En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

03.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

04.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 5 heures 41 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 6 heures 50 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 7 heures 48 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 10 heures 21 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 11 heures 32 sec
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 12 heures 10 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 12 heures 30 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 12 heures 48 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 12 heures 55 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 13 heures 14 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 6 heures 30 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 7 heures 29 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 8 heures 9 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 10 heures 32 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 11 heures 47 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 12 heures 21 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 12 heures 37 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 12 heures 49 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 13 heures 5 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 13 heures 25 min
© OZAN KOSE / AFP
© OZAN KOSE / AFP
Impact du coronavirus

Covid-19 : l’emploi trinque mais le dollar résiste

Publié le 04 mai 2020
Jean-Paul Betbeze revient sur les effets de la crise du coronavirus sur l'économie et sur les marchés financiers. Face à la crise pétrolière et économique, les banques centrales multiplient les mesures et les annonces.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze revient sur les effets de la crise du coronavirus sur l'économie et sur les marchés financiers. Face à la crise pétrolière et économique, les banques centrales multiplient les mesures et les annonces.

Il peut sembler morbide de suivre ainsi, par la finance et pas à pas, l’avancée de la pandémie. Mais c’est sans doute le meilleur moyen pour la contrôler et voir le moment où sa vitesse aura suffisamment ralenti pour que les autorités prennent le risque du déconfinement, avec toujours les précautions de distance. Et que l’on en mesure les effets. D’un strict point de vue économique, l’effet de cette pandémie est énorme : 30 millions d’emplois perdus en 6 semaines aux seuls États-Unis, des récessions partout dans les pays développés (États-Unis, zone euro, France…) et des déclenchements d’urgence au FMI pour nombre de pays émergents (Argentine, Egypte, Liban déjà, Afrique du Sud peut-être bientôt). L’addition entre la crise sanitaire, la crise économique et financière et, dans certains pays, la crise pétrolière, est explosive. Pour éviter une conflagration, les déficits budgétaires et les banques centrales sont à la manœuvre, achetant des tombereaux de bons du trésor, des obligations privées, parfois des actions comme au Japon ou en Suisse.

COVID-19 : le suivi de la pandémie

L’épicentre de la pandémie se trouve aux Etats-Unis, avec bientôt 1,2 millions de cas et 70 000 décès, plus que pour la guerre du Vietnam. On peut comparer ses vitesses de propagation en fonction des stratégies adoptées, le développement des tests et noter le nombre de décès remarquement faible en Allemagne. Tout cela devra être étudié.

Mais la préoccupation économique est double : le prix en PIB perdu qu’implique le confinement (- 5,8% en France au premier trimestre) et le risque de résurgence, lié au déconfinement. Pour le moment, les marchés, si l’on prend les cours boursiers, se disent (peut-être) que le pire est passé et qu’ils voient des « gagnants ».

Les marchés boursiers se redressent en Asie, dans les nouvelles technologies, la France à la traine

Le Nasdaq a pratiquement recouvré son niveau de janvier, évidemment grâce aux GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft). Ces valeurs ont gagné plus de 15% en moyenne sur l’année et le confinement, avec les livraisons à domicile, ne leur ont pas porté tort. Shanghai se redresse, avec le retour des salariés dans les entreprises, mais le frein là-bas vient des commandes d’Amérique et d’Europe, faibles. Le CAC est à la traine, avec moins de croissance et des perspectives moroses. L’incertitude pèse.


Pétrole surtout et matières premières : la plongée. L’Or toujours en avant.

Trop de pétrole, pas assez de baisses de la production ! C’est toujours l’idée des marchés, face à la chute de la demande (arrêt des usines, des transports, des voyages, des avions…) sachant que tous les lieux de stockages sont pleins. Pour les marchés, les signes de crise financière des pays pétroliers : déficits budgétaires, baisses ou tensions sur le change… (Arabie Saoudite ou Russie) n’importent pas. Il faut toujours produire moins car la demande va encore baisser un trimestre au moins, surtout l’on ne sait rien des nouveaux comportements de consommation.

