En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

06.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

07.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 12 min 49 sec
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 2 heures 41 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 3 heures 24 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 4 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 5 heures 32 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 5 heures 55 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 6 heures 7 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 6 heures 30 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 6 heures 47 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Edouard Balladur, ou les caprices du destin

il y a 6 heures 55 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 1 heure 23 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 2 heures 56 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 3 heures 53 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 4 heures 51 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 5 heures 47 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 6 heures 49 sec
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 6 heures 21 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 6 heures 40 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 6 heures 51 min
décryptage > Media
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Michel Drucker, le pater familias du PAF

il y a 6 heures 55 min
© Greg Baker / AFP
© Greg Baker / AFP
Propagande

Les dessous du plan de la Chine pour dominer le monde : une propagande agressive pour déstabiliser les démocraties occidentales

Publié le 01 mai 2020
Quatrième volet d’une série en 5 articles. Comment la Chine utilise une propagande agressive dans le but de déstabiliser les démocraties occidentales
Emmanuel Lincot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Professeur à l’Institut Catholique de Paris, sinologue, Emmanuel Lincot est Chercheur-associé à l’Iris. Son dernier ouvrage, « Chine, une nouvelle puissance culturelle », a été publié chez MkF.
Voir la bio
Emmanuel Véron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Véron est géographe et spécialiste de la Chine contemporaine. Il a enseigné la géographie et la géopolitique de la Chine à l’INALCO de 2014 à 2018. Il est enseignant-chercheur associé à l'Ecole navale.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quatrième volet d’une série en 5 articles. Comment la Chine utilise une propagande agressive dans le but de déstabiliser les démocraties occidentales

Atlantico.fr : Quels sont les "fondamentaux" de la propagande chinoise, a-t-elle évolué ces derniers temps ?

Emmanuel Lincot : rappelons qu’en la matière, la Chine a une tradition régalienne forte. Toute initiative destinée à l’étranger émane des services de l’Etat. En cela, la France a une culture historique assez proche de celle de la Chine. Mais à une différence près : les structures de l’Etat chinois se confondent avec celles d’un parti unique, le parti communiste. Tout en découle. A l’époque de Mao Zedong, il s’agissait de glorifier la Révolution et son mentor. A l’époque de Deng Xiaoping, on mettait en avant les réalisations du pays sur le mode d’une « économie socialiste de marché ». L’hybridité du discours semblait concilier les contraires. C’est dans ce contexte que la Chine commence à s’ouvrir au tourisme occidental. On met en avant un patrimoine - ou ce qu’il en reste après la Révolution culturelle - multiséculaire puis, troisième phase que nous vivons encore, on exalte une « civilisation écologique » qu’incarne la Chine et son Président Xi Jinping. En interne, la Chine est associée au thème de la supériorité pour laquelle le régime use de toutes sortes de superlatifs. Comme dans n’importe quel régime autoritaire, la langue s’est considérablement appauvrie. Elle n’est que juxtaposition de slogans. Des centaines de millions d’individus les ânonnent quotidiennement soit pour bénéficier des points pour leur crédit social, soit pour être promus en entreprise ou, en tant qu’étudiant, pour passer ses examens. Lavage de cerveau et abrutissement collectif se traduisent par des comportements moutonniers. Les seuls actes transgressifs possibles se manifestent dans une boulimie compulsive d’achat. « Du pain et du cirque » : le régime l’a bien compris. Et c’est ce compromis qui depuis 1989, a été tacitement et chaque année, reconduit entre la « société d’en haut » et la « société d’en bas ». En externe, la propagande s’attache dans le cas du Covid-19 à exalter la remarquable gestion par le PCC de la crise liée au Covid-19. Cette propagande s’est toutefois radicalisée depuis ces dernières années. On raille les démocraties et leurs faiblesses. Récemment, l’ambassadeur chinois en poste en Australie a menacé le gouvernement de Canberra de sanctions économiques si les Australiens continuaient à critiquer la Chine sur sa gouvernance sanitaire. L’Ambassadeur de Chine à Paris s’en est pris quant à lui au gouvernement français pour critiquer ses carences. Evidemment, ces initiatives ne sont pas individuelles. Elles sont directement commanditées par l’exécutif chinois. 

