula Clark en 1966).
Jasmin84
- 05/05/2020 - 14:16
On ne veut mourir de rien.
On ne veut mourir de rien.
Personne ne veut mourir.
La question est veut on pour ne pas prendre le risque de mourir, passer sa vie enfermer, sans sortir, aller au spectacle, au café au restaurant, à la plage.
Ne jamais rencontrer, toucher, embrasser ceux qu’on aime.
En ce qui me concerne la réponse est non.
Je ne supporte plus cet État nounou qui veut notre bien y compris par la contrainte.
Je suis hallucinée de constater avec quelle docilité tout le monde a obéi aux ordres mêmes les plus contestables.
Vous pouvez acheter de l’huile mais pas du coca. Pourquoi !!!!!
Faut il rappeler qu’il n’y de dictature que parce qu’il y a des gens près à s’y soumettre ...