En même temps, les prix des matières premières agricoles baissent. Le riz, en hausse avec des limites à l’export en Asie, semble se calmer. Dans ce contexte, avec une demande limitée du fait des baisses de revenus liées au chômage et aux inquiétudes, la crainte d’une inflation alimentaire paraît très peu vraisemblable.

Bons du Trésor : les actions de la Fed et de la BCE sont toujours efficaces, le cas italien inquiète

Pas de limite à la Fed (Banque Centrale Américaine) : lors de sa conférence de presse le 29 avril, son Président rappelle que son premier mandat est « la stabilité financière », autrement dit d’éviter l’effondrement du système américain, banques et bourses. Ainsi, le bilan de la Fed atteint aujourd’hui 30% du PIB américain, preuve si l’en est que ses achats de bons du trésor, des titres hypothécaires qui financent les logements, les commerces et centres commerciaux, plus son soutien accru aux banques « classiques » ne vont pas cesser. La Fed va aussi acheter des obligations risquées (high yield ETF), particulièrement secouées… puisque le financement de l’économie américaine repose pour 2/3 sur les marchés !

Pas de limite à la BCE (Banque Centrale Européenne) non plus : la pandémie force à aller plus loin, puisque le financement de la zone euro est le symétrique des États-Unis, avec 2/3 du financement venant des banques et 1/3 des marchés. Les conditions de refinancement de banques ne peuvent donc que baisser, pour les aider. Les taux sont à -1% désormais, pour des montants croissants. Ainsi, voilà que la BCE achète, sur le marché, des obligations publiques (surtout) et privées, au rythme de 115 milliards par mois jusqu’à la fin de l’année 2020, sans doute aussi (qui sait ?) pour aider les banques espagnoles et italiennes et leurs trésors nationaux. Son bilan égale désormais 40% du PIB de la zone. Et ce n’est pas fini : l’Italie a de gros besoins : -4,7% de croissance, un déficit qui va vers 10% du PIB, pas d’inflation… L’Allemagne est « le bon élève », avec un rendement du bon du trésor nominal à -0,6% et la France tire assez bien son épingle du jeu : rendement nominal à -0,1% et inflation à 0,4%. Ceci ne peut durer qu’autant que la BCE poursuit ses achats, sans doute hors des « limites prévues ». Mais la situation actuelle n’a pas été prévue !

Le dollar encore et toujours superstar

Le dollar est toujours le gagnant mondial, le yen montant un peu grâce à l’engagement de la Banque Centrale Japonaise de pratiquement « tout acheter » : obligations publiques, privées et même actions pour le soutenir ! Le franc suisse se stabilise, la Banque Nationale Suisse faisant, elle, tout, pour qu’il ne monte pas en vendant du franc contre du dollar et contre de l’euro !

L’euro, dans ce contexte, n’a pas à se plaindre puisqu’il ne cherche évidemment pas à monter par rapport au dollar. En revanche, on voit les interrogations sur la livre, les inquiétudes sur le rouble et surtout sur le réal. Avec en plus la crise du rand sud-africain, les BRICS sont très exposés.

Les marchés déglutissent les mauvaises nouvelles et s’attendent à un très mauvais deuxième trimestre. Ils regardent désormais la fin de l’année, les conditions du déconfinement, sachant que les Grandes Banques Centrales seront toujours là et que le FMI sera très sollicité.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gastoch
- 05/05/2020 - 20:48
USA!! USA!! USA!!
L'élection américaine se jouera sur une forte opposition au PCC de Xi Jinping. Du coup Donald Trump pourait prendre l'avantage face à Beijing Joe de la Team China. J'ajoute que Joe a aussi une affaire de mœurs sur le paletot. Bonne chance! Économiquement l'Amérique peut espérer rebondir à partir du 4e trimestre. Idem pour le Japon en Asie. C'est pourquoi je compte orienter mon épargne vers des fonds en actions de ces deux pays. Inversement la zone euro paraît bloquée et continuera son long déclin. En France je miserai sur un sursaut des small et mid caps.