Emmanuel Véron : La République populaire de Chine est par essence un régime hier totalitaire, aujourd'hui très autoritaire, conférant, parfois, selon les contextes (surveillance cyber de masse) à une dictature. Difficile de s'en rendre compte en Occident, en particulier avec le développement accéléré du pays qui brouille les grilles de lecture. Il semble impossible qu'un régime dur puisse se développer...et pourtant...Le contrôle du verbe, de l'image et des faits sont bien sûr une obsession pour le régime de Parti-Etat (à la tête du contrôle et de la gouvernance) mais est un des piliers de la Chine aujourd'hui. Propagande et information ne sont qu'un et ce depuis 1949. Outil majeur de mobilisation des masses, de contrôle et de puissance, la propagande en Chine est intimement liée aux traumas, aux mensonges d'Etat et à la projection de puissance (hier comme aujourd'hui). Le Département de l'information du Comité central du PCC (à noter le mot information dans la formulation officielle) est une branche interne du PCC en charge de l'application de la censure, de ce qui doit être communiqué ou non, ou qui pourrait entamer l'image du PCC ou de la RPC. Tous les médias, la presse doivent être loyaux au PCC. Les agences de presse et médias chinois (ou journalistes) à l'étranger sont aussi soumis au contrôle strict de l'information diffusée. Ce processus s'est accéléré, tendu et amplifié depuis plusieurs années, les dernières semaines en attestent. Le traitement médiatique de la crise du coronavirus s'est inscrit dans une forme de guerre de l'information et de la désinformation. Les diverses formes (réseaux sociaux, médias officiels, site web des chancelleries etc.) de communication à travers le monde (France, Etats-Unis, Canada, Allemagne, Italie, RU, Kazakhstan, Sri Lanka, etc.) sont coordonnées et incitées par Pékin. On retrouve la logique dite des « Loups guerriers », sortes de sentinelles déployées dans le monde pour « protéger la Chine et de la désinformation et des périls la menaçant »…

Quels sont les effets à redouter de cette propagande, peut-elle nous affecter autant que le fait la communication russe ? 

Emmanuel Lincot : cette propagande était moins agressive avant l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping. Même si la canicule en France de 2003 avait été l’occasion pour la Chine de distiller des propos peu amènes à l’encontre d’une société française soupçonnée d’abandonner ses vieillards. Une antienne qui est censée s’inspirer d’une responsabilisation intergénérationnelle propre au confucianisme, à ses vertus auxquelles l’Occident barbare n’entendrait rien. Ce qui prête évidemment et tristement à sourire quand on sait l’état de délitement grandissant de la société chinoise dans ses grandes villes et des rapports que les jeunes entretiennent avec leurs aînés. Depuis peu, des sinologues en France même ont reçu des intimidations voire des menaces de mort. En cela, les méthodes chinoises ont brusquement changé et ne sont pas sans nous faire penser à celles employées par Moscou. Le stade ultime de cette stratégie est de mettre à exécution ces menaces tout en distillant des « fake news ». Dans ce cadre, on l’aura compris, la Chine ne fait pas du « Soft power » mais bien du « Sharp power ». C’est ce qui distingue, comme je l’ai développé dans mon dernier livre (« Chine, une nouvelle puissance culturelle ? ») les initiatives d’une démocratie comme la France et sa diplomatie culturelle de la Russie voire de la Chine dans la diffusion de leur propagande respective.

Emmanuel Véron : La désinformation est aujourd'hui (et la crise du Covid-19 le confirme avec beaucoup de lustre) une des modalités essentielles de la conflictualité ou de la guerre hybride. En empruntant les canaux de médias officiels/étatiques, les rumeurs, le complot, les contre-vérités sont dans chaque crise, systématiques et alimentent le "brouillard de la guerre". Si les éléments de communication russe se montrent efficaces en la matière, c'est bien parce qu'il y a une longue et solide tradition depuis Lénine puis après avec les organes soviétiques (sécurité, renseignement, désinformation, compromission). Aussi, notons-le, les Russes nous connaissent très bien, peut-être mieux que nous ne les connaissons...Ce qui distinguent les modalités venues de Chine. Une moindre connaissance (intime) corrélée aux impératifs diplomatiques et stratégiques discrets forgent l'influence chinoise et son soft power dans les années 1990 et début 2000. Après, en particulier depuis l'arrivée au pouvoir de Xi Jinping, le régime est de moins en moins complexé à utiliser ce que les Russes ou d'autres d'ailleurs, nous ont habitués à faire. Certains chercheurs parlent même de russification des méthodes chinoises. Dans les faits, la RPC nous connaît de mieux en mieux, a su se créer ses réseaux d'influences en Europe (ou plus largement en Occident) et n'hésite pas à employer des méthodes plus saillantes. 

A quoi faut-il s'attendre dans les prochaines années de la part de Pékin ? Une intensification de sa communication extérieure surtout à proximité de ses pôles commerciaux et stratégiques ?

Emmanuel Lincot : il faut s’attendre à beaucoup moins de subtilité dans le choix des discours élaborés par Pékin et ses représentants. La Chine d’aujourd’hui est dans ses choix de culture politique assurément plus proche de l’héritage d’un Joseph Staline que celle des grands poètes de la Cour impériale ! Fascisante dans la posture qu’adopte nombre de ses jeunes diplomates, elle sera tentée de faire sienne ce que Joseph Goebbels, chef de la propagande nazie, ne cessait d’asséner à ses administrés : « un mensonge cent fois répété devient une vérité ». Il faudra donc veiller à dénoncer le discours chinois qui sera de plus en plus hostile à notre encontre. A nous de nous protéger et de prendre les mesures appropriées (expulsions de diplomates et de ressortissants chinois si cela s’avère nécessaire) pour défendre nos intérêts, ceux de nos concitoyens, des dissidents chinois, ouïghours et tibétains que menace la Chine y compris sur notre propre territoire.

Emmanuel Véron : Il faut s'habituer à une Chine moins nuancée, qui rejettera la critique ou le débat contradictoire. Plus généralement, c'est une figure de l'impossible remise en question, ce qui participe à attiser les rapports de force et d'intimidation dans le système international. C'est à dire qu'il y a et il y aura une systématisation de la censure des sujets qui fâche la Chine, ils seront pour le moins contestés par les officiels du régime à l'étranger, sinon totalement évacués du débat. La guerre de l'information continuera d'être (avec force) une des règles en matière de guérilla. L'aspect contre-productif de l'offensive médiatique de désinformation ne sera pas totalement présent. En effet, cette offensive vise de plus en plus le clivage politique et de la représentation de l'ordre du monde par les opinions en Occident. L'image "positif" et "efficace" d'un régime dur, qui n'est pas "prisonnier" de son opinion versatile est probablement l'objectif premier de cette action de subversion. L'issue serait en montée en puissance des populismes, une déstabilisation des démocraties occidentales et une opinion devenue favorable aux méthodes chinoises de gouvernance. Il est évident que les officiels chinois ainsi que les décideurs à Pékin observent de près l'agenda politique et électoral des démocraties. En ce sens, la montée en puissance de la désinformation à l'approche de scrutin sera systématique.

Pour retrouver la première partie de l'analyse et de la série de décryptages d'Emmanuel Lincot et d'Emmanuel Véron sur la Chine, cliquez ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
philippe de commynes
- 01/05/2020 - 15:39
Publireportage de la CIA ?
Oyez, oyez, braves gens , n'ayez crainte , nous ( les leaders du monde libre occidental : France/USA/Grande-Bretagne) sommes gouvernés par des dirigeants idéaux, à l'honnêteté et à la compétence irréprochables, la seule chose à craindre serait de céder à une affreuse propagande étrangère (Chinoise) qui nous en ferait douter ...
Je sais bien que plus c'est gros mieux çà passe, mais quand même ...